FERMETURE DU FORUM, plus d'informations par ici

Partagez
 

 “Disturbing encounter ♢ Yaxley's

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Anonymous

Invité

“Disturbing encounter ♢ Yaxley's Empty
Message Sujet: “Disturbing encounter ♢ Yaxley's   “Disturbing encounter ♢ Yaxley's Icon_minitimeVen 12 Sep - 20:12


 
Disturbing encounter

 
“I don't think anyone has a normal family.”
Antigone & Zephir

 


Cette année, plus que les autres, la reprise de janvier s'était faite dans un climat de tensions familiales arrivé à son paroxysme. La dégradation constante de ses rapports avec le patriarche n'étonnait plus Zephir qui, résignée à ne représenter plus qu'une source d'embarras croissante, finissait toujours par quitter le manoir pour échouer au Chaudron Baveur. Retrouver le château, ses abords enneigés, la sinistre mais pas moins accueillante forêt interdite ainsi que ses amis fit donc le plus grand bien à l'aînée Yaxley. D'autres préoccupations d'ordre plus vital eurent l'occasion de l'assaillir le soir même de son retour à Poudlard. Potion tue-loup en main, elle s'enfonça parmi les arbres dénudés par le froid et laissa les rayons de l'astre lunaire effectuer leur méfait. Bien qu'elles lui apportaient un puissant sentiment de bien être, ces transformations devenaient de plus en plus éprouvantes pour la jeune femme, mentalement et physiquement exténuée. Douloureuses réminiscences du passé, depuis plusieurs mois déjà, Zeph' était assaillie par les visions de son oncle déchiré par les crocs qui avaient mutilé sa chair. Avec une fougue qui la caractérisait bien, elle avait entrepris l'impossible tâche de confectionner une nouvelle potion tue-loup. Laisser plus de place à la bête tout en contrôlant ses faits et gestes. Telle l'épée de Damoclès, le poids de ces vies qu'elle pouvait arracher en un claquement de mâchoire la terrifiait. Dans ses moments de faiblesse, Zephir parvenait à entendre les paroles de son père, visualisant jusqu'à son rictus de dégoût animant la ligne sévère formée par sa lippe. « Tu n'es qu'un monstre. »


Portant encore les stigmates d'une enfance baignée de craintes et répressions, la jeune femme évoluait difficilement, luttant contre ses propres démons à grand peine. Après un début d'année difficile, elle espérait sans grande conviction que les choses s'arrangeraient miraculeusement. C'est donc l'esprit ailleurs que Zephir avait repris les cours, n'accordant que peu d'importance au contenu de ces derniers. Même la confection de potions, pourtant de loin sa matière de prédilection, ne parvenait pas à susciter son intérêt. Un chaudron fondu et une heure de retenue plus tard, elle emboitait le pas de ses camarades pour se rendre en salle de métamorphose. Si la jeune femme avait la capacité de se transformer en loup chaque nuit de pleine lune, elle ne maîtrisait pas très bien les subtilités de cette matière.

Une fois arrivée dans la salle de métamorphose, Zephir s'installa au milieu de la classe à côté d'une de ses amies de septième année. Sans même un regard sur le professeur, elle sortit son manuel, une feuille de parchemin, sa plume et son encrier. Ignorant tout de l'identité de leur nouvel enseignant, il fallait bien avouer qu'elle ne s'en souciait guère. Bien trop occupée à dessiner sur un bout de parchemin le temps que ses camarades se soient installés, elle écoutait d'une oreille distraite les présentations jusqu'à ce qu'un nom attire son attention. « Antigone Yaxley. » L'héritière redressa immédiatement sa tête blonde à l'annonce de ce patronyme. Ignorant les regards insistant qui lui étaient jetés ici et là, ses iris bleutés ne pouvaient plus se détacher de l'enseignante à la beauté singulière. Elle reconnaissait vaguement en ses traits séraphins les caractéristiques de la première branche des Yaxley. Cependant, en dépit de l'évidence, Zeph' refusait tout simplement d'y croire. Comment pouvait-on lui avoir caché son existence ? Sa tante. Celle qui aurait pu la guider, la soutenir quand son oncle s'en était allé. À cette pensée, un frisson d'effroi la parcourut. Cette femme, Antigone ; elle lui avait enlevé son frère. Zephir était non seulement responsable de la disparition d'Oscar mais en plus elle l'avait privée de sa présence. Culpabilité, remords et incompréhension.

