FERMETURE DU FORUM, plus d'informations par ici
Partagez
 

 It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Benedict O'Carley
It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain] Serdai10


+ SORCIER DEPUIS LE : 02/01/2016
+ PARCHEMINS : 1057
+ LOCALISATION : Serdaigle, 7ème année, Poudlard

It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain] Empty
Message Sujet: It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain]   It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain] Icon_minitimeMer 5 Oct - 0:23




It's our time, our moment, and nothing can stop us now!


Octobre 1978


« Clarence ! Dépêche-toi un peu, on va être en retard ! » dis-je en enfilant à la hâte, ma robe de sorcier aux couleurs de Serdaigle et en me précipitant vers la porte du dortoir. Je l’entendis soupirer et même si je ne l’avais pas vu, je savais exactement la tête qu’il faisait et je le soupçonnai d’avoir levé les yeux au ciel.
« Le club est ouvert tout l’après-midi, il n’y a pas le feu ! D’autant plus que j’ai un devoir à terminer avant d’y aller. »
« Tu le finiras plus tard ! »
« Ou tu peux partir devant et je te rejoins tout à l’heure. »
« Cette perspective est séduisante. » commençai-je en m’adossant au chambranle de la porte. « Qu’est ce qui me dit que tu ne vas pas te défiler ? »
Très exactement, ce regard qu’il était en train de m’adresser. Il n’avait même pas besoin d’ajouter quoi que ce soit. « Bon d’accord. On se rejoint là bas alors. A tout à l’heure ! »

Je quittai la tour des Serdaigle et me précipitai au sixième étage, où se tenait le club de duel. Clarence et moi étions des habitués. J’aimais particulièrement venir m’y entraîner pour pouvoir pratiquer des sortilèges offensifs et défensifs de manière plus réaliste qu’en cours. Si j’étais déjà brillant en sortilège, ce dont je ne me privais pas de me vanter, il se trouvait que j’étais également capable de rivaliser avec des élèves de sixième et septième année. Là, par contre, je ne fanfaronnais pas trop devant mes ainés. Mais je n’étais pas peu fier de lire la surprise sur leurs visages lorsque j’arrivais à tirer plus rapidement qu’un septième année et à le désarmer.

Je dévalai les dernières marches débouchant sur le couloir du sixième. « Hey ! Ben ! » Je m’arrêtai et me retournai sur une élève de serpentard à qui j’adressai un sourire radieux. Ma cousine. « Morgan ! Qu’est ce que tu fiches ici ? T’étais pas sensée te rendre à Pré-au-Lard cet aprèm ? » « Si, justement ! J’en reviens. »
Elle se rapprocha de moi et j’en déduisis, à son sourire mutin, qu’elle avait quelque chose d’indécent à me proposer. Elle me chuchota à l’oreille : « Ce soir, rejoins moi à la tour d’astronomie. J’ai déniché quelque chose qui devrait te plaire. » Elle m’adressa un clin d’œil et s’éclipsa. Morgan et moi étions aussi complices que deux doigts d’une seule main et je devinais sans peine ce qu’elle avait derrière la tête. Je partageais avec elle, un intérêt prononcé pour la magie noire. Et depuis quelques temps, nous en étions arrivés à la conclusion que les livres sur le sujet de nous suffisaient plus et qu’il nous fallait expérimenter quelques petites choses par nous même pour mieux comprendre le sujet. Nous avions déjà expérimenté l’ensorcellement d’objets et nous projetions de nous essayer aux potions. Mais moi ce qui m’attirait vraiment, c’était les sorts interdits. Mais comment m’exercer sans cible ? Dans un monde ou la magie noire est de mise, pratiquée par nombre de grande famille sang-pures qui font mine de ne pas y toucher. C’est un tabou en somme. Tout le monde le fait, tout le monde le sait, mais personne ne le dit, parce que c’est très mal vu. Morgan avait ça dans le sang, elle ne s’en cachait pas d’ailleurs et oncle Edern l’encourageait même ! Pour moi en revanche, c’était plus compliqué. Il semblait que j’avais quelques prédispositions, mais mon père dénigrait ces pratiques et ne voulait pas en entendre parler. Il va sans dire qu’il valait mieux pour moi, qu’il ignore ce que je manigançais avec ma cousine.

