FERMETURE DU FORUM, plus d'informations par ici

Partagez | .
 

 You can’t just touch my soul and leave. (Amadeus)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
PREFETE ORACLE DE DELPHES

PREFETE
ORACLE DE DELPHES
+ SORCIER DEPUIS LE : 05/12/2015
+ PARCHEMINS : 107
+ LOCALISATION : poudlard.

Message Sujet: You can’t just touch my soul and leave. (Amadeus)   Jeu 1 Déc - 15:06

La tour avait beau être interdite d'accès en dehors des cours d'Astronomie, nombreux étaient les élèves s'y rendant pour divers rendez vous. Il fallait dire que le lieux étaient parfait pour parler en toutes discrétions. Pour les romantique amateurs de nuit passée sous les étoiles, c'était aussi le lieu parfait. Et pour ceux qui voulaient tout simplement se poser et réfléchir... Vesper s'y rendait souvent et ça, depuis qu'elle avait découvert son don. Le lieu, calme et apaisant lui permettait de réfléchir au calme, de revenir sur les visions qu'elle avait eu. Beaucoup restaient mystérieuses., peu finissaient par réellement prendre vie. Mais elle le savait, un jour où l'autre ce qu'elle avait prendrait vie. C'était triste, mais vrai. Ce soir là elle avait donné rendez vous à Amadeus en haut de la tour. Elle et lui c'était... toute une histoire. C'était grâce  lui qu'elle en était là, qu'elle avait pu intégrer l'alliance. Il avait été le premier à voir son potentiel, à penser qu'elle pouvait être utile pour leur cause plutôt que pour elle même. Dire qu'elle avait tout de suite apprécié n'était qu'un euphémisme. Elle l'avait adoré, et c'était compliqué de ne pas comprendre pourquoi. Elle était tout ce qu'elle aimait de A à Z. Pour commencer elle lui vouait une sorte de petit culte depuis leur première rencontre de part le statut de son sang et sa position, au sein de l'alliance. De plus, ils étaient tous les deux préfets cette année (la première année pour Vesper qui avait elle ne savait pas trop comment, pris la place de l'ancienne qui pourtant était en poste depuis trois années d'affilée) ce qui était tout de même un avantage. Il fallait être aveugle pour ne pas voir l'attitude (trop?) possessive d'Amadeus envers elle. Ils couvraient chacun leur arrières et Vesper le savait, si quelqu'un touchait à un seul de ces cheveux, elle aurait sûrement quelque pour rappliquer aussitôt. Il fallait rajouter à cela qu'ils étaient désormais ensemble. Alors même si beaucoup pensaient que la jeune femme avait fait tout cela par pur intérêt, ce qui était vrai au début, elle n'éprouvait pas ce genre des sentiments à son égard, elle devait bien avouer qu'elle se passait difficilement de lui. Elle l'aimait d'une manière particulière que sans doute, les gens avaient du mal à saisir. Mais c'était un fait, s'il lui arrivait malheur, Vesper se mettrait sans nul doute dans tous ces états.

Les choses avaient pris un tournant différent quand ils (l'alliance) avaient décidé de sortir de l'ombre. Il fallait dire qu'ils n'avaient pas fais les choses a la légère et que leurs actes avaient marqués, choqués les élèves de Poudlard. Le coups des pendus, tout le monde s'en souvenait, peu avait réussis à oublier. C'était le but, elle avait trouvé l'idée parfaite. Mais maintenant, elle état d'avantage sur ses gardes. Pour le moment, personne ne la soupçonnait, son rang de préfète pouvait aider, de plus qu'elle n'était qu'une sang-mêlée. Il n'était pas dur de savoir qu'elle ne portait pas les nés moldus dans son cœur, mais beaucoup avait du mal à voir la jeune femme telle qu'elle était, ce qui était donc un grand avantage pour elle. Mais le stress accumulé depuis quelques mois n'aidait pas dans une relation et ces derniers temps elle s'était montrée trop distante vis-à-vis d'Amadeus. À éviter dans une relation telle que la leur. L'autre jour elle lui avait fais toute une scène sur son meilleur ami. Une sorte de petite crise de « tu me délaisse un peu de je trouve. » Elle était la reine pour voir des histoires où il n'y en avait pas en envenimer celle qui venait à peine de commencer. Elle jeta un coup d’œil rapide à sa montre avant de voir une silhouette émerger de l'ombre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PREFET

PREFET
+ SORCIER DEPUIS LE : 16/06/2016
+ PARCHEMINS : 103
+ LOCALISATION : Dans ton ombre...

