FERMETURE DU FORUM, plus d'informations par ici

Partagez
 

 Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold » Néroika

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Anonymous

Invité

Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold » Néroika Empty
Message Sujet: Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold » Néroika   Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold » Néroika Icon_minitimeLun 25 Aoû - 4:51


Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold
   Néroika
De toutes les saisons, l'hiver était la favorite de Néron. La vision de la neige blanche recouvrant le paysage lui procurait toujours ce même sourire enfantin. L'hiver, c'est le moment où tout s'arrête. C'est le temps des batailles de boule de neiges, et la saison où un chocolat chaud au coin du feu est le plus appréciable. Une nouvelle année venait de commencer. Et en ce froid mois de Janvier mille neuf cent quatre vingt, Néron n'avait même pas pris la peine de prendre des bonnes résolutions lors du traditionel réveillon. A quoi bon ? Il ne s'y tiendrait surement pas de toute manière. Le tente et un décembre pour lui n'était pas simplement synonyme de réveillon. En effet, il avait également soufflé sa seizième bougie ce soir là. La fête avait battu son plein cette nuit là, si bien qu'il s'était réveillé avec une bouteille vide à la main et entouré de deux jeunes et charmantes demoiselles. Habillées, mais tout de même ravissantes. Sa vie lui convenait très bien, et rien n'avait besoin de changer. Il avait de bons résultats scolaires qui satisfaisaient amplement les attentes de son père. Il avait une vie sociale, des amis sur qui il pouvait compter, des gens avec qui rire et être lui même sans craindre d'être jugé. Si sa vie le satisfaisait pleinement, son père n'était pas du même avis. Son héritier pouvait mieux faire. Il y a quelques jours, en plus de son exemplaire de la gazette du sorcier, Néron avait reçu une lettre à l'enveloppe jaunie, lui étant adressée. En voyant l'écriture anguleuse de son patronyme, le brun n'eut aucun mal à deviner la provenance de la missive.

Mon très cher  fils,

En tout premier, je te souhaite un très bon anniversaire. J'ai du mal à croire que cela fait déjà seize ans que tu est venu au monde. De l'argent te sera envoyé dans la semaine à venir, afin que tu puisse en profiter comme bon te semblera. Ta mère et moi-même t'envoyons tous nos vœux pour cette année à venir. Nous espérons qu'elle te réservera beaucoup de bonnes choses.

Bravo pour tes excellents résultats scolaires, tu ne semble pas prêt de me décevoir. Ta mère et moi étions ravis en voyant ton bulletin, avec de si bonnes appréciations sur ton travail. Si tu continue sur cette voie, je reconsidèrerai peut être la possibilité de te laisser te faire faire un nouveau tatouage lors des prochaines vacances scolaires. Bien que je n'en comprenne pas l'intérêt, il faut bien féliciter tes efforts. Je suis conscient que l'on obtiens pas de si bonnes notes sans faire preuve d'un travail sérieux, et assidu.

Même si tes études semblent aller pour le mieux, il n'en est pas forcément de même concernant ton cercle d'amis. La semaine dernière, je me suis entretenu avec Mr Caïn Black. Sa seconde fille, Nika, semble être une jeune femme charmante. On ne peut pas en dire autant de toi, ta réputation au près des parents des autres élèves semble laisser à désirer. Sans doute à cause de tes débordements. Tu sais bien, mon fils, que j'apprécie le fait que tu ne te laisse pas marcher sur les pieds. Tu assume cette drôle allure vestimentaire qui est la tienne, quitte à devoir te battre pour te faire respecter. Mais apprendre à maîtriser ta colère pourrait être une bonne chose. Prends contact avec Miss Black, je suis certain que vous vous entendrez très bien tous les deux. Elle t'apportera sans doute beaucoup en maturité. Et comme la plupart de tes amis sont des élèves de Serpentard, il te sera facile d'être présenté.

Envoie moi un hibou dès que possible.

Encore une fois, joyeux anniversaire et bonne année.
Prendre contact avec Nika Black, voilà la mission que lui avait attribué son père en guise de cadeau d'anniversaire, avec en plus une somme d'argent conséquente qu'il irait surement investir en partie dans un tourne disques afin de pouvoir écouter sa musique. C'était en effet, une chose aisée en théorie, que d'adresser la parole à quelqu'un. En pratique, les choses allaient sans doute être légèrement plus compliquées. Comment pouvait-il aborder une fille à qui il avait seulement parlé une ou deux fois, lors des match de Quidditch ? Néron ne connaissait pas vraiment la jeune femme. Ils n'étaient pas du même âge, ni de la même maison. Leur seule chose en commun semblait être un patronyme gage d'une pureté irréprochable. Les jours suivants, le jeune Aiglon s'était contenté de réfléchir à un plan d'attaque. S'il y a bien une chose qu'il détestait, c'était l’improvisation, car celle-ci laissait une trop grande place à l'erreur. Planifier semblait être la meilleure chose à faire. Il avait prévu de passer les premiers jours de la semaine à la bibliothèque, afin de terminer ses devoirs de vacances et de réviser pour être prêt à la reprise des cours. Seulement avec les directives de son père, le Lestrange lâchait souvent son parchemin du regard pour caresser son menton du bout de sa plume, réfléchissant à la meilleure façon d'exécuter les ordres qu'il avait reçu quelques jours plus tôt.

Quand pourrait-il parler à la vipère ? Peut être après son entraînement de Quidditch, puisque les Serdaigle avaient le terrain juste après ? Il ne pourrait pas la suivre dans les vestiaire de toute manière, afin d'échanger quelques mots en privé. Passer pour un détraqué et un pervers était la dernière chose qu'il désirait.  « Merde. » Retourner le problème dans sa tête ne servait sans doute pas à grand chose. Il devait planifier une rencontre, et faire en sorte que celle-ci semble fortuite. Il devrait faire appel à ses minces talents d'acteur. Ou tout simplement, il pouvait aussi aller voir Nika, et lui parler clairement, sans détour de ses intentions. Ou plus vraisemblablement, des intentions de son père. Est-ce que Mr Black avait lui aussi rédigé une missive à sa fille, pour lui parler de sa discussion avec Mr Lestrange senior ? Probablement pas. Après tout, pourquoi l'aurait-il fait ? On ne raconte pas ses journées en détail à son enfant. Être à Serpentard lui aurait sans doute simplifié la tâche. Mais voilà, Néron Lestrange ne fait jamais rien comme tout le monde et il avait fallu qu'il soit réparti chez les érudits plutôt que chez les ambitieux. A croire que sa soif de savoir était plus forte que son désir de pouvoir.

Mais voilà. Alors qu'il était installé à la bibliothèque près d'une fenêtre, un simple hibou au ramage noir se démarquant sur la neige blanche attira son attention. Prendre contact avec une inconnue ? Pourquoi ne pas lui donner simplement rendez vous dans un endroit peut fréquenté de l'école ? Surtout en cette saison, où les marches élimées sont glissantes à cause du givre. Fier d'avoir enfin trouvé une idée potable, le bleu et bronze s'était empressé d'écrire un mot à la va vite :

Mademoiselle Black,

Je souhaiterai que nous nous rencontrions dans un endroit discret, j'ai à m'entretenir avec toi. La volière me semble être une bonne idée, disons mercredi après midi, à 15h. Assure toi de ne pas être suivie, il ne faudrait pas que notre conversation soit entendue.

N. Lestrange


Deux jours plus tard, le Mercredi était arrivé. Il avait passé sa matinée à peaufiner les derniers détails de son devoir de potions, puis s'était préparé. Même si leur rendez vous n'était en aucun cas à caractère romantique, Néron avait choisit ses vêtements avec soin. Un pull noir et un jean délavé, des bottes trop larges pour ses longues jambes semblant décharnées, ainsi que son blouson de cuir. Après une bonne demi heure passée dans la salle de bain à se coiffer et à se maquiller, le jeune homme était fin prêt. Alors qu'il allait quitter la salle commune il fut interpellé par la voix d'une de ses camarades de classe, étonnée de le voir si apprêté lui qui s'était quelque peu négligé ces derniers jours, par manque de temps « T'as un rencard Néron ? » Souriant en coin à la remarque de la jeune femme, les Lestrange rétorqua avec un léger rire « Si on veut, oui. » Après avoir monté avec le plus grand soin les marches menant à la volière pour ne pas risquer de glisser, il ne lui restait plus qu'à attendre. Il avait préféré arriver quelques minutes en avance, pour être certain de ne pas manquer la vipère. A présent, il lui fallait espérer qu'elle ait bien reçu son mot, et qu'elle ait accepté de se déplacer pour le rencontrer. Dans le fond, rien ne l'y obligeait. L'issue de cet après-midi dépendait donc du bon vouloir de Nika Black. Et au fond de lui, Néron espérait qu'elle daignerait montrer le bout de son nez.

