FERMETURE DU FORUM, plus d'informations par ici

Partagez | .
 

 Sunny day & Wand trouble - Juin 1985 [Oliver]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



+ SORCIER DEPUIS LE : 07/02/2016
+ PARCHEMINS : 44

Message Sujet: Sunny day & Wand trouble - Juin 1985 [Oliver]   Lun 4 Juil - 18:40

« Pourquoi tu souris comme ça, Simplette ? T’as rendez-vous avec un petit copain ? Tu m’étonnes, t’as réussi à trouver un mec qui s’intéresse à quelqu’un d’aussi nul que toi ? »

Elise et sa bande de filles de cinquième année se mirent à pouffer ridiculement. Des Serpentardes et des Serdaigles, toutes aussi superficielles les unes que les autres.

« Ca ne te regarde pas. »

En bonne Poufsouffle, Thelma ne savait pas être méchante, ou cinglante dans ses réponses. Les personnes négatives disaient qu’elle n’avait pas de répartie, et d’autres la trouvait simplement trop gentille.

« Ca ne te regarde paaaaaas ! » répéta l’asiatique du groupe de filles qui les accompagnait, Wynelle, ou peut-être Nywelle. Son ton indiquait clairement qu’elle se moquait de Thelma. Heureusement, la brune n’avait que faire de ce genre de remarques dégradantes. Certes, ce que lui avait dit Elise l’avait fait rougir, parce que c’était à moitié vrai : elle avait bien rendez-vous avec un garçon, mais c’était tout sauf un rendez-vous galant. Bien que la petite Poufsouffle aurait bien aimé… Oliver avait vraiment de très beaux yeux…

« Bon, excusez-moi, je suis pressée. J’ai pas de temps à perdre avec des gens comme vous. »

Thelma avait tenté de regarder Elise dans les yeux, mais son regard plein de mépris l’avait forcée à baisser les yeux et à tracer sa route. Ces filles ne méritaient pas qu’on s’attarde pour leur cas. Et puis, Thelma avait bien mieux à faire que d’essayer de se justifier auprès de filles qui s’évertuait à lui pourrir la vie depuis que la jeune Poufsouffle, alors qu’elle venait d’arriver à Poudlard, avait malencontreusement renversé un pichet de jus de citrouille sur la robe neuve d’Elise, la Serdaigle la plus populaire des troisièmes années.

La brune prit une grande inspiration. Elle n’allait pas laisser des filles stupides lui gâcher le bon moment qu’elle allait passer. Un sourire inconscient se dessina sur ses lèvres à l’idée de l’heure qu’elle allait bientôt passer en compagnie d’Oliver. Lui aussi était un Serdaigle, mais un Serdaigle qui réfléchissait avant de parler, et qui était plus passionné par les potions difficiles comme du Veritaserum que par celles de beauté capillaire. Il était intelligent, il était beau et en plus il était gentil. Ah, il avait tout du Prince Charmant, pour ce que Thelma connaissait de lui. En plus, Carlie lui avait confié qu’il s’agissait d’un garçon bien. En plus, la brune était sûre que Willem allait apprécier ce jeune garçon. Oui, c’était forcément lui, le bon, celui pour la vie… Si seulement il la regardait autrement que comme son élève…  

Thelma était arrivée au lieu de rendez-vous. Jusqu’à maintenant, ils avaient travaillé dans l’une des nombreuses salles vides du château, mais le mois de juin était arrivé avec son soleil et avait poussé la Poufsouffle à proposer de s’exercer dehors. Tant qu’à avoir chaud, autant profiter du soleil et d’une petite brise plutôt que de s’enfermer dans une pièce qui n’avait qu’une minuscule fenêtre. En plus de ça, les yeux bleu-gris d’Oliver ressortiraient mieux à la lumière du jour…  La jeune fille sentit le rouge lui monter aux joues rien qu’en pensant au joli visage du garçon. Et puis, ce soleil tapait si fort ! Oui, en fait, c’était à cause du soleil si elle avait si chaud. Et puis cette robe noire n’arrangeait rien. D’ailleurs, elle serait sûrement plus à l’aise si elle l’enlevait. Elle étouffait dans cette robe, qu’elle tentait d’enlever tant bien que mal. Bien sûr, quand l’esprit est aussi occupé par un garçon, on oublie des choses simples comme défaire le bouton qui maintient la robe. Si Oliver arrivait maintenant et voyait la troisième année gesticuler dans tous les sens, la tête perdue dans les pans du tissu, il la prendrait certainement pour une folle. Vite, vite, vite, elle devait se dépêcher !