Message Sujet: Re: You can’t just touch my soul and leave. (Amadeus)   Dim 4 Déc - 15:33

Il n'était pas de ronde, ce soir. Pourtant il enfilait sa cape lentement. Malgré l'approche de l'été, les nuits étaient encore froides : les murs épais de Poudlard ne laissaient peu filtrer la chaleur des journées. Il n'y avait pas âme qui vive dans les couloirs du château, qu'il commençait à connaître comme sa poche. Parcourir ces couloirs chaque journée depuis quelques années maintenant, à les arpenter la nuit depuis qu'il portait l'insigne de préfet pour appliquer le règlement... Un avantage certain qu'il se devait de garder. Mais rien ne saurait lui retirer : qui pourrait le menacer dans sa propre maison ? Il ne jouait peut-être pas au Quidditch, mais il était un étudiant exemplaire : son comportement et ses notes ne pouvaient que prouver son engagement auprès de cette école. Amadeus était un mensonge en lui-même. Tant de facettes que lui même oubliait qui il était vraiment. Savait-il seulement qui il était ? Ce qu'il désirait profondément ? Il avait été façonné depuis son plus jeune âge par les idées et les colères de ses parents. Il n'était qu'une arme, le vecteur d'une mission qu'il devait simplement accomplir. Qu'importe ce qu'il ressentait, qu'importe les autres. Pourtant, il se déclinait comme être un manipulateur hors pair, un calculateur au sens froid. Tout ceci était probablement dans sa nature profonde, à tel point qu'il ne s'en rendait plus compte lui-même : il était devenu ses mensonges, ses machinations. Il ne ressentait rien, ou très peu. Il feintait ces émotions si humaines qui semblaient l'avoir quitté depuis le berceau. Il n'y avait que la possessivité, la colère et l'envie. Tels étaient les seules choses que sa carcasse vide semblait être capable de ressentir.

Pourtant, lorsqu'il avait reçu l'invitation de Vesper, alors qu'ils étaient dans la même maison, quelque chose d'étrange l'avait envahit. De la méfiance, de l'inquiétude, un brin d'insécurité. Il ne saurait dire. Mais il ne savait pas à quoi réellement s'attendre. Il se souvenait encore de leur dernière dispute face à laquelle il n'avait ouvert que trop peu le dialogue : il avait fermé la discussion en soufflant simplement quelques mots. Des choses à préparer, et que cela n'était en rien une forme de favoritisme. Elle était la mieux placée pour savoir ce qui se tramait dans l'Alliance. Mais il avait peu apprécié ce reproche : cela le forçait donc à se remettre en cause concernant son comportement avec elle ; mais aussi à craindre qu'elle s'en plaigne à d'autre ; qu'elle effiloche le secret de l'Alliance autour d'elle. Son lien avec Gale était si peu connu, même ceux de l'Alliance ne le savait pas réellement. Il ne s'affichait pas avec lui, il n'a jamais soufflé qu'il fût son ami. Un collègue tout au plus dont les idéaux rapprochaient.  

Il montait les marches jusqu'à la tour d'astronomie. Il sentait son coeur battre toujours un peu plus fort dans sa poitrine, face à l'effort prolongé. Bientôt l'air frais de la nuit vint caresser sa peau de porcelaine et ses cheveux si clairs. Son pas était assuré, calme lorsqu'il s'approchait de la belle. Son assurance ne trahissait pas la nervosité qui grignotait ses veines. Son pas ne s'arrêta pas, il avança jusqu'à elle. Amadeus ne s'arrêta que lorsqu'il frôla son corps. L'une de ses mains s'éleva, ses doigts glissèrent contre la nuque délicate de Vesper. Il se pencha légèrement vers elle pour déposer un baiser contre son front. Protecteur et pourtant si froid, presque rigide. Pourtant, il en fallait très peu pour que son comportement change, pour qu'il soit plus humain et chaud. « La chaleur de la salle commune ne te sied plus ? » Un murmure pour s'éloigner du véritable problème. Il sait qu'elle est stressée, qu'elle se prend probablement trop la tête avec tout cela. Ce n'était pas son rôle à elle, mais le sien à lui.

Lentement, il passa son bras autour d'elle, pour l'attirer contre son corps. Sa main se pose contre ses reins, et ses yeux si clairs caressent son visage lentement. Il dépèce tes traits, à la recherche du moindre indice. Et avant même que tu ne grondes, il souffle de sa voix douce et presque doucereuse : « Je suis désolé pour l'autre soir, Vesper... J'ai conscience d'avoir mal réagit. » Il se tait un instant, alors que ses prunelles glacées se sont plantées dans les tiennes. « Je t'ai toujours demandé de me parler lorsque cela n'allait pas... Et j'ai été grossier... » Son autre main se leva lentement pour venir glisser l'une de tes mèches derrière ton oreille. Il respire lentement. Il appose un léger silence avant de reprendre : « Loin de moi l'idée de te faire de la peine... J'étais accaparé par des nouvelles peu enviable de ma famille... Et du fait que tout le monde soit en sécurité... Toi la première. » Il ne prononçait quasiment jamais le nom de l'Alliance. C'était probablement l'une des premières règles de l'entité : Poudlard était trop d'oreilles.

