FERMETURE DU FORUM, plus d'informations par ici

Partagez
 

 Terreur muette [Rhapsody & Leslie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Anonymous

Invité

Terreur muette [Rhapsody & Leslie] Empty
Message Sujet: Terreur muette [Rhapsody & Leslie]   Terreur muette [Rhapsody & Leslie] Icon_minitimeMer 15 Oct - 23:22

    Leslie avait cette désagréable impression de devenir folle. Aux yeux de bien des personnes, elle l'était déjà. Folle. Complètement et irrémédiablement folle à lier. Pourtant, la rouquine savait que ce n'était pas le cas – pas en temps normal, en tout cas. Depuis quelques temps, par contre …

    La sensation était venue après les vacances de Noël. Dans les jours ou les semaines qui avaient suivis la rentrée … Leslie aurait été incapable de le dire. Elle s'était retourné trop souvent sur son chemin. Elle l'avait regardé du coin de l’œil sans comprendre pourquoi un nombre de fois bien trop important. Elle s'était souvenue sa façon de marcher, de replacer son sac sur ses épaules, le son de sa voix, de son rire en boucle et ça, ce n'était pas normal. Leslie le savait.
    Alors elle avait essayé de l'oublier. Elle était parti courir le soir, après les cours. Tous les jours, ou presque. Deux fois le samedi, trois, quatre même, le dimanche. Elle s'était plongée encore un petit plus dans ses cours, dans ses devoirs et ses révisions pour les examens … même si ces derniers n'auraient lieux qu'en toute fin d'année. Leslie dormait peu ; ses cernes se creusaient. Elle n'était plus concentrée, ni en cours, ni nul part. Toutes ses pensées étaient sans cesse dirigées vers cette personne qui s'était imposée à elle sans que Leslie ne comprenne pourquoi, comment.

    Alors, dans une nouvelle tentative d'oublier, de se changer les idées, Leslie s'était enfermée dans une salle de classe désaffectée et s’entraînait. Les sortilèges les plus basiques à ceux, plus complexes, ; certains même qu'elle n'avait pas encore vu en classe, Leslie en tenta un grand nombre. L'erreur n'était pas admise et le moindre sortilège raté la mettait dans un état de stress qui, ajouté à sa peur, à cette sensation de terreur qui grandissait en elle, finissait par la mettre dans un état de rage que Leslie ne se souvenait pas avoir déjà connu.

    Tout ça parce que quelques temps plus tôt, cette Poufsouffle, cette Rhapsody, son prénom incroyable et sa présence électrisante avait croisé son chemin et que Leslie ne semblait pas s'en être remise.

    Au début, Leslie avait agité sa baguette en lançant tous ses sorts en informulés. Elle y mettait toute sa puissance, mais ce n'était pas suffisant – et les premiers échecs la poussèrent à parler, à prononcer les formules de ses sortilèges, sans qu'elle ne s'en rende vraiment compte. Leslie était seule, et il lui arrivait, occasionnellement, lorsqu'elle se sentait perturbée, le plus souvent, de prononcer quelques mots quand elle était seule.

    « Evanesco ! »

    Leslie avait la voix hachée et rauque qu'elle avait toujours eu, la voix qui ne sert pas, la voix qui n'est pas habituée à parler. La voix qui ne fait pas de son et qui, quelquefois, fait peur. Elle le savait, n'aimait pas cette voix, mais la rage qu'elle mettait dans l'incantation lui faisait oublier ce détail. Face à elle, la plume qu'elle avait posée sur une table de cour en partie cassée finit par disparaître et la colère de Leslie s'estompa quelques peu. Elle ferma les yeux, réfléchit quelques instants avant de lever sa baguette magique.

    « Avis ! Avis ! AVIS ! »

    Son mouvement de poignet n'était pas le bon, et ce fut sur un hurlement qu'une poignée d'oiseaux s'échappèrent par la fenêtre ouverte. Il fallut encore du temps à la demoiselle pour se calmer. Pas vraiment sure d'elle, pas totalement certaine que c'était bel et bien cette Rhapsody qui l'avait mise dans un tel état, Leslie finit par s’asseoir, hors d'haleine, sur une chaise bringuebalante. Elle laissa s'échapper quelques minutes, quelques instants, et se mit à pleurer en silence, sans comprendre ce qui lui arrivait.