Mais ces réjouissances attendraient, pour l’heure, je me rendais au club de duel. Et ce fut un grand sourire aux lèvres que je franchis le seuil de la salle accompagné d’un grand  « Salut ! J’vous ai manqué ?» jovial. Ou comment faire une entrée remarquée.

Un des deux élèves qui s’affrontaient soupira de dépit et son adversaire en profita pour le désarmer. Je lui adressai un clin d’œil complice et il me rendit mon sourire. Je saluais deux autres élèves qui étaient aussi des habitués avec qui je m’entendais à peu près. Ou plutôt, c’étais surtout eux qui m’entendaient, quand je me mettais à parler et que je ne pouvais plus m’arrêter. Et puis, derrière le Gryffondor que je saluais se trouvais Griffin. J’eus un instant d’hésitation, ne sachant pas trop quelle attitude adopter avec lui. Il avait le don de me mettre mal à l’aise. Je ne me souvenais pas l’avoir croisé à Serdaigle aujourd’hui en plus. Il aurait sans doute été malvenu de le snober alors que j’avais salué tous les autres. Alors je me fis violence, arborant mon éternel sourire désinvolte, j’avançais ma main vers lui, l’air de rien, comme si lui aussi, était mon pote depuis toujours. Mais bizarrement, ma grande éloquence était aux abonnées absentes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Swan Griffin
It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain] Neutre10


+ SORCIER DEPUIS LE : 01/10/2016
+ PARCHEMINS : 31

It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain] Empty
Message Sujet: Re: It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain]   It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain] Icon_minitimeJeu 6 Oct - 10:18

Une guitare, mes doigts qui s'agitent, le plaisir des notes... Je pouvais faire ça pendant des heures... En fait je faisais ça pendant des heures. C'était d'ailleurs le problème. J'avais encore été convoqué par je ne sais quel prof, et je n'y étais encore pas allé. Pas de ma faute j'étais défoncé. Bon euuuh ok c'était un peu de ma faute.

J'avais donc obtenu l'insigne ou l'indigne honneur d'être convoqué par Albus Dumbledore et ça, mmmm je me rendais bien compte que ça craignait un max. Il avait été gentil et plutôt cool, expliquant que mon amour pour la musique était plutôt une preuve d'intelligence. Mais il avait aussi dit qu'il ne tolérerait pas mes manquements à la discipline plus longtemps. Que je devais aller en cours et passer mes putains d'aspics pour obtenir un joli petit boulot.

J'avais écouté poliment, sourit quand il fallait, j'avais même pris un air contrit de temps à autre. Le grand homme n'était pas dupe mais il voulait me laisser ma chance. Peut être parce qu'il était trop bon ? Ou peut être parce que je le méritais ?
En tout cas il fallait que je choisisse... Continuer ma vie de patachon, que j'aimais par dessus tout, ou bien rentrer dans le rang et perdre un peu de moi.

C'était impossible pour moi, même si l'idée d'obtenir mes ASPICS me faisait envie. C'était un très beau moyen de remercier ma mère de tous les sacrifices qu'elle avait fait pour moi. Elle serait fière et puis j'étais bon quand je m'en donnais la peine. Je devais sacrifier un peu de ma liberté. C'était ce qu'un adulte ferait... Il fallait que j'accepte de grandir.

Cette résolution en tête je passais rapidement une robe de sorcier par dessus mes habits moldus. J'avais un rendez-vous que je ne souhaitais pas manquer. C'était le jour du club de duel, et pour ça, nul besoin de me faire violence. J'adorais cette confrontation directe, cette bouffée d'énergie brute, cette adrénaline qui remontait le long de mes mains pour se prolonger dans ma baguette.