L'attente semblait interminable. Entamant une cigarette et tendant l'oreille à l’affut du moindre signe de la jeune femme, Néron resserra un peu plus son écharpe bleue et bronze autour de sa gorge. Il faisait particulièrement froid en haut de cette tour ouverte aux quatre vents. Et ce ciel gris hivernal s'étendant à l’horizon ne laissait en rien présager une quelconque amélioration météorologique. Soudain une plainte étouffée laissa présager l'arrivée de quelqu'un. Sortant pour voir de qui il s’agissait le Serdaigle esquissa un sourire satisfait. Nika Black avait daigné venir. Encore une dizaine de marches et il pourrait enfin s'entretenir avec elle. « Besoin d'aide ? ça glisse pas mal. »

Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold » Néroika Empty
Message Sujet: Re: Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold » Néroika   Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold » Néroika Icon_minitimeLun 25 Aoû - 19:31



stole summer's thrill and the river's craked and cold
ft. néron lestrange and nika e. black.


    Mademoiselle Black,

    Je souhaiterai que nous nous rencontrions dans un endroit discret, j'ai à m'entretenir avec toi. La volière me semble être une bonne idée, disons mercredi après midi, à 15h. Assure toi de ne pas être suivie, il ne faudrait pas que notre conversation soit entendue. N. Lestrange



Fixant le parchemin qu'elle venait de recevoir, la poupée de porcelaine était perplexe. Elle connaissait la famille Lestrange, bien entendu, mais elle se demandait bien ce que leur rejeton lui voulait. D'une année inférieure à elle, ce dernier avait fait le choix d'aller à Serdaigle ce qui, pour la belle Black, passait comme un manque de considération pour sa famille. Cependant, d'après son père, le choix de Néron n'avait pas été si catastrophique pour ses parents et la brune avait cessé de s'y intéresser. Froide et distante, Nika Black avait toujours eu un souci avec les relations sociales, ayant bien du mal à se lier et se livrer aux autres. La seule exception se trouvait en la personne de Dawn Blackwood qui se révélait être comme une extension de son propre être. Relisant avec intérêt la courte note dont elle était la destinataire, elle laissa un léger sourire énigmatique se pointer sur ses traits délicats. En temps normal, elle n'aurait donné aucune suite à ce genre de requête, ne prenant même pas la peine de se déplacer, sang pur ou non. Pourtant, il fallait avouer que Néron Lestrange avait eu la faculté d'éveiller sa curiosité ce qui n'était pas donné à tout le monde. Alors que tout ce qu'on lui disait coulait sur elle sans jamais ne l'atteindre, elle avait envie d'en savoir plus. L'ambiance énigmatique de la lettre avait un petit côté interdit qui plaisait à la quatrième année. Rangeant la lettre dans ses effets personnels, elle décida de se montrer au dit rendez-vous. Ainsi, le mercredi suivant, peu avant quinze heure, elle quitta la bibliothèque où elle avait travaillé tout l’après-midi, pour rejoindre la salle commune des serpentard et plus particulièrement son dortoir. Quittant son uniforme scolaire, elle enfila un jean et un gros pull en laine beige ce qui mettaient en valeurs sa chevelure d'ébène. Enfilant des bottes à ses pieds, elle compléta le tout en remettant sur ses épaules sa cape d'hiver. Posant un bonnet sur sa chevelure bouclée, elle jeta un coup d’œil à sa montre. Il ne lui restait qu'une dizaine de minutes pour rejoindre le lieu de rendez-vous secret.

Rejoindre la volière avait été un périple des plus compliqué. Alors qu'elle était en train de gravir les dernières marches, elle glissa et manqua de peu de tout dévaler sur les fesses. Étouffant un cri de surprise, elle s'agrippa aussi fortement qu'elle pu pour garder son équilibre. « Besoin d'aide ? ça glisse pas mal. » Relevant son regard vers Néron, elle fronça les sourcils légèrement. Vu la peur qu'elle venait de se faire, elle avait remarqué que le lieu était plutôt dangereux et glissant. N'avait-il pas un autre endroit en tête ? Secouant légèrement la tête, elle refusa son aide. Nika ne prenait l'aide de personne, elle préférait tout faire par elle-même, même si parfois cela lui prenait beaucoup plus de temps. Elle n'avait pas confiance en ceux qui l'entouraient et elle ne souhaitait pas leur laisser une occasion de lui demander un service à son tour. Elle n'était pas là pour contenter les élèves de Poudlard mais pour poursuivre son éducation magique et accéder un peu plus à la mission que Cain Black lui avait donné. Terminant de gravir les dernières marches, elle entra dans la volière. Après le périple du froid, elle était à présent confronter à l'odeur nauséabonde des fientes de hiboux. Pinçant légèrement son nez, elle frotta ses mains entre elles pour se réchauffer et libéra sa chevelure de sa prison de laine. Lorsqu'elle regardait le physique de Néron, les deux élèves étaient aux antipodes l'un de l'autre. Serdaigle un peu excentrique, le fils Lestrange présentait un look atypique alors qu'en face de lui, la poupée de porcelaine revêtait sa perfection réputée, douce et laissant son éclat se répandre dans la volière terne. Pourtant, leur regard était le même. Celui de l'enfant obéissant qui se pliait pour venir combler les attentes et les désirs les plus profonds de ses parents. Passant une main dans ses cheveux pour les renvoyer dans son dos, elle posa de nouveau son regard couleur terre sur le troisième année. « Tu souhaitais me rencontrer ? » La voix rauque de Nika s'éleva comme un murmure, faisant trembler quelques hiboux endormis qui la regardèrent avec un air mauvais, mécontents d'avoir être dérangés dans leur sieste. N'y prêtant pas garde, la belle continua. « Je me demande ce que tu peux bien vouloir me demander pour me faire venir dans un endroit pareil. » Jetant un coup d’œil autour d'elle, la brune à la peau de nacre ne se sentait pas du tout dans son élément. C'était peut-être cela qui lui avait donné envie de venir, après tout. Néron avait su la surprendre et celle qui paraissait toujours ennuyée ou agacée avait eu envie de savoir le fin mot de cette histoire. Resserrant sa cape contre elle alors qu'une bourrasque de vent venait les surprendre, elle garda le silence en attendant que le voile soit enfin levé.
879 mots / img @tumblr / code diesel


Dernière édition par Nika E. Black le Dim 31 Aoû - 13:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold » Néroika Empty
Message Sujet: Re: Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold » Néroika   Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold » Néroika Icon_minitimeLun 25 Aoû - 21:45


Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold
   Néroika
L'héritière de la famille Black faisait honneur à sa réputation. Une beauté froide, une jeune femme fière. En voyant sa réaction, Néron esquissa un sourire. Nika semblait vouloir se débrouiller seule, sans l'aide de qui que soit. Lui aussi comprenait ça, et aussi, il veillait à ne jamais demander un coup de main à personne pour quoi que soit. Réussir à faire les choses par soi-même procure une plus grande satisfaction que lorsqu'on est aidé. Il avait donc en face de lui une jeune femme forte, et indépendante. Parfait, c'était un trait de caractère qui l'enchantait. « Tu souhaitais me rencontrer ? » Écrasant son mégot et le faisant disparaitre d'un coup de baguette dans un geste élégant, le Serdaigle hocha la tête. « Je me demande ce que tu peux bien vouloir me demander pour me faire venir dans un endroit pareil. » Esquissant un sourire, le jeune homme garda le silence un instant. Ce besoin qu'il avait de dramatiser une situation même lorsqu'elle ce n'était pas nécessaire était l'un des aspects de sa personnalité   « La volière, c'est pas l'idéal pour un rendez vous romantique, avec les fientes de hiboux. Sans parler des courants d'air. C'est pour ça que je t'ai donné rendez vous ici, pour que t’aille pas croire que mes intentions sont... déplacées. » Le raisonnement pouvait sembler bancal. Mais Néron avait osé espérer que la brune soit une personne intelligente, capable de comprendre et de lire entre les lignes. S’avançant vers la porte des escaliers pour être certain qu'aucun élève n'allait monter, il esquissa un sourire satisfait. Personne ne semblait vouloir se risquer à monter ces marches glissantes.


