FERMETURE DU FORUM, plus d'informations par ici

Partagez | .
 

 Intrigue : L' Alliance sort de l'ombre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
LE MAITRE DU JEU

LE MAITRE DU JEU
+ SORCIER DEPUIS LE : 13/11/2009
+ PARCHEMINS : 1569

Message Sujet: Intrigue : L' Alliance sort de l'ombre   Lun 13 Juin - 17:51




 
L' Alliance sort de l'ombre

samedi 9 mai 1981

Il régnait une atmosphère tendue à Poudlard ces jours-ci, depuis que des Aurors étaient entrés au collège pour mener l’enquête sur les incidents récents, à grand renfort de psychologues magiques pour rassurer les élèves.
De plus, l’approche des examens de fin d’année ainsi que les intempéries n’ajoutaient rien à cette journée maussade.
Des ateliers avaient été mis en place par le corps enseignant, afin d’apprendre quelques rudiments de défense aux élèves intéressés qui s’y étaient inscrits. Les couloirs donnant sur les salles de classe n’étaient pas sensés être trop fréquentés ce jour, excepté celui du troisième étage, où les élèves les plus studieux, s’affairaient déjà à réviser pour leurs BUSEs ou leur ASPICs.

Quelques élèves flânaient dans les couloirs lorsqu’une détonation retentit et se propagea dans toute l’enceinte du château, à tous les étages. Le bruit provenait du troisième étage. De la salle des trophées, plus précisément. Des cris d’hystérie retentirent. Certains crurent à une attaque du Seigneur des Ténèbres en personne et la rumeur ne tarda pas à se répandre comme une traînée de poudre, créant une vague de panique parmi les élèves que les adultes présents à cet instant dans l’école, eurent du mal à contenir.

Un attroupement s’était formé devant la salle des trophées dont les vitrines avait été soufflées par la puissance de cette explosion magique. Des débris jonchaient le sol, jusque dans le couloir et lorsque la fumée se dissipa, tous découvrirent avec horreur quatre élèves pendus dans la salle. Mais à bien y regarder, il ne s’agissait pas vraiment de quatre élèves, mais plutôt de quatre pantins vêtus aux couleurs de chacune des maisons de l’école.
Au sol, sous leurs pieds, était gravé en lettres de feu :



L’acte n’était pas signé, mais les revendications étaient plutôt explicites et il y avait des élèves, parmi la petite troupe qui commençait à se former autour de cette sinistre scène, qui savaient et qui jubilaient secrètement. Gale Rosier Nott et Amadeus Winsdor, pour ne citer qu’eux.
Un groupuscule s’était formé à Poudlard récemment. Il avait pour nom : l’Alliance et il venait de sortir de l’ombre.




Quelques précisions

→ Le bruit a été perçu dans toute l’école, et même dans les proches environs du château.
→ Tous les élèves, professeurs et personnels de l’école sont donc susceptibles d’être témoins de cette sinistre pièce qui se joue au troisième étage. Cet évènement devra être pris en compte dans vos RPs futurs.

Ce topic se déroule le samedi 9 mai 1981 au troisième étage devant la salle des trophées, qui vient d’être soufflée par une explosion magique dans le même temps que se déroulaient les ateliers de Soin et de Duel. Ce sujet mettra fin aux ateliers.




Étiez-vous dans les parages au moment de la détonation, à flâner dans l’école, étudier à la bibliothèque, à participer à un atelier ? Ou simplement bien au chaud dans votre salle commune ? Vous êtes-vous rendus au troisième étage ? Quelle a été votre réaction ?

Ce sujet est ouvert à tous, tout le monde est encouragé à participer. Que vous soyez élève, professeur ou personnel de l’école, ou présent dans l’école à cet instant, nous vous donnons l’occasion de faire réagir votre personnage à cette situation.


→ Vous pouvez poster comme bon vous semble, autant de fois que vous le jugerez nécessaire pendant une période de trois semaines.
→ Merci de privilégier les rps courts. Pas plus de 600 mots s’il vous plait.
→ Nous vous demandons de ne pas PNJiser Amadeus et Gale. DP pourra intervenir si nécéssaire.
→ Si vous avez des questions vous pouvez les poser dans ce sujet.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daily-prophet.forumactif.org
avatar
CŒUR DE LIONNE

CŒUR DE LIONNE
+ SORCIER DEPUIS LE : 23/08/2012
+ PARCHEMINS : 5770

Message Sujet: Re: Intrigue : L' Alliance sort de l'ombre   Jeu 16 Juin - 15:16


L' Alliance sort de l'ombre De sa place, Lumen avait une vue panoramique sur la pièce. Chacun de ses camarades se regardait en chien de faïence, tandis que la gryffondor pariait sur l'identité du premier attaquant. Avec une telle réunion, les professeurs proposaient les prémices d'une apocalypse à laquelle elle ne participerait pas. Elle se plaçait en spectatrice, se sentant un peu comme le gouvernement suisse en pleine guerre mondiale. Les deux maisons tenaient trop merveilleusement leur rôle à son gout, celui d'éternels rivaux. Intérieurement, elle priait Merlin de leur envoyait un soldat de la paix. Et comme si quelqu'un l'avait entendu, la porte s'ouvrit sur un sorcier à moitié décomposé qu'elle reconnut comme étant Bartholomew Galder. Il s'agissait d'un magicien proche de l'âge son grand père cloué au lit à cause de son arthrite. Mais en comparaison au directeur de Poudlard, il faisait office de jeune homme. Les lèvres de Lumen s'étirèrent en un rictus désabusé lorsqu'il lui jeta un coup d’œil. Elle le sentait. Il allait s'adresser tout particulièrement à elle. « Miss Macmillan, j’ai le regret de vous annoncer que vous êtes attendue dans la salle du savoir avec Miss Black. » Et elle en tomba des nues. La surprise se lit dans ses traits si délicats. Il venait de lui offrir sur un plateau d'argent l'excuse parfaite pour prendre ses jambes à son cou. Courageuse, mais pas suicidaire, elle préférait fuir de suite cette ambiance de merde. Elle dissimula à peine la joie qui s’immisçait en elle et quitta la salle de duels avec légèreté.  Elle n'éprouvait bizarrement aucune peine à laisser Dawn, Calixte et Ethan dans cette cage avec le danger qu'ils encouraient. Elle prédisait toujours une fin explosive à cet atelier bidon. Il partirait en sucette d'une façon ou d'une autre et elle apprendrait la nouvelle dans la fin de la journée comme les autres étudiants.