    Comme toujours depuis un bon bout de temps, à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

Terreur muette [Rhapsody & Leslie] Empty
Message Sujet: Re: Terreur muette [Rhapsody & Leslie]   Terreur muette [Rhapsody & Leslie] Icon_minitimeMar 21 Oct - 16:51

You make me feel good
Come on to me come on to me now. But listen to the sound of my heart.
Rhapsody et Leslie
Rhapsody pose doucement les doigts sur son archet. L’enlace comme on le ferait avec un amoureux. Tendrement. Avec légèreté. Et un sourire se dessine sur ses lèvres alors qu’elle pose l’archet sur le violon et que la première note en sort. Pure. Délicate. Et le sourire s’agrandit. Vibrant. Eblouissant parce qu’emprunt d’extase. Personne ne comprend jamais ce qu’elle ressent Rhapsody. Personne ne la comprend Elle. Mais c’est parce qu’aucun d’eux ne peut éprouver cette harmonie parfaite. Si fragile et pourtant si vraie qu’elle ressent dès qu’elle touche son violon. Dès qu’elle sent l’odeur du bois précieux parfaitement entretenu. Aucun ne peut comprendre car aucun ne sait la plénitude qui s’empare d’elle dès lors que ses doigts dansent sur les cordes. Qu’ils effleurent les chevilles. C’est un lien unique.

Et lorsque que les premières notes jaillissent … alors elle crée un nouvel univers Rhapsody. Un univers qui n’appartient qu’à elle.


C’est ce qu’il y a de si précieux dans sa musique. Elle lui permet de voir le monde d’une autre façon. Plus pure sans doute. Plus douce. Rhapsody ne voit plus des gens elle voit des accords. Elle ne regarde pas les paysages. Elle voit une partition. Quelque chose d’infiniment beau ou les fausses notes ne servent qu’à mettre en valeurs les plus réussies. D’aucun riraient. La traiteraient de folle pour sa vision romantique et utopique du monde. Mais elle est ainsi Rhapsody. Et puis elle se moque de ce qu’ils pensent. Eux. Les autres. Ceux qui ne font pas l’effort d’entrer dans on monde. Ceux-là n’ont que peu d’importance. Elle se sent même désolée pour eux. Coincés qu’ils sont dans leur terre étriquée. A s’ennuyer. A attendre désespérément un changement qui ne viendra pas … et toute façon … même s’il venait qui dit qu’ils seraient capables de le voir arriver ? Trop occupés qu’ils sont à critiquer des choses qu’ils ne comprennent pas …

Mais qu’importe après tout ? Tout ce qu’elle doit faire elle c’est se concentrer. Et jouer …


Alors ce n’est qu’après de longues minutes que son archet retombe. De délicieuses minutes pendant lesquelles Rhapsody a tout oublié. S’est contentée de savourer. Mais maintenant le moment est fini. Et comme toujours Rhapsody ne passe beaucoup de temps à s’appesantir dessus. Alors précautionneusement elle le range dans son étui  et sort de la salle ou elle se trouvait. Juste assez rapidement pour soudain voir une nuée d’oiseaux sortir d’une fenêtre, suivis de près par un hurlement. Ses grands yeux bleus s’ouvrent soudains. Remplis de surprise et d’incompréhension. Mais quelque part la voix lui semble familière. Alors elle n’y prête pas attention et s’avance vers la porte, la poussant juste assez pour ne pas faire de bruit et avoir une vue sur l’intérieur. Mais lorsqu’elle s’aperçoit de la personne à l’origine du sort … et surtout des cris, Rhapsody sursaute légèrement.

Leslie. Est-ce possible ? Comme la douce, la tendre Leslie peut-elle soudainement paraitre si énervée ? Sur le pas de la porte Rhapsody hésite. Est-ce vraiment une bonne idée de l’interrompre ? Après tout une colère peut être saine. Peut permettre à quelqu’un d’enfin se sentir mieux … et puis c’est quelque chose de personnel. Alors peut-être que ne pas intervenir est la meilleure idée qu’elle puisse avoir. Mais soudain Rhapsody se fige. Parce que Leslie pleure. Et qu’elle ne supporte pas l’idée de voir ces grands yeux remplis de larmes. Alors lentement, presque sans bruit elle s’avance dans la pièce jusqu'à arrive à côté de la chaise ou est assise Leslie. Doucement Rhapsody s’agenouille à ses côtés. Sa voix est légère. Tendre. « Leslie ? Qu’est-ce que tu fais ici toute seule ? ».

Avec un soupir Rhapsody regarde les épaules de son amie tressauter et lentement ses bras se déploient autour d’elle pour l’enfermer dans une étreinte rassurante. Ses doigts s’emmêlent dans les longues boucles rousses alors qu’elle lui caresse maladroitement le dos. Elle veut simplement la voir s’arrêter de pleurer Rhapsody. Et lui adresser ce sourire à la fois doux et timide qu’elle lui envoie parfois et qui ravit tant la poufsouffle. Alors lentement elle relève le visage de la serdaigle. Plante ses yeux dans les siens. « Hey. Dit-moi tout. Raconte-moi ce qui ne va pas … pourquoi pleures-tu ? Quelqu’un t’a fait du mal ? » Car si quelqu’un avait osé la toucher, Rhapsody pourtant réputé pour son tempérament doux et tendre n’hésiterait pas un instant à dégainer sa baguette et à se charger du problème seule. Il y avait des limites à ne pas outrepasser tout de même !
code by mirror.wax
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

Terreur muette [Rhapsody & Leslie] Empty
Message Sujet: Re: Terreur muette [Rhapsody & Leslie]   Terreur muette [Rhapsody & Leslie] Icon_minitimeMar 28 Oct - 18:53

    Leslie n'a pas entendu la porte s'ouvrir. Elle n'a pas entendu non plus les pas de la jeune fille qui s'avance jusqu'à elle. La demoiselle ne sent sa présence qu'au dernier moment, que lorsqu'il est déjà trop tard.