J'arrivais bon premier ce qui était plus que rare et je m'installais dans mon coin, assis sur une table jouant à faire des percussions du bout des doigts. La musique était partout, je ne pouvais m'en passer. Les élèves arrivaient par grappe, et j'en saluais certains de la tête ou d'un sourire. Mes potes ne participaient pas, c'était optionnel et ils n'étaient pas du genre assidu... C'était dommage parce que la bande ici ça aurait été impayable. On faisait connerie sur connerie dans ce château et on obtenait même une certaine célébrité à force de punitions.

L'entrée la plus remarquée fut celle de Benedict O'Carley, le sourire aux lèvres il semblait vouloir conquérir le monde. Je le connaissais peu ce môme finalement mais j'en avais entendu parler. Il était à Serdaigle comme moi mais pas du tout dans le genre de mes fréquentations. Trop lisse, apparemment bien trop sage pour avoir attiré mon attention. C'était sans compter sur ce que j'avais entendu quelques jours plus tôt. Lors de la dernière édition du club, alors que j'étais cloué au lit à l'infirmerie, il avait battu un septième année.

J'avais essayé une potion concoctée par Anthony et ça m'avait rendu malade au possible... Alors que le but premier était de devenir invisible.
Anthony créait tout le temps des potions et j'étais son testeur attitré. L'invisibilité pour un petit malin dans mon genre c'était un rêve, mais la sensation qu'on me brûlait les entrailles de l'intérieur m'avait bien calmé... Jusqu'au prochain essai en tout cas.

Le jeune O'Carley salua tout le monde et se retrouva devant moi d'un air gauche, la main tendue comme un étendard. Je la serrais fermement tout en plissant les yeux.

« En selle O'Carley, aujourd'hui je suis ton homme. »

Ceci dit avant de me lever d'un bond de ma petite table tout en sortant ma baguette. J'étais bon en duel et j'aimais les challenges. Si c'était le champion du moment c'était lui qu'il fallait vaincre.
Je n'aimais pas perdre de toute manière, donc ça n'était pas une option.
Une idée stupide me vint et je pointais ma baguette vers le jeune homme qui n'avait pas encore eu le temps de se préparer. Un sortilège informulé que je maîtrisais bien, et avec lequel j'adorais m'amuser **Colovaria**.
Ses cheveux changèrent alors immédiatement de couleur pour prendre une teinte rose pâle du plus bel effet. J'éclatais de rire avant de rouvrir la bouche.

« Dépêche mon lapin, ou je fais pareil à tes fringues. »

Un bon moyen de tester sa réactivité mais aussi de voir si mossieu O'Carley savait gérer sa colère. Parce que forcément, devant mes conneries, une bonne part de la salle se foutait maintenant de sa gueule.
Je montais sur l'estrade et me mit en position, prêt à saluer et à commencer, si il acceptais mon défi. Bon en même temps je ne lui avais pas trop laissé le choix, en tout cas pas s'il ne voulait pas passer pour un âne ou pire, un couard.

_________________
Life is a game

C'est juste une pénombre
Au fond de la douleur
C'est juste un coin trop sombre
A la place du coeur
•• ALASKA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedict O'Carley
It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain] Serdai10


+ SORCIER DEPUIS LE : 02/01/2016
+ PARCHEMINS : 1057
+ LOCALISATION : Serdaigle, 7ème année, Poudlard

It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain] Empty
Message Sujet: Re: It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain]   It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain] Icon_minitimeLun 10 Oct - 23:43

Mon sourire angélique avait beau câcher mon malaise face à Griffin, je n’en fus pas moins pris au dépourvu lorsqu’il m’interpela. Mon sourire se figea. J’étais soudain pris d’un mélange d’appréhension et d’excitation. Griffin lui-même me mettait mal à l’aise par sa façon d’être, en revanche, ses mots avaient sonné à mon oreille comme une douce provocation lorsqu’il s’était adressé directement à mon égo. « Ah oui ? » dis-je, sans me défaire de mon sourire.