Mais elle s'arrêta net quand les propos du professeur d'histoire lui revinrent en mémoire. Finalement, sortir de cette pièce, c'était évité la peste pour se jeter à corps perdu dans le choléra. Répondre aux questions des aurors... quelle perte de temps ! Elle ne jugeait pas vraiment bon de les écouter, d'expliquer par A+B que la magie noire et que le racisme à l'égard des nés moldus lui étaient totalement étrangers. Elle se rendit au palier suivant sur lequel elle décida d’enfreindre les règles. « Bah à un de ces quatre, Alesya » Elle tourna aussitôt les talons et entama sa descente vers les étages inférieurs. Elle avait parfaitement conscience que cette décision ne jouait pas en faveur, mais repousser l'échéance ne lui paraissait pas déraisonnable. Elle en avait fichtrement rien à faire de leur enquête. Il leur avait fallu plusieurs mois pour réagir, eh bien ils attendraient un jour de plus pour l'interroger et la psychanalyser. Arrivée au quatrième, un bruit sourd et violent lui parvint aux oreilles. Elle reste deux ou trois bonnes secondes comme un con au milieu des marches, s'inquiétant comme tous les autres habitants du château sur l'origine de cette explosion. Elle espérait en son for intérieur qu'elle ne vienne qu'un duel ayant mal tourné entre des gamins de première année. Mais le doute la saisit rapidement et elle se précipita dans la salle des trophées d'où émanait la catastrophe. Il y avait déjà quelques personnes qui s’accroupissaient à l'intérieur, tout en ponctuant leur silence des sons plus ou moins choqués. « C'est quoi ce chantier ? » Marmonna-t-elle dans sa barbe tout en poussant quelqu'un pour constater à son tour l'horreur qui s'était produite. Des vitres cassées, des trophées renversés et brisés ainsi que des mannequins aux couleurs des quatre maisons pendues. Voilà le terrible spectacle qui se présentait à eux. Mais là n'était pas le pire. Non, ce qu'on pouvait voir sur le sol se révéla tout particulièrement explicite. Des lettres peintes en rouge menaçaient de mort les personnes nées de parents moldus et leurs défenseurs. Elle ne sut ni quoi dire ni quoi penser. Elle était sur le cul et se n'arrivait pas à se détacher de cette vision d'épouvante. Tout ce qu'elle ressentait, c'était du dégoût et de la pitié pour les pauvres dégénérés qui trouvaient malin de terrifier la population poudlarienne. Mais nul doute que la colère ne tarderait pas à pointer le bout de son nez.

        
© 2981 12289 0

_________________


Les fleurs du mal
Helen Keller ☽ The best and most beautiful things in the world cannot be seen or even touched. They must be felt with the heart.


Dernière édition par Lumen Macmillan le Mar 13 Sep - 12:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
LA PRINCESSE DES GLACES

LA PRINCESSE DES GLACES
+ SORCIER DEPUIS LE : 18/08/2012
+ PARCHEMINS : 6731
+ LOCALISATION : Poudlard, la tanière des verts ou le terrain de quidditch

Message Sujet: Re: Intrigue : L' Alliance sort de l'ombre   Dim 19 Juin - 18:05

L' Alliance sort de l'ombre



« Très bon exposé Miss Blackwood, quoique trop scolaire pour moi » Dawn haussa un sourcil blasé en entendant la réplique que le professeur Avery lui avait adressé à son arrivé dans la salle. Il arrivait en retard à son propre atelier et il se permettait de critiquer les réponses des élèves qui avaient pris la peine de regarder leurs montres ? La verte le trouvait bien présomptueux et l'air qui se peignit sur son visage ne masqua pas son irritation. « J'ignorais que Poudlard n'était pas dans un cadre scolaire. » Siffla-t-elle à voix basse pour manifester son mécontentement. Ils étaient dans un école par Merlin, dans un atelier rempli d'élèves et de professeurs qui jugeaient leurs moindres paroles, à quoi s'attendait-il ? Etait-il vraiment nécessaire de lui rappeler qu'ils étaient tous encore en apprentissage ? Dawn pinça les lèvres et tenta de ne pas se laisser atteindre par la pique de son professeur, l'atelier se présentait déjà assez mal comme ça après le départ d'Alesya, elle n'avait pas besoin de se renfrogner davantage. Croisant les bras sur sa poitrine, la verte se mura dans le silence pour écouter les consignes de Seth, même si il était le directeur de sa maison elle savait qu'il n'hésiterait pas à leur retirer des points si elle se montrait trop désagréable, aussi ne dit-elle pas un mot lorsqu'elle se retrouva en duo avec Calixte Webster. Elle ne savait pas trop quoi penser du Gryffondor, il ne lui avait jamais fait de tort mais son comportement de sale fouine était loin de lui plaire, mais elle savait qu'elle ne l'appréciait pas. L'air résignée, elle sorti sa baguette de sa poche et s'avança d'un pas vers le rouge et or. Au moins on lui donnait l'occasion de lui fermer le clapet une fois pour toute.

Mais alors qu'elle passait en revue les sorts qui lui seraient utiles lors de ce duel, un vacarme sans nom vint briser l'ambiance tendue de la salle de classe. Dawn s'arrêta dans son mouvement et jeta un coup d’œil aux professeurs présents, un tel bruit ne pouvait pas être normal et leurs réactions lui en apprendrait sûrement plus. Mais ils avaient l'air tout aussi perplexes qu'elle, voire même sur leurs gardes, ce qui était loin d'être un bon signe. Autours d'elle les autres élèves semblaient aussi perdus. Il fallu quelques minutes de battement avant que d'autres bruits ne leur parviennent, des bruits de pas pressés qui descendaient les étages, des éclats de voix dans les couloirs et des silhouettes empressées qui passaient devant la porte entrouverte de la salle. Ce fut comme l'élément déclencheur dont ils avaient besoin pour les sortir de leur torpeur, les professeurs se précipitèrent au dehors de la salle. Dawn hésita une seconde, elle lança un coup d’œil à ses camarades d'infortune avant de prendre sa décision. Sans prendre la peine de réfléchir davantage elle suivit les adultes et sortie de la salle d'un pas vif. Ils pouvaient oublier l'atelier, il se passait quelque chose de bien plus grave au dehors. Les doigts serrés sur sa baguette elle n'eut pas besoin de chercher bien longtemps pour trouver le lieu au cœur de tous les évènements, les sorciers -élèves comme professeurs- se dirigeaient tous dans la même direction avant de se regrouper dans la salle des trophées située au troisième étage du château. Malgré le pincement désagréable qui lui tordait l'estomac, la Serpentarde se fraya un chemin parmi les curieux, jouant des coudes quand c'était nécessaire. Elle ne tarda pas à se retrouver aux côtés de Lumen. Après avoir croisé le regard de la rouge elle releva la tête vers le point de mire de toutes les personnes présentes. Son visage s'assombrit devant la vision qui s'offrait à elle. Parmi les éclats de verre, les débris de meubles et les coupes renversées, quatre mannequins avaient été pendus, chacun aux couleur d'une des maisons de Poudlard. A leurs pieds s'étendait une menace on ne peut plus claire. Mort aux sangs de bourbes et aux traîtres à leur sang ! Dawn sentit son cœur manquer un battement, au milieu de l'agitation elle se sentait vaciller et pourtant elle ne bougea pas d'un millimètre tant elle était choquée. La haine venait d'entrer à Poudlard.


