FERMETURE DU FORUM, plus d'informations par ici

Partagez
 

 everybody talks (caroline)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lumen Macmillan
CŒUR DE LIONNE

CŒUR DE LIONNE
+ SORCIER DEPUIS LE : 23/08/2012
+ PARCHEMINS : 5770

everybody talks (caroline) Empty
Message Sujet: everybody talks (caroline)   everybody talks (caroline) Icon_minitimeJeu 12 Mar - 23:15

Everbody talks  
Elle s'était endormie. Elle s'était assoupie. A ce cours d'histoire de la magie, elle avait sombré dans les bras de Morphée, finissant sa nuit probablement.  Elle aurait dû faire attention. Elle aurait dû s'excuser. Elle aurait dû bafouiller un truc. Mais rien n'était sorti de sa bouche. Pas un son. Pas un bruit. Elle était restée muette et interdite. «  Miss Macmillan, une heure de retenue demain soir.  » La nouvelle était tombée. Et presque aussitôt Lumen s'était réveillée. Elle avait croisé le visage angélique de la directrice de Poufsouffle. Ce visage sur lequel elle avait été incapable de mettre un nom jusque là. Elle l'avait regardée comme ça, la bouche légèrement entrouverte, les yeux comme ça, comme des billes, étonnée. C'était la première fois qu'elle la voyait donner une heure de colle, la première fois qu'elle attirait son attention, la première fois qu'elle faisait preuve d'autorité. Mais c'était aussi la première fois qu'elle faisait ça Lumen. Généralement, si elle ne se sentait pas d'aller en cours, elle n'y allait pas. Là, elle avait fait une erreur et comprenait tout à fait la réaction, peut être un peu excessive, de la jeune enseignante. Les murmures avaient été nombreux dans la classe. Une réaction compréhensive quand on voyait la douceur, la gentillesse et la tolérance qui caractérisaient tant le professeur. Personne ne s'attendait à ce genre de punition, ni à ce qu'elle montre autant de caractère. Le nom de cette prof lui était alors revenu en mémoire : Caroline Sangster. D'habitude, il fallait lui rappeler nombre de fois, mais là, ce nom s'était insinué en elle très rapidement. Lumen, elle avait répondu un simple  « d'accord.  » incapable de prononcer autre chose. Les précisions avaient été apportées quelques temps après, dans la vingtaine de minutes qui suivit, à la fin du cours. Il fallait qu'elle vienne au bureau de l'enseignante dans cette salle justement. Elle ne lui dit pas ce qu'elle ferait, ni combien de temps ça durerait exactement. A sa sortie de la classe, elle avait croisé un mec qu'elle n'aimait pas tant que ça qui trouvait bon de lui faire une petite réflexion. « Alors Macmillan, tu as fait la tête à ton oreiller cette nuit  ?   » Lumen ne savait pas si elle devait en rire ou en pleurer, si ça avait été dit avec humour ou juste pour l'embêter. C'est pourquoi, elle ne réagit pas tout de suite. Elle attendit autre chose, mais le garçon ne bougea pas d'un pouce. « Tu sais quoi Jones ? J'ai d'autres choses à faire, à plus tard.  » Dit-elle en accélérant le pas, peu satisfaite de cette heure de retenue, mais si c'était justifié.

Le lendemain, elle passa toute la journée à râler. Elle heurta le pied d'un fauteuil dans la salle commune. En botanique, ils eurent une interrogation surprise. L'après midi, elle avait un devoir à faire, et comme de par hasard son parchemin s'envola quand il y eut une bourrasque de vent. Et Lumen ne le retrouva jamais. Alors, elle dût le recommencer. Sa journée commençait et continuait mal. Elle se finirait dans le même gout. Elle le prévoyait. Elle passa les deux dernières heures qui lui restaient à se demander que Miss Sangster lui préparait. Elle croquait dans une pomme tout en écoutant les hypothèses d'une fille de son dortoir. « Tu devras peut être récurer les bureaux sans magie. J'ai vu un poufsouffle coller son chewing gum hier, c'est dégoutant.  » Ça se tenait. Mais Mary ne la rassurait vraiment pas. Nettoyer les bêtises des autres ne la tentait vraiment pas. Elle n'était pas faite pour le ménage, non mais sérieusement. Ses sortilèges ménagers étaient déjà pas spécialement bons, alors à la main, que ce soit avec un chiffon, des gants ou non, elle ne s'en sortirait vraiment pas. « Ou alors des lignes, on faisait ça à l'école primaire.  » L'école primaire ? Lumen n'en entendait rarement parler. Elle ne savait pas encore vraiment ce que c'était exactement. Elle, elle avait eu sa mère comme enseignante et même un précepteur. Elle avait pris à lire et à écrire avec sa mère. Elle avait dû retenir les noms de l'arbre généalogique familial. Puis le précepteur lui avait appris quelques notions de magie et d'histoire romaine. C'était comme ça qu'elle avait su que Lumen était lumière en latin. Elle avait trouvé ça joli. Mais avec le temps, ça perdait tout son sens. Lumen avala alors le dernier morceau de sa pomme et le jeta dans la poubelle du dortoir. « Si ça se trouve, c'est ça, c'est ce qui me semble le plus logique.  » La poursuiveuse hésita un instant. Si ce n'était que ça alors... Mais ça semblait vachement bête comme solution... non ? D'ailleurs, elle choisit d'en faire part à sa camarade : « Ouais, peut être, mais elle va me faire écrire quoi ? Il ne faut pas dormir en cours d'histoire de la magie 100 fois ? C'est pas un peu bête ?  »  Elle haussa les épaules en se redressant, puis reprit la parole : « Tu me diras ce soir de toute façon.  » Lumen sourit intérieurement. Elle semblait tellement sûre  de ce qu'elle avançait. N'avait-elle toujours pas compris qu'elle était une vraie tombe ? Lumen se leva, jeta un œil à sa montre. Par Merlin, c'est que l'heure courait vite... enfin non, pas vraiment, mais c'était bientôt l'heure. Il fallait se chausser tout d'abord. Y aller pied nus ne serait pas très malin, même si elle était capable de le faire. Elle était bizarre parfois. Mais quand même. « Je vais voir ça dans vingt minutes.   » Dit-elle en mettant des chaussures fermées à lacet. Sa coloc' comme elle aimait l'appeler hocha la tête. Dernièrement, une nouvelle venue avait son apparition dans la routine des quatre filles de Gryffondor, une blonde de Dumstrang, une certaine Jules et Lumen était venue lui parler directement. Maintenant, il ne restait plus qu'à ce que tout le monde l'apprivoise. Pas facile d'intégrer une nouvelle dans une grande famille comme Gryffondor comme ça, sauf s'il s'agissait d'une première année.

Elle attrapa donc son sac où se trouvaient plumes, parchemins et même des bouquins. Elle avait voulu ne rien oublier. Puis, elle partit en souriant à Mary qui reprit sa place sur son lit. Lumen se préparait toujours plus tôt. Avec les escaliers, on s'attendait toujours à mettre dix minutes au lieu de cinq pour descendre un seul étage. C'était tout de même étrange et particulièrement agaçant. Par chance l'escalier ne bougea qu'une fois, juste après son passage. Lumen afficha un large sourire satisfait, légèrement narquois avant de le faire disparaitre, se rappelant que ce dernier s'adressait à des escaliers et non une personne. Elle secoua la tête, se sentant ridicule. Puis, elle éclata de rire devant l'absurdité de la situation. Chez les moldus, c'était le genre de chose qui ne se passait pas. Étrange. Elle ne comprenait pas trop comment ils faisaient pour vivre sans magie. Mais ils étaient très intelligents car ils compensaient leur faiblesse très bien avec des hautes technologies, mais Lumen n'en savait pas plus, ça ne l'intéressait pas tant que ça. Elle descendit donc jusqu'au premier étage. Elle passa devant l'infirmerie, là où régnait les potions, les soins et surtout Miss Lancaster. Elle y allait, Lumen, des fois après les différents matchs de quidditch. Elle arriva enfin devant la salle de classe d'histoire de la magie. Elle toqua à la porte et entra dans la pièce sans plus attendre. On l'y attendait, elle n'allait pas s'embêter derrière la lourde porte de bois... si ? « Miss Sangster, j'espère que je ne suis pas en retard.  » Dit-elle en lui souriant faiblement. Mais elle n'était jamais en retard, Lumen, toujours précisément à l'heure. L'enseignante était assise à son bureau, l'attendant sans aucune doute, peut être en train de corriger des copies, à faire des mots croisés ou fléchés, ou à répondre à un test de Sorcière Hebdo, ou encore des trucs comme ça. Puis, elle s'en moquait, elle n'allait pas poser la question. Elle s'avança donc pour lui faire face. Elle espérait que ça ne durerait pas trop longtemps et qu'il n'y aurait pas de blabla. Devait-elle s'excuser ? Sourire ? Demander des nouvelles ? Ou alors l'interroger sur ce qu'elle avait à faire ? Elle l'observa longtemps sans rien. Combien de temps cela dura ? Quelques secondes ? Des minutes ? Elle ne saurait le dire. A dire vrai, elle n'aimait pas cette situation. Elle n'aimait pas s'être faite avoir comme une bleu. Elle avait honte que Caroline Sangster l'ait prise la main dans le sac. Elle ne regrettait pas de s'être endormie. Elle trouvait le cours particulièrement théorique et par conséquent ennuyeux. Et comme la blonde n'avait jamais rien fait pour attirer son attention -inconsciemment en tout cas- elle n'avait aucune raison d'être plus attentive qu'à un autre cours. Elle posa son sac sur le sol. Elle n'aimait pas ce silence. Elle préférait instaurer une ambiance... plus humaine. Elle ne voulait pas l'avoir dans sa poche non plus, mais le calme l'agaçait au plus haut point. C'était tellement perturbant pour elle. « Je peux m’asseoir si vous avez encore quelque chose à faire avant de me donner la tâche  que je devrai accomplir. » Elle accompagne à ces paroles un poil hypocrites, mais d'apparence gentilles, un petit sourire histoire de donner une bonne image d'elle-même. Elle ne comptait pas non plus pour passer pour une irresponsable et irrespectueuse. Ce qui n'était d'ailleurs pas son cas.

