FERMETURE DU FORUM, plus d'informations par ici

Partagez
 

 (GALLOW). cold winter, cold talk.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Anonymous

Invité

(GALLOW). cold winter, cold talk. Empty
Message Sujet: (GALLOW). cold winter, cold talk.   (GALLOW). cold winter, cold talk. Icon_minitimeMar 19 Aoû - 22:58



Cold winter, cold talk.

GALE & WILLOW.
Le bruissement de feuille était l'un des sons qu'il affectionnait le plus. Tourner les pages de l'ouvrage lui apportait toujours une certaine satisfaction même si en connaissait chaque page à la perfection. Ce carnet était l'un de ses biens les plus précieux et était sa seule fenêtre ouverte dans la maison si froide des Rosier-Nott. Son père était absent, sa mère distante, son frère insolent. Galatean supportait mal l'ambiance familiale tendue et même si elle durait depuis plusieurs années il ne parvenait toujours pas à s'y faire. Il aurait pu rester à Poudlard le temps des vacances, certains élèves le faisaient mais cette option n'était pas envisageable pour lui car il savait quelles conséquences elle aurait eu. Ses parents n'auraient pas apprécié, la communauté fermée des sang pur l'aurait mal vu. Malgré toutes leurs différentes et tous les différends, les membres de la famille devaient rester unis aux yeux des autres. Le paraître était le plus important même si personne n'était idiot et que tout le monde se doutait bien quels sentiments Mr Rosier-Nott éprouvait à l'égard de ce fils qui n'était pas le sien. Nul besoin d'un troisième œil pour voir le mépris qui se cachait dans son regard.

La voix chantante de sa mère résonna finalement entre les murs froids de la maison. « Je vais faire quelques courses sur le Chemin de Traverse. Je serais de retour pour le dîner. » Gale tendit l'oreille mais ne perçu aucun son en provenance de la chambre de son frère. Il se leva précipitamment de son lit, manquant de tomber en trébuchant contre sa malle de Poudlard qu'il commençait à remplir progressivement, la fin des vacances approchant dangereusement. « Attends-moi ! Je t'accompagne. » Sa mère se tenait droite en bas des escaliers, enveloppée dans une magnifique cape de sorcière qui lui donnait une allure très digne. La quarantaine passée, Mrs Rosier-Nott restait tout de même une belle femme et il n'était pas étonnant que de nombreux hommes aient cherché à la séduire. Un léger sourire était présent sur son visage aux traits figés. Gale ignorait si elle était sincèrement ravie qu'il l'accompagne ou si elle essayait juste de se comporter comme une bonne mère. Ses relations avec elle étaient trop complexes pour qu'il comprenne ce qu'elle ressentait en cet instant précis.

Ils empruntèrent le réseau de cheminées pour se rendre au Chemin de Traverse. Mrs Rosier-Nott épousseta ses vêtements et ceux de son fils avec beaucoup de soin avant de se montrer au regard des passants. Leur nom avait été tellement souillé, trainé dans la boue, moqué et insulté qu'elle tenait maintenant à ce qu'ils se montrent irréprochables pour leur montrer que rien n'affaiblissait les Rosier-Nott. Elle fronça légèrement les sourcils en voyant la tenue que son fils ainé avait enfilée mais ne prononça pas un seul mot réprobateur. Le matin-même, le jeune homme avait décidé de s'habiller avec un vulgaire tee-shirt noir doublé d'un pantalon foncé. On était loin de la tenue classe et élégante des Rosier-Nott. Il resserra sa cape autour de lui, tentant de masquer les vêtements qu'il portait dessous.

Gale accompagne sa mère chez l'apothicaire, en profitant pour refaire le stock de son nécessaire à potions. Mais lorsqu'elle décida d'aller s'acheter une nouvelle robe de sorcière il préféra s’éclipser. Si il avait décidé d'accompagner sa mère ce n'était pas vraiment pour passer plus de temps avec elle : il voulait s'acheter de nouveaux ouvrages chez Fleury & Bott.

