FERMETURE DU FORUM, plus d'informations par ici

Partagez
 

 « Oh ! Monsieur Moran ! Daniel ! Euh … Bonjour ! » [25.10.1980 ; midi] | PV Daniel & Ewen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Anonymous

Invité

« Oh ! Monsieur Moran ! Daniel ! Euh … Bonjour ! » [25.10.1980 ; midi] | PV Daniel & Ewen Empty
Message Sujet: « Oh ! Monsieur Moran ! Daniel ! Euh … Bonjour ! » [25.10.1980 ; midi] | PV Daniel & Ewen   « Oh ! Monsieur Moran ! Daniel ! Euh … Bonjour ! » [25.10.1980 ; midi] | PV Daniel & Ewen Icon_minitimeDim 9 Déc - 23:49

Samedi 25 octobre, midi.

Un rideau de pluie s'était abattu sur Londres et Charring Cross ne semblait pas si agréable, sous son épaisse couche de nuages gris … pourtant, les passants Londonien semblaient faire fit du mauvais temps, n'hésitant pas à sortir pour parcourir à pieds quelques mètres jusqu'à la gare la plus proche. Il en était de même pour les Sorciers et bien qu'Ewen aurait parfaitement pu transplaner, ce fut emmitouflée dans sa cape de laine noire qu'elle arriva pour le service du midi au Chaudron Baveur. Ce fut d'un sourire chaleureux qu'elle salua son patron ainsi que ses collègues – ainsi que quelques clients qu'elle connaissait bien.

« Bonjour ! Oh, bonjour Lysander … Le temps de poser ma cape et j'arrive ! » lança joyeusement la demoiselle, tout sourire, à son collègue.

Elle se faufila, petite souris, dans le local réservé aux employés et tâcha d'étendre sa cape de telle façon à ce qu'elle sèche un petit peu – compliqué, étant donné qu'elle était tout bonnement imbibé d'eau. Ewen haussa les épaules. Au pire, elle lancerait un petit sortilège dans l'après midi, lorsqu'elle arriverait chez elle. Pour le moment … pour le moment, Ewen avait à faire ! En un rapide tour de main, elle noua ses longs cheveux d'un roux flamboyant et essuya les gouttes de pluie qui avaient roulé sur son visage. Un rapide coup d’œil dans le miroir lui indiqua que ses cheveux avaient décidé de faire du grand n'importe quoi et que quelques mèches folles s'étaient refusées de rester dans l'instable chignon qu'elle avait réalisé. Ewen haussa les épaules. Si elle avait été une autre jeune femme, une de celles qui prêtaient une attention bien particulière à leur toilette, comme Ewen se plaisait de le dire, elle se serait peut être recoiffée. Mais non – Ewen se plaisait à penser qu'elle tenait d'avantage d'une des héroïnes de Jane Austen, Elizabeth Bennet. Et Ewen n'imaginait pas du tout Elizabeth Bennet se recoiffer. Bref. Après avoir haussé les épaules, donc, Ewen s'en retourna dans la salle de restaurant.

Serveuse au Chaudron Baveur – c'était là étrange et à la fois rassurant. Il régnait ici une ambiance chaleureuse et bienveillante et rapidement, la rouquine s'était sentie chez elle dans ce pub sombre et d'aspect sordide. Lancer quelques sourires, adresser à la clientèles d'aimables paroles et naviguer entre les tables avec agilité en déposant çà et là des tasses de thé, pichet de bierraubeurre et flasque de whisky pur feu n'était pas un travail compliqué et elle aimait le contact avec tout ce monde, ces allées et venues dans l'établissement, les rencontres qu'elle avait pu y faire … Les rencontres ! Un léger sourire étira les lèvres d'Ewen lorsqu'elle déposa deux tasses de thé sur la petite table du fond.

« Et voilà pour vous, Mesdames ! »

Et sur un nouveau sourire, Ewen reparti vers le comptoir. Elle y était presque arrivé à destination lorsqu'une silhouette masculine lui coupa la route. Ewen sursauta presque et allait s'excuser de sa maladresse – règle numéro un : le client est roi et s'il a manqué de vous bousculer, c'est à vous de vous excuser. Elle s'y était faite et Ewen avait déjà préparé un sourire navré à l'attention du client.