Ainsi, durant l'intégralité de son cours, la jeune louve ne suivit pas un mot, trop obnubilée par la découverte de sa tante. Incapable d'en détacher son regard, elle suscitait l'intérêt de ses camarades. Certains semblaient avoir patienté jusqu'à ce jour pour découvrir la réaction de celle qui était crainte pour sa nature présumée. Vissée sur sa chaise, guettant l'enseignante de métamorphose tel un prédateur étudiant sa proie, elle la suivait de ses iris perçants. Quand la fin du cours arriva, Zephir n'effectua aucun mouvement, fixant toujours avec obstination sa tante. Elle tentait de comprendre la situation, savoir si tout ceci n'avait rien d'un rêve, d'une grotesque machination de son père pour lui faire perdre la boule de façon définitive. Seule face à cette « révélation », la jeune Yaxley finit par lâcher de son timbre rocailleux, brisant le silence qui s'était installé entre elle. « C'est une plaisanterie ? » Voilà tout ce qu'elle avait à dire. Bien trop sonnée par la découverte, Zeph' était encore incapable de mesurer l'impact qu'aurait Antigone sur sa vie décousue.  
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

“Disturbing encounter ♢ Yaxley's Empty
Message Sujet: Re: “Disturbing encounter ♢ Yaxley's   “Disturbing encounter ♢ Yaxley's Icon_minitimeVen 12 Sep - 22:51


Disturbing encounter

En famille, tout se sait, rien ne se dit.
Zephir & Antigone



Antigone émet un léger ricanement qui roula dans sa gorge comme un tonnerre lointain. Une blague. Cela résumait bien sa vie.  Avait-elle été une mauvaise plaisanterie pour sa mère vieillissante ? Un pied de nez  au jamais deux sans trois ? Son père avait-il rit lorsqu’il avait appris qu’en sus d’une bouche de plus à nourrir, il faudrait la doter ? Un fils est une responsabilité. Il faut l’éduquer, le façonner, le forger. Une fille est un fardeau mais également une marchandise inestimable à qui sait suffisamment allier pression et orfèvrerie. Cela demandait un doigté et une délicatesse dont ils étaient totalement exempts. Elle voit dans le maintien de sa nièce, dans ce regard qui n’ose ciller, prédateur, que son frère a aussi également échoué.  La jeune femme prend une lente inspiration, son regard bienveillant balayant le visage de sa nièce. Sa nièce. Le plus proche de la chair de sa chair, le sang de son sang. « Je suis en retard d’une vingtaine d’années. Je te prie de m’en excuser. » Sa tête s’incline légèrement de côté alors que ses prunelles à l’éclat glacé courent le long de l’arrête du nez avant de glisser sur sa mâchoire. La même chevelure blonde que son aîné, le même regard décidé que le cadet. Oscar. Ses yeux se plissent peut-être un peu à l’évocation de ce nom. «  Il faut nommer pour faire vivre, c’est comme un vœux de sorcière, petite sœur ». Elle se souvient de son ombre veillant au-dessus de son épaule alors qu’elle faisait prendre vie à des objets inanimés. D’aussi loin que ses souvenirs remontent, elle ne pouvait se souvenir de la défunte femme de Rory. Elle suppose alors qu’elle a laissé son empreinte quelque part entre ses lèvres qui ne sourient que trop peu et les éclairs que lancent les puits d’eaux mortes sous l’arc incliné de ses sourcils. Et puis égoïstement, l’ancienne langue de plomb se demande s’il existe quelque chose qui la renvoie à elle, qui hurle à la face du monde entier qu’elles ne sont pas étrangères et qu’elles appartiennent l’une à l’autre.  