« Mon père m'as demandé de prendre contact avec toi. » Aller droit au but, sans détours. A quoi bon tourner autour du chaudron ? Prenant appui contre l'un des murs de pierre élimés,le bleu et bronze chercha ses mots un court instant. « Il paraît que j'ai mauvais caractère. Selon lui, c'est un problème pour certaines choses. Notamment en ce qui concerne le mariage, je suppose. » A ces mots, il ne put retenir un rictus exprimant son dégout, et toute l'ironie de la chose. Néron Lestrange n'était âgé que de seize ans. Et pourtant, depuis le jour de sa naissance un poids pesait sur ses épaules. Son statut d'héritier l'obligerait tout au long de sa vie à faire certains sacrifices, au nom de la maison Lestrange. Il devrait se marier jeune, à une fille de sang pur qu'il n'aurait pas forcément choisit. Il devrait lui faire des enfants, quoi qu'il en coute, quitte à devoir la forcer. Qui sait, il était peut être lui-même né d'un viol conjugal. Il lui faudrait un jour à son tour devenir père d'un garçon, qui serait là pour transmettre le patrimoine. Entretenir la pureté du sang qui faisait la fierté de la famille, c'était pour ça qu'il était avait vu le jour.

« Dans sa lettre il te décris comme une jeune sorcière charmante. Le genre de fille que n'importe qui voudrait comme belle fille. Je dois devenir le gendre idéal, pour trouver un bon parti, et faire plaisir à mes parents. » Il est vrai que la demoiselle Black était d'une grande beauté. Ses boucles brunes et sa peau pâle lui conférait des airs de poupée, et rien ne semblait faux dans ses traits. Néron pour sa part avait hérité des yeux bleus de son père et de ses cheveux d'ébène. Il avait ce physique propre aux membres de la famille Lestrange, avec pour seule variante un visage plus doux, moins anguleux hérité de sa mère. A l'heure actuelle, Néron Lestrange n'était surement pas le beau fils rêvé. Si son patronyme lui donnait une certaine valeur et un prestige non négligeable, il devrait travailler sur plusieurs aspects. Premièrement, son style vestimentaire. Qui voudrait d'un garçon encore plus maquillé que la future mariée ? Deuxièmement, et c'était ce pourquoi Nika Black était là, il devrait travailler sa personnalité. Et notamment, apprendre à gérer ses crises de colères, afin de ne pas risquer l'homicide. Étrangler sa femme parce qu'elle vous énerve, c'est évidemment très mal vu. Soupirant et baissant les yeux, le brun murmura dans un souffle « Il faut que tu m'aide s'il te plait. » Savoir qu'il n'était pas encore le fils parfait aux yeux de son paternel le blessait dans son ego. Il avait pourtant fait tout son possible, depuis son enfance, pour qu'il soit fier de lui. Il avait serré les dents pour ne plus pleurer lors des punitions. Il avait fait en sorte de mener une scolarité brillante, afin de lui prouver qu'il pourrait avoir un avenir brillant. Il acceptait même de rencontrer différentes jeunes femmes de sang pur, pour assurer son avenir matrimonial. Mais visiblement, ce n'était pas assez. Et malgré tous les efforts du monde, ce ne serait surement jamais assez.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold » Néroika Empty
Message Sujet: Re: Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold » Néroika   Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold » Néroika Icon_minitimeMer 27 Aoû - 0:52



stole summer's thrill and the river's craked and cold
ft. néron lestrange and nika e. black.
« La volière, c'est pas l'idéal pour un rendez vous romantique, avec les fientes de hiboux. Sans parler des courants d'air. C'est pour ça que je t'ai donné rendez vous ici, pour que t’aille pas croire que mes intentions sont... déplacées. » Pour toute réponse, la poupée de porcelaine arqua un sourcil. Il lui paraissait insensé dans son esprit qu'elle ait pu penser une seule seconde que Néron lui ait demandé de venir pour causer sentiments et s'ouvrir l'un à l'autre sur un fond de musique à l'eau de rose. Le ton ainsi que les mots employés dans sa missive ne s'y prêtait pas. Au contraire, elle avait plus l'intuition qu'il souhaitait quelque chose de plus délicat de sa part que simplement son corps. Gardant le silence, elle se contenta de passer une langue furtive sur ses lèvres pour les humidifier et ainsi lutter contre le froid qui lui transperçais la chair pour s'attaquer directement à ses os. « Mon père m'as demandé de prendre contact avec toi. » Un fin sourire se dessina sur le visage anguleux de la serpentard. L'aigle n'y était pas allé par quatre chemins mais c'était une attitude qui plaisait à l'héritière Black. Vu le froid et l'endroit incongru de leur rencontre, il valait mieux se dépêcher et pouvoir se réfugier près d'un feu de cheminée au plus tôt. Le père Lestrange n'était pas connu pour être une personne très chaleureuse. Célébrité dans le cercle très fermé des familles de ang pur, il avait finit par décevoir dernièrement en laissant son fils héritier faire certaines choses comme, par exemple, intégrer la maison au blason bleu et argent. Nika n'était pas forcément d'accord avec ce laisser aller mais elle n'avait pas son mot à dire. A chaque famille, son éducation. Elle ne souhaitait pas que l'on fourre son nez de curieux dans les affaires de sa famille et c'est pour cette raison qu'elle n'exposait jamais à voix haute son avis sur les autres familles. La seule fois où elle s'est risquée à s'exprimer ce fut concernant le scandale autour de la naissance de Gale Rosier-Nott. Plus que des valeurs, sa prise de parole avait été motivée par la haine et le dégoût que lui provoquait l'élève de serpentard, de deux ans son aîné. Admiratif de la beauté et de l'éducation irréprochable de la poupée de porcelaine, le patriarche de la famille Lestrange n'avait jamais cessé de la complimenter et de féliciter son père sur le travail qu'il avait accomplit avec elle. Cependant, elle ne voyait pas trop ce qu'elle pouvait faire pour Néron. Elle n'allait pas se fiancer avec, son père ayant toujours eu le respect de ne pas lui imposer cette vieille ridicule. Nika finirait dans les méandres du mariage, mais elle aurait le droit de choisir son bien aimé tant que la pureté de son sang était à la hauteur de la sienne et que sa famille avait au moins autant de valeur que la sienne si ce n'était plus. Hochant doucement la tête, elle resta silencieuse, poussant ainsi le troisième année à continuer pour qu'elle sache réellement de quoi il s'agissait.

« Il paraît que j'ai mauvais caractère. Selon lui, c'est un problème pour certaines choses. Notamment en ce qui concerne le mariage, je suppose. » Doucement, Nika commençait à comprendre ce que l'on attendait d'elle. Fille insensible et toujours d'un calme effrayant, elle incarnait le sang froid dans sa réincarnation la plus distinguée. Elle comprenait Néron, il lui faisait penser à son petit frère qui, lui aussi, pendant un temps, avait cherché l'adrénaline et la nouveauté pour tenter de se détacher du poids qu'apportait le fait d'être un Black. Elle n'était pas vraiment enchantée de devoir aider Néron, surtout qu'elle n'était pas sûre que celui-ci ait réellement envie de cela. Elle n'avait pas de temps à perdre et faisait rarement quelque chose qui n'était pas dans son intérêt. Cependant, elle décida de ne pas refuser tout de suite, se doutant que derrière tout cela, se cachait d'une manière ou d'une autre, Cain Black. Patriarche charismatique pour qui elle vouait un amour inconditionnel, il semblait peut probable qu'il ne soit pas au courant de ce que l'on demandait à son trésor. « Le contrôle de soi n'est pas chose aisée. Si je comprend bien ce qui est en train de se mettre en place, il faut que tu en ais envie ou cela ne servira à rien. » Frottant ses mains pour se réchauffer, elle fit quelques pas dans la volière, tout en faisant attention à ne pas mettre le pied dans une fiente de volatile. Secouant doucement ses cheveux, elle attrapa une mèche entre ses doigts et la caressa en silence, en attendant que son intuition se confirme. « Dans sa lettre il te décris comme une jeune sorcière charmante. Le genre de fille que n'importe qui voudrait comme belle fille. Je dois devenir le gendre idéal, pour trouver un bon parti, et faire plaisir à mes parents. » L'idée du mariage arrangé provoqua une légère moue sur le visage de Nika. Bien heureuse d'échapper à cette règle ancestrale, elle éprouvait de la compassion pour Néron qui la subirait de plein fouet. L'amour ne servait à rien, elle l'avait bien compris en tombant sous le charme de Gus Scamander, mais le vendre pour une histoire d'argent et de pouvoir restait un acte monstrueux. L'ignominie arrivait à son comble lorsque comme pour Perséphone, le fiancé était d'un pédigrée bien moins prestigieux que sa propre famille. Chassant ses idées noires de sa tête qui auraient été capable de déclencher une crise de colère, elle reporta son attention sur Néron. « Ton père est un homme d'une raffinerie sans pareille. Ses compliments sont toujours agréables à attendre et une fierté pour mon père et moi. Nous sommes conscient de la valeur de la famille Lestrange. » Fière reproduction de son père, Nika parlait avec un langage courtois et distingué qui montrait la fille de sang pur parfaite dont aucune émotion ne transparaissait jamais si ce n'est la faculté de complimenter et de mettre en valeur son interlocuteur lorsque son sang valait la pureté du cristal.