Je reculai d’un pas pour le laisser descendre de son piédestal, tandis que ma main droite battait la mesure contre ma cuisse, et trahissait l’état de tension dans lequel je me trouvais, du moins pour ceux qui avaient déjà noté ce tic nerveux chez moi. J’avais confiance en mes capacités et pour cause, j’avais battu en duel un septième année la dernière fois. Je pouvais très bien le refaire. Et étrangement, même si l’échec faisait partie de l’apprentissage et pouvait se justifier par notre différence de niveau, je n’avais pas envie de perdre face à Griffin.

Pendant que j’étais aux prises avec mes considérations et attendais sagement que mon adversaire désigné prenne place, ce dernier ne respecta pas le protocole du duel et m’attaqua en traître, sans aucun scrupule. L’ensemble des élèves pouffa de rire, certains avec plus ou moins de retenue et Audrain se moquait à gorge déployée.



Avisant le regard des autres, je ne tardais pas à comprendre ce qu’il venait de faire. Je tirais sur une mèche de cheveux et constatais l’ampleur des dégâts. Et Griffin fanfaronnait. Je sentis les feus de la colère monter en moi, mais je les contins, affichant un sourire encore plus grand. « Oh ! Très mâture ! Vraiment ! » C’était clairement l’hôpital qui se foutait de la charité. Mais en même temps, ça ne me surprenait pas vraiment de la part d’un type comme lui qui n’avait pas l’air de se formaliser avec les règles. A côté de lui, mes frasques me feraient passer pour un enfant de cœur. Ce que j’étais sans doute, malgré le fait que mon dossier scolaire devait commencer à déborder avec le nombre de retenues que j’avais pu essuyer pour maraudage nocturne. Et pourtant, j’étais encore bien loin de me douter que je ferais pire dans quelque mois, au point de frôler l’exclusion de l’école.

« C’est ça que vous apprenez en septième année ? » le provoquai-je avec suffisance. Un sortilège informulé. C’était un coup bas. L’apprentissage de ce type de sort ne débutait qu’à partir de la sixième année, et je n’étais qu’en cinquième. En théorie, cela n’était pas de mon niveau. En théorie… De plus, je l’avais mauvaise de m’être fait avoir aussi bêtement.

Sans quitter Griffin des yeux, je dégainai aussitôt ma baguette. « Sans façon, le rose ne me va pas très bien au teint ! » Je montais d’un bond sur l’estrade et me pris les pieds dans ma robe de sorcier. Je chu en poussant un juron qui ressemblait fort à un « Dentesaugmento ! »

Lancé de dé
Choix 1 : Benedict vise bien et le sort touche Swan. De longues incisives lui poussent
Choix 2 : Le sort est dévié ou contré par Swan
Choix 3 : Benedict vise mal ou Swan a eu le temps de bouger

Un nouvel éclat de rire secoua la salle tandis que je me vautrais. Mais ma chute était calculée et parfaitement intentionnelle. S’il voulait jouer à ce jeu là, nous serions deux. Cependant, il semblait que j’avais raté ma cible puisque Griffin ne se voyait pas affublé d’un magnifique râtelier de lapin.

Je me redressai prestement, sur mes gardes et en garde, une lueur d’espièglerie dans le regard, j’étais prêt à anticiper tous ses mouvements. J’avais toutefois un désavantage sur lui. Ces maudits sortilèges informulés. « Je suppose que ce n’est pas la peine de saluer maintenant que le duel est déjà bien engagé… » dis-je sur le ton de la provocation.