_________________


Les fleurs du mal
Helen Keller ☽ The best and most beautiful things in the world cannot be seen or even touched. They must be felt with the heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous

Invité

everybody talks (caroline) Empty
Message Sujet: Re: everybody talks (caroline)   everybody talks (caroline) Icon_minitimeVen 13 Mar - 22:53

Lumen était une jeune fille de Gryffondor de 5ème année. Sans histoire, à priori. Enfin je n'en avais jamais entendu en salle des professeurs. Elle avait de bonnes notes, sans être excellentes, mais elles étaient satisfaisantes et Lumen ne paraissait pas bête. Le seul "problème", c'est qu'elle ne s'intéressait pas aux cours. En tout cas, pas aux miens. Comment elle faisait pour ramener de bonnes notes ? Aucune idée, mais j'étais convaincue que ce n'était pas par la triche. Elle gribouillait sur ses cahiers, parlait rarement mais ça pouvait lui arriver, mais dormir en cours, jamais ! A part le cours dernier... Alors que je dictais la leçon aux élèves, j'ai aperçu la Gryffondor en train de roupiller. J'étais dans un sens très vexée par cette attitude. J'étais à ce point assommante ? Inintéressante ? Mais d'un autre côté, j'étais amusée de voir qu'une élève puisse réussir à dormir malgré sa position et malgré les gens qui bavardaient autour. Je m'approchais lentement du bureau et les élèves alors ont levé leur nez de leur parchemin pour nous observer. Lumen s'est alors réveillée et une idée m'a traversé l'esprit. Lumen est une fille intelligente et elle mérite d'être aidée. Pour s'endormir en cours, elle ne doit pas avoir dormi avant, pour ne pas avoir dormi avant, quelque chose l'en a empêché, quoi dans ce cas ? Et puis comment faisait-elle pour avoir de bonnes notes ? Mes cours ne l'intéressaient pas ? Qu'Est-ce que je devais changer ?
- Miss Macmillan, une heure de retenue demain soir
, dis-je fermement.
Je n'avais jamais mis d'heures de retenue et c'était donc la première fois. Certains furent surpris mais celle qui le fut le plus était sans nul doute Lumen. Elle finit par répondre "d'accord" et revint alors en fin de cours demander plus d'informations. Je décidai de lui en donner très peu, pour la laisser s'imaginer toute sorte de chose mais aussi pour pas qu'elle ne craigne de venir. Un professeur vous dit "Tiens, je t'ai mis en retenue pour que tu me racontes ta vie, t'en penses quoi ?!", ça effrayerait un peu c'est vrai...

Ainsi, le lendemain soir, j'attendais patiemment l'élève de Gryffondor. Je n'avais pas eu tellement d'heures de cours pendant la journée, aussi j'avais pu corriger tranquillement les copies qui me restaient et préparer mes cours suivants. Lorsque j'entendis toquer à la porte, je préparais l'évaluation des 7èmes années. La jeune fille entra et pensa qu'elle était en retard. Je souris et replongeai dans ma copie. Je voulais la laisser attendre un peu. Est-elle de nature anxieuse ? Ou est-elle très patiente ? Je ne relevais jamais la tête vers elle, attendant qu'elle dise quelque chose. Et c'est ce qui se produisit. Je posais ma plume doucement et la regardais.
- Je vous en prie, asseyez-vous !
Je désignais les deux chaises face à moi.
- Thé ? Café ? Chocolat chaud ? Jus de citrouille ? demandais-je à la Gryffondor.
Autant la mettre à l'aise et la rassurait à présent. Je pris un regard plus doux et poussais mes copies sur un côté pour montrer que j'étais disposée à m'occuper d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Lumen Macmillan
CŒUR DE LIONNE

CŒUR DE LIONNE
+ SORCIER DEPUIS LE : 23/08/2012
+ PARCHEMINS : 5770

everybody talks (caroline) Empty
Message Sujet: Re: everybody talks (caroline)   everybody talks (caroline) Icon_minitimeLun 16 Mar - 18:52

Everbody talks  
Si Lumen savait pourquoi Caroline Sangster l'avait collée, elle ne pourrait s'empêcher ... de rire. Mais il valait mieux qu'elle n'en sache rien pour le moment. Elle ne tenait en aucune façon à être prise pour une petite chose fragile qu'il fallait absolument protéger. Et parfois, elle pensait que les professeurs la voyaient un peu comme ça ... avant qu'elle ne montre son fort caractère. En arrivant dans la salle de classe d'histoire de la magie, elle s'imaginait mille et une punitions, des idées saugrenues venant surtout de la tête d'une de ses camarades de dortoir en fait. Le professeur Sangster écrivait quelque chose tandis que Lumen attendait. Elle était patiente, par nature en tout cas. Seulement, elle n'avait pas pour habitude qu'on la fasse attendre à une heure de retenue. Autant le professeur qu'elle prenait les heures de colle comme une tâche ingrate qu'il fallait finir rapidement. Et Lumen comprenait très bien cette façon de penser, puisqu’elle raisonnait ainsi. Elle se demanda si l'ancienne poufsouffle n'était pas en train de la tester. Elle se faisait peut être des idées... mais l'enseignante donnait vraiment la sensation de vouloir jouer avec ses nerfs. Ce qu'elle n'appréciait pas des masses. Elle prit alors le silence, rompant ce silence de cathédrale des plus agaçant. Aussitôt la plume de l'enseignante arrêta de gratter sur le parchemin. Alors, elle avait raison de penser ça. Cette petite vicieuse avait vraiment voulu voir jusqu'où sa patience allait. Étrangement, elle ne lui en voulait pas, au contraire même, elle commençait même à l'apprécier un peu. Elle regarda les deux chaises que Caroline venait de désigner. Lumen n'attendit pas plus longtemps, elle posa son sac sur celle de droite et s'installa sur l'autre. Il s'agissait là d'une bonne surprise.   « Merci beaucoup. » Dit Lumen dans un grand sourire. Allez savoir pourquoi elle prononça ces deux mots. Peut être parce que d'autres professeurs ne l'auraient pas invité à s’asseoir avec autant de politesse. La blonde ne semblait d'ailleurs pas vexée, ni agacée, ce qui changeait de la veille. Mais elle se doutait que Caroline n'était pas une personne spécifiquement rancunière. Elle n'eut pas le temps d'ajouter quoique ce soit, de faire quelque chose de plus que l'instit' reprenait déjà la parole.

Lumen hésita un instant, ne se rendant pas vraiment compte de ce que la directrice des Poufsouffle lui proposait. Alors, c'était de l'inédit dans une heure de retenue. Elle n'en avait pas écopé tant que ça, mais suffisamment pour savoir qu'offrir une boisson chaude aux élèves 'punis' n'était pas une pratique très courante. Au moins, il fallait reconnaitre qu'elle tapait dans l'original en faisant ça. Lumen fit un bref mouvement de tête. « Je ne savais pas que les professeurs pouvaient être aussi prévenants que vous.  » Elle avait la drôle impression qu'elle n'était pas là pour faire une quelconque punition stupide, mais bel et bien pour discuter. C'est pourquoi elle engagea la conversation par un compliment, ce qui était une chose vraie. Elle avait entendu dire que la directrice de Poufsouffle aidait ses élèves dans le besoin. Et le fait qu'elle soit prête à aider la veuve et l'orphelin attisait la sympathie de Lumen. Alors automatiquement, elle cherchait à faire bonne impression, montrer toutes les qualités qu'on lui attribuait. Et avant tout, Lumen était respectueuse. Enfin dans les limites du possible, bien sûr, mais c'était un fait largement prouvé.  « Je prendrai du chocolat chaud, c'est ce que je préfère.  » Mine de rien, elle commençait déjà à se confier à elle, des petites choses sans intérêt, mais qui prouvaient que la gryffondor n'avait rien contre son aînée. Et autant lui offrir sur un plateau d'argent ce qu'elle souhaitait. Cette heure de retenue prenait les allures d'une discussion dans un salon de thé entre amies. Mais Lumen ne pensait pas que la jeune femme voulait faire amie-amie avec ses élèves non plus « Sans vouloir paraître irrespectueuse, une professeure qui demande à son élève ce qu'elle veut boire durant une heure de colle, c'est peu anodin.  » Elle voulait tout de même posé la question pour être certaine. Après tout, on était jamais à l'abri des surprises. Et le doute ne pouvait pas être effacé entièrement. « Est-ce que vous m'offrez un chocolat chaud parce que c'est dans vos habitudes ? Ou alors, ce n'est pas vraiment une heure de retenue ?   » Lumen était franche, mais aussi particulièrement perspicace, surtout pour des choses aussi simples. Elle sourit doucement avant de reprendre : « Si vous souhaitiez me demander à cette occasion pourquoi je me suis assoupie au cours, sachez que j'allais le faire en fait.    » Elle marqua une petite pause, cherchant une excuse. Barry venait lui offrir sur un plateau d'argent. Elle poursuivit donc doucement, dans un bref haussement d'épaules, un sourire désolé collé au visage : «  Vous connaissez peut être Barry Brown ? Un élève de ma maison qui se balade avec sa guitare... Eh bien, son rêve est de devenir musicien, toutefois, il a décidé que tous les soirs, nous, les gryffondors, serions son premier public. Et comme il joue du rock, et que c'est tout de même assez fort et franchement pas pratique pour s'endormir le soir.  » Elle ne mentait pas vraiment. Il faisait ça régulièrement et combien de gryffondors sortaient de leur dortoir le lendemain les yeux mis clos à cause de lui ? Elle ne saurait le dire. Seulement, elle n'osait pas lui avouer que les cours d'histoire de la magie ne la passionnaient pas tant que ça pour la simple raison qu'elle connaissait déjà la moitié de ce qu'elle disait. «  Je sais que ce n'est pas une bonne excuse, mais je n'ai pas plus d'explication à vous faire part, je dois le reconnaître.  » Elle ajouta à cette dernière phrase un jolie petit sourire. De toute façon, elle devait bien en avoir entendu parler de Barry. Nombre de gryffondor se plaignait de cette attitude. D'ailleurs, Lumen ne comprenait toujours pas pourquoi il continuait après toutes ces menaces. M'enfin, il n'avait jamais été très malin...