« Il faut que tu m'aide s'il te plait. » Contre toute attente, celui qui se montrait fier et fort jusque là, laissa la place à un enfant blessé et déçu probablement de ne pas se sentir à la hauteur pour ses parents exigeants. Si la poupée de porcelaine n'avait jamais déçue, elle savait ce qu'était cette peur qui prenait jusqu'au tripes et provoquait de nombreuses insomnies. S'avançant avec précaution pour ne pas glisser sur une fiente d'hiboux, elle se plaça à côté du serdaigle et posa sa main sur son épaule. Elle n'était pas du genre tactile, mais voir Néron comme cela la touchait. Elle savait ce qu'était le lot d'un enfant choisi pour être l'élu. Elle ne regrettait pas le choix de son père de l'avoir prit elle, mais elle en voulait à sa sœur et à son frère de ne pas comprendre tous les sacrifices que cela avait engendré pour la brune à la peau de nacre. « Ca va aller, je vais t'aider. La colère est une faiblesse, il faut que tu la contrôles pour en faire une force et n'en user que lorsque cela est opportun. Tu penses que tu peux y arriver ? » La volonté était l'ingrédient primordial pour être l'enfant parfait. Il fallait en vouloir toujours et encore, ne jamais se contenter du passable pour viser l'excellence et plus encore.
1248 mots / img @tumblr / code diesel
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold » Néroika Empty
Message Sujet: Re: Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold » Néroika   Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold » Néroika Icon_minitimeMer 27 Aoû - 4:08


Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold
   Néroika
La chose qui terrifiait le plus Néron était la colère de son père. Il lui arrivait encore parfois de se réveiller le cœur battant en pleine nuit, le dos trempé de sueur après un mauvais rêve. Son père lui reprochait tout ce qu'il avait bien pu faire depuis le jour de sa naissance, avant de sortir sa baguette pour le corriger. Cette peur au ventre, beaucoup d'autres enfants qui avaient été choisis comme héritiers de leur maison devaient la ressentir. Il était persuadé de ne pas être le seul à en faire des cauchemars. Et pourtant... Il avat très tôt appris qu'un Lestrange ne montre pas ses faiblesses. Un Lestrange n'a peur de rien, du moins, en théorie. Il avait beau être l'héritier de cette noble famille, il restait tout de même un être humain. Et aucun humain n'est parfait. Si bien que contre toute attente le choixpeau avait décidé de l'envoyer à Serdaigle. Sans doute était il plus intelligent qu'ambitieux. Il est vrai que Néron n'avait pas de grandes ambitions concernant son avenir. Du moins, pas le genre de grandes ambitions qu'il était censé avoir. Il ne voulait pas devenir ministre de la magie, ni même un médicomage reconnu. Secrètement, le Lestrange souhaitait devenir une star du rock, dans le monde sorcier. Une vie bien loin de ce que son père imaginait pour lui. Ce n'était qu'un simple rêve, qu'il ne réaliserait sans doute jamais. Se plier à la volonté de la famille, accepter un destin que l'on a pas choisit. Depuis bien longtemps, le Lestrange avait compris quelle était sa situation. Il n'avait en aucun cas choisit d'aller à Serdaigle. Il avait même demandé au choixpeau de l'envoyer à Serpentard. Néanmoins, ce vieux couvre chef se fichait bien des conséquences. Il s'était donc retrouvé chez les aigles, plutôt que les serpents, décevant ainsi son père.

Le bleu et bronze avait un rapport très particulier vis à vis de la violence. Ses crises de colères étaient connues de tout Poudlard, et après trois ans d'études, la plus part des élèves savaient qu'il ne valait mieux pas chercher la bagarre avec lui. Par arrogance ou par simple envie de provocation, certains s'y risquaient néanmoins. Il était rare que Néron perdes une bagarre. Cette banalisation de la violence était sans doute due à son éducation. Très tôt, il y avait été confronté. Maîtriser la colère n'était pas une chose aisée, et lui-même ne voyait pas comment faire pour devenir plus posé. « Ton père est un homme d'une raffinerie sans pareille. Ses compliments sont toujours agréables à attendre et une fierté pour mon père et moi. Nous sommes conscient de la valeur de la famille Lestrange. » Il était vrai que Broderick Lestrange pouvait être considéré comme un Gentleman. Un homme droit et froid, imposant le respect par sa simple présence. Néron était destiné à devenir comme son paternel, afin d'assurer la prospérité et la réputation de la famille. Le nom des Lestrange était un patronyme reconnu dans le monde magique. Personne n'osait remettre en question leur influence, ou la pureté de leur sang. Néanmoins, quand on cherche bien, on se rends bien vite compte que cette famille si lisse et parfaite en apparence cache bien des tares. La consanguinité était une pratique courante. Voir même trop courante. Néron en était le résultat, un jeune homme en apparence sain d'esprit qui lorsqu'il s'énervait devenait incontrôlable. C'était comme un état second, à vrai dire. Lors de bagarres, une seule chose le préoccupait : Mettre l'autre hors d'état de nuire, et ce quoi qu'il puisse en coûter. Ignorer la douleur des coups reçus et le gout métallique de son propre sang. Il lui fallait souvent quelques instants avant de revenir à son état normal. Ses démons, ils ne le quitteraient sans doute jamais.


La main de la brune lui procura un délicieux frisson. Quand on est un adolescent, tout contact avec une jeune femme vous ravit au plus haut point, même sans raison particulière. « Ca va aller, je vais t'aider. La colère est une faiblesse, il faut que tu la contrôles pour en faire une force et n'en user que lorsque cela est opportun. Tu penses que tu peux y arriver ? » Détournant le regard et haussant les épaules le brun murmura « J'en sais trop rien. J'ai bien envie d'essayer, mais je suis un peu perdu. Mon père me dit souvent que j'ai eu raison d'envoyer quelqu'un d'autre à l'infirmerie, que c'est bien de défendre l'honneur de la famille. » Il lui semblait avoir déjà tout essayer, et le visage si délicat de Nika le renvoyait à sa propre imperfection. Se reculant pour rompre le contact, le Serdaigle s’efforça de sourire « Il y a autre chose. Je crois que je suis pas très doué avec les filles. J'en intéresse quelques unes, parce que mon nom est prestigieux. Tu l'as dit toi même, la famille Lestrange a de la valeur, grâce à sa pureté. Mais j'ai du mal à faire semblant de m'intéresser à certaines filles, par politesse. Ou du moins, par hypocrisie. Certaines ne sont vraiment pas très jolies, et finir ma vie avec un troll ne m'enchante pas. » Ces jeunes filles cupides et avides de renommée n’intéressaient généralement pas Néron. Il savait bien que l'amour, il n'aurait certainement jamais le luxe de le connaître. Mais passer ses jours aux côtés d'une femme désagréable et condescendante ? Parmi toutes les jeunes sorcières issues dune lignée pure, il y en avait forcément une quelque part dans le monde avec qui il pourrait couler des jours paisibles, voir même heureux.

