FERMETURE DU FORUM, plus d'informations par ici

Partagez | .
 

 Hoping you'll understand [Ebony]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



+ SORCIER DEPUIS LE : 08/04/2016
+ PARCHEMINS : 67
+ LOCALISATION : Salle commune, salle de cours, bibliothèque, cachots ou au pied d'un arbre près du lac.

Message Sujet: Hoping you'll understand [Ebony]   Mer 20 Juil - 21:15



Hoping you'll understand
Ebony  & Idalia

In For The Kill - Billie Marten “Oh, I'm hoping you'll understand and not let go of my hand...”

Date & heure : Mercredi le 6 mai 1981, trop tôt le matin.

Commentaires : J'ai fait court, j'espère que ça te conviendra. N'hésite pas à me dire s'il y a le moindre ajustement à faire.


U
ne main sur la poitrine, à bout de souffle, l'élève de quatrième année ne savait plus si elle devait se laisser mourir sur le sol boueux ou bien essayer de retourner au château pour se laisser mourir dans son lit. Cela devait bien faire une semaine, peut-être deux, peut-être même trois (quatre en fait) qu'elle ressentait cette pression. Un peu comme si son cœur allait lâcher ou que ses voies respiratoires s'étaient atrophiées. Possiblement les deux. Et dès le premier jour, cela n'avait cessé de l'inquiéter. Décidée à combattre le feu par le feu, car être aussi peu en forme à son âge n'était aucunement acceptable, Idalia s'était mise à ce qu'elle prétendait être du jogging, mais était plutôt une alternance entre la marche et la course. L'exercice, c'était supposé être bon pour tout... Alors pourquoi est-ce que l'expérience devait être aussi pénible et semblait incapable de régler le problème à l'origine de sa pratique.

Une crampe. BAM.

Le sol. CRAC.


« Chaporouge. » Fuck ne faisait pas parti de son vocabulaire.

Quelle idée avait-elle eu de sortir tôt le matin pour faire son jogging. Plus tôt encore que les joueurs de Quidditch histoire de ne pas en croiser un seul. Maintenant, l'un d'eux allait retrouver son corps en bas de la côte parce qu'elle avait trouvé le moyen de tomber. La boue avait fait le reste, la laissant affalée au bord du lac. La Poufsouffle avait choisi un parcours digne de son tempérament : tordu et bien trempé. Elle pouvait toujours appeler à l'aide, voir si quelqu'un y répondrait, mais l'orgueil avait pris le dessus, offrant à son visage une expression à mi-chemin entre la détermination, la colère, la douleur et le désespoir. Dégoulinant d'un mélange de boue, d'eau de pluie, d'herbe et de sueur, il y avait de quoi la confondre avec le monstre des marais. La jambe droite amochée, une crampe aux côtes du même côté, même sa démarche pouvait désormais être associée à la créature.


*****

C'est ainsi que, répugnante et repoussante, elle franchit les portes de l'infirmerie pour aller se poster en face de madame Lancaster. En comparaison, la femme, qui était déjà belle, passait facilement pour un ange. En même temps, cet air sombre au visage n'était pas pour aider la jeune Sharp qui allait paraître plus vieille bien avant son temps. À voir cette ride qui se creusait au beau milieu de son front, il était même possible qu'elle devienne l'une des femmes les plus ratatinées qu'ait connu tout l'Angleterre.

« Je crois que je vais mourir. » Silence.

Le vert swamp de ses yeux pénétra, sans gêne aucune, le marron rassurant de ceux d’Ebony Lancaster. C’est qu’elle était sérieuse, la Dalie. Elle avait prévu aller prendre une douche et se laisser mourir dans son lit, mais le désespoir, le vrai, l’avait amenée jusqu’ici. Et il était hors de question qu’elle reparte sans la moindre piste de solution.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anomaliemajeure.deviantart.com/
avatar