_________________


Les fleurs du mal
Helen Keller ☽ The best and most beautiful things in the world cannot be seen or even touched. They must be felt with the heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous

Invité

everybody talks (caroline) Empty
Message Sujet: Re: everybody talks (caroline)   everybody talks (caroline) Icon_minitimeSam 21 Mar - 1:46

La jeune Gryffondor était en tout cas polie, à défaut d'être patiente. Remarque, je ne pouvais lui en vouloir. Les quelque fois où j'avais été collée, je n'avais souhaité qu'une chose : en finir au plus vite. Et les professeurs nous faisaient rarement attendre longtemps avant de commencer notre retenue. Parfois ils étaient même en avance !
Je souris à la remarque de Lumen sur mes pratiques et allaient chercher par la suite une tasse. Je versai le lait et le caco et fis chauffer avec un sortilège simple. D'habitude, j'aimais retrouver mes anciennes habitudes moldus. Mais je ne voulais pas tellement montrer à mes élèves mes origines. Pas que j'en avais honte. Je voulais simplement leur montrer que je maîtrisais parfaitement la magie, ce dont j'étais fière mais aussi parce qu'avec les temps qui courraient.. On devait se méfier de n'importe qui. Même si une Gryffondor de 5ème année ne présentait pas un danger énorme. Je lui apportais sa tasse bien chaude devant elle et me fit chauffer la mienne.
- Tu as bien raison, le chocolat chaud est la meilleure boisson : le chocolat est bon pour le moral d'après ce qu'on dit, et cette sensation de chaud fait tout de suite du bien
Je lui souris et revins m'asseoir en face d'elle. Lumen n'était pas bête et avait l'air de comprendre ce que je manigançais. Au moins, elle ne se braquait pas et semblait même prête à subir cette heure-ci. Ca promettait d'être intéressant.
- Oh je suis sûre que tu l'as deviné et ne t'inquiètes pas, tu as tout à fait le droit de poser la question...
Mais sitôt la jeune femme me renseigna sur le pourquoi elle s'était endormie en classe. Je croisais les jambes et entourai mes mains autour de la tasse, prête à l'écouter. Elle évoqua alors Barry, un élève également à Gryffondor. Je l'avais plusieurs fois en cours et le fais d'y penser me fit sourire. Bien sûr que je le connaissais, impossible de ne pas le connaître. Je savais qu'il n'écoutait rien à mes cours, ça se voyait aussi bien à ses notes qu'à son attitude en classe, mais il restait un élève sympathique et je le trouvais plutôt amusant. Peut-être aurais-je bientôt un entretien avec lui aussi ? Il était vrai en tout cas que si ce jeune homme jouait de la musique jusque tard dans la soirée, ça devait empêcher pas mal de Gryffondors de dormir. Mais je ne pensais pas que c'était uniquement pour cette raison que la jeune fille s'était endormie en cours. Elle le reconnut aussi par la suite que son excuse n'était pas vraiment acceptable mais n'ajouta rien de plus. Je souris à mon tour et répondis :
- Oui, j'ai... entendu parlé de Barry... un sacré phénomène à lui tout seul je trouve ! Enfin, je ne pense pas que ce soit seulement ça qui fait que tu t'endormes en classe, mais j'irai tout de même en toucher un mot à Barry.. Il est temps que je parle un peu à ce Gryffondor qui au passage est plus distrait que toi.
Je marquais une pause et regardais Lumen :
- Je reconnus que la punition que je t'ai donné est injuste. Tu es une de mes meilleures élèves et tu t'es seulement assoupie une fois en cours. Disons que cette... mise en scène est seulement un moment que j'ai trouvé pour te parler en tête à tête.
Pas mal comme introduction. Maintenant il fallait que j'avance ce que je voulais savoir et je ne savais pas si ça plairait à la jeune Gryffondor.
- Je vois que depuis presque le début de mes cours, tu es totalement absente de mes cours. Je sais que l'Histoire ne passionne pas tout le monde mais généralement les personnes dans ce cas-là n'ont pas de supers résultats. Pourtant toi si. Et c'est plutôt curieux.
Je marquais une nouvelle pause, le temps qu'elle digère ce que je venais de lui dire.
- Tu apprends en dehors des cours ? Tu triches ? Je sais que tu n'as peut-être pas envie de te confier vraiment à ton prof, mais j'aimerais vraiment en savoir un peu plus sur toi...
Revenir en haut Aller en bas
Lumen Macmillan
CŒUR DE LIONNE

CŒUR DE LIONNE
+ SORCIER DEPUIS LE : 23/08/2012
+ PARCHEMINS : 5770

everybody talks (caroline) Empty
Message Sujet: Re: everybody talks (caroline)   everybody talks (caroline) Icon_minitimeSam 21 Mar - 22:34

Everbody talks  
Lumen affichait un faible sourire amusé en découvrant le début de cette heure de retenue un peu particulière. La gryffondor trouvait sa prof un peu bizarre, mais soit. Il s'agissait là d'une manière comme une autre d'engager la conversation. Maintenant, il fallait trouver ce qu'elle dirait à ses "amis". La rumeur se répandrait très vite si elle venait à dire la vérité. Une prof qui collait les élèves pour discuter comme dans un salon de thé, ça ne le faisait pas. Elle fronça les sourcils en entendant le discours de l'enseignante au sujet du chocolat. Elle laissa échapper un rire plus qu'amusé.  «  Le chocolat, idéal pour les peines de cœur, d'ailleurs.   » Rit-elle en réponse à son professeur. C'était bizarre de parler de ça avec une personne plus âgée. Elle avait l'impression de parler à une amie. Ou Alisson en fait. Oui, c'était ça, elle lui rappelait réellement la journaliste. De sa main gauche, elle attrapa la tasse brûlante et l'approcha de ses lèvres pour en boire quelques gorgées du son contenu. Après une ou deux gorgées, elle reposa la tasse tandis que Caroline parlait. La Macmillan l'écouta attentivement. Elle avait donc raison. Un sourire satisfait se dessina sur son visage. Elle aurait aimé répondre à Caroline sur ce qu'elle avait deviné ou non. Mais trop vite, elle avait parlé, reprenant la parole sur son excuse plus que bidon. Lumen ne s'était pas rendue compte à quel point les idées s'emboitaient dans son esprit et que les mots passaient la barrière de sa bouche sans qu'elle ne s'en rende compte. En vérité, mettre la faute sur Barry n'était pas vraiment la meilleure idée qui lui passa par la tête. Mais Barry lui tendait toujours les perches pour se faire battre, même inconsciemment. Bien sûr, elle comprenait que ça ne suffisait pas à convaincre la directrice de poufsouffle. Cela se voyait comme le milieu de la figure. La petite brune tendit légèrement les jambes, mais ne perdit pas le fil de ses excuses. Elle ne se laissait jamais démonter. Elle commençait... elle continuerait jusqu'au bout. D'autant plus qu'elle semblait convaincante et convaincue. Elle disait cela avec tellement de conviction que n'importe qui tomberait dans le panneau. Mais elle ne se rendait pas compte, elle était douée... douée pour rallier tout le monde à sa cause. Elle passait pour une élève travailleuse, brillante, sans histoire et dés qu'une tuile lui tombait dessus, alors elle avait réponse à tout. On pouvait dire que ses parents l'avaient bien élevée. A défaut d'en avoir fait une gamine effacée et bien élevée, ils en avaient fait une gosse avec plein d’aplomb et avec plus d'un tour dans sa manche. Cette faculté lui était bien utile.