Il déglutit légèrement avant de froncer légèrement les sourcils. Il souffle tout bas : « Tu vas bien... ? Tu me parais... Tendue... Depuis quelques temps. »

_________________
Heir of the purest hatred
No one can love you more than me ©️alas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PREFETE ORACLE DE DELPHES

PREFETE
ORACLE DE DELPHES
+ SORCIER DEPUIS LE : 05/12/2015
+ PARCHEMINS : 107
+ LOCALISATION : poudlard.

Message Sujet: Re: You can’t just touch my soul and leave. (Amadeus)   Dim 18 Déc - 18:19

Le soucis avec Amadeus était qu'elle avait bien du mal à lui trouver des défauts. Elle pouvait râler autant qu'elle le souhaitait, elle plaçait en lui toute la confiance qu'il était possible d'avoir en sois, elle serait prête à lui confier son destin, sa vie, bref, tout. Il n'en existait pas deux comme lui, et c'était très bien comme ça. Elle avait toujours considérait qu'elle lui devait de ne plus être la Vesper déprimé de sixième année qui ne savait plus quoi faire de sa vie, moqué par des nés-moldus qu'elle méprisait, rabaissé par la faute d'un pouvoir qu'elle tentait en vain de contrôler et de surpasser. Il faisait partit de tout ces gens qui pensaient sans doute qu'elle y arrivait, mais tout cela n'était qu'un tissus de mensonge. Et quand elle était avec lui, tout avait tendance à se crisper. Elle l'adorait, Amadeus faisait partit de sa vie, et elle espérait même secrètement de son avenir, peu importe comment, mais leur relation avait toujours été particulière et cela, depuis qu'il lui avait proposé de rejoindre l'Alliance. Elle le savait le climat était tendu, et ce n'était pas le moment pour l'un des leur de gaffer. Elle prit sa main entre ses doigts fins et le regarda longuement. Parfois elle se demandait ce qu'il pensait réellement. C'était le comble pour une voyante, mais il y avait toujours un petit quelque chose sur son visage qu'elle n'arrivait pas à comprendre ou à percevoir. Il avait toujours le don de s'expliquer de manière terriblement calme et posé.

Quelles genre de nouvelles ?

Elle le savait, elle parlait trop vite, elle fila aussitôt sur un autre sujet, ce n'était pas le moment de provoquer un cataclysme émotionnel en parlant famille. C'était étrangement toujours un sujet sensible chez les gens, pour sa part tout allait très bien entre elle et son père. Il y avait juste ces moments là, dérangeant, quand elle sentait que sa mère était en trop dans la discussion. Même si elle avait appris un tas de chose sur le monde des sorciers, comme où trouver un bézoard ou les règles du Quidditch, elle restait une moldue et Vesper avait toujours été mal  l'aise avec ce fait depuis son arrivée à Poudlard. Depuis qu'elle avait pris connaissance de gens comme lui, de gens uniquement sorciers, jusqu'au bout des ongles.

J'ai juste l'impression de me noyer de temps en temps Amadeus. Je ressens des choses, je vois des choses que je ne comprends pas toujours et ça me frustre. Et je ne veux pas que cela affecte notre relation tu comprends ?

Elle évita le mot Alliance, elle le savait, il fallait éviter que quelqu'un ou quelque chose entende. Et ici, à Poudlard, l'expression moldue des « murs ont des oreilles » n'avait jamais aussi bien porté son nom. En plus de cela, elle se devait de montrer l'exemple.

Je n'ai pas encore fais connaissance de miss Avery en parlant de ça...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Message Sujet: Re: You can’t just touch my soul and leave. (Amadeus)   

Revenir en haut Aller en bas
 

You can’t just touch my soul and leave. (Amadeus)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Touch my soul with the tips of your fingers [Alu x Van]
» Un triste départ ... pour toute la communauté du forum RPG Soul Eater
» I can't wait to kiss the ground, wherever we touch back down. [PV Willy]
» Le soul Gardien, le vaisseaux des rebelles démoniaque
» !! ..: Poor Soul :.. !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daily Prophet :: Tour d'astronomie-