Dernière édition par Benedict O'Carley le Mar 11 Oct - 0:19, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daily Prophet
LE MAITRE DU JEU

LE MAITRE DU JEU
+ SORCIER DEPUIS LE : 13/11/2009
+ PARCHEMINS : 1569

It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain] Empty
Message Sujet: Re: It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain]   It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain] Icon_minitimeLun 10 Oct - 23:43

Le membre 'Benedict O'Carley' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Le dé du hasard' :
It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain] 9nu6
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daily-prophet.forumactif.org
Swan Griffin
It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain] Neutre10


+ SORCIER DEPUIS LE : 01/10/2016
+ PARCHEMINS : 31

It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain] Empty
Message Sujet: Re: It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain]   It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain] Icon_minitimeMer 12 Oct - 9:57

Monter sur le ring, me la péter sévère, provoquer l'hilarité générale en colorant la tignasse d'O Carley, putain ce que c'était bon. J'adorais ce club de duel. C'était le seul endroit dans ce foutu château ou on m'appréciait pour ce que j'étais. Le seul endroit ou on ne me demandait pas de me montrer sage ou bien discipliné. Ici, le fait que je sois un peu à coté, globalement différent, était un avantage.

Je fus agréablement surpris par la réaction du jeune homme. Il ne semblait pas outre mesure impressionné et accessoirement il gérait plutôt bien sa colère.
Il se permettait même de se foutre de ma gueule, ce à quoi je répondis par mon plus beau sourire et une légère courbette. Pour le moment j'étais dans mon élément, donc je me sentais fort et à l'aise.


C'était la base pour gagner un duel, ne pas se laisser impressionner, sinon on avait la trouille et on se mettait à réagir comme un demeuré. En tout cas chez moi le stress n'avait jamais eu un effet boostant... Au contraire, ça avait tendance à me paralyser. Ceci étant j'étais assez difficile à déstabiliser ou à mettre mal à l'aise.

« Quand tu auras fini de jacter comme une demoiselle en détresse, on pourra si mettre ma caille. »

Sourire de loup et provocations gratuites, bonjouuuuuuuuuuuur Griffin !!
Je m'amusais comme un petit fou en attendant qu'il se mette en branle quand finalement sa technique me laissa coi pendant quelques secondes. Fausse chute ? Pour me lancer un sort ? Putain, de petit malin, fourbe comme j'aimais.
Le sort fila à quelques centimètres de ma tête juste avant qu'il ne dise bonjour au parquet et je laissais l'hilarité générale me gagner. J'avais les larmes aux yeux tant je me bidonnais.

Il se releva et j'attendis sagement ma baguette en main tout en essuyant mes yeux du revers de ma manche avec l'autre. J'avais attaqué en traître pour la coloration parce que ça n'avait rien d'un sort offensif, pour le reste ça n'était pas mon genre. Il avait du cran et expliquait qu'on pouvait s'abstenir de saluer puisque nous avions dépassé ce stade.

« Laisse moi quand même trois secondes pour me remettre de ta façon si personnelle de gagner l'estrade. »

Ceci dit avant de lancer un maléfice de danse endiablée, pour rester dans ce mode facétieux.

« Tarentallegra . »

Dés :
Choix 1 : Bim, c'est parti pour que tes jambes dansent toutes seules.
Choix 2 : Le sort se perd et touche quelqu'un dans le public.
Choix 3 : Mauvais rebond et retour à l'envoyeur, c'est moi qui prend.


Ohhh putain que j'avais été bon. Le sortilège fusa et toute tentative pour l'éviter fut vaine. En pleine poitrine et hop ses jambes commencèrent à danser la sarabande.
Un point pour moi.
Tellement fier de ma connerie je me permettais de danser moi aussi. Ce qui était assez peu malin puisse que ce n'était pas un sortilège très difficile à annuler.
M'enfin avec le bruit de ses pieds tapant le plancher j'aurais du mal à louper la dissipation du maléfice.