Quand elle décrivit Barry comme un sacré phénomène, Lumen murmura ces quelques mots avec amusement et ironie :  « Je ne vous le fait pas dire.  » Lumen releva la tête, plantant ses prunelles dans celles de l'enseignante. Alors, elle n'était pas totalement convaincue... Mince. En même temps, ça se comprenait. Mais on pouvait dire que cette excuse était pour le moins originale. Elle resta sans voix quand elle entendit "Il est temps que je parle un peu à ce Gryffondor" . Ça par contre, Lumen ne l'avait pas prévue. Que devait-elle faire ? L'en dissuader ? La conforter dans l'idée de le faire ? Ou juste ignorer l'idée tout en espérant que ça lui passerait ? A tous les coups, Barry le prendrait mal. Il suffisait juste de trouver le moyen qu'il ne sache pas que c'était elle qui avait mis cette idée dans la tête de leur prof. Mais Lumen referma la bouche en écoutant la suite. L'enseignante entama alors une explication. Elle allait finalement droit au but après quelques banalités. Attentive, elle voulait en savoir davantage. Ah ça pour être l'une des meilleures élèves, c'était pas trop difficile en histoire. Les gens avaient du mal avec les dates, les différents événements. Ils étaient plutôt habitués à la pratique comme en sortilèges ou en potions. C'était tellement différent, comme un deuxième monde. Mais Lumen aimait l'histoire, très sincèrement. Absente de ses cours ? Il était vrai que Lumen ne prenait pas vraiment la peine de participer en cours, de poser des questions et de répondre à celles de la prof. Elle n'en voyait pas l'intérêt. Ramener sa science était cool... seulement pour écraser les autres, là il n'y avait absolument aucune importance. Les plumes grattaient bien sûr sur le parchemin. Mais en histoire, il y avait pas mal de choses qui dérangeaient : l'épaisseur des bouquins déjà. Ça faisait peur. Pourtant, elle aimait se plonger dans l'histoire de Poudlard. Toutefois, elle beugua sur une question... Trichait-elle ? Alors là non, elle ne pouvait pas tolérer cette hypothèse. Elle était une fière gryffondor, une digne gryffondor. Elle avait des valeurs nobles Lumen. Elle préférait sa fierté à l'idée d'obtenir des bons résultats par triche. « Je vous arrête tout de suite. Je ne triche pas. Je préfère avoir une série de désolants et affronter un dragon que de tricher et avoir un effort exceptionnel à l'examen.   » Clair et concis. Autant mettre les choses au clair rapidement. Elle ignorait quelles rumeurs ridicules pouvaient courir à son sujet, mais celle-ci n'en faisait pas partie. Elle avait banni ce mot de son vocabulaire depuis longtemps déjà. De toute façon, elle serait trop honnête et serait capable de se faire prendre comme une bleu. Inutile alors.

Mais elle n'avait toujours pas donné de réponses à Caroline. Comment faisait-elle ? « Me confier à ce sujet ne me dérange pas. Mais je n'aime pas étendre ma vie. C'est assez personnel. » Dit-elle dans un bref sourire. Elle roula des yeux. Ça touchait en partie sa famille et elle n'en parlait jamais. « C'est comme ça dans ma famille. L'éducation a beaucoup d'importance chez les Macmillan et croyez-moi, ça ne se limite pas à "sois belle et tais toi".   » Ça paraissait un peu bancal comme justification. Mais tout finirait par avoir un sens, si Caroline l'écoutait jusqu'au bout. « Je devais connaitre l'arbre généalogique par cœur qui remonte à neuf ou dix générations, c'est vous dire.   » Elle afficha un bref sourire. Elle avala une nouvelle fois une ou deux gorgées de la boisson chaude au cacao qui coula doucement dans sa gorge. Comment expliquer à une née moldue que les sang purs se conduisent parfois comme des nobles des temps plus anciens ? Elle ne comptait pas passer par là. Ça n'avait pas d'intérêt dans cette discussion. « Étant curieuse par nature, je me suis intéressée aux événements majeurs qui ont pu toucher ma famille par le passé et par la force des choses, j'ai fini par lire pas mal de bouquins sur plusieurs périodes.   » Il y avait une bibliothèque dans cette maison que Lumen détestait tant. Elle y allait parfois tard le soir. Elle lisait ce qui lui passait sous la main. Elle ingurgitait toutes les informations qui pouvaient lui apporter quelque chose. « Donc ce que vous dites en cours, je le sais plus ou moins depuis mon enfance. Et oui, je travaille en dehors des cours. L'histoire de Poudlard est l'un des mes livres de chevet. J'ai un livre rien qu'à moi. Je n'aime pas partager mes affaires.  » Elle fit un bref haussement d'épaules. Elle ne parlait pas de tout ça avec tristesse, au contraire, d'ailleurs. Elle était contente de savoir tout ça et d'expliquer pourquoi elle savait telle ou telle chose. « Certains ne savent même pas que Rowena Serdaigle avait une fille ou qu'on ne peut pas transplaner à Poudlard. Ou alors, vous avez des gens qui ne savent même pourquoi les filles peuvent monter aux dortoirs des garçons, mais que les garçons ne peuvent pas aller à ceux des filles.   » Combien de fois avait-elle dû le répéter ça d'ailleurs ? Certains trouvaient ça injuste, pour Lumen, c'était juste... traditionnel. Mais elle ne s'arrêta pas là, poursuivant toujours sur l'histoire de Poudlard qu'elle connaissait vraiment bien. « Puis la légende sur Serpentard et la pièce qu'il aurait laissé derrière lui pour son héritier est, à mon humble avis, passionnante.   »

_________________


Les fleurs du mal
Helen Keller ☽ The best and most beautiful things in the world cannot be seen or even touched. They must be felt with the heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous

Invité

everybody talks (caroline) Empty
Message Sujet: Re: everybody talks (caroline)   everybody talks (caroline) Icon_minitimeDim 22 Mar - 14:57

La jeune Gryffondor répondit à ma remarque sur le chocolat chaud et je ris un peu avec elle.
- Oui, on a toujours dit ça, mais je n'ai encore jamais testé...
Alors que la jeune fille s'expliquait, je remarquais à quel point elle s'efforçait d'être convaincante. Si je n'étais pas tant curieuse, j'aurais sans doute passé l'éponge et la laissé partir. Et je ne devais pas être la seule à qui elle devait jouer ce fameux tour.
Elle écouta attentivement ce que je lui dis et je vis qu'elle m'accordait vraiment de l'attention au lieu de m'écouter et me laisser dans le désarroi. C'était une jeune femme intelligente qui savait pourquoi elle était là et j'étais heureuse qu'elle ne le prenne pas mal pour le moment. Par contre, quand j'évoquais l'hypothèse de la triche, celle-ci fut très contrariée et me le fit comprendre. Un sourire se dessina sur mes lèvres. Ainsi, c'était vraiment une travailleuse. J'aimais sa mentalité. Moi-même j'avais toujours détesté la triche. Je n'y voyais aucun intérêt. Les tests étaient là pour voir ce que l'on valait. Si on s'abaissait à tricher, c'est qu'on savait déjà par avance que l'on ne valait rien. Et tricher et avoir une bonne note à ce test n'apportait rien à mes yeux car je savais que ce n'était pas moi qui avait rendu cet examen et que ce n'était pas ce que je valais. J'étais donc contente de voir que l'on partageait à peu près la même mentalité, au moins sur ce point-là.
Mais elle n'avait toujours pas répondu à ma question. Ce qu'elle s'empressa de faire. Elle m'avoua alors qu'elle n'aimait pas s'étendre sur sa vie, ce que je comprenais évidemment. Mais avant que j'ai pu répondre, elle enchaîna sur sa vie de famille. Ainsi elle était une Sang-Pur. Ca n'aurait pas du m'étonner puisque c'était la cousine d'Aiden. Aiden. Je lui avais promis de veilleur sur sa cousine. Et c'est justement ce que je faisais en ce moment-même. Lumen m'expliqua qu'elle devait connaître son arbre généalogique par cœur ce qui était une pratique vraiment étrange.
- Je comprends en effet... Donc c'est pourquoi vous savez un peu tout ce que je raconte...
Ca ne me blessait pas, au contraire, j'étais plutôt impressionnée.
- Des fois tu ne veux pas devenir professeur d'Histoire ? dis-je en riant un peu. Non plus sérieusement, tu m'impressionnes...
Sans m'en rendre vraiment compte, j'avais commencé à la tutoyer mais ça ne me choquait pas du tout, je préférais même.
- C'est rare de trouver des élèves comme toi !
J'hésitais à présent de lui parler d'Aiden, mais bon autant lui dire la vérité.
- Je connais ton cousin d'ailleurs, Aiden Prewett, et il m'avait demandé de veiller sur toi un peu.. Donc c'est en même temps ma curiosité mais aussi le fait qu'Aiden m'a demandé de veiller sur toi qui m'a fait venir te demander ça...
Revenir en haut Aller en bas
Lumen Macmillan
CŒUR DE LIONNE

CŒUR DE LIONNE
+ SORCIER DEPUIS LE : 23/08/2012
+ PARCHEMINS : 5770

everybody talks (caroline) Empty
Message Sujet: Re: everybody talks (caroline)   everybody talks (caroline) Icon_minitimeLun 23 Mar - 13:27