« Je suis pas un prince charmant, ni un grand romantique. Mais les filles, ça veut ce genre de garçons, non ? » La gente féminine était un véritable mystère pour lui. Jusqu'à présent, il n'avait jamais chercher à comprendre le sexe opposé, autrement que de manière physique. Il savait bien que sa sœur se fichait bien des sentiments. Après tout... il l'avait aidée à enterrer le cadavre de son fiancé dans un bois moldu l'été dernier. Quand on en arrive à un tel extrême, c'est bien qu'on se fiche des sentiments. Soupirant longuement, faisant quelques pas dans la volière en prenant soin d'éviter les fientes pour ne pas salir ses bottes, le Lestrange esquissa un sourire. Son visage s'illuminait alors, lui donnant un air innocent, voir même parfois légèrement enfantin. Mais c'est ce qu'il était encore après tout : un enfant, qui découvrait que la vie n'est pas aussi facile que ce qu'il pensait.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold » Néroika Empty
Message Sujet: Re: Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold » Néroika   Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold » Néroika Icon_minitimeVen 29 Aoû - 13:36



stole summer's thrill and the river's craked and cold
ft. néron lestrange and nika e. black.
« J'en sais trop rien. J'ai bien envie d'essayer, mais je suis un peu perdu. Mon père me dit souvent que j'ai eu raison d'envoyer quelqu'un d'autre à l'infirmerie, que c'est bien de défendre l'honneur de la famille. » Nika se contenta d'hausser les épaules. Elle respectait le père de Néron et ne dirait jamais quelque chose qui ne serait pas positif sur lui mais en son for intérieur elle n'était pas d'accord avec lui. User de ses poings et de la violence se résolvait rien dans le long terme. C'était un moyen éphémère de se défouler et une porte ouverte pour qu'une mauvaise réputation s'installe. Il valait mieux apprendre le combat du langage que de rester quelqu'un de primer à frapper dès que quelque chose ne nous convenait. Sûrement l'esprit rusé de la serpentard était plus ancré dans le vice et la supercherie que celui de l'aigle. « Il y a autre chose. Je crois que je suis pas très doué avec les filles. J'en intéresse quelques unes, parce que mon nom est prestigieux. Tu l'as dit toi même, la famille Lestrange a de la valeur, grâce à sa pureté. Mais j'ai du mal à faire semblant de m'intéresser à certaines filles, par politesse. Ou du moins, par hypocrisie. Certaines ne sont vraiment pas très jolies, et finir ma vie avec un troll ne m'enchante pas. » Fronçant doucement les sourcils, elle ne voyait pas ce qu'elle pouvait faire pour lui. Elle ne s'était pas reconvertie en marieuse magique et n'avait aucune intention de le faire. Depuis sa mauvaise expérience avec Gus Scamander qui lui avait brisé le cœur, elle avait décidé de bannir l'amour de sa vie une bonne fois pour toute. Ainsi, si elle avait décidée de ne pas s'occuper de sa propre vie sentimentale ce n'était pour s'occuper de celles des autres, quand bien même leur nom de famille ait été Lestrange. Posant son regard sur Néron, il avait vraiment l'air dans une mauvaise posture et cela ne faisait pas particulièrement plaisir à la vipère mais sur ce point elle ne pouvait réellement rien pour lui. Passant une main dans sa chevelure d'ébène, elle soupira un instant. « Je suis désolée mais ce sujet est au-delà de mes compétences. L'amour n'est qu'une faiblesse si tu veux mon avis. Le seul moyen de t'en sortir est de prendre quelqu'un qui te respectera et qui respectera ta famille. Je pense que c'est ta meilleure chance. » Ce qui était en train de briser sa famille était une femme trop volage et égoïste pour penser à la réputation de sa famille et le bien être de son foyer. Depuis que la poupée de porcelaine l'avait découvert, elle n'avait plus aucune estime pour sa mère estimant qu'elle avait fait ce que l'on pouvait faire de pire à un homme. De plus, il ne s'agissait pas de n'importe quel homme mais de son père, l'être qu'elle aimait le plus au monde. Elle savait que l'amour n'était qu'une perte de temps et n'avait pas été étonnée du désenchantement de sa mère mais rien ne l'autorisait, pour autant, à trahir l'engagement qu'elle avait fait envers les siens, envers les Black. Chassant tout cela rapidement de sa tête, elle ne voulait pas prendre le risque que Néron comprenne que quelque chose n'allait pas. L'infidélité de sa mère restait encore un secret familial et la belle à la peau de nacre n'avait aucune envie que cela change.

« Je suis pas un prince charmant, ni un grand romantique. Mais les filles, ça veut ce genre de garçons, non ? » L'idée de prince charme était si utopique et fausse qu'elle fut surprise que Néron l'ait en tête. Si des filles pensaient pouvoir le trouver un jour, elles étaient bien naïves et stupides. Les romans d'amour ou la sorcière trouvait son sorcier puissant, beau et attentionné à la fin de l'histoire n'étaient justement que des histoires, des balivernes, des mensonges que l'on racontent aux filles moches et impures pour qu'elles s'endorment le soir. Frottant doucement ses mains entre elles, elle esquissa également quelques pas dans la volière pour tenter de se réchauffer alors que son corps se faisait doucement ronger par le froid. Elle n'était pas capable d'aider Néron dans la quête de l'amour, simplement parce qu'elle n'y connaissait rien, mais elle pouvait néanmoins l'éclairer sur la vérité du mensonge. L'idée du prince charmant devait être enterrée une bonne fois pour toute où il serait compliqué pour l'héritier Lestrange de se trouver une femme solide sur laquelle il pourrait compter pour l'aider à préserver la réputation de sa famille. « Les filles sont un peu trop difficiles à mon goût, si tu veux mon avis. Lorsque l'on a le visage ingrat ou le sang impur, on ne fait pas sa difficile et on s'estime heureuse que quelqu'un nous ait quand même choisie. » La poupée de porcelaine avait une vision étrange de l'amour, mais la souffrance que lui avait causé ce sentiment était encore présentée au fer rouge. Soupirant doucement, elle continua de faire quelques pas dans la volière tout en continuant sa tirade. « Concernant les filles de sang pur, tout dépend de leur éducation. Celle que tu devras choisir devras être consciente que le bonheur et l'amour éternel ne sont que des mensonges et que seul le respect et l'honneur devront la motiver à s'engage auprès de toi. Si elle peut avoir le visage doux et ne pas être horrible à regarder c'est un plus, mais ne fait pas une fixette dessus. Mieux vaut fricoter avec un strangulot fidèle qu'avec une vélane conspiratrice et infidèle. » Finalement, il n'était pas certain que Nika soit la meilleure personne pour donner des conseils amoureux. Elle était la fille parfaite de sang pur et réfléchissait comme son père l'aurait fait. Ainsi, les questions existentielles des adolescents avaient tendance à lui passer au dessus, réfléchissant toujours comme l'héritière et non comme une personne à part entière. Reportant son regard sombre sur Néron, elle espérait l'avoir éclairé et clôt ce sujet avec lequel elle n'était pas du tout à l'aise.
1011 mots / img @tumblr / code diesel
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold » Néroika Empty
Message Sujet: Re: Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold » Néroika   Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold » Néroika Icon_minitimeDim 31 Aoû - 12:42


Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold
   Néroika
Être respecté de son épouse semblait être la chose la plus importante selon la brune. Néron n’en attendait pas moins. Jamais il ne se laisserait marcher sur les pieds par qui que ce soit, et encore moins par une femme. C’est elle, qui devrait lui être reconnaissante, et non l’inverse. Grâce au mariage elle hériterait de son nom, de sa fortune, de sa renommée. Ses enfants seraient respectés aux yeux de tous, et elle devrait les élever  correctement. Faire en sorte que ces morveux apprennent bien vite ce que signifie être un Lestrange. Il se contenta donc d’hocher la tête positivement pour signaler qu’l avait compris son point de vue. A vrai dire, il avait le même sur la question du mariage. Un simple arrangement entre deux familles. Il lui faudrait trouver une épouse possédant la même vision des choses. « Tu n’as pas tort, Nika. Je suis d’accord avec toi sur ce sujet-là, les filles sont difficiles et il me faut une épouse qui ait la même vision des choses que moi. Que nous, à vrai dire. Tu as l’air d’avoir une pensée similaire à la mienne… »  

Laissant passer un long soupir entre ses lèves, le bleu et bronze leva les yeux au ciel. Il lui fallait donc apprendre à maîtriser sa colère désormais. S’il savait frapper il n’avait cependant pas la moindre répartie. Pas assez mauvais ? Pas assez fourbe ? Allez savoir. En tant que Serdaigle il saurait démonter les arguments de n’importe quel adversaire dans une joute verbale. Mais de là à le rabaisser ?... Certainement pas, il en était purement et simplement incapable.  « Si je comprends bien, faut que je m’améliore sur la colère… Il faut que j’apprenne à démonter les gens verbalement plutôt qu’avec mes poings. »  Passant une main dans ses épais cheveux d’un noir profond, il esquissa un sourire. Insulter quelqu’un ne semblait pas être de mise non plus. Même s’il connaissait tous les noms de hiboux possibles et imaginables, Néron avait la nette impression que ce n’était pas une bonne chose que d’insulter quelqu’un de vieille harpie consanguine plutôt que de se battre avec. Il lui fallait trouver un juste milieu. « C’est la spécialité des Serpentard ça. Je commence à comprendre pourquoi je suis à Serdaigle. Je suis moins fourbe que vous. » Pour ne pas dire lâche.  Le bleu et bronze n’était peut-être pas aussi courageux et téméraire qu’un gryffondor, mais il était très certainement bien plus brave qu’un Serpentard. Réfléchir avant d’agir… Parfois, il oubliait de penser et fonçait tête baissée.  Son comportement pouvait être perçu comme immature. Mais pouvait-on vraiment parler de comportement lorsqu’il s’agit d’une tare ? Un trait de caractère, résultant de la consanguinité des Lestrange. Une tare, comme ils en avaient tous depuis de nombreuses années.