(c) sweet.lips


_________________
We don't fight fair

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PREFET

PREFET
+ SORCIER DEPUIS LE : 16/06/2016
+ PARCHEMINS : 103
+ LOCALISATION : Dans ton ombre...

Message Sujet: Re: Intrigue : L' Alliance sort de l'ombre   Mar 21 Juin - 0:06

Out of the shadows.
Intrigue élèves

Tic, Tac… Le temps paraissait ralentir, chaque seconde se décuplait. Ma langue glissait sur mes lèvres si pâles, mes yeux de glaces glissant sur le tableau noir, sur les élèves si calmes, si dociles. J’inspirais lentement, calmement, jouant un instant avec ma plume avant d’observer les lettres fines se détacher sur mon parchemin. Il était en retard. La tension me gagnait. Tic Tac… L’horloge se détraque. Ce n’était pas un problème de sortilèges, de plan, de schéma, tout était prêt. Tout était ridiculement simple. Un enfant aurait pu le faire à sa place. Qu’attendait-il, à la fin ? Etait-il encore perdu dans les méandres de son esprit ? A peser le pour contre le contre ? Etait-il donc si incapable que de laisser l’adrénaline couler dans ses veines ? Admirer son œuvre ? Tic Tac…. Je retenais mon soupire, reposant mon attention sur cette feuille de parchemin, laissant mon corps basculer vers l’avant.  La bouche close, le regard fixe et les pensées palpitant sous ce masque de porcelaine.

Conquérir et étendre les ténèbres aux travers des couloirs de ce château étaient une tâche différente à celle de pousser cet allié vers les lumières. Ombres mouvantes, nous nous devions que de laisser notre trace petit à petit parmi l’Histoire de cette école infestée de toute part. Je voulais graver dans la pierre le commencement d’une nouvelle ère. J’avais posé la première pierre, j’avais prouvé à quel point il était si simple de laisser sa trace… Le silence était devenu palpitant lorsque les prunelles de la douce menteuse ne faisaient que s’écarquiller sous la douleur qui étirait ses trippes. Elle méritait bien pire, elle ne méritait pas tant de pitié… Mais il fallait croire que Gale Rosier-Nott attendrissait suffisamment mon cœur, insufflant un minimum d’empathie ou d’humanité dans cet organe si mort. Et pourtant, c’était un acte isolé, un acte hors de contrôle et de la portée de cet ami. Bien sûr que ce n’était qu’une pulsion, un désir vengeur, un désir cruel de ne plus voir cette larve agiter ses mensonges aux yeux de tous.  Il ignorait ce que signifiait pureté ou même ce que cela réclamait d’elle… Cela aurait été si simple de lui arracher la langue ou lui crever les yeux. Ses mensonges et ses rêves seraient morts avec elle, anéantit des quelques simples mouvements de poignets. Délectable prouesse.

Soudainement, une détonation retentit. Comme les autres, je me redressais. Il était en retard. Il a réfléchis. Il a hésité. Il s’est questionné. Je n’avais pas gagné cette guerre. Gale Rosier-Nott n’était pas prêt pour briller parmi les feux, ceux qui avaient rejoins l’alliance ténébreuse. Mais cet acte était pourtant annonciateur de maux plus respectables.

Je suivais la masse, l’inquiétude se glissant sur mon visage, ce masque d’humanité qui ne faisait plus qu’un avec moi, depuis si longtemps. Je vivais mes mensonges, les ressentais et leur donnais toute la substance nécessaire. Je souffrais avec vous, je me donnais pour vous et vos tracas. J’étais et resterais cet élève apprécié, si bon, généreux, presque tolérant. Je n’étais pourtant qu’un beau parleur, toujours disposé à converser des sujets les plus épineux seulement dans le plaisir de la rhétorique, capable de tout remettre en question au détour d’une simple phrase. Créateur d’illusion si perfide et parfaite, nous n’étions qu’humains avec nos faiblesses. Evidemment que j’étais fier de mon sang et de ma vie, prêt à endosser le rôle d’héritier pour construire un véritable patrimoine aux Windsor… Mais pourquoi se contenter de si peu, lorsque nous pourrions refaire un monde entier ? Le modeler entièrement selon une vision juste et noble ?

« C’est quoi ce chantier ? » Je tourne la tête et m’arrête comme d’autre. Je lève le regard et observe les flammes danser. Ces mots qui portaient tant de sens et faisaient soudainement vibrer quelque chose en moi. Me serais-je trompé ? La vue des uniformes se balançaient légèrement dans le vide réchauffa mon sang. Mais la vue des mannequins me parut soudainement si risible. Etions-nous censés ressentir de la peur ? Je me détournais lentement, mon regard balayant les étudiants. Avaient-ils peur ? Etait-ce donc cela qu’appelait une entrée dans la lumière Gale Rosier-Nott ? La frustration me gagnait, le cherchant du regard sans rien dire. S’attendait-il à ce que je le félicite ? A conquérir les cœurs et les mœurs, à approcher des étudiants pour gagner notre cause, jouer de mes plus belles phrases pour… Ca ? Evidemment, je le féliciterais tout en ayant envie de le voir expliquer un peu plus ses idées, que sa créativité s’exprime…

La haine était à Poudlard depuis longtemps. Affirmer l’inverse n’était qu’un mensonge. Prendre la défense de l’un, refuser de rire d’une boutade était la preuve qu’il y avait des problèmes. Et ce monde s’est destiné à s’asservir face à une vermine dénuée de pouvoir. Nous étions la race supérieure. Alors rien, pas même les couleurs de vos uniformes ne nous arrêteraient… Encore moins si vous portiez les couleurs de Salazar Serpentard.  

« Ne restons pas là… » Mon regard croisa celui de Lumen, ma main effleurant son épaule pour nous détourner de tout ça.

_________________
Heir of the purest hatred
No one can love you more than me ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



+ SORCIER DEPUIS LE : 02/01/2016
+ PARCHEMINS : 1057
+ LOCALISATION : Serdaigle, 7ème année, Poudlard

Message Sujet: Re: Intrigue : L' Alliance sort de l'ombre   Ven 24 Juin - 0:05

Scodelario venait à peine de rejoindre l’atelier de protection et de soin et nous n’avions même pas encore eu le temps de nous y mettre qu’un bruit assourdissant vint déjà l’interrompre. Une chose était sûre, ce n’était pas une farce de Peeves. « Ca fait partie du programme d’entraînement aussi ça ? »Un silence de mort s’était installé dans la salle, soudainement rompu par des cris et bruits de pas précipités dans les couloirs. Il me passa vite l’envie de faire le mariole et ma boutade fit un vrai flop. Je regardai alternativement les deux adultes qui nous encadraient comme si j’attendais d’eux qu’ils nous disent quoi faire, mais mon esprit trop vif avait déjà imaginé le pire et mon sang ne fit qu’un tour lorsque j’eu une pensée pour mes sœurs. Et si elles étaient concernées ?