Les rues du Chemin de Travers étaient assez désertes à cette période de l'année. Le froid avait fait fuir bon nombre de sorciers. Gale lui-même commençait à sentir ses poils se hérisser en raison de la chair de poule que la fraîcheur environnante lui provoquait. Il accéléra le pas pour se retrouver finalement dans sa boutique préféré. L'odeur des vieux ouvrages était l'une de celles qu'il préférait. Un léger sourire sur les lèvres, il commença à flâner dans les rayons. Il s'arrêta finalement dans celui traitant des enchantements et sortilèges divers et son regard s'attarda sur l'ouvrage que tenait une jeune fille dans ses mains. Le livre semblait tellement lourd qu'il était étonnant que si frêles bras puissent le tenir avant tant de vigueur. L’encyclopédie des sorts et enchantements des deux bords avait l'air à la fois intéressante et complète. Curieux, Gale s'approcha. Ses sourcils se froncèrent de surprise lorsqu'il s’aperçut qu'il connaissait la jeune fille en question. Son premier réflexe fut de se stopper net. Ils n'étaient pas vraiment amis et il n'était pas certain de vouloir lui parler. Mais finalement il reprit sa marche et s'arrête à un mètre d'elle, observant son profil d'un air intrigué. « On dirait que les choses sont inversées finalement... » Il désigna l'ouvrage d'un signe de tête. « C'est maintenant toi qui a le livre qui m'intéresse. » Son ton était un peu froid mais pas hostile, ce qui était une donnée non négligeable compte tenu du fait que la brune n'avait pas le sang pur. Son visage aux traits fermés n'indiquait rien d'autre qu'une légère curiosité à l'égard de la jeune fille.


Dernière édition par Gale Rosier-Nott le Lun 1 Sep - 19:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

(GALLOW). cold winter, cold talk. Empty
Message Sujet: Re: (GALLOW). cold winter, cold talk.   (GALLOW). cold winter, cold talk. Icon_minitimeJeu 28 Aoû - 0:58





Cold winter, cold talk.
Willow & Gale

L'hiver qui régnait en Grand-Bretagne, comme chaque année, ne laissait rien d'autre qu'une triste empreinte dans les paysages, les maisons, mais aussi dans le coeur des anglais. Triste saison, revenant chaque année avec son lot de désagréments : froid, parfois glacial, qui entraînait symptômes divers, glace et verglas sur lesquels on ne cessait jamais de glisser, et neige vicieuse. Si les enfants adoraient se rouler dedans, comme sur les grandes pelouses vertes l'été, les adultes, eux, préféraient largement l'éviter au possible, se méfiant de cette neige comme de la peste. Depuis ce matin, Willow avait l'impression d'être une patineuse artistique. Elle progressait lentement dans les rues de St Levan, son village perdu du Sud de l’Angleterre, emmitouflée dans son manteau au col de fausse fourrure, les pieds enfoncés dans ses vielles bottes en cuir usé qui dataient depuis des années, vu qu’elle avait arrêté de grandir. Le pendentif en forme de M ne quittait jamais son cou, et apparaissait distinctement, tranchant sur le noir de son pull à col roulé. Elle emportait toujours Maisie partout avec elle. Les cheveux en bataille, envahis par la neige, Willow parvint finalement à un petit coin tranquille près de la plage, où personne, pas même les enfants, n’osait s’aventurer à cette période de l’année. La plage n’avait aucun intérêt l’hiver, recouverte d’une épaisse couche de neige, substance immaculée qui n’accueillait pas encore de bonhomme de neige, contrairement au centre du village. La brune fit les premières empreintes dans la neige à cet endroit, et une fois assurée qu’elle ne croiserait plus personne, appela le Magicobus d’un discret coup de baguette. Pouvoir utiliser la magie sans risquer de voir une brigade spéciale du Minisère débarquer à sa porte était une libération dont la jeune fille ne se lassait pas, depuis plus d’un an qu’elle avait atteint son dix-septième anniversaire. Rapidement, le bus magique fit son apparition et elle y prit place, s’accrochant tant bien que mal aux parois du bus qui bringuebalait en tous sens, déposant ses passagers à divers endroits. Peu de temps après, le Magicobus arriva enfin à l’arrêt du Chemin de Traverse, où descendaient la majorité des usagers, Willow comprise. Un sourire lui vint aux lèvres en voyant l’artère où grouillaient déjà tout un tas de sorciers, des gens de son monde, qui pourraient toujours la comprendre plus que n’importe qui de son village, même ses parents. Elle s’engagea dans l’allée enneigée, les flocons de neige tombant de nouveau dans ses cheveux, les précédant ayant fondu dans la chevelure brune.

