FERMETURE DU FORUM, plus d'informations par ici

Partagez | .
 

 how to start a day - ebony

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



+ SORCIER DEPUIS LE : 15/07/2016
+ PARCHEMINS : 36

Message Sujet: how to start a day - ebony   Lun 15 Aoû - 1:53




It's better in the matinee
je vais à la fenêtre et le ciel ce matin n'est ni rose ni honnête pour la peine



13 mai 1981, 7h05



Le nez enfoui dans son journal moldu, German traversait les couloirs sans vraiment regarder où il mettait les pieds. Après près de neuf ans à parcourir ce chemin tous les matins, German était certain de connaître la moindre dalle, le moindre petit trou dans les murs de pierre, et pouvait sans aucun doute se rendre à la Grande Salle les yeux fermés. Mais pourquoi fermer les yeux quand on peut mettre à profit ce temps en lisant, en se cultivant, et surtout en se tenant au courant de ce qu'il se passait dans le monde extérieur ? Pourquoi en effet. German ne se laissait pas aller à une telle absurdité, et n'aurait pas voulu le faire de toutes façons – il aimait trop lire pour cela. Le Times de la semaine entre les mains, il était plongé dans un article affligeant détaillant des cas inquiétants de pneumopathie survenus en Espagne depuis le début du mois.

« C'est fou, quand même, » commenta-t-il à voix haute alors qu'il entrait dans le Hall pris d'assaut par des dizaines d'élèves assez mal réveillés. Il se força à détacher les yeux de son journal et le ferma, l'enroulant et le tapotant dans son autre main en sifflotant. Il était nécessaire à cette heure-ci de lever les yeux sous peine de risquer une collision avec un seconde année encore endormi, cela aussi German le savait après toutes ces années. Le brouhaha des conversations qui venait de la Grande Salle était encore relativement calme pour l'instant, tout le monde n'étant pas forcément du matin. Le professeur passa les grandes portes, sentant son estomac gargouiller lorsque les bonnes odeurs du petit déjeuner vinrent titiller ses narines.

German, par contre, était du matin, pour le plus grand malheur de certains de ses voisins de tables. Il aimait particulièrement le petit déjeuner, qui était sans hésiter son repas favori, une bonne façon de commencer la journée. Surtout que les elfes du château ne les décevaient jamais, préparant jour après jour des plats chauds et succulents. Son journal dans la main, un sourire aux lèvres, il traversa la salle en saluant les élèves au passage, et monta les marches pour rejoindre ses collègues sur l'estrade. Il salua les professeurs et membres du personnel déjà attablés, et se glissa sur une chaise libres aux côtés de leur fameuse infirmière Madame Lancaster, que les élèves appréciaient tant.
En même temps, les blessures et autres mésaventures qui attendaient les enfants ici étaient d'une toute autre envergure de ce que les enfants moldus vivaient au quotidien dans un collège normal. Lorsqu'une courgette vous traverse le crâne, ou qu'un de vos bras est transformé en tentacule, vous êtes plus que reconnaissant envers la jeune femme qui vous remet sur pieds en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire.
German était très content que Ebony soit venue travailler à Poudlard, et la trouvait absolument parfaite pour ce métier. Elle aimait l'école, aimait les élèves et tous le lui rendaient bien. German l'avait eue comme élève lorsqu'elle était à Poudlard, mais cela faisait bien longtemps qu'il ne voyait plus son ancienne élève lorsqu'il la regardait. Il voyait une collègue qu'il appréciait beaucoup, une jeune feme à l'esprit vif et très cultivée, avec qui il aimait particulièrement discuter et très souvent débattre. Sans compter qu'elle faisait des gâteaux plus délicieux les uns que les autres et German avait le privilège de les goûter et de la féliciter, même lorsqu'ils étaient un peu cramés. Parce que même un peu trop cuits, ses gâteaux étaient bons.

« Bonjour Ebony, comment vas-tu ? » lui dit-il d'un air jovial en rapprochant sa chaise de la table. Il posa son journal à côté de son assiette et installa la jolie serviette en tissu sur ses genoux, souriant en voyant le logo de l'école se dévoiler en son milieu.