    C'est son odeur qui la fait sursauter. L'odeur de Rhapsody que Leslie cherche à humer discrètement lorsque la Poufsouffle passe non loin d'elle. Cette odeur qui lui semble incroyable et qui la transporte. Cette odeur qui, au même titre que la demoiselle elle-même, comme à lui faire horriblement peur. Leslie recule, se tasse tant qu'elle peut sur la chaise. Très vite, elle se met à secouer la tête de gauche à droite. Non, non, ce n'est pas vrai ! Elle n'est pas là, elle doit rêver. Oui, c'est sûrement ça : un simple rêve dans lequel Rhapsody la réconforterait. Même si Leslie ne voit pas très bien comment ça serait possible.

    Alors Leslie continue de secouer la tête. Elle ne veut pas répondre – elle ne le peut pas vraiment, de toute manière. C'est trop dur, trop gênant, trop humiliant de laisser Rhapsody entendre sa voix toute hachée, toute cassée. Cette voix qui n'est jamais utilisée.
    Leslie devine pourtant bien vite que la Poufsouffle ne partira pas si vite. Pas comme ça, pas sans avoir reçue une explication. Alors la Serdaigle tente de respirer. De calmer les battements de son cœur, trop rapides, trop précipités. Elle souffle, inspire lentement, finit par retrouver un semblant de calme. Elle ne comprend pas ce qui lui arrive et serait bien incapable d'expliquer pourquoi elle a réagit comme ça. Rapidement, Leslie passe sa main sur ses joues, sur ses yeux. Elle essuie délicatement les larmes qui roulent sur sa peau et se force à relever la tête.

    Elle n'ose pas regarder Rhapsody dans les yeux : c'est trop gênant, presque intimidant. Mais son amie – est-ce vraiment une amie ? Leslie n'en sait rien – lui a posé une question et à sa façon, Leslie se doit bien de lui répondre. On lui a fait du mal ? Elle ne sait pas vraiment. Peut être … non. Dans le doute, Leslie hausse les épaules. Elle ne sait pas pourquoi elle pleure, elle ne sait pas non plus pourquoi elle passe son temps à penser à Rhapsody. Cette idée la fait rougir jusqu'aux oreilles et rapidement, Leslie tourne la tête. Déjà, la panique revient

    Faire le vide. Elle sait pourtant ce que lui a dit, redit, sa psychomage. Elle doit se calmer. Un bref instant, Leslie pose sa main sur celle de Rhapsody, simple façon de lui faire comprendre qu'elle doit attendre un peu. Juste un peu – et Leslie s'interdit de s'attarder sur les frissons que ce simple contact a fait naître en elle. Il lui faut quelques minutes pour reprendre le contrôle. Quelques minutes pendant les quelles elle reste muette – pour changer – les yeux fermés, s'efforçant de ne penser à strictement rien. Quand elle ouvre les yeux, c'est pour plonger son regard dans celui de Rhapsody – une grande première.

    Doucement, Leslie ouvre la bouche. Elle tente d'articuler quelque chose, rien qu'un petit mot ! Mais comme bien souvent, rien ne vient. Elle se crispe, serre les poings. Mais il ne sert à rien de s'énerver. Elle risquerait simplement de perdre à nouveau le contrôle, Leslie le sait.

    Alors elle attrape une plume, un morceau de parchemin et sans trop savoir pourquoi, décide de tracer quelques mots dessus. La vérité, ni plus ni moins. Même si Leslie ne la comprend pas.