+ SORCIER DEPUIS LE : 05/10/2014
+ PARCHEMINS : 502

Message Sujet: Re: Hoping you'll understand [Ebony]   Mar 2 Aoû - 23:31





Hoping you'll understand
 

Ebony regardait encore et encore les différents papiers du notaire. La première lettre lui annonçait la mort de son grand oncle et lui demandait un rendez vous au plus vite. Les autres n'étaient que les témoins d'un échange épistolaire tout relatif pour convenir d'une date, d'une horaire.  Sous la pile des enveloppes, il y avait un exemplaire du testament, des papiers de la banque l'informant de la fortune estimée et du numéro du coffre. Accompagnait tout cet ensemble une petite clef en or qui permettrait d'ouvrir la chambre forte de son oncle. Il y a encore deux semaines elle vivait sur un salaire d'une simple infirmière. Et la voilà à présent à la tête d'une richesse tellement imposante qu'elle en avait presque envie d'en pleurer de nervosité. Qu'est-ce qu'elle allait bien pouvoir faire de tout ça ? Et l'entreprise aussi de plumes en sucre ? Elle avait bien sa petite idée pour la première question, mais ça restait encore très vague. C'était bien beau de vouloir créer un centre d'aide, mais encore fallait-il en avoir les moyens. Elle laissa échapper un soupir et coinça son visage dans les mains. Elle émit un cri étouffé et se balança de droite à gauche. Elle avait déjà parlé de ce petit problème à Dumbledore. Elle comptait aussi demander de l'aide à Alexia Shafiq, une nouvelle amie. Pourquoi pas à sa meilleure amie ? Bonne question. Dans tous les cas, elle attendait sagement la réponse de la briseuse de sorts, dans l'espoir qu'elle accepte de la recevoir dans le week-end. Ou alors, elle se débrouillerait d'une autre façon. Comme elle le faisait toujours. Ebony n'était pas du genre à se laisser abattre par une difficulté, bien au contraire. Elle savait parfaitement s'enfouir sous une montagne de problèmes, mais s'en relevait toujours. Enfin, bref, elle faisait du mieux qu'elle le pouvait et ça satisfaisait tout le monde la plupart du temps. Elle rassembla alors le tout en une petite pile, rangeant bien ses lettres chronologiquement et séparant papiers de la banque et papiers du notaire par une fine pochette rose en carton, comme on en voit chez les moldus. Puis, elle rangea ses petites affaires dans un tiroir qu'elle scella à double tour et avec un sortilège. Non décidément, elle ne tenait vraiment pas à ce que ça se sache. Dans ses jeunes années à Poudlard, on pouvait la compter parmi les meilleures élèves en sortilèges et cela s'en ressentait encore bien plus tard, à vingt six ans, dans son travail.

Puis tout à coup, un bruit lui parvint aux oreilles, celui de la porte d'entrée qui s'ouvre et d'une jambe traînante. Elle fronça les sourcils en jetant un coup d’œil à sa montre à gousset. Il était encore bien tôt pour que les élèves soient debout. Bony venait à l'infirmerie souvent avec une demi heure à l'avance - en fait tous les jours. Ici, c'était même une heure. Elle sortit de son bureau et entra dans la pièce principale où étaient alignés tous les lits, certains séparés par une sorte de rideau. Une enfant brune recouverte de boue, d'herbe, et les cheveux dégoulinants. Elle avait la jambe bien amochée. La petite voix de cette dernière résonna et arracha à Ebony un sourire désabusé.  « Mais non, mon petit lutin, tu vas survivre.  » Dit-elle en s'approchant d'elle d'un pas pressant. Elle lui attrapa le bras pour la soutenir et en faisant cela, elle sortit également sa baguette. Il lui était impossible de la soulever et préférant ne pas lui causer plus de mal, elle évita bien soigneusement de la faire marcher. Elle jeta sur l'adolescente un sortilège de lévitation, ce qui lui permit de la poser délicatement sur l'un des lits le plus proches. Elle inspecta délicatement le visage de cette dernière puis le cou ainsi que les bras et mains pour s'assurer qu'aucune autre blessure existait. Malheureusement avec la saleté, c'était assez difficile de tout voir correctement. Mais elle ne voyait à première vue aucun saignement. Elle se permit un petit tergeo qui fit disparaitre quelques herbes et une grande partie de la boue. On distinguait déjà mieux sa peau et rien à signaler en haut du corps. Elle s'attarda ensuite à la plaie qu'elle avait aperçu dès le début. Même enchantement que la fois précédente. Il fallait d'abord nettoyer tout cela. Elle posa doucement ses mains sur le pantalon afin de voir s'il n'y avait rien d'enfoui dedans. « Allez ma petite chouette, je te referme ça en moins de deux.  » Sourit-elle pour rassurer la jeune femme. La formule vulnera samentur prononcée trois fois et la baguette remuée le même nombre de fois, et voilà la plaie refermée. Elle appela alors un verre propre par un simple accio et le remplit avec un enchantement d'aguamenti. « Tiens, il faut boire petit lutin.  » Lui ordonna t-elle doucement en lui tendant le verre. « Comment tu t'es fait ça ? Quelqu'un t'a poussé dans le lac ? Et aussi, dis moi si tu as mal autre part pour que je saches quoi te donner comme potion.  »

 

acidbrain


_________________


La valse à mille temps
A. A. Milne ☽ If you live to be a hundred, I want to live to be a hundred minus one day so I never have to live without you..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Hoping you'll understand [Ebony]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (ebony) bonjour madame, je voudrais une cravate dingo parce que je suis un vrai déglingo.
» I've been dreaming for so long, to find a meaning to understand.
» Des retrouvailles tout à fait charmantes (Ebony/Ali/Caro)
» Ebony Erickson ► You are not worth my tears
» AVERY # → « i am so clever that sometimes i don't understand a single word of what i am saying. » (ec.)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daily Prophet :: Infirmerie-