Il regarda les plats posés sur la table et se servit en pancakes, fromage et confiture, tout en réfléchissant à l'article qu'il venait de lire. Certains de ses collègues – et certains élèves – lui lançaient des regards un peu désapprobateurs chaque fois qu'ils le voyaient lire un journal moldu, mais il s'en fichait. Certes, ce qui se passait dans le monde magique était important et primordial, surtout en ce moment. Mais le reste du monde continuait de tourner, et des drames ou des découvertes arrivaient un peu partout. Le reste du monde était important, et après tout ce qu'il se passait, après que le monde sorcier se soit appliqué à lui montrer qu'il ne voulait pas de lui et des siens, il se sentait encore plus fier de transporter un magazine aux photos figées sous le nez rageur de ceux qui se cachaient derrière des masques pour discriminer ceux qu'ils ne trouvaient pas assez « purs ».

« Je viens de lire un article assez intriguant, » dit-il tout en tartinant son pancake de beurre, sur le ton de la conversation. Il savait que Ebony était aussi curieuse que lui, voire plus, qui savait. « Depuis le début du mois, les moldus ont déclaré plus de cent-quatre cas de pneumopathie en Espagne. En tout cas ce qui ressemble à une pneumopathie. Ils ont des symptômes qui y feraient penser, mais tout de même, cent-quatre cas en à peine deux semaines... Il y a  de quoi se poser des questions. » Il rajouta la confiture sur le beurre, et déplaça le journal de son autre main pour le poser entre Ebony et lui, ouvert à la page de l'article. « Des enfants sont morts, c'est terriblement triste. Si seulement on pouvait tous les guérir d'un coup de baguette magique... » Il soupira puis mordit dans son pancake, sans lâcher l'article du regard, comme si le simple fait de l'observer avec insistance allait tout régler.

copyright acidbrain

_________________

I live for this feeling this everglow
and though you might be gone, and the world may not know
still I see you, celestial (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



+ SORCIER DEPUIS LE : 05/10/2014
+ PARCHEMINS : 502

Message Sujet: Re: how to start a day - ebony   Dim 4 Sep - 2:52





how to start a day
 
07 : 00. C'est l'heure qu'affichait sa montre à gousset. Souhaitant arriver à l'avance à l'infirmerie, Ebony pressa le pas pour se rendre à la grande salle afin de prendre son petit déjeuner. Selon elle, il s'agissait du repas le plus important de la journée et elle profitait pour manger bien et de montrer sa trop grande gourmandise. Le midi et le soir, elle évitait soigneusement les desserts calorifique. Mais le matin, elle ne passait jamais à côté des croissants, des pains au chocolat ou toute autre viennoiserie. Contrairement à pas mal de britanniques digne de ce nom, elle n'appréciait pas le petit déjeuner à l'anglaise qui se composait de toasts, d’œufs brouillés, au plat ou à la coque, de tomates cuites, de lard même parfois. Beurk. Non, le petit déjeuner à la française s'avérait bien moins lourd et plus délicieux. Par chance, les elfes de maison avaient mis dans leurs menus des mets excitant les papilles de tout le monde. Il y en avait pour tout le monde, pas tous les jours certes, mais c'était déjà ça. Et au pire, Ebony se cuisinait rapidement quelques trucs au grand dam des elfes. Dans les couloirs, l'infirmière ne croisa que quelques dizaines d'élèves plus ou moins réveillés, se frottant les yeux ou en discutant doucement avec leurs camarades. Elle en salua certains le plus aimablement du monde puis gagna finalement la grande salle. Les lieux étaient encore assez vide et le calme au rendez vous. Quel bonheur pour commencer la journée ! Elle se doutait que durant les heures de travail, ce ne serait pas pareil, non à cause des élèves turbulents qui viendraient réclamer son aide, mais bien parce qu'il y avait une intruse dans cette école que Dumbledore lui avait dans les pattes sans vraiment lui demander son avis. Rha non ! Elle ne devait absolument pas y penser, pas maintenant, pas de suite. Elle verrait tout ça plus tard. Elle s'installa à l'extrémité droite de la grande table des professeurs préférant ne déranger personne quand elle prendrait la direction de son antre un étage plus haut. La première chose qu'elle fit en s'installant, ce fut de regarder les différents jus posés près de son assiette. Bingo, le jus d'orange n'était vraiment pas loin. Nul besoin d'embêter ses collègues dans ce cas. Elle se servit un grand verre, considérant l'orange comme l'un des fruits les plus nutritifs par la présence de nombreux vitamines.