Levant les yeux au ciel pour se calmer et cesser de penser à une telle chose, il observa le plafond de la volière. Un plafond de pierre grise, qui finalement était plutôt commun. « Je vais voir si je trouve un livre traitant de la répartie. Mais ça m'étonnerait que je pisse apprendre ce genre de choses dans un livre. » En tant qu’érudit, chercher une réponse dans un livre était son premier réflexe. Néanmoins, on n’y trouve pas toujours la réponse. Certaines choses doivent s’apprendre en vivant, tout simplement. C’était le cas de l’amour, de l’amitié, et très probablement de cette fameuse répartie dont il manquait cruellement. L’adolescent s’était déjà rendu compte plus d’une fois que les livres malheureusement, ne peuvent pas vous préparer à tout affronter dans la vie. Il lui était déjà arrivé de ne pas savoir quoi faire dans une situation, et de blâmer les livres qui n’avaient jamais fourni le moindre indice sur la marche à suivre. Cacher un corps, par exemple. Ou bien devenir intime avec quelqu’un. Les premières fois sont toujours maladroites, quoi que l’on puisse en dire.

Son seul espoir était donc en toute logique une jeune femme brune au visage de porcelaine. Une véritable poupée, qui semblait pourtant capable de cracher son venin au visage de n’importe qui, rendant honneur au blason de sa maison. Nika Black savait comment s’y prendre, et savait être la pire des garces tout en gardant son masque de froideur. Elle seule pourrait lui apprendre à devenir un maître dans l’art des joutes verbales et de la répartie, à devenir le plus fort dans une arène semblable aux forums de l’antiquité, où se disputaient les politiciens.  

Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold » Néroika Empty
Message Sujet: Re: Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold » Néroika   Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold » Néroika Icon_minitimeJeu 4 Sep - 0:57



stole summer's thrill and the river's craked and cold
ft. néron lestrange and nika e. black.
« Tu n’as pas tort, Nika. Je suis d’accord avec toi sur ce sujet-là, les filles sont difficiles et il me faut une épouse qui ait la même vision des choses que moi. Que nous, à vrai dire. Tu as l’air d’avoir une pensée similaire à la mienne… »  La pensée de l'héritière Black était militaire, carrée, millimétrée, coordonnée pour être en parfaite osmose avec la ligne directrice qu'avait établie le patriarche. Bonne ou mauvaise, elle n'avait pas réellement d'avis sur la question. Appliquant bêtement ce qu'on lui avait rabattue pendant l'intégralité de son enfance, elle se faisait porte parole de Caïn senior pour le plus grand plaisir de ce dernier. Si par ce comportement, la poupée de porcelaine était la fille rêvée de la plupart des patriarches de familles de sang pur, elle était également l'exemple type de l'enfant robot pour ceux dont le sang impur souillait un peu plus chaque jour le pavé froid de l'école de magie. En réalité, la personne de Nika divisait également parmi les héritiers de sang pur, par une jalousie mal placée qui faisait que la brune à la peau de nacre n'était pas la plus apprécie par ses paires. Distante et froide de nature, tout cela glissait sur sa peau de pêche sans qu'elle ne s'en offusque ; son père clamait sa fierté et rien que cela l'emplissait d'une béatitude sans nom. Époussetant son aura des Gale Rosier-Nott, Calixte Webster et compagnie, elle s'efforçait chaque jour de continuer à parfaire son éducation pour que jamais son père n'ait à vivre la déception cuisante qu'avait connu des parents des deux élèves précités. Ainsi la question du mariage était une question qui n'avait jamais donné beaucoup de réflexions à la belle à la chevelure d'ébène. Forte d'une tentative aussi destructrice que désastreuse, elle avait fermé son cœur pour se livrer parfois au plaisir de la chair avec un nombre d'amants restreint et trié sur le volet par ses soins. Ainsi, lorsqu'elle finirait par se faire piéger pas les liens sempiternels du mariage, elle ne ferait qu'un calcul de raison et de pouvoir, ne laissant aucune place à l'amour et à toute la faiblesse qu'il entraînerait avec lui. Le soupir de Néron la sortie de sa torpeur et de ses pensées. Reportant son regard sur lui, elle garda néanmoins le silence. Face à un sujet qu'elle maîtrisait aussi mal, elle préférait ne prononcer mot de risque de se tromper ou de l'aiguiller dans la mauvaise direction. Ce fut avec soulagement qu'elle constata qu'il décidait de changer de sujet revenant au premier point de leur rencontre. « Si je comprends bien, faut que je m’améliore sur la colère… Il faut que j’apprenne à démonter les gens verbalement plutôt qu’avec mes poings. » Un hochement de tête suffit à Nika pour faire comprendre à Néron qu'il avait le bon raisonnement. Bien que le force physique soit parfois une alternative plus qu'alléchante, il ne fallait pas rester bloquer sur cette pulsion primaire et élever son esprit à des batailles plus intellectuelles et subtiles. A force de pratique et d'altercation dans l'enceinte de l'établissement magique comme au sein du foyer Black, Nika était devenue la reine incontestable en la matière. Une langue acérée et un vocabulaire soutenu avait donne la réputation à la poupée de porcelaine d'être une adversaire redoutable lors de joute verbale. Sachant qu'elle possédait là une force que tout le monde n'était pas en mesure de posséder, il n'était pas rare qu'elle s'en serve en cours, notamment en duel pour s'assurer de déstabiliser son adversaire et ainsi prendre encore plus aisément le dessus. Il y avait fort à parier que ce trait de caractère dominant fut l'atout ultime l'envoyant directement sur les bancs de la prestigieuse maison de Salazar Serpentard. Continuant de fixer le serdaigle, elle ne prit pas la parole tout de suite, sentant que ce dernier n'était pas allé au bout de sa pensée. « C’est la spécialité des Serpentard ça. Je commence à comprendre pourquoi je suis à Serdaigle. Je suis moins fourbe que vous. » Sortant de la bouche du serdaigle, cela ne sonnait guère comme un compliment bien qu'aux oreilles de la serpentard cela apparaisse comme une qualité rare, un don précieux dont elle avait eu la chance d'être la bénéficiaire. La ruse et la stratégie étaient monnaie courante dans le monde de la sorcellerie et mieux valait les maîtriser au risque sinon de se faire avoir et d'être utilisé par une personne plus habile intellectuellement parlant. « Peu importe la maison dans laquelle tu es. Ce n'est pas parce que lire un livre poussiéreux t'esmoustilles que tu ne peux pas savoir manier la joute verbale. Tu as ça dans le sang, Néron. » Le choix de la maison était une infamie pour la belle Black mais elle préféra ne pas s'étendre le sujet, balayant la possibilité de s'y épancher par une réplique bien sentie dont elle avait le secret. Son regard couleur terre parcouru l'apparence plutôt frêle du Lestrange. Comme elle avec les Black, il avait hérité du physique familial mais lorsque pour la première famille cela sonnait prestance et charisme pour la seconde cela raisonnait comme lubrique et légèrement fou. Peu importait, il fallait qu'il puise dans tout cela pour en développer une force qui ferait plier le plus redoutable des adversaires.