Après un passage à Gringotts, obligatoire pour changer ses livres Sterling en monnaie moldue, la Serdaigle était prête à aller effectuer quelques achats. Menus évidemment, sa famille était très pauvre et ses séances de shopping, si tant est qu’on pouvait appeler ainsi l’achat de livres et autres fournitures scolaires de base, s’en trouvaient très réduites. La jeune fille devait toujours faire attention à dépenser le moins possible, ce qui n’était pas aisé, le prix des fournitures augmentant d’année en année, en fonction de la difficulté du niveau. Elle avait hâte de retourner à l’école, pour pouvoir consulter les ouvrages de la bibliothèque, seul moyen pour elle de se cultiver puisqu’elle ne pouvait payer des livres neufs à ramener chez elle. Après avoir flâné devant quelques vitrines, Willow se décida à visiter la première boutique de sa courte liste. Elle entra chez Fleury & Bott, retrouvant avec bonheur l’odeur des livres neufs, du parchemin à peine imprimé et des reliures en cuir toutes récentes. Elle s’avança dans les rayons, trouvant sans peine celui qu’elle cherchait, comportant la plupart des ouvrages nécessaires en cinquième année. Elle en avait déjà la plupart, obligatoires pour la rentrée, mais avait bien besoin d’un ou deux pour approfondir ses connaissances dans certaines matières où elle avait du mal. Mais loin de vouloir s’améliorer en métamorphose, l’attention de la jeune fille fut attirée par un livre d’aspect très volumineux, intitulé L’encyclopédie des sorts et enchantements des deux bords. Intriguée, elle parvint avec difficulté à le sortir de l’étagère pour le consulter, l’ouvrit à une page au hasard et se plongea dans sa lecture. Ses bras supportaient mal le poids de l’ouvrage mais elle en fit abstraction, bien qu’un regard extérieur eut pu la trouver bizarrement positionnée, à se cramponner au livre de toutes ses forces comme si elle risquait de tomber avec. A dire vrai, elle n’était pas sûre de parvenir à maintenir son équilibre si jamais le livre lui échappait des mains.

Toute plongée qu’elle était dans sa lecture, Willow n’entendit pas des pas s’approcher dans son dos. Ce ne fut que lorsqu’elle entendit une voix étrangement familière qu’elle sursauta, laissant cette fois clairement le livre lui glisser des doigts et tomber au sol dans un bruit sourd, faisant monter le rouge aux joues de la jeune fille, qui n’osa pas tout de suite se tourner pour faire face à son interlocuteur. Elle savait déjà de qui il s’agissait : Gale Rosier-Nott, Serpentard de sixième année de son état. Pour qui elle éprouvait des sentiments compromettants, accessoirement. Elle n’avait parlé à personne de sa relation avec le jeune homme, qui n’en était sans doute pas vraiment une, trop perturbée par sa présence dès qu’elle le croisait quelque part. Et là était sans doute le plus inattendu ; elle ne s’attendait pas un instant à le voir ici, ce jour précis, pile au moment où elle se trouvait dans la librairie ! Encore une fois, le Destin, qu’il prenne le nom de Merlin ou Morgane, lui prouvait que Gale et elle avaient plus de goûts communs qu’il n’y paraissait, le garçon venant de lui faire remarquer qu’il souhaitait précisément consulter le livre qu’elle avait dans les mains… Ou venait plutôt de faire tomber. Légèrement rougissante Willow avait fini par lui faire face, mal à l’aise. Elle se pencha brusquement pour ramasser le livre, qu’elle coinça entre ses bras, serré maladroitement contre sa poitrine. Evidemment, elle savait ce à quoi il venait de faire allusion ; quelques mois plus tôt, c’était elle qui avait voulu un livre qu’il avait. Et il avait refusé de le lui donner. La jeune fille nota qu’il ne lui avait pas parlé aussi froidement que cette fois-là, et ce détail la surprit sans qu’elle n’en montre rien, cependant.

« Alors… Tu sais déjà que je ne te le prêterai pas. » fit-elle avec un sourire timide, serrant toujours le livre contre elle.

« Ça t’arrive souvent d’effrayer les gens comme ça ? » continua-t-elle, voulant faire un trait d’humour, bien que mal à l’aise au fond.

Elle savait pertinemment que Gale et elle n’étaient pas amis, et ne le deviendraient sans doute jamais. Il était de sang pur, c’était déjà un miracle qu’il lui adresse la parole sans l’insulter, alors qu’elle était une née-moldue. Mais malgré elle, elle ne pouvait s’empêcher d’éprouver une fascination étrange pour lui, impossible à repousser. Il fallait croire qu’il l’avait ensorcelée… Raison pour laquelle elle voulait demeurer un peu plus en sa compagnie, discuter avec lui pour en apprendre davantage sur lui, même seulement quelques minutes.