Alors qu'elle allait se prendre une tasse et la remplir de thé, l'un des professeurs, Monsieur Fitzgerald - et dire qu'elle l'avait appelé comme ça elle aussi des années auparavant - prit place juste à ses côtés. Elle accueillit son ami avec un large sourire et l'observa rapprocher sa chaise et poser un journal manifestement moldu à en voir les photos sur la table. A vrai dire, elle concentra davantage son attention sur les articles qu'il avait bien pu lire là-dedans que sur ses propos. De toute façon, tout ce qui se lisait intéressait la jeune Ebony : des romans, des magazines, des manuels, de la poésie, des pièces de théâtre, des livres d'histoire, des contes, des dictionnaires aussi, des encyclopédies. Bref, tout ce qui se faisait dans le monde et qui pouvait enrichir sa culture. Et les journaux aussi bien moldus que sorciers en faisaient incontestablement partie.  Un point qu'elle partageait avec German : la curiosité. Inutile de vous parler de leurs longues conversations autour d'un muffin le matin. Avec ces deux-là, les discussions à rallonge et les débats étaient monnaie courante.

Pour éviter de passer pour une timbrée - même si c'était étonnant que ce ne soit pas déjà le cas - elle reprit le rassemblement de ses victuailles. « Je vais bien merci. La journée s'annonce pas trop mauvaise. Et toi petit ourson, tu te portes bien ?  » Dit-elle tout en lui retournant la question. Elle attrapa un croissant et même un deuxième tant qu'à faire. Ebony n'était ni grosse ni maigre, elle mangeait à sa fin et n'avait honte de le montrer. Et elle n'enviait absolument rien aux jeunes filles qui posaient pour sorcière hebdo, qui avaient la peau sur les os, une manucure parfaite et une coiffure irréprochable. Elle releva la tête doucement quand la voix de German s'éleva de nouveau. Tout devenait de suite plus intéressant. Il abordait le sujet qui l'intéressait réellement. Elle s'était doutée qu'il viendrait à révéler un ou deux détails qui ne tarderaient pas à faire l'objet d'une réflexion. Elle inclina légèrement la tête pour lui signifier qu'elle était toute ouïe. Toutefois, ça ne touchait pas un sujet très réjouissant, bien au contraire. Vu les temps sombres, elle aurait presque préféré apprendre l'anniversaire de tel président ou la fête du village d'un coin paumé. La médecine... pour beaucoup de sorciers, les médecins étaient limite des bouchers. Pour Ebony, plutôt des gens qui s'adaptaient à un monde sans magie et qui s'en sortaient pas trop mal. Quant aux maladies moldues comme la pneumopathie, à vrai dire, elle n'y connaissait pas grand chose. Pour la simple et bonne raison qu'elles ne pouvaient pas toucher les sorciers et qu'on n'étudiait pas ça dans à saint mangouste.

« Mais dans toute l'Espagne ou dans une région seulement ? » Demanda t-elle tout de même. Elle pencha un petit peu le journal en sa direction pour lire plus aisément l'article. Elle souhaitait se faire sa propre opinion, mais aussi avoir les informations par elle-même. Elle passa une main dans ses cheveux et posa ses coudes sur le rebord de la table. La tête appuyée sur la paume des mains, elle lisait les mots et les gravait bien dans sa tête. « Je ne connais pas vraiment les causes de la pneumopathie, c'est une maladie purement moldue. C'est une maladie pulmonaire très contagieuse, mais c'est très étonnant oui. J'espère qu'ils vont trouver la cause de tous ces cas. Il y a forcément un rapport entre tous. Ils font sûrement des enquêtes. Pour que ce soit publié dans le Times, ça doit beaucoup les inquiéter.  » Effectivement, cent quatre cas, ce n'était pas rien. Et ça n'étonnerait pas Ebony que les moldus espagnols aient déjà mis un ou deux experts sur le coup. Après la population moldue était nettement supérieure à celle des sorciers, alors Ebony n'avait peut-être pas la même vision qu'eux... « Malheureusement, oui, ce n'est pas possible. Faudrait étudier la maladie avant. Et faire des essais.  Enfin oui, on peut pas les soigner comme ça.  » Puis, elle imaginait difficilement des sorciers s'occuper de cette maladie même s'il n'y avait pas le risque de la contracter. Du moins en théorie. « Tu crois que d'autres journaux parlent de ça ? On pourrait sûrement en savoir plus. Qui sait ?  »  Ebony, inspectrice dans l'âme ? Pas vraiment. Elle était juste curieuse de connaître tous les tenants et aboutissants de cette histoire.
 

acidbrain


_________________


La valse à mille temps
A. A. Milne ☽ If you live to be a hundred, I want to live to be a hundred minus one day so I never have to live without you..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

how to start a day - ebony

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!
» start again, le 26/01/2012 à 1h05
» Are you ready boots ? Start walkin' ! [D8]
» ✣ take me back to the start (meltala)
» Just to start shit [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daily Prophet :: Grande Salle-