Ni une, ni deux je n’écoutai déjà plus rien si Lancaster et Scodelario nous intimait au calme et je n’en fis plus qu’à ma tête. Je passai devant Bluenn et ouvris la porte à la volée. C’était le bordel dans le couloir, et le grabuge semblait venir de l’étage au dessus. J’entendis quelques insanités proférées par des crétins de Serpentard qui espéraient que le compte d’un Sang de Bourbe serait réglé cette fois-ci. L’appréhension me gagna. Je reportai mon attention sur la jeune Serdaigle qui venait surement d’être témoin de cette manifestation de haine à l’instar des sorciers nés-moldus, au même titre que moi, et la dévisageai d’un regard anxieux. « Fais pas attention à eux. »  J’avais un mauvais pressentiment. « Mais fais attention à toi. »

Ça sentait clairement le roussi, mais c’était plus fort que moi, il fallait que j’aille voir. Je quittai la salle de classe et traversai rapidement le couloir en courant, la main prête à dégainer ma baguette si besoin. Je gravis les escaliers quatre à quatre jusqu’au troisième étage. Quelques élèves s’étaient déjà amassés aux abords de la salle des trophées. Les vitrines avaient volé en éclat et des bouts de trophées avaient été propulsés un peu partout. Des élèves étaient horrifiés, d’autres atterrés, une élève de pouffsoufle avait fondu en larmes dans un coin. C’était une camarade de Chris, une née-moldue qui partageait le cours de défense contre les forces du mal avec nous.

Comme les autres, je me rapprochai de la scène le cœur battant, craignant ce que j’allais découvrir. Je me plantai derrière ce grand dadet de Windsor. Il me bouchait toute la vue ! Cependant, je n’avais pas besoin d’être un géant pour lever le nez et découvrir avec horreur ce que je pris d’abord pour des corps suspendus. Mon cœur manqua un battement, puis il rattrapa vite son retard et s’emballa.  « Qu’est ce que c’est encore que cette connerie ! »  marmonnai-je à voix haute. Puis, lorsque le rouge s’écarta pour éloigner une autre élève de sa maison, qui n’était autre que Macmillan, je vis enfin la menace en lettres de feu sur le sol. Mon sang se glaça. Je restai un moment interdit à fixer les flammes qui dansaient au milieu de cette scène malsaine puis je levais les yeux sur les deux gryffondor avec qui je me re trouvai nez-à-nez. Etrangement, pour une fois, je restai sans voix.

Je ne savais si c’était mon imagination qui me jouait des tours, mais j’eus comme l’impression de sentir quelques regards hostiles posés sur moi. La connerie que j’avais faite me collait à la peau et systématiquement, dès qu’il y avait un truc, maintenant, les soupçons se portaient sur moi. Mon visage se ferma.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



+ SORCIER DEPUIS LE : 14/03/2015
+ PARCHEMINS : 160
+ LOCALISATION : dans sa magnifique serre, dans un couloir, à la bibliothèque, à Poudlard

Message Sujet: Re: Intrigue : L' Alliance sort de l'ombre   Dim 26 Juin - 12:57

Eden traversait le château en direction de ses serres. Il fallait qu’il aille y faire quelques petites actions sur ses plantes. Il avait pris la décision de ne pas organiser d’ateliers ce jour-là, après tout, il y avait suffisamment de professeurs intéressés et il était à autre chose. Il avait prévenu ses élèves qu’il ne fallait pas qu’ils hésitent à venir le voir s’ils avaient des questions. Après tout, les BUSES et ASPIC arriveraient bien vite. Il savait que nombre d’entre eux étaient déjà en train de réviser ceux-ci à leur qu’il était.
 
C’est alors qu’il l’entendit. C’était un bruit sourd. Un fort tremblement, il manqua de tomber. Mais étrangement, cette explosion ne provenait pas de la salle de potions. Non, ça ne venait pas des profondeurs du château mais plutôt du couloir voisin. Il se précipita en direction de ce lieu pour tomber sur un spectacle étrange. Son corps se glaça devant les mots inscrits en lettres de feu sur le mur. Comment des gens pouvaient-ils penser ainsi ? Bien que, ce n’était pas une nouveauté. Ce n’était pas la première attaque de né-moldu qui se produisait dans le château. Il observa les élèves quelques élèves déjà présents, tous semblaient sous le choc. Il pouvait voir les larmes sur les visages de certains d’entre eux, leurs visages horrifiés, les cris qui déchiraient le silence alors que lui-même ne savait que dire ou faire.
 
Son attention se reporta sur les pendus. D’un grand geste de sa baguette, il les décrocha et les fit disparaitre. Autant ne pas effrayer encore plus d’élèves. En effet, ceux-ci arrivaient en nombre attirés par le bruit de la détonation. Pour les premiers c'était trop tard, mais peut-être que les derniers arrivés n’auraient pas à voir ce spectacle glaçant. Un nouveau mouvement de baguette et un patronus jaillit de sa baguette avec leur directeur pour destinataire. Mais nul doute qu’il allait arriver rapidement, il devait savoir ce qui venait de se produire. Désormais, il fallait évacuer les lieux, mais seul, ça n’allait pas être simple, encore plus lorsque tout le monde est sous le choc, lui comprit. L’horreur frappait au sein même de Poudlard, elle pouvait être partout. Chez n’importe lequel de ses jeunes. Parce que ce n’était tout de même pas un professeur qui avait fait ça. Son regard se porta de nouveau sur la foule à la recherche de sa famille. Mais ses sœurs ne semblaient pas être présentes. Il ne savait pas s’il devait en être rassuré, après tout, elles étaient des nées-moldues et si elles n’étaient pas là, elles pouvaient être autre part dans le château, en danger. Il ferma les yeux quelques instants. Lorsqu’il les rouvrit, il était déterminé. « Que chacun rejoigne sa salle commune. » Sa voix était forte. Il savait que les professeurs n’allaient pas tarder à le seconder. Et peut-être même plus. Au moins, dans les salles communes, ils seraient en sécurité et on pourrait gérer le problème plus personnellement.