Mais bien sur, elle le reconnu … et son sourire devint tout de suite plus hésitant.

« Oh ! Monsieur Moran ! Daniel ! Euh … Bonjour ! »

Un sourire presque crispé – un instant, ses yeux cherchèrent où se poser. Pas sur le visage de l'homme, pas sur le sol ni au plafond … Et pourquoi cette inquiétude soudaine dans la poitrine ? Pourquoi son cœur tambourinait un petit peu plus fort, à présent, hein ? Une nouvelle fois, l'image de Monsieur Darcy s'imposa à son esprit – c'était toujours la même chose. Ewen rougit imperceptiblement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

« Oh ! Monsieur Moran ! Daniel ! Euh … Bonjour ! » [25.10.1980 ; midi] | PV Daniel & Ewen Empty
Message Sujet: Re: « Oh ! Monsieur Moran ! Daniel ! Euh … Bonjour ! » [25.10.1980 ; midi] | PV Daniel & Ewen   « Oh ! Monsieur Moran ! Daniel ! Euh … Bonjour ! » [25.10.1980 ; midi] | PV Daniel & Ewen Icon_minitimeLun 10 Déc - 1:04

Daniel émergeait tout juste du Ministère de la Magie après une matinée passée à essayer de comprendre comment un sorcier avait bien pu se débrouiller pour métamorphoser son toasteur moldu en une machine de guerre d’un nouveau genre, qui vomissait des tartines carbonisées sur quiconque osait l’approcher à moins de dix mètres, lorsque la pluie commença à tomber. Ploc ploc ploc... Les gouttes glacées martelaient son crâne et rebondissaient gaiement sur ses épaules, lui arrachant quelques frissons, et il se mit rapidement en quête d’un abri pour préserver ses cheveux et sa cravate d’une catastrophe imminente sobrement appelée « salut, j’ai l’air de sortir d’une essoreuse à salade, mais sinon tout baigne ! ». Arrivé sur le Chemin de Traverse, il ne réfléchit pas longtemps avant de jeter son dévolu sur le Chaudron Baveur ; cette taverne sombre et de sinistre réputation recelait entre ses entrailles de pierre de la chaleur, de délicieuses boissons, et une ambiance euphorique qui permettait au sorcier de se laisser facilement porter par la clameur ambiante sans réfléchir, se perdant dans les bourdonnements des conversations et les rires des clients en savourant sa commande avec délectation. Le lieu idéal pour décompresser après une matinée ou une journée de dur labeur au Ministère, ou pour se protéger d'une pluie dangereuse pour le maintien des cheveux !

Sans plus réfléchir, le sorcier s’engouffra dans la large bâtisse.

Il resta un bref instant planté à l’entrée de la taverne, passant la main dans ses mèches humides pour évaluer les dégâts. Il était trempé, de la tête aux pieds, et ses vêtements collaient désagréablement à son épiderme. Il espérait que personne ne pouvait apercevoir la blancheur de sa peau à travers le tissu de sa chemise... il ajusta sa veste et sa cravate, avança en direction du comptoir, s’apprêta à s’y asseoir, lorsque soudainement... BOUM ! Une créature le heurta de plein fouet et manqua de le faire dégringoler. Il se rattrapa de justesse au comptoir et leva les yeux dans sa direction, surpris, la couvrant d’un regard inquisiteur et faisant glisser ses yeux clairs le long de sa silhouette frêle... avant de sentir un léger sourire affleurer jusqu’à ses lèvres lorsqu’il la reconnut. Ewen Ange Gladez ! Cette petite serveuse avec laquelle il aimait bien discuter, de temps à autre... une petite rouquine qui ne devait pas être beaucoup plus âgée sur sa petite soeur, et qui semblait toujours baignée d’une surprenante joie de vivre !