Antigone fait un pas en avant. Un acte de foi. Elle pourrait très bien la rejeter. Et pourquoi non ? S’arrêter à un souffle. Ombre faussement paisible, contre énergie pure. « Je suis désolée ne pas avoir été là pour toi lorsque ton oncle est mort. J’aurais dû rependre la relève… » Sa voix n’est qu’un murmure rauque. C’était aussi son frère qui avait péri pour la sauver ce jour-là. C’était son corps dans le sol froid et détrempé. Et elle, Antigone Yaxley n’était plus qu’une brûlure sur l’arbre généalogique de la famille. Une trace noire. Marquée comme souillée. Ses prunellesf fixent Zéphir, la jaugent.  Le professeur de métamorphose est impressionnée par l’aura qu’elle dégage et cette beauté des jeunes fauves, tout en crinière et genoux écorchés. « Je pensais te trouver dans mon bureau dès la première heure de cours ». La jeune femme lui offre un sourire un peu timide. Le soir de la rentrée, elle avait fouillé la Grande Salle des yeux, le cœur battant contre ses côtes, sourdement, mais ne l’avait pas trouvé. Ensuite, en s’accoudant à la fenêtre pour remettre ses pensées en place, elle s’était maudite. Pleine Lune. Quelle idiote. Antigone se racle la gorge, gênée. « Antigone. C'est mon nom. Pour ta famille, je suis une traitre à mon sang. J’imagine que tu as des questions à me poser ? Ce n’est pas une obligation immédiatement…Mais maintenant, je suis ici. Pour toi. Et ton père peut bien m’envoyer toutes les beuglantes qu’il veut, je le compisse depuis tant d’années que je ne sais pas pourquoi il n’a pas cessé. ». Antigone esquisse un signe de tête un peu fataliste. Son ton est mordant. Peut-être peut-on apercevoir que sous toutes les couches de rigidité et de port qu'elle affecte, se détachent les couteaux et les plaies de l'adolescence, les cicatrices de sa croissance, les années de coups et de vexation avant qu'elle ne choisisse de se délester de sa famille, de ses ancres et de tous les petits cailloux blancs qui lestaient ses poches et la maintenaient au fond. "Quoique tu en penses, je suis là maintenant. Parce que rien n'est plus beau que d'être ensemble, Zephir. C'est sur la tombe de mon frère que j'ai appris cette vérité. Tu n'es plus seule."

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

“Disturbing encounter ♢ Yaxley's Empty
Message Sujet: Re: “Disturbing encounter ♢ Yaxley's   “Disturbing encounter ♢ Yaxley's Icon_minitimeLun 15 Sep - 21:23


Disturbing encounter

“I don't think anyone has a normal family.”
Antigone & Zephir



Improbable. Voilà de quel terme Zephir pourrait qualifier cette rencontre. Comment, par la barbe de Merlin, pouvait-elle avoir une tante ? Son père avait été très clair là-dessus. Il suffisait de prendre son exemple. La cruelle déception qu'elle avait représenté dès son premier souffle dans ce monde impitoyable n'avait qu'une seule explication plausible : chez les Yaxley il n'y a que des hommes. Voilà qu'elle avait été la leçon que la jeune fille en avait tirée. Elle se souvenait encore de ses nombreuses après-midis passées dans le bureau privé de son père. L'odeur du cuir et du cigare, la douceur du velours sous la pulpe de ses doigts, la lasure en acacia ornée d'un fin liseré d'or. Assise aussi droite que faire se peut sur le fauteuil crapaud couleur sang lui étant destiné, les mèches rebelles de sa chevelure pâle méticuleusement plaquées sur son crâne, elle écoutait sagement, comme le petit garçon qu'elle simulait être, les paroles alcoolisées du paternel. Ainsi, découvrir que cette femme au charisme étouffant n'était rien de plus que sa tante laissait Zephir sans voix. Comme pour chercher dans les méandres de sa mémoire une vague indication de son existence, la jeune femme déporta ses pâles iris sur la surface usée du pupitre. Ses pensées se tournèrent inévitablement vers Oscar. Son oncle, le seul dans cette famille à jamais avoir pris du temps pour elle. Pourquoi, même sous l'influence de son aîné, ce dernier n'avait jamais parlé d'Antigone ? Représentait-elle un danger, une honte ou bien encore avait-elle été écartée de la famille ? Progressivement, son incompréhension appela à la rage. Les phalanges blanchies par un bouillonnement silencieux, Zeph' releva les yeux aux excuses de celle qui, en l'espace d'une heure, était devenue sa tante.