Dernière édition par Eden A. Wilson-Grey le Mar 28 Juin - 0:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
CŒUR DE LIONNE

CŒUR DE LIONNE
+ SORCIER DEPUIS LE : 23/08/2012
+ PARCHEMINS : 5770

Message Sujet: Re: Intrigue : L' Alliance sort de l'ombre   Dim 26 Juin - 13:11


L' Alliance sort de l'ombreLes menaces écrites en rouge sur le sol, les mannequins pendus donnaient à Poudlard des allures de terrain de chasse. Il y avait désormais les élèves cachés dans l'ombre,  prêts à sévir et les brebis innocentes : les nés moldus et les "traites à leur sang". Lumen n'en croyait pas ses yeux. Jamais, elle n'avait pu imaginer des sorciers en venir à de telles cruautés. Elle venait à présent de subir un bel électrochoc.  « Ne restons pas là… » La voix de Amadeus la tira de ses sombres pensées. Elle ne remarqua seulement sa présence et se demanda depuis combien de temps ils se trouvaient là tous les deux. A leurs côtés, elle vit aussi le visage de Dawn. Ce petit tour fonctionnait à la perfection. Se réunissaient ici des étudiants de chaque maison. Toujours choquée, elle reporta son attention sur son camarade de gryffondor. Elle ne pouvait que lui donner raison. Il n'était pas nécessaire d'observer pendant des heures à un spectacle aussi affligeant que terrifiant. « Oui, partons.   » Répondit-elle dans un murmure, incapable de plus de paroles. Rares étaient les situations qui réduisaient la Macmillan à un tel état. Quand elle se glissa entre deux élèves, elle fit face à un serdaigle : Benedict. Il semblait tout aussi déconfit qu'elle. Et pas un mot ne sortait de sa bouche. Les espoirs de jours meilleurs s'estompaient de seconde en seconde. Elle ne ressentait pas le besoin d'apprendre l'identité de celui derrière tout ça. Il ne faisait aucun doute quant à l'idéologie de ce dernier, et valait-il mieux chercher parmi les plus extrémistes. Ceux qui vénéraient les sangs purs comme des idoles et voyaient en la personne du Seigneur des Ténèbres une sorte de Messie. Bien entendu, c'était trop évident. Mais peut-être avaient-ils des idées, des indices à partager pour démasquer le coupable et le punir comme il se le devait. Certains regards convergeaient en leur direction. « Fais pas attention à tous ces cons.  » Le pauvre diable, il tirait une de ces tronches ! La tronche d'un innocent accusé à tord d'une connerie d'autrui. Comme dans les mauvais films policiers moldus là. Elle l'aimait bien Benedict. Il était naze au quidditch, mais elle ne désespérait pas de le voir évoluer dans ce domaine. Elle ne le considérait pas foncièrement comme un ami, plus comme un élève. Comme Cassie avant quelques mois. Mais ou était-elle au fait ? Elle se dressa sur la pointe des pieds pour apercevoir sa chevelure brune (ou chatain au choix ! ) et bizarrement inquiète, elle demanda à ses deux camarades : « Avez-vous vu Cassie ?  » Amadeus la connaissait étant tous deux de gryffondor et de la même année. Et Benedict... peut-être, peut-être pas. Elle espéra au fond d'elle-même que son amie était encore à l'atelier de soins et sortilèges de protection. Contrairement à la plupart des gryffondors, elle avait eu la bonne idée de s'inscrire à l'autre. Et Cassie n'avait pas besoin de voir ça. Pas après le marché nocturne et le discours de ce pauvre imbécile qui leur servait de ministre de la magie. C'est alors que la voix forte d'un professeur lui parvint aux oreilles. « Que chacun rejoigne sa salle commune. » En toute honnêteté, elle n'avait aucune envie d'aller à la salle commune. Elle voulait prendre l'air et se perdre dans la forêt interdite où personne ne la trouverait. Si elle remontait à la tour de gryffondor, qu'allait-il se passer ? Très exactement la même chose qu'ici finalement. Des bruits de consternations et des discussions autour de ça. Mais ça ne valait pas le coup d'en parler pendant quinze ans. On en viendrait toujours au même point, avec les mêmes questions, les mêmes informations. Pour elle, ça ne l'avancerait à rien de recouvrer la chaleur de sa salle commune. Alors, elle ne bougea pas d'un millimètre attendant patiemment une réponse de Benedict ou de Amadeus à sa seule inquiétude.

        
© 2981 12289 0

_________________


Les fleurs du mal
Helen Keller ☽ The best and most beautiful things in the world cannot be seen or even touched. They must be felt with the heart.


Dernière édition par Lumen Macmillan le Mar 13 Sep - 12:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
LA BLESSURE DE L'INSOMNIE

LA BLESSURE DE L'INSOMNIE
+ SORCIER DEPUIS LE : 24/01/2013
+ PARCHEMINS : 358
+ LOCALISATION : Principalement dans l'enceinte du château de Poudlard depuis septembre dernier

Message Sujet: Re: Intrigue : L' Alliance sort de l'ombre   Dim 26 Juin - 23:59


Intrigue L'Alliance sort de l'ombre


Vous pouvez avoir à livrer la même bataille plus d'une fois pour la gagner. [Margaret Thatcher]
A peine arrivé, je lance directement l’atelier sachant que Bony attendait certainement mon arrivée pour commencer. En questionnant les élèves sur ce qu’ils pensent savoir du but primaire de cet atelier, c’est plus une manière de détendre tout le monde et de les faire participer, que de juger leur capacité à analyser la situation. Mon rôle aujourd’hui est de les instruire d’une manière informelle, et je suis bien décidé à le faire. Je suis convaincu qu’en apprenant en s’amusant on obtient de meilleurs résultats et une plus belle collaboration. Le petit coup d’œil complice que me lance le jeune O’Carley me fait doucement sourire, ce cadre de travail est parfait pour ce moulin à parole et sa réponse me laisse fortement penser qu’il a dû encore taquiner quelqu’un avant mon arrivé, personne qui doit certainement être Bony vu l’œillade qu’il lui jette. Avant de lui répondre, je perçois le déplacement de Cassie Standford plus proche de notre petit groupe et lui laisse la possibilité de répondre à ma question. Ravie de sa réponse, je lui lance un sourire que j’espère le plus innocent du monde, il ne faudrait pas qu’elle se mette à penser des trucs bizarres à mon propos, déjà le bal c’était un vrai fiasco, monsieur le prof pervers bonjour. Bref… « Effectivement, vous avez tous les deux raisons, et le fait d’être en petits groupes va faciliter notre échange aujourd’hui. Surtout, posez toutes les questions que vous voulez, personne ne sera noté et aucune question n’est idiote. Pour commencer, avec Mlle Lancaster, nous allons vous expliquer le programme de l’atelier, ensuite nous nous y mettrons et vous découvrirez ce qu’il se cache dans mon carton. » Je me tourne vers mon amie avec un grand sourire pour qu’elle commence, comme convenu, à parler de notre organisation quand un bruit énorme retenti dans l’enceinte du château me faisant me tourner d’instinct vers la porte de notre salle de cour.