Elle se mit à balbutier, ne sachant où poser les yeux. Elle était toujours ainsi avec lui : bafouillante, rougissante, hésitante, comme une petite souris déboussolée... et cela attendrissait le sorcier, qui mettait son trouble sur le compte de la timidité. Il lui répondit, souriant : « Bonjour, Miss Gladez. C’est toujours un plaisir de vous voir. » Il saisit sa main et l’embrassa délicatement, n’ayant absolument pas conscience d’en faire des montagnes pour... rien. «Pardonnez-moi de vous avoir bousculée, j’espère que je vous ai pas fait mal... Permettez-moi de vous offrir quelque chose pour me faire pardonner de ma maladresse. » Il espérait juste qu’il lui restait suffisamment de monnaie sur son salaire précédent, mais ça, c'était accessoire, comparé à une demoiselle à laquelle il devait des excuses ! Et s'il le pouvait, les excuses, il les offrait en nature ! En tout bien tout honneur, bien entendu. « J’étais justement venu ici pour me réchauffer en savourant un de vos délicieux café. Peut-être voudriez-vous me faire l’honneur de votre présence ? » ajouta-t-il en se dirigeant vers d’une table libre sans lâcher la main de la jeune fille, et répandant sur ses doigts et sa manche, sans le voir, de l’eau de pluie. Et ne réalisant absolument pas qu'il allait finir par la noyer s'il continuait de l'entraîner sur son sillage, trempé comme il était.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

« Oh ! Monsieur Moran ! Daniel ! Euh … Bonjour ! » [25.10.1980 ; midi] | PV Daniel & Ewen Empty
Message Sujet: Re: « Oh ! Monsieur Moran ! Daniel ! Euh … Bonjour ! » [25.10.1980 ; midi] | PV Daniel & Ewen   « Oh ! Monsieur Moran ! Daniel ! Euh … Bonjour ! » [25.10.1980 ; midi] | PV Daniel & Ewen Icon_minitimeLun 10 Déc - 10:46

Pardon pour le post fleuve xD

De « rougir imperceptiblement », Ewen passa bien vite au joli fard écarlate. C'était … c'était pas normal ! Elle ne rougissait JA-MAIS ! Sauf quand elle était très, très énervée, ce qui était assez rare. Jamais ! Cet homme n'avait pas le droit de la mettre dans tous ses états ! La rouquine soupira légèrement. Elle se faisait cette même remarque à chaque fois qu'ils se voyaient. Toujours dans le pub, bien sur ! Daniel et Ewen n'étaient en rien proches : ils se contentaient d'échanger quelques mots, franchement balbutiant pour Ewen. Il la saluait toujours d'un charmant baisemain et … Ewen ferma un très bref instant les yeux. Et il la rendait complètement folle.

Pour la miss, cela n'était guère compliqué, en vérité ! Petit cœur d'artichaut, la miss avait l'habitude de craquer pour à peu près tout le monde, homme ou femme, et de poser un regard plein d'étoiles sur l'élu de son cœur du moment ! Oh que oui, ça, elle connaissait, la puce ! Et elle aimait ça – sentir son cœur s'emballer doucement, être désarmée, tout à coup, s'imaginer une fois de plus que celui-là, c'est le bon ! Son Monsieur Darcy, l'homme de sa vie … Aujourd'hui, c'était le regard qu'elle posait sur Daniel Moran. Enfin, aujourd'hui … ça commençait à durer ! Depuis qu'elle l'avait vu, si charmant, si gentleman, comme tout droit sorti d'une autre époque, avec ses gouts vestimentaires impeccable, ses nœuds de cravates exemplaires, ses baisemains plein de délicatesse, son vocabulaire d'un autre temps, son regard clair et déboussolant, son … BREF ! Ewen avait très légèrement craqué, ce jour-là, en août. Elle venait tout juste de commencer son travail au Chaudron Baveur et il était entré. La comparaison avec Monsieur Darcy avait été évidente et depuis, elle en était sure ! C'était son Monsieur Darcy, à elle ! Et à elle toute seule, parce que ATTENTION, Ewen pouvait être un tantiné jalouse, parfois. Hum, oui, et le fait que peut être, elle aurait pu lui envoyer quelques signaux du style « Hey, Daniel, tu me plais, tu sais ?! » Oui, non … La miss n'osait pas, tout simplement. Daniel la réduisait à l'état de légume rougissant et balbutiant elle qui, d'ordinaire, n'était pas timide pour un sous.