Everbody talks  
Lumen savait peu de choses sur l'enseignante. Mais il ne faisait aucun doute, elle était gentille. Oui, c'était le mot. Elle faisait très clairement honneur à sa maison. Helga Poufsouffle aurait probablement été fière d'avoir eu une élève comme ça. Puis, vue que d'après Aiden, elle était gentille, Lumen ne pouvait que la respecter un minimum. A dire vrai, le monde était petit quand même. Elle écouta donc le professeur. Ironie du sort. Lumen était plus attentive quand cette dernière déblatérait des choses qui ne lui apporteraient presque rien que lors d'un cours. Visiblement, il fallait attirer son attention, même de manière particulièrement radicale pour avoir toute son attention. Ce qui pouvait s'avérer assez vexant quand même... et déplorable aussi. Pour n'importe qui, c'était l'élève qui devait tout faire pour attiser l'attention du professeur et pas l'inverse. Dans un certain sens, c'était assez amusant. M'enfin bref. Lumen lui expliqua alors pourquoi elle savait tant de choses. Ca remontait à l'enfance, à l'éducation de ses parents et aux valeurs qu'ils avaient tenté de lui inculquer.   « Oui, c'est ça.   » Se permit-elle de dire quand Caroline comprit pourquoi elle savait déjà la moitié des choses qu'elle pouvait bien raconter en cours. A dire vrai, ça ne semblait même pas la vexer. Lumen fronça les sourcils curieuse de savoir la suite. Lumen éclata d'un rire nerveux. Elle devenir professeur ? C'était le monde à l'envers. Surtout pour une matière qui n'intéressait pratiquement personne. A la place de Caroline, elle aurait pris très mal l'attitude de la plupart des élèves. Elle fut rassurée quand elle reprit la parole plus sérieusement. Lumen réalisa aussi rapidement que la blonde était passée au tutoiment sans crier garde, ce que la gryffondor ne pouvait pas se permettre.   « C'est plutôt vous qui m'impressionnez.  » Elle fit un haussement d'épaules, marquant une pause. Elle jeta un oeil au contenu de sa tasse avant de reporter son attention sur la jeune femme.   « Je me demande très sincèrement comment vous faites pour garder votre patience. Ca ne doit pas être facile tous les jours de gérer une maison. Surtout que l'adolescence est l'âge ingrat. C'est l'époque où on se construit, quand on a besoin de se faire notre place. » Elle roula des yeux. La voilà en train de philosopher sur l'adolescent et son comportement. Elle était vraiment absurde et tellement imprévisible. Elle-même ne se doutait pas une seule seconde qu'elle serait capable de faire ça.  « Certains sont même des rebelles, ils ont besoin qu'on leur pose des limites, mais ils les cherchent. Moi-même, je déteste l'autorité. Derrière ma gueule d'ange, je cache une aversion pour le règlement et...  » Elle s'arrêta tout net en se rendant compte de ce qu'elle était réellement en train de faire. La bourde ! Maintenant, il fallait réparer tout ça. Et très rapidement.   « J'ai toujours été très curieuse et quand on me dit que tel endroit est interdit, bah bêtement j'y vais, comme tout gryffondor digne de ce nom.  » Ah bah voilà, elle n'arrangeait vraiment pas son cas. Maintenant, il fallait faire entrer l'histoire de l'autorisation que lui avait donné le professeur Tsuki.  « En fait, les créatures magiques me passionnent et comme la plupart se trouve là-bas, ça me semblait bête de ne pas y aller. Mais j'ai le droit d'y aller en fait. Le professeur de soins aux créatures magiques m'a donné une autorisation.   » Et preuve à l'appui, elle sortit le papier de son sac et le tendit à la directrice de poufsouffle. Teruki avait trouvé bon de lui permettre d'aller partout dans Poudlard, ce qui incluait la foret interdite. C'était écrit noir sur blanc, signé de la main de ce dernier.

Lumen fronça les sourcils. C'était rare de trouver des élèves comme elle ? Ah tiens, c'était la première fois qu'on lui disait ça. Mais devait-elle le prendre bien ou mal ? Alors, c'était la question à deux gallions. Celui qui y répondrait, Lumen lui donnerait ses économies.  « Ah bon ?    » Dit-elle en approchant sa tasse de sa bouche pour en avaler les dernières gorgées. Seulement quand elle entendit le prénom de son cousin, elle s'arrêta tout net. Oui, ça elle savait que ces deux-là se connaissaient mais pourquoi Caroline lui parlait-elle de lui ? Après tout, Lumen ne l'avait même pas cité. Quand elle comprit le pourquoi du comment, elle manqua de renverser le chocolat chaud sur ses vêtements. Elle préféra reposer la tasse sur le bureau, c'était tout de même bien plus prudent. Elle écouta donc la suite. Lumen se râcla la gorge quand cette dernière lui laissa la parole.   « Comment vous avez fait pour obtenir cette information ?    » Demanda t-elle en se rappelant du caractère taciturne de son cousin. Elle ouvrit grands les yeux, réfléchissant à cette idée.  « Je ne veux pas vous vexer, mais Aiden n'est pas quelqu'un de très bavard. Il est plutôt dans les actes en fait. Il préfère s'enfermer et garder tout pour lui que dire quoique ce soit. Et il faut lui tirer les vers du nez pour qu'il dise quelque chose qui ressemble à "je tiens à toi". C'est hallucinant. » Et elle n'exagérait rien. Très sincèrement. Par contre, il n'avait pas que ce défaut-là. Mais elle ne comptait pas étendre la vie de son cousin sur la place publique. Même si pour le moment, il n'y avait que Caroline pour l'écouter et transmettre ce message à quelqu'un d'autre. Quoique Peeves pouvait peut être s'amuser à écouter aux portes, mais elle ne voyait pas trop d'intérêt à ce moment précis. Après tout la vie d'Aiden n'avait rien d'exceptionnel.  « En tout cas, il doit avoir vraiment confiance en vous et vos capacités pour vous confier une tâche aussi ardue. Il sait que je peux être particulièrement pénible et que je n'ai pas besoin de nounou.    » Elle ne voyait pas trop pourquoi il avait demandé à Caroline de veiller sur elle, peut être pour la simple raison que d'où il était à Londres, il ne pouvait pas se permettre de faire ça. N'empêche envoyer des espions, c'était pas forcément la chose la plus adéquate non plus.  « Il m'a expliqué que vous étiez sortis ensemble lors de sa dernière année. A ce jour, vous êtes sans aucun doute la seule relation sérieuse qu'il ait eu. Avec le métier qu'il fait, il ne trouve même pas le moyen d'avoir du temps pour lui. Puis vous devriez voir la maison dans laquelle il vit. On dirait que personne n'y a été invitée depuis longtemps. Une véritable maison de célibataire.   » C'est qu'elle n'éprouvait aucune honte à raconter la vie de son cousin. C'était sa petite vengeance personnelle. Et tac. Il ne fallait pas demander à ce qu'on la surveille. Bien sûr qu'elle le faisait exprès et dans un sens, elle ne ferait pas ça si elle ne savait pas que Caroline était digne de confiance.

_________________


Les fleurs du mal
Helen Keller ☽ The best and most beautiful things in the world cannot be seen or even touched. They must be felt with the heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous

Invité

everybody talks (caroline) Empty
Message Sujet: Re: everybody talks (caroline)   everybody talks (caroline) Icon_minitimeMar 24 Mar - 23:58

Lumen parlait librement et j'étais heureuse de cela. Dès que je rencontrais un élève, je m'attendais au pire de choses. Et plus particulièrement aujourd'hui, j'étais persuadée que Lumen ne s'ouvrirait pas aussi facilement à moi et refuserait sans doute même de me parler. Après tout, je ne la connaissais pas vraiment. Elle donnait l'impression de ne pas s'intéresser à mes cours mais ramener des bonnes notes. Lumen était intelligente et avec son explication, je comprenais mieux quelle personne elle était. Elle ressemblait aussi à Aiden ce qui me fit sourire. Elle répondait à mes questions, sans trop s'étendre, et avait du mal à parler d'elle, exactement comme son cousin. C'était amusant.
Je bus une gorgée de mon chocolat encore fumant tout en l'écoutant parler de la difficulté de mon métier.

- Oui, ce n'est pas toujours évident, c'est vrai. En plus, vu que je suis "jeune", ou on va dire, plus jeune que mes collègues, certains considèrent que je peux être leur copine et que je peux ainsi être cool avec eux...

Je souris à cette pensée. Pas plus tard que la semaine dernière, j'avais trouvé deux Poufsouffles de dernière année, traînant dans les couloirs une heure après le couvre-feu. Lorsque je les avais surpris, ils s'étaient trouvés attraper et avaient inventé une excuse bidon. L'un d'eux avait même essayé de me draguer. Je m'étais sentie affreusement gênée mais aussi déstabilisée. Ainsi je n'étais pas un professeur très intimidant et avec qui les élèves considéraient qu'ils pouvaient faire ce qui leur chantaient ? Je m'étais énervée mais même comme ça je n'osais pas leur mettre une heure de retenue. Je les avais renvoyé illico dans leur dortoir et le lendemain, j'avais appris qu'ils n'étaient pas rentrés dans leur salle commune, mais qu'ils avaient fait un détour, se faisant ainsi choper par le concierge et obtenant ainsi deux heures de retenue. Dans un sens, j'avais été plutôt satisfaite. Ils le méritaient et ça n'avait pas été moi qui leur avait donné. C'était un peu dégueulasse de penser ça, mais j'avais vraiment du mal à mettre des retenues. Ironique, quand on savait que j'avais du mettre en retenue Lumen pour lui parler à l'instant.
Cette dernière commit alors une gaffe lorsqu'elle m'annonça qu'elle ne respectait pas le règlement. Souriante, je bus une deuxième gorgée de mon breuvage, et écoutais la Gryffondor s'expliquer. Elle me parla du professeur de Soins aux Créatures Magiques avec lequel je m'entendais plutôt bien. Mais ce qui m'étonnait c'est qu'il lui avait donné une autorisation comme ça. Pouvait-on vraiment autoriser un élève à se balader partout dans l'enceinte de Poudlard comme ça ? N'était-ce pas un dangereux ? Enfin c'était lui qui en prenait la responsabilité. Néanmoins, Aiden m'avait un peu confié celle de Lumen et je lui fis alors remarquer :

- Mais ne risques-tu pas un peu ta vie ainsi ? Je comprends que tu veuilles peut-être jouer la courageuse ou même la curieuse, mais tu dois veiller à faire attention et... tu connais au moins quelques sorts de défense au cas où ?

J'espérais qu'elle n'allait pas trop prendre mal ces questions. Je m'inquiétais simplement pour elle. Par la suite, je lui dis que c'était plutôt rare de trouver des personnes comme elle et m'interrogea là-dessus. Je m'appuyais contre le dossier de ma chaise et jouais avec une mèche de mes cheveux :

- Oui, comme tu le faisais remarquer tout à l'heure, l'adolescence est l'âge ingrat. On cherche ses repères, à savoir qui on est, c'est aussi l'époque des premiers amours, de la rébellion. Peu de personnes s'intéressent alors aux cours. Ceux qui le font sont bien souvent des personnes qui n'ont que les études dans la tête. Alors que toi... tu as juste une bonne culture générale et je crois que tu t'en sors pas mal dans les autres matières sans être une grosse tête ! J'admire beaucoup les gens comme toi..