Le son est si intense et fulgurant, détruisant en une seconde le calme tout relatif de l’école, qu’un frisson me saisit un instant me rappelant que trop bien les détonations du marché nocturne, attrapant ma baguette en réaction. « Ça fait partie du programme d’entrainement aussi ça ? » La voix d’un de mes élèves me fait revenir au moment présent. La blague de Benedict fait un véritable flop et se perd dans l’angoisse pesante qui envahie la pièce en un instant. « Que tout le monde garde son calme, ça ne doit pas être bien méchant, certainement un cour de rattrapage de potion qui a mal tourné. » Je tente à mon tour une petite blague, mais ma gorge est tellement serrée que j’ai du mal à laisser sortir les mots de ma bouche. Malgré tout je garde la face et fais illusion auprès de mes élèves : « Restez ici, je vais aller voir ce qu’il se passe. » Je me tourne vers Bony et lui lance un pauvre sourire un peu crispé. Je lis de l’inquiétude dans son regard, la même qui doit se refléter dans le mien. Je lance alors avec un voix que j'essaie un peu plus enjouée : « Ebony tu peux peut-être commencer à parler des potions en m’attendant ? » Et en un instant tout se précipite, je vois Benedict O’Carley s’élancer vers la porte, l’ouvrir et les bruits de courses que nous entendions à travers le mur nous parviennent de plein fouet tel un tourbillon de terreur. « Mr O’Carley revenez ici ! » J’entame un mouvement dans sa direction et au même instant, il dit à Bleuenn de faire attention à elle avant de s’élancer dans le couloir. « BENEDICT ! » Sans réfléchir je m’élance à sa suite, baguette en main, tout en hurlant à mon amie que je m’en occupe et je me retrouve rapidement dans la foule qui me conduit jusqu’à la salle des trophées située au troisième étage.

En arrivant sur les lieux, je repère rapidement les dégâts, les bris de verre soufflés par un impact surement puissant, les résidus d’une fumée épaisse qui se volatilise dans l’air et dont on ne perçoit plus que l’odeur âcre et désagréable. Surplombant certains élèves de plusieurs têtes, je remarque rapidement les lettres de feu qui attisent mon regard sur le sol de la salle où s’agglutine déjà bien trop de monde. Et en levant petit à petit mon regard, j’aperçois avec horreur quatre pantins symbolisant très clairement des revendications malsaines provenant d’idéaux biens sombres. Poudlard vient de basculer dans la guerre qui fait rage au dehors, des personnes malintentionnées rodent parmi la foule, nous ne sommes plus vraiment en sécurité dans l’enceinte du château. Je commence à regarder les élèves autour de moi, la panique qui se lit sur les visages, la détermination de certains, la crainte, la révolte, la haine et tout un tas d’autres émotions. Le chaos est complet et le message ne pouvait pas être plus clair : ce n’était que le début et la prochaine fois ça ne s’arrêterait certainement pas à de malheureux mannequins. Du coin de l’œil je repère Eden et vois mon ami faire disparaître d’un coup de baguette ces derniers. Un peu après sa voix forte retentis par-dessus le brouhaha environnant : « Que chacun rejoigne sa salle commune. » Au même moment, je sens l’odeur fruitée de Bony qui s’arrête à mes côtés. J’attrape sa main de ma main libre et la sers une seconde pour trouver un peu de réconfort échangeant un regard avec elle au passage. Puis je nous rapproche tous les deux d’Eden et lance d’une voix intimant instantanément un silence salvateur. « Un professeur raccompagnera les élèves de chaque maison dans sa salle commune. » Je prends les choses en mains, ainsi je m’assure la sécurité de tous. En situation de crise, mesure de crise : il n'est pas question de permettre à ceux qui ont créé ce merdier de recommencer lors du déplacement de tout le monde. J’ai une fois absolue dans mes amis alors je leur confie sans hésiter la mission que j’ai en tête, mais ce n'est pas le cas de tout le monde. « Eden je te laisse les gryffondors, Bony les poufsouffles, je m’occupe des serdaigles, il nous manque un quatrième professeur pour les serpentards. » Je balais la pièce du regard. Je remarque tous ses visages tendus vers nous, comme si nous allions effacer leurs désarrois et rétablir la paix dans le monde. Je ne sais plus à qui faire confiance. Eden et Bony, c’est une chose, je leur confierais ma propre vie, mais que dire de mes autres collègues ? Après tout ce ne sont que des gens que je connais depuis quelques mois ? Où est Cameron quand on a besoin d’elle ?« Les serdaigles venez avec moi ! » Je lâche la jeune femme après avoir exercé une nouvelle petite pression sur sa main et commence à me diriger vers le jeune homme que je poursuivais tout à l’heure. Le choc se lie sur son visage blême. Je claque doucement ma main sur l’épaule du jeune serdaigle intrépide et stupide : « Lumen, Amadeus allez avec Mr Wilson-Grey. Et toi Benedict, tu restes avec moi. » Je regarde à nouveau la foule, espérant trouver rapidement un autre professeur pour assurer le retour des serpentards dans leur salle commune. Je ne partirais pas avec mon groupe sans avoir trouvé un quatrième guide de confiance.
 



Pouet:
 

_________________
But now I realize, It was always you
Can't believe I could not see it all this time
Woke up sweating from a dream ❁ With a different kind of feeling ❁ All day long my heart was beating ❁ Searching for the meaning ❁ Hazel eyes ❁ Now I know why my heart wasn't satisfied ❁ It was always you


Supers Détectives : "W&S" :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
LE PETIT CHAPERON ROUGE

LE PETIT CHAPERON ROUGE
+ SORCIER DEPUIS LE : 06/10/2014
+ PARCHEMINS : 303
+ LOCALISATION : Poudlard will always be my home

Message Sujet: Re: Intrigue : L' Alliance sort de l'ombre   Lun 27 Juin - 15:45



     