Fiche par (c) Miss Amazing
Crédit image : tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

(GALLOW). cold winter, cold talk. Empty
Message Sujet: Re: (GALLOW). cold winter, cold talk.   (GALLOW). cold winter, cold talk. Icon_minitimeDim 7 Sep - 1:14

La rentrée allait survenir dans quelques jours et Gale avait hâte de retrouver l'ambiance de Poudlard. Il revenait toujours à la maison familiale pendant les vacances, c'était presque une tradition universelle dans le monde des sang-pur, mais le climat tendu finissait toujours par ressortir de manière agaçante et Gale finissait par être impatient de retourner à l'école de magie. Étrangement ses parents s'étaient montrés moins froids qu'à l'accoutumée, spécialement son père qui avait même consentit à lui adresser la parole quelques fois, alors même qu'il n'y était pas obligé. Gale sentait qu'on portait sur lui un intérêt différent et il en ignorait la raison et se gardait bien de poser des questions, de peur de raviver une flamme vive de tension. Néanmoins il avait la désagréable impression qu'on manigançait quelque chose dans son dos. Il tâchait de ne pas y penser pour ne pas se tracasser mais cette pensée revenait de manière régulière dans son esprit. Elle s'envola dès qu'il franchit les portes de la boutique magique. Il n'était pas un érudit Serdaigle mais appréciait le contact des livres comme peu de personnes en étaient capables. Il faisait parfois de bien plus solides alliés que les autres êtres humains, et avaient les réponses à toutes les questions. Gale ne se lassait jamais de l'endroit, aimant feuilleter les ouvrages et acheter les plus intéressants pour avoir le loisir de les regarder de plus près une fois de chez lui. Avant de partir il avait prit soin de prendre une bourse remplit de Gallions en pensant à ses futurs achats.

L'ouvrage que Gale convoitait actuellement était, malheureusement, déjà entre les mains de quelqu'un d'autre. Le Serpentard regardait la Serdaigle d'un air un peu curieux, en toute discrétion. Il savait qu'il aurait été mal avisé de lui porter un trop grand intérêt car elle ne venait pas du même monde que lui. Tous les sang-pur se connaissaient et si son visage ne lui disait rien, c'était parce qu'elle n'était pas l'une des leur. Il ignorait en revanche si elle était née-moldue ou sang-mêlée et espérait que la deuxième option soit la bonne car étrangement leurs chemins avaient tendance à se croiser plus qu'il ne l'aurait voulut. Sans doute aurait-il dû continuer son chemin sans s'arrêter, et attendre qu'elle repose l'ouvrage pour s'en saisir ou porter son intérêt sur un autre si elle gardait celui-ci pour elle, mais la curiosité était un peu trop grande pour qu'il agisse comme ça. Gale s'efforçait d'être le fils parfait, cherchant à retrouver la place qu'il avait perdu. Il masquait ses défauts autant que possible mais certains refaisaient toujours surface, inévitablement. Et toute personne avide d'ouvrages est forcément curieuse. Il lui adressa donc la parole, d'un ton égal, ne sachant pas trop pourquoi il débutait cette conversation. « Alors… Tu sais déjà que je ne te le prêterai pas. » Elle avait un sourire timide, mais son ton était suffisamment ferme pour que Gale comprenne qu'elle ne plaisantait pas. Il ne pouvait pas la blâmer, il s'était montré presque impoli avec elle lorsqu'elle avait tenté de lui emprunter un livre qu'il avait lui-même emprunté à la bibliothèque. Son refus l'irrita un peu : en terme de choses matérielles, Gale avait toujours eu ce qu'il avait voulut et il n'aimait pas l'idée de devoir se passer de quelque chose qu'il désirait. « Ça t’arrive souvent d’effrayer les gens comme ça ? » Elle semblait vouloir plaisanter mais sa voix manquait de conviction. Gale la trouvait bien étrange.