Lorsqu'on évoqua le sujet "Aiden", je remarquais que Lumen était plus.. gênée. Elle avait l'air vraiment étonnée que ce dernier m'ait demandé de veiller sur elle. De toute façon, je ne comptais pas lui cacher. Aussi, je m'empressais de répondre :

- Oh que oui, Aiden n'est pas une personne bavarde... Il a du mal à dire ses sentiments et ne parle pas beaucoup de lui. Et je crois que c'est justement pour ça qu'il m'a demandé de veiller sur toi...

Je marquais une pause, le temps de lui faire rentrer ces phrases en tête, puis je repris d'une voix douce :

- C'est une manière pour lui de dire qu'il tient à toi. Je pense que tu comptes énormément pour lui, tu es de sa famille et tu vis chez lui, il se sent responsable de toi.

J'éclatais de rire à sa remarque suivante et croisais les jambes sous le bureau, d'un air plus détendu qu'au début de la conversation.

- Si tu ressembles autant à Aiden que j'ai l'air de le remarquer pour le moment, je comprends tout à fait ça ! Et puis tu es une Gryffondor dans l'âme : une personne forte et courageuse, indépendante et libre ! Je sais que tu n'as pas besoin que je te surveille, mais il veut quand même que je garde un œil sur toi et c'est ce que je ferai...

Je pris un air un peu plus sérieux. Je ne savais pas si ça lui plaisait ce que je venais de lui dire mais je tenais à mettre les choses au clair.

- Aiden me fait confiance et je m'en voudrais s'il t'arrivait quelque chose même si j'ai du mal pour l'instant à voir quoi ! Je ne veux pas être sur ton dos tout le temps ni quoi que ce soit de ce genre, mais si tu as un problème, tu pourrais venir m'en parler ?

Lumen me parla de la vie d'Aiden. Ainsi il n'avait vraiment pas eu de relations sérieuses comme il me l'avait dit. Ca m'étonnait bien un peu car il n'était pas vilain. Mais c'est vrai que son boulot ne lui permettait pas de s'intéresser plus que ça aux filles. Je ris un peu lorsqu'elle évoqua la maison de son cousin.

- Le pauvre, ne dis pas de mal de lui... même s'il n'est pas là pour l'entendre... Je trouve bizarre quand même qu'il n'ait pas eu de relations sérieuses depuis... depuis moi, dis-je, pensive.
Revenir en haut Aller en bas
Lumen Macmillan
CŒUR DE LIONNE

CŒUR DE LIONNE
+ SORCIER DEPUIS LE : 23/08/2012
+ PARCHEMINS : 5770

everybody talks (caroline) Empty
Message Sujet: Re: everybody talks (caroline)   everybody talks (caroline) Icon_minitimeMar 31 Mar - 22:30

Everbody talks  
 Lumen laissa échapper un petit rire amusé. Plus jeune que ses collègues. A dire vrai, elle avait un âge assez similaire aux élèves. La gryffondor fronça les sourcils. Il fallait reconnaitre qu'elle ne pouvait pas s'empêche de voir autrement que comme... une sorte de grande sœur, peut être aussi parce qu'elle faisait plus jeune que son âge. « Parmi les professeurs, vous êtes la plus jeune, vous avez l'âge d'être la grande sœur de la plupart d'entre nous.   » C'était vrai, autant l'admettre. Et Lumen ne pensait pas autrement, d'autant plus que sa franchise était légendaire, parfois assez agaçante, mais quand même. Elle ne pouvait pas s'empêcher de dire un mot de trop. C'était elle et il fallait faire avec. Mais la jeune Macmillan ne voyait pas cela comme quelque chose de spécialement négatif ou positif. Elle ne voyait pas trop ce que l'âge apportait ou non. Ce n'était pas l'important. Non, ce que importait à Lumen c'était plutôt le caractère. Lumen avait fait une belle erreur en parlant de la foret interdite et ce qu'elle y faisait. En vérité, elle se contentait juste d'observer les sombrals et de les dessiner à l'occasion. Elle fronça les sourcils... Jouer à la courageuse ou à la curieuse ? Elle ne jouait pas. Lumen ne jouait jamais. Elle avait parfaitement conscience des risques qu'elle prenait. Et très franchement, elle s'en moquait éperdument. « Je ne joue pas.   » Quatre mots dits sur un ton qu'elle n'avait jamais employé en compagnie de Caroline. Elle ne parlait pas mal... mais disons que sa voix était sans appel. « Et qu'est-ce que je risque ? Un bras cassé ? De me faire mordre par une créature aussi moche que débile ? Une flèche dans le cul tirée par un centaure ? Ou alors la tête tranchée à cause d'un des sabres d'un prof ? » Elle faisait référence à ses expériences. Elle haussa finalement les épaules. Elle n'était pas particulièrement froide, juste blasée en fait. Lasse qu'on s'inquiète pour elle. Agacée qu'on essaie toujours de la raisonner. Elle avait probablement vu assez de choses pour savoir ce qu'elle faisait et où elle mettait les pieds. « Puis ce serait un comble que la cousine d'un auror ne connaisse pas quelques sortilèges défensifs.  » Termina t-elle dans un demi sourire. Dans un sens, elle n'avait pas tord. Ses réflexes étaient bons, ses connaissances plus que conséquentes. Ce n'était pas pour rien que Lumen était la petite 'chouchoute' de la professeure de défense contre les forces du mal. Les enseignants plaçaient de grands espoirs en elle et pas seulement parce qu'elle était douée, mais aussi parce qu'elle avait de l'ambition. Elle savait ce qu'elle voulait faire. « Oh vous savez si je n'ai pas optimal en DCFM, c'est un drame pour moi.  » Histoire de bien montrer qu'elle était quand même impliquée dans ses études.

Parler d'Aiden n'était pas forcément que Lumen appréciait le plus. A dire vrai, ce qu'elle apprenait de la bouche de Caroline la dérangeait vraiment. La directrice de Poufsouffle eut une drôle de manière d'expliquer pourquoi Aiden lui avait demandé de veiller sur elle. Elle arqua un sourcil, tentant de réfléchir à ce sujet. Méditant là-dessus, elle garda de longues minutes avant de reprendre la parole : « Vous êtes en train de me dire qu'il a détourné votre discussion sur moi parce que vous parliez de sentiment et que cela le mettait mal à l'aise ?   » Elle essayait de comprendre sincèrement où elle voulait en venir. Ce n'était pas parce qu'il parlait pas beaucoup de lui qu'il voulait qu'elle veille sur lui. M'enfin en attendant, elle ne tenait pas à avoir une énième baby sitter. « Hum... Quand est-ce que vous l'avez rencontré ?  » Elle ne savait pas elle-même pourquoi la question était sortie de sa bouche. Comme quoi. Peut être était-ce une diversion. Aiden se sentait responsable d'elle... Alors elle représentait une charge pour lui ? Elle ignorait si elle devait bien le prendre ou pas. Elle n'avait pas vraiment besoin qu'on la considère comme telle et que par dessus le marché on lui fasse remarquer. Caroline lui faisait donc remarquer qu'elle ressemblait à Aiden... Elle n'avait pas vraiment qu'on lui dise pour le savoir. « Ce n'est pas parce qu'il vous l'a demandé que vous êtes obligée de le faire ! Je n'ai pas besoin qu'on veille sur moi. Qu'est-ce qui peut m'arriver à Poudlard très sincèrement ?  Admettez-le, je ne suis pas en danger ici. La seule chose qui peut arriver, c'est que je finisse avec une petite entaille dans le bras et que je sois forcée d'aller à l'infirmerie.  » Elle sourit, espérant la convaincre de ne pas faire ce qu'elle s'apprêtait à faire. Veiller sur elle... Qu'est-ce qu'elle n'aimait pas l'idée  ! « Rien d'extravagant !   » Insista t-elle. Elle avait peur qu'on finisse par empiéter sur sa vie. Elle avait peur que Caroline raconte certaines choses à Aiden qu'elle ne voulait pas qu'il sache. Comme les fiançailles avec Aleksey, ou même sa relation difficile avec Barry. Elle ne serait pas tout le temps sur son dos. Elle n'était pas forcément rassurée, à dire vrai. Elle lui demanda ensuite si elle pourrait venir lui dire ce qu'elle a sur le cœur si elle avait un problème. Elle baissa les yeux vers sa tasse à présent presque vide. Un maigre sourire se dessina sur le visage de la douce et gentille Lumen. Elle était si triste... « Si j'ai un problème. Là, maintenant, je viens juste d'y penser ! Un problème d'envergure en fait. Un problème pour tous les gryffondors. Et je peux vous assurer que tout le monde vous en serait reconnaissant si vous arriviez à le régler ! » Elle avait relevé la tête, un regard empli d'espoir et un sourire lumineux, particulièrement amusé, mais aussi malicieux. Elle doutait que Caroline était capable d'un tel exploit. « Est-ce que vous pourriez expliquer au dit Barry avec tout le doigté dont vous êtes capable que faire de la guitare sept jour sept jusqu'à minuit n'est pas une chose à faire ? J'aurai bien demandé au professeur Von Staël, mais je suis persuadée qu'elle serait capable lui greffer sa guitare pour l'empêcher de jouer. Ce serait dommage quand même... » Elle afficha un léger sourire hypocrite. Dommage ? Comment ça ? C'était la seule chose qu'elle était capable de dire pour le moment.