      Intrigue
       L'Alliance sort de l'ombre


L
'atelier n'avait même pas encore commencé que déjà il tournait à la catastrophe. Tout avait bien débuté pourtant aux yeux de Cassie, ils étaient peu nombreux mais ça pouvait se révéler positif dans une telle situation, les professeurs étaient ouverts et sympathiques, l'atelier promettait d'être intéressant. Pourtant l'enthousiasme collectif fut rapidement étouffé par une vive inquiétude quand un bruit sourd retentit, faisant presque trembler les murs épais du château. Cassie sentit sa respiration se bloquer dans sa gorge, ce n'était peut être rien de grave, peut être juste quelques élèves qui avaient monter une farce un peu trop bruyante ou un cours de rattrapage de potions qui avait pris un tournant inattendu comme le suggérait le professeur Scodelario. Cela pouvait être de nombreuses choses, pourtant la Gryffondor ne pouvait s'empêcher de sentir l'appréhension s'insinuer en elle. Depuis le marché nocturne elle se surprenait à redouter le pire. Elle n'était pas vraiment optimiste Cassie, mais elle n'avait jamais été tant pessimiste. Alors les professeurs pouvaient tenter de détendre l'atmosphère autant qu'ils voulaient, elle ne pouvait s'empêcher de se dire que tout ne pouvait pas être aussi simple. De toute évidence elle n'était pas la seule à penser ainsi car après quelques paroles rapides, Benedict quitta précipitamment la salle, laissant derrière lui des enseignants dépassés. « Restez ici, je vais aller voir ce qu’il se passe. » La voix du professeur de vol sorti la Gryffondor de sa stupeur. Sans un mot elle le regarda franchir à son tour le pas de la porte avant qu'Ebony ne prenne le même chemin quelques instants plus tard. Hébétée, Cassie resta plantée là pendant ce qui lui paru une éternité. Elle avait l'impression que chaque départ avait été un coup de tonnerre et que la tempête était toute proche. Le cœur battant et la bouche sèche elle fini par secouer la tête. Derrière la porte elle pouvait entendre des bruits de pas précipités et des exclamations. Une partie d'elle voulait rester là, se rouler en boule et se boucher les oreilles pour ne pas avoir à affronter ce qui l'attendait au détours d'un couloir. Mais ce fut une part plus rationnelle d'elle qui fini par l'emporter. Tout en prenant une grande inspiration, elle se tourna vers ses camarades bleues qui étaient toujours dans la salle à ses côtés. Les deux Serdaigles semblaient tout aussi perdues. Elle adressa un signe de tête à la jeune Wilbert avant de se diriger vers Bluenn, elle était plus jeune et les souvenirs qu'elle avait de sa propre agression en octobre ne devaient pas l'aider dans cette situation. Cassie amorça un geste vers elle, prenant inconsciemment une attitude protectrice. « On peut pas rester là. » Commença-t-elle doucement pour faire sortir l'aiglon de ses pensées. Elle lui toucha légèrement le bras. « Viens, allons voir ce qu'il se passe. » Elle ne savait pas s'il s'agissait là de la meilleure chose à faire mais quelque chose lui disait qu'en ces temps sombre il était préférable de ne pas rester dans l'ignorance. Bluenn ferait comme elle le voudrait, mais la rouge ne pouvait pas garder les yeux fermés indéfiniment. Ce n'était pas en ignorant le danger qu'elle en serait protégé. Elle lança un dernier coup d’œil à Lorelei et s'engouffra à son tour dans l'encadrement de la porte, suivi par Bluenn, du moins c'était l'impression qu'elle avait.

Maintenant que la surprise première était passée, les couloirs étaient étonnamment vides, ce qui contribua à la nervosité de la Gryffondor, si les couloirs étaient vides c'était que quelque chose retenait les élèves ailleurs. Quelque chose d'important. De grave. Suivant les quelques personnes qu'elle croisait sur son chemin Cassie fini par rejoindre un attroupement majoritairement constitué d'étudiants. Les professeurs étaient occupés ailleurs mais nul doute qu'ils ne tarderaient pas. Encore à l'extérieur du cercle, la rouge hésita, elle devait savoir ce qu'il se passait mais la peur lui rongeait l'estomac. Alors que sa tête lui répétait qu'elle devait voir l'origine de tous ces cris et de toutes ces plaintes, tout son être la suppliait de prendre ses jambes à son cou. Presque mécaniquement elle fini par se frayer un chemin parmi ses camarades. Ce ne fut pas une tâche facile. Elle croisait des visages déconfis, des mines pâles et effrayées et même quelques élèves en larmes. Arrivée au centre de l'attroupement, elle dû prendre sur elle pour relever la tête et faire face à ce qui l'attendait. Elle eut l'impression qu'elle venait de se prendre un coup de poing dans le ventre. L'horreur se peignit sur son visage et la surprise lui coupa le souffle alors que ses prunelles noisettes enregistrait la scène qui se déroulait sous ses yeux. Quatre mannequins aux couleurs des maisons de l'école étaient pendus au plafonds alors qu'une explosion avait certainement eu lieu à leurs pieds. Tout cela était une parodie macabre qui rappela à Cassie toutes les histoires qu'elle avait pu lire au sujet des procès des sorcières de Salem. La référence ne pouvait pas être plus claire, tout le monde connaissait ces pans de l'histoire, sorciers comme moldus. La menace était tout aussi évidente surtout que des mots écarlates proclamaient Mort aux sangs de bourbes et aux traîtres à leur sang ! Cassie pu sentir son visage perdre de ses couleurs. C'était tordu, complètement tordu. Et le pire dans tout ça, c'était que la menace venait de l'intérieur du château, il ne s'agissait plus de sorciers masqués qui hantaient les cauchemars. Cette mascarade avait été mise en place par une personne qui vivait là, qui avait accès à toutes les parties de l'école et qui pouvait aisément s'en prendre aux élèves. Au bord de la nausée, la rouge se sentie vaciller. Elle entendit vaguement le professeur Wilson-Grey arriver et arracher enfin à leurs regards ébahis les sinistres silhouettes qui pendaient au plafond. Elle voulu reculer mais la foule était si dense qu'elle bouscula un autre élève. « Pardon. » murmura-t-elle, en espérant qu'il ne s'agissait pas d'un sorcier convaincu par la menace. Alors que le professeur de vol prenait les choses en main, elle se dressa sur la pointe des pieds pour tenter d'apercevoir ses amis. Ils n'étaient plus en sécurité.
WILDBIRD


_________________
"Only the caged birg sings"
Regrets collect like old friends, here to relive your darkest moments I can see no way, I can see no way and all of the ghouls come out to play. And every demon wants his pound of flesh, but I like to keep some things to myself, I like to keep my issues drawn. It's always darkest before the dawn.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



+ SORCIER DEPUIS LE : 23/01/2015
+ PARCHEMINS : 311
+ LOCALISATION : Poudlard

Message Sujet: Re: Intrigue : L' Alliance sort de l'ombre   Lun 27 Juin - 22:38



L'Alliance sort de l'ombre


L’atelier commençait, sous l’œil vigilant du professeur des sortilèges. Tous se mirent en binôme pour entamer les exercices, aussi studieux qu’ils pouvaient l’être. Seth ne s’attendait pas à des miracles, mais au moins tout cela occuperait l’esprit le temps de cet entrainement… Ce qui ne dura finalement pas longtemps lorsqu’un bruit assourdissant retentit. D’instinct, l’ancien Auror avait dégainé sa baguette. Etait-ce encore une mauvaise blague d’un groupe d’élèves ?
Regard braqué sur la porte ouverte, il aperçut une foule courir dans le couloir. Sans qu’ils y soient invités, les étudiants se précipitèrent au-dehors, ce qui agaça un peu plus l’enseignant. Se reprenant, il partit à la suite et suivi le mouvement jusqu’à la salle des trophées, d’où une épaisse fumée s’échappait. Des morceaux de verres étaient éparpillés un peu partout, témoin de l’explosion qui avait secoué l’endroit. Si c’était une blague alors elle était de très mauvais goût… Ce pendant ce qu’il vit d’inscrit sur le mur ne le conforta pas dans son idée. Si certains semblaient troublés, étonnés ou même en colère, Seth gardait quant à lui son calme, visage fermé. Ses yeux détaillaient les élèves, n’écoutant à moitié ce que ses collègues disaient. Qui pouvait avoir fait ça ? Bien sûr nombreux étaient les enfants sorciers à éprouver une méfiance vis-à-vis des nés-moldus. Mais de là à écrire ça ? Etait-ce une simple esbroufe ? Ou l’avertissement d’évènements encore plus terrible à venir ?
La voix de Scolédario le tira de ses songes lorsqu’il se mit à chercher un enseignant pour encadrer les vert et argent.