Je chantais tout en dansant faisant mine que ma baguette était un micro. J'avais vraiment décidé de me la jouer sale gosse sur ce coup, et j'avais de la chance, le sort semblait être avec moi.

« Tu sais O'Carley, tu pourrais faire le ménage autrement qu'en jouant les vermisseau par terre. »

Cette fois je poussais un peu trop le bouchon et j'avais intérêt à faire gaffe au retour de manivelle. Le petit était coriace, ça se voyait dans son regard. Et puis il y avait ses réussites récentes. J'avais beau jouer les écervelés je détestais perdre donc ça ne devait pas être une option. D'autant moins avec un gamin de deux ans de moins.
Mon attitude extérieure n'étais pas en corrélation avec ma détermination, c'était une forme de stratégie. On se méfie moins de quelqu'un qui semble dispersé... J'aimais être là ou on ne m'attendais pas.

_________________
Life is a game

C'est juste une pénombre
Au fond de la douleur
C'est juste un coin trop sombre
A la place du coeur
•• ALASKA



Dernière édition par Swan Griffin le Mer 12 Oct - 11:32, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daily Prophet
LE MAITRE DU JEU

LE MAITRE DU JEU
+ SORCIER DEPUIS LE : 13/11/2009
+ PARCHEMINS : 1569

It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain] Empty
Message Sujet: Re: It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain]   It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain] Icon_minitimeMer 12 Oct - 9:57

Le membre 'Swan Griffin' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Le dé du hasard' :
It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain] Ynzf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daily-prophet.forumactif.org
Benedict O'Carley
It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain] Serdai10


+ SORCIER DEPUIS LE : 02/01/2016
+ PARCHEMINS : 1057
+ LOCALISATION : Serdaigle, 7ème année, Poudlard

It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain] Empty
Message Sujet: Re: It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain]   It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain] Icon_minitimeJeu 13 Oct - 22:39

Heureusement qu’aucun professeur ni aucun de mes amis ne m’avait entendu, sinon je me serais certainement pris une claque derrière l’oreille. La maturité et moi, ça faisait mille. Je ne savais même pas si on pouvait dire que j’avais atteint le stade de l’adolescence dans certains domaines. A dix huit ans, cela pouvait paraître inquiétant aux yeux de certains adultes. Mais je m’en fichais. Et j’avais le sentiment que mon adversaire, bien que plus âgé, n’était pas du genre à me laisser en reste, même si ne jouions pas dans la même cour, lui et moi. Lui il était en primaire et moi en maternelle, dirons nous.

J’accueillis les provocations de Griffin avec un sourire en coin et donnais l’air d’entrer dans son jeu, ce que je faisais réellement du reste. Mais, même si je n’en faisais rien paraître, il parvenait quand même à heurter ma sensibilité en me traitant de gonzesse. Ce qui ne fit qu’attiser mon envie de lui faire manger ses dents… de lapin. Sauf que ma feinte échoua et mon déséquilibre altéra ma visée. Fichtre ! Ce n’était pas très fairplay de ma part, mais je n’en avais cure. C’était lui qui avait commencé. Cette pensée avait beau être puérile, je n’avais aucun scrupule à laisser ma fourberie se manifester pour riposter.

Je me redressais, acclamé par les fou-rires. Ce ne serait pas la première fois que je provoquais l’hilarité générale à cause de mes pitreries. Me tourner en ridicule ne m’avait jamais tué. J’étais accoutumé à essuyer les moqueries de mon autre meilleur ami de Pouffsoufle, surnommé par mes soins : le Berger en jupette - d’ailleurs c’était parfois à se demander si un quelconque lien nous unissait tous les deux puisque nous passions notre temps à nous pourrir – il en fallait bien plus pour vraiment me déstabiliser.