Pfiou. Le bouton de la robe avait fini par céder face à la pression, et Thelma s’était délivrée de ce qui l’étouffait. Elle soupira bruyamment pour soulever l’énorme mèche de cheveux qui s’était installée devant son visage. Voilà, la jolie coiffure qu’elle avait passé une bonne vingtaine de minutes à faire était complètement défaite. Et puis sa jupe était dangereusement remontée, presque trop haut pour que sa tenue soit décente. Il ne fallait surtout, surtout pas qu’Oliver arrive… Maintenant.  Thelma releva la tête et son regard se planta dans les yeux de celui qui faisait battre son cœur.

« O… O… Oliver ! »

La petite brune se releva d’un seul coup, réajusta sa jupe et passa une main dans ses cheveux. Pendant ce temps, elle pestait intérieurement contre elle-même et sa maladresse légendaire. Maintenant, Oliver allait penser qu’elle était débraillée et, pour peu qu’il l’ait vue se débattre, complètement incapable.

« Euh… Bonjour. T-t-tu vas bien ? »

Oh non. Ca y est, elle commençait à bégayer. Et quand elle bégayait, elle rougissait. Non, non, non, ça n’allait pas du tout. Autant brandir une banderole avec écrit « OLIVER, J’AIME J’AIME TES YEUX, J’AIME TON ODEUR, TOUS TES GESTES EN DOUCEUR ». Vite, il fallait le distraire, changer de sujet.

« Depuis la dernière fois, je me suis un peu entraînée sur les sorts que tu m’avais montrés. Scribens Fascia. »

Un fin ruban bleu foncé apparu dans les airs et s’immobilisa en suivant le trajet tracé par la baguette. Elle pouvait tracer des mots, des lettres, des formes. Ou même un gros cœur avec écrit O + T dedans. Mais, même s’il lui arrivait d’être distraite, elle n’était pas idiote. Alors elle s’était contentée de réécrire la formule du sortilège. Bon, ce n’était pas encore parfait, la graphie était à améliorer et le ruban était plus large à certains endroits qu’à d’autres, mais c’était déjà une victoire pour la Poufsouffle qui avait mis plus de six mois à maîtriser le sortilège Lumos quand elle était en première année.

« C’est pas grand chose, mais… C’est déjà mieux que la semaine dernière ! »

Un petit sourire gêné apparu sur le visage de la jeune fille, lorsqu’elle se rappela comment s’était terminé leur séance de la semaine passée. Après avoir passé une bonne dizaine de minutes à répéter la formule pour faire jaillir un fichu ruban sans aucun résultat, tout s’était soudain débloqué et Oliver s’était retrouvé empêtré dans des mètres et des mètres de ruban rose vif. Deux semaines plus tôt, le Serdaigle avait fini trempé par un sortilège d’Aguamenti mal maîtrisé, et la fois d’avant, c’était couvert de fourrure sur les avant-bras qu’il avait dû regagner sa salle commune. Thelma se demander ce qui allait encore se passer cette semaine… Elle espérait vraiment que sa baguette n’allait pas faire des siennes, parce qu’Oliver allait très certainement arrêter de l’aider dans ses cours, et elle ne pourrait plus admirer ses beaux yeux d’aussi près…

_________________
Fight, love and have fun
So close no matter how far. Couldn't be much more from the heart. Forever trusting who we are. And nothing else matters. ©cookie corns

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



+ SORCIER DEPUIS LE : 30/04/2016
+ PARCHEMINS : 76
+ LOCALISATION : Chemin de traverse.