Plongée dans ses pensées, occupée à le dévorer du regard sans qu'il ne s'en aperçoive – exercice très délicat – Ewen ne put que sursauter – et piquer un nouveau fard – en sentant les lèvres, si douce, de Daniel Moran sur le dos de sa main. Et … un plaisir de la voir ? Toujours ? Et voilà qu'il s'excusait ! Gniaaaaaaaaaaa !!! :luv: Cet homme était parfait. PAR-FAIT !

« Oh, non, je, euh … » Allé ma chérie. Essaye encore. Ewen ferma les yeux et inspira. Se calmer, ne pas penser au fait que l'homme de sa vie se tenait à quelques centimètres d'elle et … qu'il tenait toujours sa main dans la sienne. Et ARRÊTER DE GNIGNITOSER ! « C'est tout à fait réciproque ! Euh … je veux dire, que c'est un plaisir de vous voir toujours, enfin que c'est toujours un plaisir de vous voir, plutôt, parce que je ne vous vois pas toujours, et, et … » … Elle se laissa entrainer sans grande résistance, bien trop faible pour protester, de toute manière. Et puis cette scène se reproduisait à chaque fois qu'il venait. C'était toujours pareil, son patron ne disait rien, absolument rien. Alors à quoi bon résister, hein, je vous le demande ! « Enfin, ne … ne vous excusez pas, c'est ma faute, je … je pensais à v... J'avais la tête ailleurs ! Oui, oui, voilà … » Oh le joli lapsus ! Quoi, comment ça, Ewen, stressée ? Mais tropa ! Voyons ! Bref. Avant de n'avoir eu le temps de penser un petit peu plus longtemps, Ewen se retrouva assise sur une chaise du pub dans le quel elle travaillait, en uniforme de travail, en face de … déglutissant avec difficulté, Ewen releva la tête. Daniel Moran se tenait face à elle, toujours aussi charmant, la mettant toujours aussi mal à l'aise et elle se fit, une fois de plus, la solennelle promesse que cette fois, il ne parviendrait pas à l'embobiner si facilement que ça. Qu'elle arriverait à parler normalement. Qu'elle oserait lui envoyer un ou deux signaux évidents ! Et qu'elle ne lui avouerait pas son âge, non plus ! Parce qu'elle voyait bien la façon dont il la regardait, et qu'Ewen n'aimait pas trop beaucoup ça ! Hey ! C'était pas parce qu'il était un petit peu plus âgé qu'elle – note : tenter de savoir son âge – qu'il fallait systématiquement qu'elle passe pour le bébé ! Bref. Sourire, tâcher de prendre un air dégagé … fait !

« Oh, je pense que je pourrais vous accorder quelques minutes de mon temps … » Autant de minutes qu'il le voudrait, aurait-elle pu ajouter, mais c'était relativement faux ! C'était plus autant de minutes que son patron accepterais de lui laisser – surtout un samedi midi, ahem, ils ne choisissaient pas vraiment bien leurs moments, les cocos ! Bon, allé, Ewen, t'attends quoi ? « Je … je vous apporte de suite un café ! » Et elle se faufila jusqu'au comptoir, sous le regard d'un collègue – regard légèrement moqueur, qui ne se gêna pas pour lui dire qu'elle était à peu près aussi écarlate que son ancienne cravate de Gryffondor. Ewen lui tira la langue, très mature, et s'empressa de préparer son café à Daniel Moran – qu'elle ne savait pas du tout comment appeler, et qu'elle appelait donc Daniel Moran à longueur de temps. Quelques instants plus tard, ce fut souriante et armée de deux cafés recouvert d'une épaisse couche de crème sur la quelle elle avait saupoudré un petit peu de chocolat amères et déposé quelques morceaux de cookie – sa passion – qu'elle revint vers son cher et tendre Daniel Moran.