    C'est toi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

Terreur muette [Rhapsody & Leslie] Empty
Message Sujet: Re: Terreur muette [Rhapsody & Leslie]   Terreur muette [Rhapsody & Leslie] Icon_minitimeSam 1 Nov - 10:37

You make me feel good
Come on to me come on to me now. But listen to the sound of my heart.
Rhapsody et Leslie
Alors qu’elle regarde la rousse qui se tient à ses côtés, Rhapsody ne peut s’empêcher d’avoir le cœur serré. Elle ne comprend pas pourquoi Leslie semble tant souffrir mais la vision de son beau visage tordu par la peine lui retourne l’estomac. Leslie est faite pour être heureuse. Pour constamment avoir sur le visage ces sourires doux et sages dont elle seule à le secret et qui donnent toujours des frissons à Rhapsody. Elle à besoin de la voir heureuse Rhapsody. Epanouie. Parce que c’est ainsi qu’elle imagine la timide serdaigle. Magnifique dans sa douceur. Sublime grâce aux rougeurs qui fleurissent parfois sur ses joues. Discrète. Mais merveilleuse pour tous ceux qui se donnaient la peine de regarder plus attentivement. Peut-être pas une beauté flamboyante comme Nika. Mais une beauté qui avait au final bien plus de saveur.
Puisqu’il faut la découvrir …

Rhapsody reste aux côtés de Leslie sans mot dire. Elle attend. Attend que celle-ci lui explique. Qu’elle se révèle. Elle ne la force pas Rhapsody parce qu’elle sait pertinemment que cela fera plus de mal que de bien. Patiente Rhapsody. Toujours dès qu’il s’agit d’écouter et de sécher des larmes. Lentement elle lève la main et la porte au visage de Leslie pour essuyer les dernières traces de larmes qui s’y trouvent. Caresse doucement ses cheveux. « Tout va bien … je suis là … tout va bien ». Elle murmure doucement les mêmes mots pour l’apaiser. La réconforter. Elle veut lui montrer qu’elle n’est pas seule. Et si elle ne sait pas pourquoi Leslie est triste, la jeune femme sait qu’elle va tout faire pour arranger cela. Quitte à devoir sortir sa baguette pour corriger l’impudent qui aurait osé faire pleurer son amie. Elle a beau ne pas être adepte de la violence Rhapsody il y a certaines limites qui ne doivent pas être franchies. Celle-ci en fait partie.
Personne ne doit toucher à Leslie. Personne ne doit lui faire du mal. Jamais. Elle est incapable de l’expliquer Rhapsody. D’ailleurs elle ne cherche même pas à le faire. Elle aime Rhapsody sans jamais chercher à y trouver un sens cachée. Elle aime sans frontière, sans question, sans barrière.

Et c’est tellement plus simple ainsi … mais ils sont si peu à penser de la même manière. Rhapsody les observent tout les jours se compliquer la vie. Au point qu’elle à parfois envie de les secouer pour leur expliquer que la manière n’a aucune importance. Que seuls les sentiments importent. Mais elle ne le fera pas. Parce que personne ne l’écoute vraiment. Tout le monde la pense à moitié folle. Et eux sont trop aveugles pour comprendre que parfois la folie se confond avec la sagesse. Rhapsody voit Leslie rougir. S’embrouiller. Et soudain elle se demande si ce n’est pas une querelle d’amoureux. Auquel cas elle ne pourra rien faire. A part essayer d’aider Leslie à réparer son cœur brisé …

Puis soudain ses grands yeux se plongent dans ceux de Rhapsody. Sereine, celle-ci lui renvoie un sourire calme. Doux. Pour l’inciter à se confier. A se révéler. Elle serre cette main qui se pose sur la sienne en une étreinte légère mais ferme. Voit Leslie bégayer en essayant de lui dire quelque chose. Rhapsody sourit. La calme. « Ne t’inquiète pas. Prends ton temps. Et si tu ne veux pas m’en parler ce n’est pas grave tu sais ? » Les amis sont fait pour être présents. Mais pas toujours pour poser des questions. Alors elle attend Rhapsody. Et ça ne la dérange pas. Soudain elle voit la serdaigle se relever et inscrire quelque chose sur un morceau de parchemin. Rhapsody se relève alors aussi pour venir lire par-dessus son épaule. Mais ce qu’elle lit la blesse soudain et elle baisse son regard vers leslie une pointe d’incompréhension et de douleur au fond des yeux. « C’est moi ? Mais qu’est-ce que j’ai fait de mal ? Je t’ai blessée ? Parce que si c’est le cas je ne voulais pas Leslie, tu sais mieux que tout le monde à quel point je tiens à toi … » Elle secoue la tête. « En tout cas peut importe ce que j’ai fait … je suis désolé. Vraiment. » S’excuser sans savoir pourquoi peut peut-être sembler stupide mais Rhapsody veut juste que tout aille bien pour Leslie.
code by mirror.wax
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Terreur muette [Rhapsody & Leslie] Empty
Message Sujet: Re: Terreur muette [Rhapsody & Leslie]   Terreur muette [Rhapsody & Leslie] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Terreur muette [Rhapsody & Leslie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Mission] Terreur au poulailler
» Lesly Manigat se retire de la vie politique active
» COMBIEN MOUN LIMANJE?
» [RPI] Être déserteuse, mais refuser d'être muette
» Rhapsody in Blue □ PV Malona & Othello

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daily Prophet :: Paroles des Moldus :: Pensine :: Pensine des rps-