Sans doute qu'en temps normal Gale aurait passé son chemin, peu enclin à discuter avec une inconnue. Son éducation lui avait apprit à ne pas parler à des gens de sa condition, et son tempérament solitaire s'en accommodait très bien. Mais il décida de rester cette fois là. Peut être était-ce sa bonne humeur dû aux vacances pas si terribles que cela qui s'étaient déroulées, ou bien l'excitation de la rentrée, ou tout simplement le fait de se retrouver dans un environnement moins oppressant que Poudlard en terme de relations sociales. Jamais il n'aurait osé lui adresser la parole dans un couloir où tout le monde était susceptible de les voir. Ici, dans la boutique, ils se fondaient dans la masse des sorciers présents. « Oh, très souvent. Ma simple présence suffit en général. » Il essayait de plaisanter, mais cela se rapprochait de la réalité. Hormis ses fréquentations habituelles, les élèves de Poudlard ne semblaient pas trop l'apprécier, et même le craindre un peu. Gale trainait une réputation pas forcément jolie-jolie derrière lui, entre le scandale lié à sa naissance et sa personnalité assez froide. Les gens ne savaient pas trop sur quel pied danser avec lui et préféraient l'éviter. « Peut être qu'il y a un deuxième exemplaire.. » dit-il finalement en reportant son attention sur le livre. Mais comme Willow se tenait devant le rayonnage il ne pouvait pas y accéder.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

(GALLOW). cold winter, cold talk. Empty
Message Sujet: Re: (GALLOW). cold winter, cold talk.   (GALLOW). cold winter, cold talk. Icon_minitimeSam 27 Sep - 2:05





Cold winter, cold talk.
Willow & Gale

C’était tout de même une exceptionnelle coïncidence qu’aujourd’hui, à cette heure précisément, dans ce rayon de Fleury et Bott en particulier, sur le Chemin de Traverse, à Londres, en Angleterre, se croisent les chemins de Willow Gardiner et Gale Rosier-Nott. Les deux sorciers se trouvaient bien loin de la seule chose les unissant, à savoir Poudlard, à des centaines de miles, même. Et c’était les vacances de Noël, autrement dit trois semaines où les élèves ne se croisaient que rarement par hasard. L’Angleterre était tellement grande… Tous les élèves n’habitaient pas à Londres même, comme Willow qui venait d’un village perdu tout au Sud de la Grande Bretagne, et ne connaissait d’ailleurs que peu d’endroits en dehors de son village natal, le Chemin de Traverse comptant parmi ces quelques lieux. Tomber sur Gale pile le jour où elle était venue faire du shopping sorcier, en trois semaines de vacances, exactement dans le même rayon de la librairie, constituait donc des circonstances vraiment surprenantes, et dans le bon sens pour la jeune fille. Elle aurait presque pensé qu’il s’agissait du Destin, si tant est qu’elle eût cru à l’existence d’une telle chose, prenant le nom de Merlin, Morgane ou même Dieu chez les moldus. Elle qui pensait si souvent à Gale, mais désespérait de pouvoir le rencontrer seul un jour, avait maintenant droit à l’occasion tant attendue. Mais évidemment, rien ne l’avait préparée à le voir, aujourd’hui précisément, et la jeune sorcière commençait déjà à regretter de ne pas avoir mis de chapeau ou capuche ; cela lui aurait évité d’avoir de la neige fondue dans les cheveux comme maintenant. La jeune fille stoppa son autodénigrement intérieur ; Gale ne l’avait jamais vraiment remarquée auparavant et ne s’intéresserait sans doute jamais à elle. Elle était juste la fille qui détenait le livre qu’il voulait, rien d’autre.