« Un pour vous, et un pour moi. On dira que je prend ma pause en avance … » Oui, prendre sa pause cinq minutes après être arrivée, quoi de plus normal, effectivement. « Alors, euh … vous allez bien, Monsieur Moran ? Vous … avez passé une agréable matinée ? »

Rofl ! Elle n'avait pas fini de parler qu'elle s'en voulu de se montrer aussi guindée. Elle avait vingt ans, que diable ! Et elle connaissait Daniel – enfin, un peu. Pourquoi s'escrimait-elle à le vouvoyer et à lui donner du « Monsieur Moran » ? Il n'était pas si vieux que ça, non ? Elle le détailla un très bref instant – avant de se rendre compte de ce qu'elle faisait et de, bien vite, baisser les yeux. C'était pas très poli ! Et assez gênant. Mais en tout cas, non, il ne devait pas être si vieux que ça. Vieux jeu, oui, peut être un petit peu ! Mais cela ajoutait à son charme, se plaisait-elle à penser. En tout cas … en tout cas, il n'était pas assez vieux pour l'appeler « Miss Galdez » – et elle n'était pas assez vieille pour cela non plus ! Avec un léger sourire, Ewen croqua un morceau de cookie qui surplombait son café avant de lui adresser un regard brillant, un rien amusé. Et cela marcha à peu près bien ! Ewen s'adressa une auto-congratulation, s'obligea à rester à peu près zen et finit par reprendre la parole.

« Mais appelez-moi Ewen, tout simplement ! »

Hum, hum. Ce serait un début, oui ! Après on tentera d'oublier le vouvoiement, ma puce, et tu essayera de l'appeler Daniel, tu veux bien ? « Owi, owiiiiiii !!! » … Pfff, j'vous jure …
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

« Oh ! Monsieur Moran ! Daniel ! Euh … Bonjour ! » [25.10.1980 ; midi] | PV Daniel & Ewen Empty
Message Sujet: Re: « Oh ! Monsieur Moran ! Daniel ! Euh … Bonjour ! » [25.10.1980 ; midi] | PV Daniel & Ewen   « Oh ! Monsieur Moran ! Daniel ! Euh … Bonjour ! » [25.10.1980 ; midi] | PV Daniel & Ewen Icon_minitimeMar 11 Déc - 17:59

Si Daniel se doutait une seule seconde de l’effet qu’il prodiguait à la charmante créature suspendue à sa main ? ... Pas le moins du monde ! Elle le dévorait du regard avec des yeux de merlan frit ? Il mettait cela sur le compte de la luminosité vacillante des lieux. Elle virait au cramoisi, adoptant la même couleur que sa flamboyante chevelure ? Ce devait être à cause de la chaleur ! Et si les mots s’emmêlaient dans sa bouche lorsqu’elle essayait de communiquer avec lui, c’était parce qu’elle était timide ! Mais cela ne le dérangeait pas le moins du monde, au contraire. Il la trouvait touchante, en un sens. Cette timidité, cet air d’enfant farouche, cette candeur qui se reflétait au fond de ses prunelles... elle lui faisait penser à sa petite soeur. Sa Rosa. Même si cette-dernière n’était pas aussi polie que Miss Gladez, et le traitait toujours de papy pour le saluer ! « Attention à ne pas trop vous perdre dans vos rêves, Miss Gladez » sourit Daniel lorsque la jeune fille lui avoua être toujours dans ses pensées (le lapsus qui avait failli lui échapper, lui, lui était passé bien au-dessus de la tête, quelque part au niveau des nuages, des avions et des oies migratrices), posant un regard prévenant sur elle.

Les deux sorciers s’attablèrent finalement dans un coin du Chaudron Baveur. Lorsque son invitée surprise (Kinder Surprise \O/) (hum pardon *la joueuse repart*) partit chercher de quoi boire, Daniel l’observa s’éloigner en sortant de la poche de sa veste une pipe en bois légèrement abîmée (bon, d’accord, couverte de bosses et d’entailles, et pas de première jeunesse un peu comme lui) et en la coinçant entre ses dents, laissant ses yeux glisser distraitement le long de la silhouette de la serveuse. La mater ? Bien sûr que non, jamais, ô grand jamais ! Il observait juste sa tenue réglementaire avec un intérêt docte, rien de plus ! La robe lui semblait un peu courte pour l’âge de la demoiselle, c’était tout !