Message Sujet: Re: Sunny day & Wand trouble - Juin 1985 [Oliver]   Sam 3 Déc - 21:03

« O… O… Oliver ! Euh… Bonjour. T-t-tu vas bien ? » Bafouilla la poufousffle qui se redressa d’un bond après s’être débattue avec sa robe de sorcière. Thelma paraissait un peu fébrile, mais il n’aurait trop su discerner si ce n’était que de la nervosité ou s’il s’agissait d’un autre type d’agitation. Il fronça légèrement les sourcils, mais décida de ne pas relever sa chorégraphie un peu gauche et sa frustration palpable. Il avait l’habitude de se sentir d’un calme olympien comparativement aux élèves d’autres maisons, mais il ne leur en tenait pas rigueur.

« Oui merci, et toi? » répondit-il poliment avec un mince sourire en se débarrassant de son sac en bandoulière qu’il posa tout près d’eux.

Sans plus tarder, elle s’affaira à lui témoigner son amélioration en faisant apparaître un magnifique ruban dans les airs. Son sourire s’agrandit légèrement lorsqu’il constata qu’elle avait choisi la couleur de sa maison. « Très bien ! » s’exclama-t-il pour la féliciter.

« C’est pas grand chose, mais… C’est déjà mieux que la semaine dernière ! » affirma la jeune fille sans prétention. S’il y avait bien une chose qu’Oliver appréciait chez les élèves de cette maison, c’était leur modestie et leur motivation à se dédier à la tâche pour atteindre leurs objectifs. Certes, on disait que les Serpentards étaient ceux qui portaient leur ambition autour du cou comme une écharpe en plein hiver, mais les Poufsouffles n’avaient rien à leur envier puisque leur éthique de travail pouvait s’avérer nettement plus admirable que celle de leurs congénères. Le succès que les Poufsouffles s’attiraient n’était peut-être pas aussi clinquant, mais de manière générale, les réussites qui se présentaient à eux étaient bien méritées.

Thelma était une de ces Poufsouffles qui auraient aussi bien pu porter « maladroite » comme deuxième prénom. Depuis qu’il tâchait de l’aider à perfectionner ses sorts et enchantements, elle ne manquait pas de le surprendre avec les effets accidentels de ses erreurs d’apprentie. Il avait beau être celui de leur duo qui siégeait dans le rôle de professeur, il se retrouvait malgré lui dans la position de rat de laboratoire, mais ne se laissait pas décourager pour autant. Oliver était un garçon de parole et lorsqu’il s’engageait à aider quelqu’un, il ne se défilait pas facilement. Il arrivait donc à leurs séances d’entraînement avec un brin de curiosité, impatient de voir ses progrès et ce qu’elle réussirait à accomplir, tout en étant également un peu inquiet, anticipant inévitablement les maladresses de Thelma. Qu’est-ce que ce serait cette fois-ci? Un aguamenti qui l’attaquerait comme un tsunami? Ou un simple lumos qui se transformerait en foudre ou projetterait des flammes, cramant la verdure sur son passage? Oliver ne regrettait pas d’avoir accepté la proposition de la jeune femme qui lui avait suggéré de s’exercer à l’extérieur. Après tout, il valait mieux ne pas causer trop de dégâts dans le château et il était impossible de savoir à quelle hauteur de l’échelle de catastrophe tomberait la loterie ce jour là.


« Aujourd’hui, j’aimerais que vous travaillions sur ton accio » enchaîna-t-il. « Je sais que c’est un sort avec lequel tu as sûrement de la difficulté, mais il est très pratique et il te sera essentiel de le maîtriser, tant pour les duels que dans ton quotidien ». Il décida de la regarder procéder pour observer sa manière naturelle de manier sa baguette avant d'aller l'aider à maîtriser la manière de la manipuler correctement. Il osait espérer que même si elle risquait d’éprouver certaines difficultés, il n’aurait peut-être pas à se protéger en faisant apparaître un bouclier autour de lui.

_________________
The world's not forgiving of everyone's fears.
They're tearing down so we can rebuild. And all this time is just circles in my mind. The world's not forgiving of everyone's fears. The days turn into months the months turn into years. So just for a moment, let's be still.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Sunny day & Wand trouble - Juin 1985 [Oliver]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fatal 4 Way - 20 juin 2010 (Résultats)
» superbe reportage sur notre saut du 4 juin 2010 sur FRESVILLE
» Capitol Punishment nouveau PPV Juin 2011
» 15 JUIN
» Le 28 juin... Paul Emile Victor...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daily Prophet :: Parc-