Mais peu importait en l’instant, cette encyclopédie qu’elle tenait entre ses bras frêles lui offrait un fabuleux sujet de discussion, ou plus clairement un moyen de connaitre Gale un peu plus. Sa curiosité était souvent plus forte que toute raison. Lorsque Willow avait envie de savoir quelque chose, elle était pour cela capable d’un courage insoupçonné. Assoiffée de savoir et de connaissances, ne pas obtenir les réponses aux questions qu’elle se posait la mettait dans un état fébrile, la rendant incapable de penser à autre chose que ce problème dont elle mourrait d’envie de connaitre la solution. Elle se serait avérée capable de violer le règlement ouvertement pour se rendre dans la Réserve, s’il l’avait fallu. Incapable de résister à l’attrait d’un livre renfermant des mystères peu explorés et connus jusqu’à présent, ou à celui d’un vieil et ancien ouvrage poussiéreux oublié dans un rayon qui pourtant regorgeait de vieilles formules devenues trop rares aujourd’hui, jugées désuètes… C’est par ce courage impensable, survenant uniquement en cas d’envie de culture irrépressible, que Willow se disait qu’elle ressemblait à sa sœur Maisie décédée. Du moins, elle aimait se le dire. Dès l’enfance, Maisie avait toujours été la plus forte des deux, n’hésitant pas à braver tous les dangers pour partir à l’aventure, sans attendre l’avis de quiconque pour prendre ses décisions. Indépendante, à l’extrême, tout sauf obéissante, ce qui la conduisait à l’imprudence, et c’était d’ailleurs ce qui l’avait perdue. Elle était morte sur une petite embarcation de fortune, en pleine tempête, alors qu’elle tentait de se rendre avec un ami au festival de Woodstock, son but étant de se glisser à bord d’un paquebot en partance de Londres qui effectuerait ensuite le trajet jusqu’aux Etats-Unis.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, Willow avait l’intime conviction que si Maisie avait été encore en vie et pu rencontrer Gale, elle l’aurait apprécié. Etrange sensation, si l’on savait que Maisie avait été une tête brûlée détestant les familles de bourge qui regardaient les autres avec froideur et condescendante, les jugeant sur leur famille. Gale était un Rosier-Nott, une famille de sang pur qui justement, prônait sa supériorité malgré les cadavres cachés au placard, comme chaque famille de sang pur anglaise qui se respecte. Mais Gale était différent d’eux. Il était l’enfant adultérin, le tabou suprême de ces cercles fermés, et cela lui conférait un statut à part. Willow ne pouvait pas le ranger dans la même catégorie que les autres sangs purs de Serpentard, parce qu’elle était foncièrement persuadée, quand bien même on l’aurait pris pour une folle de penser une telle chose, que Gale Rosier-Nott avait du cœur. Si ce n’était pas le cas, il l’aurait gratifiée d’un regard dégoûté assorti ou non d’une remarque méprisante, et aurait tourné les talons, ou alors resté en s’en prenant à elle. Mais là, non. Il restait avec elle, continuait à lui parler, sans aménité. Personne ne l’aurait cru en les voyant ainsi tous les deux. Mais justement, ils étaient loin du cadre de Poudlard et libres en quelque sorte. Libérés des préjugés pesant sans cesse sur eux déjà à leur jeune âge, cet interdit permanent de parler à telle ou telle personne à cause de sa condition, d’apprécier une autre en raison de son statut de sang…

Le trait d’humour de Willow ne tomba pas platement entre eux comme elle l’avait cru ; le jeune homme répondit que généralement, sa présence suffisait pour faire fuir les gens.

« Dommage que ça ne marche pas cette fois alors. » s’entendit répondre Willow, avant de rougir jusqu’aux oreilles en réalisant ce qu’elle venait de dire.

Pourquoi fallait-il toujours qu’elle laisse échapper tout ce qui lui venait à l’esprit ? Mais déjà, Gale s’avançait, en quête d’un nouvel exemplaire.

« Je crois que c’est le seul… » fit la jeune fille d’une petite voix, le rouge toujours aux joues, baissant les yeux sur l’ouvrage, juste au moment où il lui échappait des mains, rejoignant le sol dans un grand bruit du fait de l’épaisseur du manuel.

Ne pouvant retenir une exclamation, Willow se pencha aussitôt pour ramasser le livre, qui s’était ouvert à une page de magie blanche, le processus complexe pour devenir Animagus. Le tenant de son mieux, la jeune fille posa le regard sur la page ouverte, fronçant légèrement les sourcils devant ce qu’elle lisait. Troublée, elle regarda Gale :

« Je… C’est fou, j’étais persuadée qu’on devenait Animagus grâce à une potion, mais on dirait qu’un sort existe, regarde… »

Elle inclinait le livre vers lui, attendant qu’il lise et confirme sa pensée.



Fiche par (c) Miss Amazing
Crédit image : tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


(GALLOW). cold winter, cold talk. Empty
Message Sujet: Re: (GALLOW). cold winter, cold talk.   (GALLOW). cold winter, cold talk. Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

(GALLOW). cold winter, cold talk.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» A cold sweat high-headed believer ∞ 01/02 - 08:43
» even when the night is cold i got that fire in my soul (holly)
» Test Winter Assaut par Manik
» Stone Cold Steve Austin Vs Rob Van Dam
» Alec ♦ It's cold inside

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daily Prophet :: Paroles des Moldus :: Pensine :: Pensine des rps-