Lorsqu’elle revint avec deux cafés couverts de crèmes et de poudre chocolatée, Daniel la remercia d’un demi-sourire, se demandant bien comment il allait lui dire qu’il n’avait aucune idée de la façon dont attaquer cette boisson. Il ne prenait jamais de Chantilly, lui ! Il avait toujours peur de la renverser, de tâcher sa veste, de se retrouver avec de la mousse blanche coincée sur sa barbe (enfin, sur les quelques poils drus qui parsemaient ses joues), de s’étouffer avec la poudre de chocolat. Et là, elle lui mettait une montagne de crème sous le nez ! Il hésita, puis décida de l’observer pour mieux l’imiter, triturant sa petite cuillère sans oser l’enfoncer dans le nuage moelleux qui lui faisait face.
En attendant, il répondit donc à ses questions :

« Je vais très bien, Miss Gladez, et vous ? J’espère que je ne vous ai pas dérangée en plein travail... Ma journée ? Oh, vous savez... ça se passe. » Youhou, avec ça, la conversation allait décoller ! Il hésita, mordilla l’extrémité de sa pipe éteinte, et ajouta : « Figurez-vous que ce matin, on m’a apportée une machine moldue incroyable, ensorcelée de façon à bombarder ses utilisateurs avec du pain carbonisé ! Une véritable machine de guerre, c’était impressionnant ! Je me suis renseigné, et apparemment, ça s’appelle un grille-pain, ça sert à griller les toast pour le petit-déjeuner. Mais celui-là était vraiment dangereux ! Heureusement, j’ai pu l’arranger un peu, et maintenant, les toast qu’il éjecte ne sont plus brûlés mais cuits à point, et il ne bombarde plus ses utilisateurs avec, il distribue les toast avec délicatesse. Je l’ai testée : et bien, c’est merveilleux, comme machine, le Moldu qui a inventé cela était un génie ! Je vous la montrerais, si vous voulez. Il faut juste faire attention à ne pas se prendre une tartine dans la figure, quand on veut l’utiliser. » Bravo, Daniel, ton interlocutrice doit sûrement trouver les grille-pain aussi fascinants que toi. Toi, tu sais parler aux femmes \o/. Tout à ses intéressantes explications, il remarqua avec un peu de retard la façon dont elle le scrutait, et il se demanda un bref instant, en sentant une sueur glacée l’envahir, s’il n’avait pas, par hasard, de la Chantilly sur le nez. Il essaya de vérifier discrètement sur le dos de sa cuillère, lorsque la jeune fille fit une remarque qui le fit sursauter, manquer de lâcher sa cuillère et lever vers elle un grand regard déboussolé. « E-Ewen ? » répéta-t-il. « Oh, euh... très bien, si vous insistez... je vous appellerais ainsi... Ewen. Et vous pouvez m’appeler... Daniel, je suppose. » Handicapé de la communication, quelqu’un a dit handicapé de la communication ?

Légèrement gêné, il l’observa un bref instant, faisant rouler sa piper entre ses doigts, puis ajouta, rosissant légèrement : « Heu... alors, Miss Gl... Miss Ewen, vous voudriez voir mon grille-pain ? Je vous le montrerais avec plaisir. Il est encore dans mon bureau, mais je voulais aller le récupérer ce soir pour l’emmener chez moi, je pourrais faire un détour par ici pour vous le montrer. A moins que vous ne finissiez tôt, nous sommes samedi, les jeunes filles de votre âge préfèrent sûrement passer leur samedi soir ailleurs... Mais je parle trop ! » ajouta-t-il en réalisant l’avalanche de paroles avec laquelle il venait d’abreuver son interlocutrice. « Comment allez-vous, vous ? » s’enquit-il.