Caroline la surprit ensuite. De ne pas dire de mal d'Aiden ? Elle ne dirait rien de mal sur son cousin. Au contraire, c'était la stricte vérité. Mais au moins, à ce moment-là, ça ne la dérangeait pas. Au contraire, causer de lui et casser un peu de sucre sur son dos l'amusaient même énormément. Elle secoua la tête, riant doucement en pensant à la maison de célibataire de son cousin qu'elle avait rejoint très récemment. « Ce qu'il ne sait pas ne peut pas lui faire de mal. » Dit-elle sur un ton amusé. Visiblement, elle se demandait bien comment il avait fait son compte pour ne pas être sorti avec une autre fille après elle. Mais Lumen trouvait bizarre la façon dont elle parlait d'elle-même. Apparemment, elle n'était pas très convaincue à l'idée d'être la seule femme qui ait vraiment compté dans la vie du jeune Prewett. « Vue qu'il est aussi doué que moi pour voir ce qui se trouve devant lui, alors il est normal qu'il soit encore célibataire. » Elle n'était vraiment pas douée avec les garçons, dans un sens, ça l'arrangeait même un peu. Elle pouvait mettre la faute sur son incapacité à exprimer ses sentiments. Elle posa ses doigts fins et pâles sur le rebord du bureau. Lumen comprenait que ce ne soit pas non plus la priorité d'Aiden. « Puis avec le boulot qu'il fait, c'est pas facile. »

_________________


Les fleurs du mal
Helen Keller ☽ The best and most beautiful things in the world cannot be seen or even touched. They must be felt with the heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous

Invité

everybody talks (caroline) Empty
Message Sujet: Re: everybody talks (caroline)   everybody talks (caroline) Icon_minitimeDim 5 Avr - 19:05

Sa remarque ne me vexa pas. Dans un sens ça me faisait me sentir jeune mais aussi ça me permettait de voir que peut-être les élèves étaient plus aptes à s'ouvrir à moi. Il était plus difficile de se confier à une personne plus vieille, elle n'était pas de la même génération, ne pouvait pas comprendre certaines choses, nous rappelait nos parents. Si les élèves me voyaient comme une grande sœur, ça le permettrait de venir me voir plus facilement. Même si je devais imposer des limites et essayer de me faire respecter. Je pouvais les aider et être gentille avec eux, sans me faire marcher dessus.
Ce que je répondis par rapport à sa remarque sur la Forêt Interdite la refroidit un peu. En tout cas elle me répondit sèchement et je compris qu'elle avait du le prendre mal. Ce n'était évidemment pas mon but, et je me mordis la lèvre un peu gênée, écoutant la suite. Ses propositions étaient toutes aussi plausibles ... sauf la dernière. Laquelle d'ailleurs je ne compris pas la référence mais décidai de ne pas m'y attardée dessus. Lumen parlait d'une voix lasse, lasse qu'on lui rappelle peut-être les risques qu'elle encourait ? Je reconnais que quand j'étais à Poudlard je n'avais jamais pris la peine de parler de la Forêt Interdite à ma mère et quelle créature y était. Mais tante Elizabeth avait un jour fait la gaffe et maman avait passé les vacances de Noël à me faire la morale. Même avant ça je ne m'étais jamais aventurée dans la Forêt. Pas par peur. Mais parce que je n'y voyais pas l'intérêt. En tout cas pendant deux mois, ma mère m'avait envoyé des lettres en mentionnant à chaque fois que je ne me rende pas dans la Forêt. Par la suite, j'avais le droit à ma leçon chaque fois que je rentrai et que je re-partais. Autant dire que ça m'avait vite agacée. Dans un sens, je comprenais la Gryffondor qui, si elle l'avait déjà entendu plusieurs fois déjà ne devait pas apprécier que moi aussi je lui répète. Cette dernière me rassura en me faisant remarquer qu'étant la cousine d'un Auror elle s'y connaissait en matière de sorts défensifs. Je souris à mon tour et reconnus :

- Oui, je m'inquiète un peu trop vite sûrement et je n'avais pas pensé à ça. Mais si la Forêt est interdite, ça doit bien être pour quelque chose... Enfin, oui, tu as l'air bien impliqué dans chacun de tes cours, donc je te fais confiance

Le sujet "Aiden" lui fit poser une drôle de question et si j'avais été en train de boire quelque chose, je me serai sans aucun doute étouffée.

- Non non pas du tout ! Je voulais, enfin, on ne parlait pas de nos sentiments...

Ca me dérangeait un peu de parler d'Aiden comme ça face à une élève, d'autant plus face à sa cousine. Je ne souhaitais pas évoquer mes sentiments, d'ailleurs je n'en avais pas, et ceux de Aiden non plus. Lumen me demanda alors quand Est-ce qu'on s'était rencontré et je me ressaisis pour lui répondre :

- Dans Pré-au-Lard, il était venu se promener et on a alors discuté un peu...

La discussion prenait un mauvais tournant alors qu'elle était bien partie. Je sentais que j'avais un peu énervée Lumen en lui avouant que son cousin m'avait demandé de veiller sur elle, mais je m'étais aussi sentie mal à l'aise quand elle s'intéressait à ma relation avec Aiden. La jeune Gryffondor se lança alors dans ces explications et tenta de me convaincre qu'elle pouvait se gérer seule. Il était vrai qu'elle était assez grande et qu'elle pouvait veiller sur elle. D'autant plus que Poudlard était un endroit sûr, malgré les temps qui couraient.

- Oui tu as bien raison, mais mets-toi à la place d'Aiden. Tu es sous sa responsabilité et il veut veiller à ta sécurité. Même s'il sait que tu es une élève brillante et que tu connais assez de sorts pour t'en sortir, il s'en voudrait s'il t'arrivait malheur...

Je ne voulais pas plus défendre Aiden mais dans un sens je le comprenais. Les personnes de sa famille étaient très importante pour Aiden et il était très loyal envers elles. Mais je savais que Lumen souhaitait son indépendance et n'avait sans doute pas envie d'être pouponnée.

- Comme je te l'ai dit, je ne serai pas sur ton dos, je comprends que tu souhaites prendre un peu ton indépendance et que tu n'aies pas forcément envie d'avoir quelqu'un sur toi en permanence, mais je maintiens quand même que si tu as un problème, la porte de mon bureau reste ouverte

Justement, à propos d'un problème, la Gryffondor en évoqua un. Mais pas seulement un problème qui ne la concernait qu'elle, mais tous les Gryffondors. Je l'écoutais jusqu'au bout et finis par éclater de rire. Ainsi donc, au nom de tous les Gryffondors je devais convaincre Barry de moins jouer le soir pour respecter le sommeil des autres. Elle n'avait pas tort, quelqu'un devait lui dire mais je doutais réellement que ce soit à moi de le faire.

- Eh bien, même si je ne suis pas sûre de pouvoir vraiment y arriver, j'essaierai de lui en parler quand même, dis-je, toujours un petit sourire aux lèvres.

Le sujet de la conversation s'orienta à nouveau sur Aiden et elle évoqua ses difficultés à trouver quelqu'un. Je restais pensive à ce sujet, n'osant pas trop dire quoi que ce soit devant la cousine du concerné.

- Oui, c'est sûr que ça doit être un peu dur de trouver quelqu'un...

Et avec un petit sourire, et aussi pour changer de conversation, me sentant un peu mal à l'aise sur ce terrain, je dis :

- Et toi de ce côté-ci ? Ca se passe bien ? demandais-je en parlant de ses amours.
Revenir en haut Aller en bas
Lumen Macmillan
CŒUR DE LIONNE

CŒUR DE LIONNE
+ SORCIER DEPUIS LE : 23/08/2012
+ PARCHEMINS : 5770

everybody talks (caroline) Empty
Message Sujet: Re: everybody talks (caroline)   everybody talks (caroline) Icon_minitimeVen 10 Avr - 23:56

Everbody talks  
Lumen était mitigée au final sur sa conversation avec Caroline. D'un côté, elle était bien contente de ne pas avoir à faire les tâches ingrates que le concierge ne souhaitait pas faire et dans un sens la directrice de Poufsouffle était plus que gentille. Elle avait même l'impression d'être dans un salon de thé par bien des égards. Et elle n'allait pas s'en plaindre. Toutefois, la professeur abordait des sujets qui agaçaient un peu Lumen, dont la foret interdite et les risques qu'elle encourait. Si elle en avait quelque chose à faire, la gryffondor aurait pris sur elle pour ne pas retourner là-bas.  « Très sincèrement, dites à quelqu'un de ne pas aller quelque part parce que c'est interdit, ça fonctionnera pas. Au contraire, c'est le meilleur moyen pour le pousser à y aller justement. A moins que ce quelqu'un soit juste bête et discipliné. Et comme les adolescents ne le sont pas, ça ne va pas.  » Elle haussa les épaules. Elle ne se sentait ni bête, ni disciplinée, mais plutôt rebelle, revêche et téméraire. Et elle était fière d'elle, de déjouer le règlement en toute discrétion. Et avec l'autorisation signée de la main d'un professeur, elle pouvait le faire sans honte. C'était comme les élèves les plus intelligents, on leur donnait l'autorisation d'aller dans la réserve alors qu'elle était interdite. « Puis soyez honnête, vous n'y aller pas vous dans la foret interdite ? Vous direz que vous êtes bien obéissante ? Ou que vous avez un petit côté aventurier ?   » Elle ne savait pas vraiment pourquoi elle posait cette question. S'intéressait-elle réellement à la personnalité de l'enseignante ? Allez savoir. Peut être bien oui. Après tout, il s'agissait de l'ancienne petite amie d'Aiden, son cousin. A travers cette réponse, elle en saurait probablement davantage sur ce dernier. « Je dirai que je suis investie dans les trois quarts de mes cours oui. La divination ne m'intéresse vraiment pas. Je n'y comprends rien. C'est beaucoup trop abstrait pour moi. Alors, j'ai abandonné depuis longtemps. Concernant l'astronomie, ce n'est pas mon truc non plus. Pour moi toutes les étoiles se ressemblent.   » Elle haussa les épaules. Ca n'avait pas de grande importance de toute façon. Qu'est-ce que ça pouvait bien changer après tout ?