« Je ne te savais pas si... sensible ! » dis-je accentuant particulièrement le dernier mot, tandis que Griffin essuyait ses larmes. « Technique numéro quinze, passer pour un con, les autres se marrent, cela déstabilise l’adversaire et je frappe. » ajoutai-je avec un sourire rayonnant, trop fier de ma connerie. « Tu veux que je t’envoie un hibou aussi pour te prévenir que je vais passer à l’attaque ou bien… ? » Mais à peine eu-je fini de fanfaronner qu’il me devança avec un sortilège de danse endiablée. Je croisais les bras devant moi comme pour me protéger et lançai dans le même temps, un nouveau maléfice que je marmonnai dans ma barbe : « Descendo » auquel personne ne fit attention puisque rien ne se produisit. A priori. Personne n’avais semble-t-il remarqué que le lustre était en train de descendre, lentement mais sûrement au dessus de l’estrade.

Mes jambes n’en firent qu’à leur tête et je me mis à danser sans pouvoir contrôler quoi que ce soit. Je me vautrais lamentablement avant que mes jambes dotées d’une volonté propre me fassent me redresser et pour entamer ce qui ressemblait vaguement à des claquettes Irlandaises, alors que je n’avais jamais été capable d’enchaîner deux pas de danses lors des fêtes de famille.

« Chante beau merle ! Rictussempra ! »

Lancé de dé 1
Réussite : Benedict atteint sa cible et Griffin est pris un fou-rire incontrôlable
Echec : La danse frénétique l’empêche de viser avec précision et le sort se perd dans l’espace

On ne pouvait pas dire que j’avais le sens des priorités et ma danse frénétique m’empêchait de viser correctement. « Rira bien qui rira le dernier ! » C’était pas faute d’avoir essayé de l’y encourager. L’avantage de ce maudit sort était que je faisais une cible mouvante assez difficile à viser et surtout, je ne pouvais l’interrompre au risque de voir mon autre sort se dissiper. Mais bientôt, le lustre trop bas attira l’attention et des nez se levèrent. Je me rendis aussi compte qu’il était volumineux et tout en cristal, et que même si Griffin s’était bien payé ma tête, il ne méritait quand même pas de se le prendre sur le coin de la figure. Je me décidais donc à agir : « Attention la tête !  Finite incantatem ! » Mes jambes stoppèrent, enfin.

Lancé de dé 2 :
Choix1 : Audrain se tape la tête dans le lustre
Choix2 : Audrain évite le lustre

Choix3 : Le lustre tombe sur l’estrade

Mais pas le lustre, qui continuait de descendre plus vite jusqu’à s’écraser sur l’estrade.  « Aud… IMMOBULUS ! » Le lustre s’immobilisa sur l’estrade, juste avant d’exploser. J’ouvris de grands yeux, ne comprenant pas où j’avais merdé. Je n’avais pu rater ce sort. La vérité était que la fixation du lustre avait lâché sous son poids en descendant. Mais ça bien entendu, seule une expertise permettrait de le savoir. Mais nous n’étions que des gosses. Tout cela nous passait bien au dessus.


Dernière édition par Benedict O'Carley le Jeu 13 Oct - 23:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daily Prophet
LE MAITRE DU JEU

LE MAITRE DU JEU
+ SORCIER DEPUIS LE : 13/11/2009
+ PARCHEMINS : 1569

It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain] Empty
Message Sujet: Re: It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain]   It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain] Icon_minitimeJeu 13 Oct - 22:39

Le membre 'Benedict O'Carley' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Quitte ou Double ' :
It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain] Lwxz

--------------------------------

#2 'Le dé du hasard' :
It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain] 0j7m
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daily-prophet.forumactif.org
Contenu sponsorisé


It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain] Empty
Message Sujet: Re: It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain]   It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

It's our time, our moment, and nothing can stop us now! [Benedict & Audrain]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Un moment agréable [PV Athenodora]
» Moment de plénitude...
» All Time Low
» Moment existentiel [PV Cam et Zelie]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daily Prophet :: Salle de duels-