Et, en attendant qu’elle lui réponde, et parce qu’il sentait l’eau de pluie continuer de dégouliner sur sa nuque et ses épaules, il coinça sa pipe entre ses dents et fouilla dans ses poches, jusqu’à en sortir un grand mouchoir à motifs écossais pour éponger du mieux qu’il pouvait son visage, son cou et ses cheveux trempés. Il y avait les gens qui aimaient la simplicité et se jetaient des sortilèges d’assèchement, et il y avait les Daniel Moran qui ne connaissaient pas le sens du mot « normal » @_@
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

« Oh ! Monsieur Moran ! Daniel ! Euh … Bonjour ! » [25.10.1980 ; midi] | PV Daniel & Ewen Empty
Message Sujet: Re: « Oh ! Monsieur Moran ! Daniel ! Euh … Bonjour ! » [25.10.1980 ; midi] | PV Daniel & Ewen   « Oh ! Monsieur Moran ! Daniel ! Euh … Bonjour ! » [25.10.1980 ; midi] | PV Daniel & Ewen Icon_minitimeMar 11 Déc - 21:27

Monsieur Moran était choupinou, décida Ewen rapidement, en voyant qu'il ne parvenait pas à se décider quant à comment manger son café surplombé d'un épais nuage de crème. Gnihihihi ! Ewen se targua d'un petit sourire ironique – parce qu'elle, elle n'hésitait pas une seule seconde avant d'avaler un café de ce genre ! Pas du tout ! Alors hop, aussitôt, Ewen engloutie dans sa bouche une montagne de crème o/ Avec un morceau de cookie en prime, parce qu'elle était gourmande, ça oui ! En même temps, elle n'omettait pas d'écouter d'une oreille plus qu'attentive les paroles de Daniel Moran. Et Ewen eu toutes les peines du monde à garder son sérieux ! Parce qu'elle même venait du monde moldu, oui messieurs-dames ! Et que les grille pain, elle connaissait bien, très bien, même ! La demoiselle en avait d'ailleurs ensorcelé un, afin qu'il puisse fonctionner sans électricité dans son appartement sorcier. Oui, elle aurait pu faire griller ses toast d'un petit coup de baguette, mais elle préférait le charme du grille pain ! Qu'est-ce qu'elle y pouvait, hein ? Bref. Ce fut avec un sourire absolument ravi qu'elle répondit à Daniel Moran.

« Mais ! Je connais très bien cet objet dont vous parlez ! Figurez-vous que elle engloutie une nouvelle bouchée de crème, se mettant un petit peu de chocolat sur le bout de son nez tout rose j'ai vécu dans le monde moldu, avec ma maman. Elle est sorcière, mais … bref. On en avait un, grille pain ! J'en ai un aussi chez moi, d'ailleurs ! Mais je serai ravie de voir le votre ! Je suis persuadée que vous en avez fait quelque chose de tout à fait formidable ! » Oui, il n'y avait bien qu'Ewen et Daniel pour s'enthousiasmer lors d'une discussion sur les grille pain moldus, mais passons. « Et vous pourriez monter voir le mien, aussi ! Je peux difficilement l'apporter au travail, vous comprenez … »

Elle failli ajouter qu'ils pourraient peut être faire se présenter leur grille pain, ouvrit la bouche, se rendit compte juste à temps de l'incongruité de sa proposition et finit par se taire, rougissante. Merci Ewen ! « En tout cas, je serai ravie de rencontrer votre grille pain, Daniel. » fit-elle, arborant au passage un très charmant sourire.