Aiden. Ou comment être le centre de conversation d'une blonde et d'une brune. D'une certaine manière, Lumen trouvait que c'était déjà pas mal pour une première discussion. Elles avaient trouvé un fil conducteur. Même si elle aurait tout de même aimé en avoir trouvé un autre. Mais on faisait avec les moyens du bord que voulez-vous ? « Hum non, je ne suis pas sous sa responsabilité. Du moins pas légalement. Mes parents sont toujours envie et c'est mon père mon responsable légal. En vérité, j'ai même passé que deux semaines chez lui cet été et mes fugues, ça arrive souvent. Donc on peut pas vraiment dire que je suis sous sa responsabilité.   » Esprit de contradiction bonjour. Elle lui offrit un faible sourire en réponse à la suite. Elle ne comptait pas être sur son dos. Elle le répétait. Histoire que ça rentre bien pour être certaine que ça se soit bien enregistré. Lumen se dit finalement qu'il ne servait à rien d'ajouter quoique ce soit. Pour le moment, elle se contenta d'un simple : « merci  » tout en haussant légèrement les épaules. Elle ne se voyait pas lui raconter sa vie, ni vraiment lui demander des conseils. Elle acceptait l'idée de faire amie/amie avec elle, mais lui confier ses petits secrets et l'appeler à l'aide étaient deux choses au dessus de ses forces. Toutefois, pour jouer le jeu et par pur amusement, elle lui parla de Barry et de son gros problème de guitare. Ça ne voulait pas entrer dans sa petite tête, même si depuis les deux derniers jours, il ne le faisait plus vraiment. « Sait-on jamais. Qui ne tente rien n'a rien.   » Mais une fois de plus, Lumen dériva de nouveau sur Aiden. A croire que c'était le centre du monde. Hallucinant. Elle essayait de faire comprendre à Caroline que c'était difficile pour lui, à cause de son travail principalement. « Je pense que ça l'est pour personne finalement. Les choses se font rarement simplement. Et les fins heureuses comme dans les contes de fées, c'est juste un doux rêve éveillé. Si la princesse finissait toujours avec son prince charmant, ça se saurait. » Elle prenait déjà exemple sur sa tante, qui elle avait aimé un homme, mais ce dernier s'était révélé particulièrement crétin. Puis ses parents ne donnaient pas vraiment une très belle image de l'amour et des happy ends.

Ses yeux devinrent alors deux billes. Surprise, limite choquée. Si elle avait bu quelque chose, aucun doute, elle se serait étouffée. Combien de temps se passa t-il avant que Lumen reprit la parole ? Elle se mordit la langue. Comment pouvait-elle se sortir de là ? « Oh, je n'ai pas grand-chose à faire de ce côté-là. » Dit-elle amèrement. Très sincèrement, elle n'avait rien à faire. Juste à dire amen à ses parents. Ils lui avaient trouvé un fiancé et ils ne lui laisseraient pas le choix « Mes parents font les choses très bien pour moi. » Pour tout dire, elle n'avait pas trop à se plaindre d'Aleksey, pour le moment en tout cas. Elle avait entendu dire que Dawn Blackwood n'était pas ravie du choix de ses parents. Elle, Lumen, pour le moment, elle ne savait pas trop. Elle préférait prendre un peu de temps avant de se décider et de se faire une véritable opinion. « Puis, j'ai d'autres choses à faire que de m'enticher d'un mec.  » Superbe réplique. Les mots très bien choisis. Elle ne disait pas les mots par hasard. Elle pensait vraiment que sortir avec un garçon ne servait pas à grand-chose, sauf peut être pour faire comme les autres. Bien sûr, elle avait eu quelques relations amoureuses sérieuses ou pas, mais rien d'exceptionnel. Rien de passionné et passionnant à raconter.

_________________


Les fleurs du mal
Helen Keller ☽ The best and most beautiful things in the world cannot be seen or even touched. They must be felt with the heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous

Invité

everybody talks (caroline) Empty
Message Sujet: Re: everybody talks (caroline)   everybody talks (caroline) Icon_minitimeLun 13 Avr - 16:23

- Très sincèrement, dites à quelqu'un de ne pas aller quelque part parce que c'est interdit, ça fonctionnera pas. Au contraire, c'est le meilleur moyen pour le pousser à y aller justement. A moins que ce quelqu'un soit juste bête et discipliné. Et comme les adolescents ne le sont pas, ça ne va pas.

Je ris à ces paroles et décidai de ne pas plus insister. Lumen était téméraire, une vraie Gryffondor au final, et quoi que je lui dise ça ne l'empêchera de retourner dans la Forët. Mais elle savait se protéger, se défendre et jusqu'à présent elle allait bien. Par contre, si Aiden savait que je savais, ça n'irait pas. Aussi, j'ajoutais pour clore sur ce sujet :

- Comme tu veux, mais accorde moi une faveur, si Aiden apprend que tu peux aller dans la Forêt, je ne suis au courant de rien


Je lui fis un clin d'œil et finis ma tasse de chocolat chaud. Je ne craignais pas Aiden. Je voulais juste pas perdre sa confiance, et si je ne lui disais pas les promenades de sa cousine dans la Forêt Interdite, il m'en voudrait probablement. Dans un sens, s'il lui arrivait quelque chose, je me sentirai responsable puisqu'à présent j'étais dans la confidence. Mais Lumen était déterminée et aussi très têtue. Je ne pouvais rien lui dire pour l'en empêcher. Mais la jeune Gryffondor n'en avait pas terminé sur le sujet, ou du moins, elle souhaitait renverser la situation en me mettant à sa place. Je répondis alors du tact au tact :

- J'ai toujours eu un petit côté aventurier, c'est vrai, mais je savais que la Forêt était un endroit interdit, et j'avoue que je n'aimais pas tellement ne pas respecter le règlement... C'était plutôt mon frère et mon cousin qui s'occupaient de ça, et je ne les ai suivis que quelques fois....


Je me laissais replonger dans mes souvenirs. Lukas et Josh aimaient ne pas obéir aux règles, et j'étais souvent tentée de les suivre. Mais les dernières années j'avais des examens et j'avais grandi. Eux aussi, et ils préféraient s'amuser entre eux. Je n'avais jamais eu l'occasion de visiter la Forêt Interdite, c'est d'ailleurs pour ça qu'en début de cette année, j'y étais allée. Heureusement que Seth avait été là... Lumen reprit la parole, me ramenant au présent.

- Je comprends pour la Divination, c'est une matière assez .. spéciale, je dirai. Moi en tout cas, je n'y ai jamais rien compris. Pour l'Astronomie, je n'y connaissais pas grand chose non plus, mais je crois que je préférais encore cette matière à la Divination

Ayant été une élève plutôt sérieuse, j'essayais de faire des efforts dans toutes les matières, mais je reconnaissais que la Divination n'avait jamais été mon fort. Mais le pire de tout restait pour moi le cours de Potions, trop délicat à mon goût. Je plantais à chaque fois toutes mes mixtures.
Lumen m'expliqua comment se passait ses... "tours de garde" dans sa famille. Ce n'était pas du tout ce que je m'étais imaginée. En effet, Aiden n'avait pas l'air de maîtriser autant la situation que je le pensais. Mais je ne dis rien là dessus, préférant garder le silence. La Gryffondor parla des relations amoureuses en général et je hochais la tête.

- Tu as raison je crois bien..., dis-je, un peu rêveuse. Et puis si tout était aussi simple, ce ne serait pas amusant !

Lorsque je lui posais la question sur ses amours, je crus que la jeune femme allait faire un arrêt cardiaque. Aïe ! Sujet sensible pour elle aussi on dirait bien. Je ferais mieux de ne pas m'étaler trop longtemps... De plus, j'avais oublié qu'étant de Sang-Pur, elle était déjà promise à quelqu'un. Chose que je trouvais totalement débile. Si çane le gênait pas autant, je lui aurais alors demandé "Mais tu l'aimes ? Pourquoi respecter le choix de tes parents et ne pas faire le tien ? Toi qui a l'air d'aimer d'être rebelle ? Qu'Est-ce qui te retient ?". J'aurais pu lui demander. Mais pourtant je ne le fis pas.

- Tu es encore jeune, tu as le temps,
dis-je simplement, d'un ton plus ferme que je ne l'aurais voulu, signifiant la fin de la conversation.

Je tournais la tête sur le côté, où l'on voyait le parc plongé dans la nuit. Les traditions de Sang-Pur ne me plairaient jamais, je crois bien. Mais je n'étais pas prête, comme eux, à éliminer toute une "race" pour ça. Je l'ai respecté, même si je n'approuvais pas leurs façons de vivre.

- Tu peux partir Lumen, dis-je d'une voix plus douce, sans la regarder.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


everybody talks (caroline) Empty
Message Sujet: Re: everybody talks (caroline)   everybody talks (caroline) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

everybody talks (caroline)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Caroline Strauss [S]
» Hurricanes Caroline
» Caroline - Washington
» Caroline dispo
» Caroline ouragans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daily Prophet :: Paroles des Moldus :: Pensine :: Pensine des rps-