Comme paralysée sur sa chaise, mélange de curiosité et d'étonnement, elle la guettait sans sourciller. Prédateur à l'affut du moindre mouvement de sa proie, prêt à se servir de chaque faux pas qu'elle lui offrait sur un plateau d'argent. Ce rapprochement étonna quelque peu Zephir qui recula très légèrement dans sa chaise, geste plus inconscient qu'autre chose. Ses paroles ne l'aidèrent pas à se détendre, ses sourcils froncés témoignant de l'inconfort que cette évocation provoquait. Aborder le sujet plus que sensible d'Oscar était périlleux. Les circonstances n'aidaient en rien. En effet, les hurlements déchirants de son idole hantaient son esprit jusque dans ses songes les plus profonds. Très mal à l'aise, Zeph' la laissa terminer, toujours plus surprise par l'agencement de ses mots. Des questions, elle en avait mais pour l'instant seulement deux l'obsédaient, allant jusqu'à lui brûler la langue. Plus par politesse qu'autre chose, elle attendit sagement, ébahie par l'accueil que lui avait réservé Antigone. Un silence de plomb s'installa après la dernière phrase lourde en significations. En l'occurrence, jamais Zephir ne s'était sentie plus seule.

Sa lippe pincée dans une moue pensive, l'eau cristalline de ses iris semblait s'agiter, présage d'une terrible tempête. Avec un peu de concentration, on pouvait même deviner le processus cognitif mis en place par Zeph' pour tenter de démêler la situation. Quand l'incohérence de toute cette mascarade fut trop forte pour qu'elle puisse continuer à se torturer l'esprit avec, la jeune Yaxley vint accrocher son regard à celui de sa tante et rompit enfin le silence de sa voix rauque, tremblante des émotions diverses et variées qui l'assaillaient. « Depuis quand ? Je n'ai jamais... Pourquoi ?! » Tout était encore très confus. Les émotions se mélangeaient si bien qu'elle ne parvenait même pas à produire une seule phrase constructive. Il fallut qu'un soupir secoue sa carcasse tourmentée pour qu'elle parvienne à mettre de l'ordre dans ses pensées et produise enfin un énoncé se tenant. « Depuis quand êtes-vous au courant de mon existence ? » Question essentielle, pilier de leur future relation. Cependant, Zephir ne lui laissa pas le temps de répondre qu'elle l'assaillait à nouveau d'une autre question la tourmentant depuis plus d'une heure à présent. « Pourquoi je n'ai jamais entendu parler de vous ? Je veux dire... Vous êtes une traître à votre sang mais ça n'a pas toujours été le cas, si ? » Impossible pour elle de lui parler d'Oscar ni même d'évoquer sa lycanthropie. Antigone n'était peut-être pas au courant, qui sait. La mort de son grand frère avait peut-être été camouflée par l'aîné de la famille. Zephir ne doutait plus de la névrose de son père. Après mûre réflexion, il en était capable. Cacher à sa petite sœur les conditions dans lesquelles Oscar avait perdu la vie pouvait faire partie d'une de ses multiples stratégies.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


“Disturbing encounter ♢ Yaxley's Empty
Message Sujet: Re: “Disturbing encounter ♢ Yaxley's   “Disturbing encounter ♢ Yaxley's Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

“Disturbing encounter ♢ Yaxley's

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» A disturbing girl | PV.Juliet
» Yaxley [Pres fini]
» Inter canem et lupum - Antigone Yaxley

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daily Prophet :: Paroles des Moldus :: Pensine :: Pensine des rps-