Il y avait du progrès, c'était indiscutable ! Elle l'avait appelé Daniel, sentant un léger frisson la traverser et elle ferma les yeux, sentant son sourire s'agrandir. Gniii ! Gni gni gni!Et il semblait même s'intéresser à ce qu'elle faisait ce soir là ! Était-ce … Ses yeux se mirent à briller, tout à coup. Une proposition de rendez-vous galant ? Elle aurait sautillé sur place si elle n'avait pas été face à lui ! Mais Ewen tâcha de se retenir, permettant uniquement à son sourire de s'agrandir. Elle hocha maladroitement la tête lorsqu'il lui demanda comment elle allait, avaler une gorgé de café, se mit un petit peu de crème sur le bout du nez sans s'en rendre compte et finit par reprendre la parole après avoir délicatement essuyé ses moustaches de café à l'aide d'une serviette en papier. Et puis elle avisa Daniel qui s'épongeait le front et le cou à l'aide d'un mouchoir. C'était vrai qu'il dégoulinait d'eau ! Ewen eut un léger sourire.

« Oh, moi, vous savez, je … Oh ! Attendez … » Sa baguette était coincé dans la ceinture de sa robe de fonction, qui laissait effectivement ses jolies gambettes à l'air. Un bref instant, Ewen la pointa sur Daniel Moran, marmonnant un sort de séchage particulièrement efficace qu'elle utilisait souvent. Pas un seul instant inquiète quant à la qualité de son sort – on assure en sortilèges ou pas, et Ewen assurait – la rouquine senti son sourire s'agrandir lorsque, tout à coup, Daniel se retrouva tout sec. « C'est mieux comme ça, non ? Alors, je disais donc … Oui, oui, je vais très bien ! Oh, vous savez, ici, contrairement à ce que l'ont pourrait croire, c'est assez tranquille. On voit du monde, c'est sympa ! Je me plais bien, là. Mais sinon, oui oui, je vais bien ! Et ce soir je finis tard ! Comme tous les samedi, en fait. Vingt trois heure trente …  »

Elle secoua la tête. Ce boulot était bien, mais ne permettait pas vraiment d'avoir un samedi soir à elle, que se soit pour sortir ou pour rester tranquille. Enfin bon, elle avait déjà un salaire, la demoiselle n'allait pas non plus se plaindre ! Et puis … Elle rougit légèrement. C'était là qu'elle avait rencontré Daniel, quand même ! Hého, c'était pas rien ! Dernièrement, c'était cet homme qui la poussait à gagner son travail – elle s'y forçait à grands coups de « Peut être que je le verrai, il va peut être passer aujourd'hui, peut être, peut être, gniiii … » C'était débile, elle le savait, tout comme elle savait qu'il était plus âgé et qu'elle ne devait surement rien attendre de sa part. Et pourtant, c'était plus fort qu'elle.

« Je ne croise pas souvent de machine de guerre, ici … Mais c'est un un lieu rêvé pour rencontrer du monde ! »

Légèrement tremblante, elle tenta de lâcher quelques mots au hasard, s'obligeant à plonger son regard dans celui de Daniel. Ne pas flancher – elle s'était dit qu'elle essayerai de lui envoyer un ou deux petits signaux, après tout !

« Pour faire de belles rencontres … » murmura-t-elle, se perdant un petit peu plus qu'il ne l'aurait fallu dans les yeux clairs de l'homme.

Hum. Avec de la chantilly et du chocolat en poudre sur le bout du nez, c'était parfait, Ewen ! Vraiment !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


« Oh ! Monsieur Moran ! Daniel ! Euh … Bonjour ! » [25.10.1980 ; midi] | PV Daniel & Ewen Empty
Message Sujet: Re: « Oh ! Monsieur Moran ! Daniel ! Euh … Bonjour ! » [25.10.1980 ; midi] | PV Daniel & Ewen   « Oh ! Monsieur Moran ! Daniel ! Euh … Bonjour ! » [25.10.1980 ; midi] | PV Daniel & Ewen Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

« Oh ! Monsieur Moran ! Daniel ! Euh … Bonjour ! » [25.10.1980 ; midi] | PV Daniel & Ewen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Daniel Elie demande un audit de sa gestion
» Bonjour dans toutes les langues
» Requête auprés de Monsieur le frére du roi
» Monsieur D'Erlon, je vous attends de pieds fermes!!!!!
» Monsieur, Frère Unique du roi, Philippe Ier d'Orléans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daily Prophet :: Paroles des Moldus :: Pensine :: Daily Prophet V1.0 :: Pensine des RPs-