« Je vais voir si je trouve un livre traitant de la répartie. Mais ça m'étonnerait que je pisse apprendre ce genre de choses dans un livre. » Les serdaigles avaient définitivement un problème avec les livres. En plus de se mettre le réchauffement climatique et la déforestation sur le dos, ils en devenaient des automates qui ne savaient plus vivre leur vie s'ils n'avaient pas un mode d'emploi. Lassée de ces réflexions stupides, Nika asséna une claque à Néron au dessus de sa nuque, dans une tentative de le réveiller et ses songes dénués de sens. « Arrêtes de te cacher derrière tes fichus bouquins et commence à devenir un homme. » Elle avait haussé le ton. Celle qui en temps normal était toujours douce et indifférente laissait ses traits se dérider légèrement pour que transparaisse son agacement. Si la mission ne l'enchantait pas réellement, elle avait été donnée par son père et le patriarche Lestrange, deux hommes qu'elle respectait et qu'elle entendait bien satisfaire. « Tu comptes chercher toutes les réponses à des questions dans un livre ? C'est pas un sortilège ou un sort qui te donnera un peu de virilité. Pour ça tu vas devoir affronter les autres et montrer de quoi tu es capable que toi aussi tu possèdes la hargne de mettre à terre ton assaillant. » Continuant dans la provocation en espérant faire réagir Néron et provoqué sa colère pour voir son potentiel, elle fit quelques pas et lui attrapa le visage par le menton. Resserrant son étreinte, elle sentait ses ongles s'enfoncer dans la peau blanchâtre du troisième année. « Tu me parlais de mariage, de perpétrer la noblesse de ton nom.. Comment vas-tu procéder ? Parce que de ce que j'entends dans les couloirs, à part parler maquillage avec celle que tu sauteras pour avoir une progéniture, je ne vois pas ce que tu pourras faire. Montre moi que tu as l'étoffe d'un patriarche. Cesse de pense à tes hormones stimulés par tes livres et montre moi que ton sang est pur et que tu n'en es pas indigne. » Elle ne s'était pas écartée, restant proche. Elle voulait voir l'option qu'il choisirait. Les coups ou la langue ; peu importait la solution choisie, elle aurait sa réponse. Soit il y avait un espoir et elle prendrait de son temps pour le former, soit elle écrirait au père Lestrange des ce soir pour lui dire dans une politesse des plus poussée que son fils n'était qu'une lavette.
1299 mots / img @tumblr / code diesel
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold » Néroika Empty
Message Sujet: Re: Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold » Néroika   Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold » Néroika Icon_minitimeDim 7 Sep - 23:28


Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold
   Néroika
« Tu me parlais de mariage, de perpétrer la noblesse de ton nom.. Comment vas-tu procéder ? Parce que de ce que j'entends dans les couloirs, à part parler maquillage avec celle que tu sauteras pour avoir une progéniture, je ne vois pas ce que tu pourras faire. Montre moi que tu as l'étoffe d'un patriarche. Cesse de pense à tes hormones stimulés par tes livres et montre moi que ton sang est pur et que tu n'en es pas indigne. » Le sang commence à bouillir dans ses veines. Il peut sentir ses qui nerfs lâchent peu à peu, et bientôt seule la folie risque de s'exprimer. Sa mère est tout bonnement dépressive. Son père est violent. Sa sœur prendra toujours sa revanche à tout prix, même s'il faut tuer pour ça. Lui, Néron Lestrange, avait égalemnt hérité de cette folie caractérisant sa race, la race des Lestrange. Elle ressortait chez lui par des accès de colère incontrôlables lors desquels il serait capable de battre sa victime à mort si personne ne venait l'en empêcher. Il avait fallu quatre garçons, quatre élèves musclés de septième année pour lui faire lâcher son puching-ball lors d'une bagare mémorable ayant eu lieu l'automne dernier dans le hall de Poudlard à la rentrée. Dur à croire, lorsqu'on le voit. Lui, le drôle de type de Serdaigle. Trop grand pour son âge, la carrure trop maigre pour réellement impressioner. Celui qui met du vernis à ongles noir et du mascara, celui qui passe trois bonnes heures dans la salle de bain lorsqu'il a prévu de sortir pour une occasion spéciale. Celui qui aborde des peintures de guerres semblables à celles des guerriers du temps jadis lors des match de Quidditch dans le but de paraître plus menaçant. Tout ces artifices définissaient Néron. Un garçon qui veut paraître fort, sur de lui. Crier au monde entier : regardez moi, je n'ai pas peur de vous. A sa naissance, son père avait décidé qu'il s'appellerait Néron. Néron, comme cet empereur Romain moldu, ayant régner il y a bien longtemps. Un empereur dont la folie fait encore parler. Un homme qui a regardé sa ville bruler à ses pieds, en jouant de la lyre. Un fou, mais également un artiste. Généralement, ce sont deux choses tout à fait compatibles. Un grand homme, comme ce qu'il est censé devenir plus tard.

Les mots de Nika sont blessants. Insultants. Il se souvient d'une conversation avec Marlowe. Le mariage finalement, c'est simplement cracher au fond d'un pot de fleur une fois par moi pour espérer l'engrosser, espérer que cette femme que l'on aimera pas engendrera un garçon. Les poings du Serdaigle se serrent si fort que les jointures en deviennent blanches. Il ne doit pas la frapper. Ou alors, pas trop fort. Suffisamment néanmoins pour la remettre à sa place. Ce que l'on ignore c'est que Néron est au fond de lui un véritable misogyne, considérant les femmes -aussi pures soient elles- comme de simples objets. Elles sont là pour fournir une descendance, et pourquoi pas au passage quelques instants de plaisir. Jamais une femme ne fera mieux qu'un homme. C'est tout bonnement impossible. C'est bien pour cela qu'on les qualifie de sexe faible. Elles ont moins de force physique. Sont moins grandes, plus fragiles, plus sensibles qu'un individu de sexe masculin. Même s'il apparaît comme étant un être androgyne parfois à la limite de l'hermaphrodisme, Néron Lestrange est bel et bien un homme. Physiquement, il est doté d’attributs masculins. Sa voix est grave, voir même très grave pour un adolescent de seize ans. La seule chose qui porte à confusion, ce sont ses poils de barbe encore inexistants, ses traits fins qu'il tiens de sa mère et son corps peu musclé. Il ne donne pas l'impression d'être quelqu'un de bien viril. Mais tout de même... Il ne faut JAMAIS sous estimer un Lestrange.

« Ferme ta gueule. » Dans un sifflement, Néron d'ordinaire si courtois viens d'insulter quelqu'un d'autre. Une jeune fille, une fille du même rang que lui qui plus est. Il n'a jamais hésité à insulter quelqu'un, de manière plus ou moins fleurie. Mais c'est tout de même plutôt rare de l'entendre jurer ainsi. Surtout face à une femme. Ses yeux bleus aujourd'hui plutôt gris à cause de l'atmosphère laissant présager des chutes de neiges sont aussi froids que l'air ambiant. « Je devrais t'en coller une, pour avoir oser me parler comme ça. Pour te remettre à ta place. » Plutôt que de gifler sèchement la brune, le bleu et bronze se décida à saisir son poignet fermement pour la forcer à se coller contre l'un des murs de pierre de la volière. Du haut se son mètre quatre vingt huit, Néron dépassait très largement la poupée de porcelaine aux boucles brunes. « Reste à ta place, Nika. Ton père a peut être décidé que tu étais sa favorite, mais tu vaut moins qu'un garçon. Aussi efféminé soit-il. » Elle perdra tout, lorsqu'elle se retrouvera mariée elle aussi. Son nom dont elle est si fière, sa liberté car elle devra s'occuper de ses enfants qui seront ingrats. Elle prendra sans doute du poids lors de la grossesse, dégoutant ainsi son mari pour de bon qui finira par aller voir ailleurs. C'est la triste vérité, le futur de toute femme de sang pur. Parce que quoi que l'on puisse penser, l'amour dans ce genre d'unions n'est qu'une illusion. Se reculant pour allumer une cigarette histoire de calmer ses nerfs, l'adolescent jeta un regard empli de mépris à l'égard de la Black. Quelques instants plus tôt, elle l'avait presque insulté de pédale. Ce look excentrique, il y tenait dur comme fer, étant même allé jusqu'à se faire tatouer pour affirmer ses choix. Son père l'avait punit sévèrement pour ça. Mais il était désormais trop tard pour le faire reculer. Il garderait cette apparence plus ou moins androgyne toute sa vie. Il n'allait pas changer son visage ou son physique avec de la magie. Ce genre de sorts n'existe pas, et de toute manière, il refuserait de s'en servir. Il faut faire avec ce que l'on a dans la vie, et le Lestrange se voyait mal devenir l'archétype du macho un jour. Son physique, il le tenait de ses parents. Des ses grands parents. De ses ancêtres. Pour une raison mystérieuse, chez lui le physique des premiers Lestrange connus semblait s'exprimer plus fortement. Un corps fin, un visage atypique, des cheveux sombres et souvent éméchés. Plus il grandissait plus il ressemblait à l'un de ses lointains ancêtres Français, présent sur la tapisserie familiale.  « Même s'il y a le maquillage, on ne peut pas nier : je suis un Lestrange, et ça se voit tout de suite. » Tirant rageusement sur son bâton de nicotine pour garder son calme, il continua sur un ton froid « Et pour ta gouverne, on apprend énormément dans les livres. Tu devrais essayer, si t'est pas trop bête pour ça. Après tout, tout le monde peut pas faire parti des intellectuels. Il faut des gens idiots pour les bases besognes. »


Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold » Néroika Empty
Message Sujet: Re: Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold » Néroika   Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold » Néroika Icon_minitimeLun 8 Sep - 17:50



stole summer's thrill and the river's craked and cold
ft. néron lestrange and nika e. black.
La colère avait prit le dessus dans l'esprit du Lestrange et la belle Black n'en fut pas étonnée. Il n'était pas capable de contrôler ses pulsions pour devenir plus fort encore et elle ne comptait pas perdre son temps indéfiniment. Bien que la demande ait émané du patriarche Lestrange en accord avec le patriarche Black, Nika n'était pas du genre à aimer les causes perdues et à tenter de sauver tout le monde pour qu'un monde meilleur soit possible. Toutes ces balivernes n'étaient bonnes pour que pour les personnes simples d'esprit ; pour qu'il leur soit plus facile de s'endormir le soir. La poupée de porcelaine n'avait pas besoin de ces artifices. Elle connaissait la dure réalité du monde dans lequel elle évoluait, car toute son éducation avait été faite de sorte qu'elle puisse s'endurcisse et devenir encore meilleure que ce qu'elle était déjà. La perfection n'avait pas de limite et après dix-sept années d'exercice, l'héritière Black continuait de persévérer dans ses efforts pour apporter joie et satisfaction à ce père qu'elle admirait tant. Les insultes de Néron pouvait fuser, elles glissaient sur sa peau de nacre sans même l'atteindre. Nika n'avait pas le même avenir que la plupart des enfants de sang pur. Enfant roi, reine des abeilles et élue par son père, elle traçait son bout de chemin avec fierté et sans n'être qu'un vulgaire pion. Contrairement au fils Lestrange et à tant d'autres héritiers, Nika n'avait été promise à personne en mariage, son père n'exigeant d'elle que le fait qu'elle lui ramène un gendre à la hauteur de leur famille et de leur sang. « Reste à ta place, Nika. Ton père a peut être décidé que tu étais sa favorite, mais tu vaut moins qu'un garçon. Aussi efféminé soit-il. » Un rire mauvais s'échappa de sa gorge fluette. Comment pouvait-il sincèrement croire à ce qu'il disait ? Elle était celle qui possédait toute l'attention, celle que l'on avait monté sur un piédestal et qui ravissait ses parents mais aussi tous les parents des familles de sang pur que sa famille côtoyait. Le père Lestrange lui-même ne tergiversait pas d'éloge sur cette jeune femme frappée par la grâce à sa naissance et qui avait tout pour représenter à la perfection l'héritage du sang pur. Elle était une femme mais cela n'empêchait pas qu'elle pouvait être aussi bien, aussi excellente qu'un garçon voire même meilleure. La preuve en était toutes les jalousies mal placées dont elle était la victime ; Gale Rosier-Nott, Calixte Webster, son propre frère Caïn, et peut-être pouvait-on à présent rajouter Neron Lestrange à cette longue liste pour une adolescente de dix-sept ans à peine. « Tu penses peut-être que mon vagin a altéré mon cerveau ? Voyons Neron soit réaliste... Lorsque vous êtes en ébullition à cause de vos hormones, nous gardons la tête sur les épaules. Si les femmes sont celles qui ont le pouvoir de donner la vie ce n'est pas pour rien. Elles dirigent la famille et décide de ce qu'il pourra advenir de leur clan. Il ne faut jamais se mettre sa femme contre soi sauf si c'est une sotte en manque d'amour qui a oublié comment pouvait fonctionner son cerveau. » Il n'y avait pas de colère dans la voix de la vipère. On était bien loin de l'état de transe dans lequel l'avait plongé Gale en s'en prenant lui aussi à son poignet. Souffrant de cette agression physique, elle gardai toutefois un sourire impertinent sur le visage ce qui pouvait déconcerté son interlocuteur. Il était rare de voir une personne aussi froide et vide que la poupée de porcelaine. Comme allergique aux sentiments, elle avait tellement été éduquée dans un but précis qu'elle semblait avoir oublié comment on pouvait être un être humain avant tout. « Même s'il y a le maquillage, on ne peut pas nier : je suis un Lestrange, et ça se voit tout de suite. Et pour ta gouverne, on apprend énormément dans les livres. Tu devrais essayer, si t'est pas trop bête pour ça. Après tout, tout le monde peut pas faire parti des intellectuels. Il faut des gens idiots pour les bases besognes. » Et le voilà qui portait toute son attention sur un objet moldu dont la brune à la peau de nacre ignorait l'utilité. Passant une main dans sa longue chevelure d'ébène bouclée, elle se racla la gorge et articula avec soin pour que chacune de ses paroles heurtent le troisième année dans son égo démesuré. « Et il faut toujours des traîtres à leur sang ; à chacun sa place. »

Si elle n'avait pas été touchée par les attaques personnelles que lui avait balancé le fils Lestrange, elle n'avait cependant pas apprécié l'attaque dissimulé de ce dernier envers le blason Black. Elle était venue sur sa demande parce qu'il apparaissait aux yeux de son paternel comme une cause perdue et voilà comment elle était remerciée. Vile et rusée en bonne serpentarde qu'elle était, elle profita de ce moment d'inattention de son adversaire, bien trop occupé à digérer ses paroles et à profiter de son objet moldu pour tirer sa baguette magique de la poche intérieure de sa cape d'hiver. La pointant instantanément sur le serdaigle, elle n'hésita pas une seconde. « Petrificus Totalus ! » Le corps de l'aigle se raidit sur le champs, tombant lourdement sur le sol jonché de fientes d'hiboux. S'approchant doucement de lui, dans une valse lente laissant toute sa grâce de déployée, la belle à la peau de pêche se pencha doucement pour planter ses yeux dans ceux de Neron. Si tout son corps était paralysé, ses yeux, eux, pouvaient encore bougés et son esprit était parfaitement conscient de ce qui était en train de se passer autour de lui. Il avait fait la plus belle erreur de sa vie en croyant que la poupée de porcelaine n'était qu'une paire de seins et elle comptait bien lui faire amèrement regretter d'avoir cru qu'une Black ne pouvait pas rivaliser avec lui, le Lestrange si fier de son nom patronymique. Touchant de sa baguette la joue figée de l'aigle, la vipère laissa un sourire victorieux se dessiner sur sa bouche aux lèvres pulpeuses et rosées. « Je te laisse aux hiboux, j'espère qu'ils n'auront pas trop besoin de se soulager. Tu devrais faire un somme, la volière est peu fréquentée en ce moment, je ne sais pas combien de temps va s'écouler avant que quelqu'un te trouve et te libères. » Oui, elle comptait le laissait là, sous l'emprise des fientes des volatiles et tourner les talons sans même sourciller un seul instant. En son for intérieur, elle savait que sa colère n'était pas nourrie que par ce que Neron avait pu lui dire. Elle s'en voulait encore de ne pas avoir su réagir plus tôt avec Gale et puisque le serdaigle avait usé de la même attaque physique, il avait écopé du châtiment pour les deux. Quittant le lieu du combat, elle descendit doucement les marches glissantes et pressa le pas pour rejoindre la chaleur de la salle commune des serpentard et la présence de Dawn Blackwood afin de lui raconter en détail l'entrevue à laquelle elle venait de participer. Songeant au père Lestrange, elle se dit également que demain, elle lui écrirait une missive afin de décliner la demande qui avait été formulée. Elle ne pouvait rien pour Néron et, en plus, elle n'avait pas envie de fournir le moindre effort.

RP TERMINE POUR NIKA.
1237 mots / img @tumblr / code diesel
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold » Néroika Empty
Message Sujet: Re: Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold » Néroika   Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold » Néroika Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Winter stole summer's thrill and the river's cracked and cold » Néroika

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Lysander ; When I met you in the summer
» Summer Serenade [PV with Foudry]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daily Prophet :: Paroles des Moldus :: Pensine :: Pensine des rps-