« Je m’en occupe… », dit-il à son collègue en passant à côté de lui.

Seth se tourna vers l’héritière Blackwood, ne trouvait aucun préfet de sa Maison.

« Rassemblez vos condisciples et emmenez-les dans la Salle Commune. Vous m’y attendrez tous »


Bien sûr on soupçonnerait rapidement les élèves de sa Maison. En tant que Directeur des Serpentard, il trouvait la chose injuste… Mais malheureusement justifiée. Il était temps de mettre les points sur les i des verts. Il se tourna une nouvelle fois vers le professeur de vol.

« Est-ce qu’il y a un témoin ? »







_________________

❝Où se situe la frontière entre le désir et l'amour?❞
II existe des moments passée avec certaines personnes qui vous laisse, le temps d'un instant, un goût d'éternité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PREFET

PREFET
+ SORCIER DEPUIS LE : 16/06/2016
+ PARCHEMINS : 103
+ LOCALISATION : Dans ton ombre...

Message Sujet: Re: Intrigue : L' Alliance sort de l'ombre   Lun 27 Juin - 23:46

Out of the shadows.
Intrigue élèves

« Oui, partons. » Mes doigts pressaient un peu plus l’épaule de Lumen. Sages paroles, sage décision. Et pourtant cela s’agitait non loin. Après un vent de glace, les murmures s’éveillent et portent cette masse grouillante d’élèves. Bientôt, les regards convergent sur une personne en particulier : Benedict O’Carley. Ce qu’il était délectable de voir la majorité se chercher un coupable dès lors où cette pâle menace courait. Une promesse d’horreur que mon cher Gale serait peut-être incapable de vous offrir. Benedict n’était en rien coupable, si ce n’est d’avoir une trop grande curiosité et avoir eût la bêtise de s’en prendre à celle qui était devenue un atout incontestable pour l’Alliance. Il nous offrait sur un plateau d’or un coupable de choix sans qu’on ne prenne le temps de manipuler les foules… C’était si réjouissant et pourtant pathétique. Ils ont besoin de croire en quelque chose, besoin d’un coupable pour se sentir en sécurité… Car ces lettres de feu terrorisaient ? Risible.

Alors que les professeurs tentaient de nous éloigner vers nos dortoirs, que je commençais à m’éloigner, préoccupé, avec Lumen et Cassie, mon regard croisa celui de Bluenn. Qu’elle était si belle et innocente cette enfant. Et depuis longtemps maintenant, elle recevait mon affection et mon aide depuis son agression. Je pourrais la promettre à de grande chose si seulement nous étions dans une autre ère. Je ne lui adressais pourtant pas de sourire, l’heure était, semblait-il, bien trop grave pour ça. Mais elle devait surement comprendre dans ce regard que j’étais là pour elle. Telle était la beauté de nos mensonges, de cette vie que nous menions secrètement. J’esquissais un geste à son encontre, probablement pour qu’elle nous rejoigne avant de retrouver auprès de ses camarades de maison.

C’est probablement à cet instant qu’une voix s’éleva : forte et masculine. « T’as rien de mieux à faire, O’Carley ?! » Cela s’agitait, les élèves s’écartaient pour laisser s’approcher un étudiant rouge et or auprès du Serdaigle. Il le bouscula violemment. « Vesper ne t’a pas suffit ?! » Il était assurément proche d’elle et je voyais sur ce visage un membre de l’Alliance. Une initiative judicieuse que je ne saurais manquer. Mon esprit souriait, mais les traits de mon visage se tiraient, fronçant les sourcils. Une autre voix s’éleva : « Ne soit pas idiot ! On sait très bien que ce sont les Serpentards ! Qui d’autre passe son temps à nous menacer ?! » Les murmures reprisent, chacun ajoutait son commentaire. La poudre se répandait à une allure folle. Regardez-vous, c’était si contagieux. La suspicion, la peur, l’incapacité d’accepter la fatalité. Mais nous viendrons tous vous délivrez de ces maux…

Mon regard se tournait vers les professeurs probablement déjà ennuyés qu’une minorité n’obéisse pas sagement.

D’où j’étais je pouvais entendre la question du Directeur des Serpentards… Et j’espérais qu’il n’y en aurait aucun témoin. Mais j’avais du mal à imaginer quelqu’un en train d’observer un étudiant accrocher ces mannequins sans rien faire… N’est-ce pas ?

Je m'approchais du groupe qui commençait à se former : « Inutile de nous enflammer sans preuve. Nous en parlerons plus calmement dans nos salles communes... Allons-y. » Je faisais un léger signe de tête. Je n'avais jamais été un ennemi en tant que préfet des rouge et or... Des années à pratiquer le mensonge et à sourire pour les mauvaises raisons. Je me redressais, mon regard croisant celui du Serdaigle accusé à tord... Ce n'était que le début d'un duel des ombres.


_________________
Heir of the purest hatred
No one can love you more than me ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
CŒUR DE LIONNE

CŒUR DE LIONNE
+ SORCIER DEPUIS LE : 23/08/2012
+ PARCHEMINS : 5770

Message Sujet: Re: Intrigue : L' Alliance sort de l'ombre   Mar 28 Juin - 1:26


L' Alliance sort de l'ombre« Lumen, Amadeus allez avec Mr Wilson-Grey. Et toi Benedict, tu restes avec moi. » La gryffondor releva la tête vers le professeur de vol qui venait de descendre en flèche dans son estime. Le jour où elle aura besoin d'un berger pour regagner sa salle commune, elle viendrait les voir à coup sûr. Pour le moment, elle n'en avait pas besoin et ne désirait en aucune façon suivre leurs ordres absurdes à la lettre. Pour elle, c'était un peu l'hôpital qui se foutait de la charité. Quand il s'agissait d'une gamine de 15 ans qui subissait les pires horreurs, on attendait des mois pour réagir, mais pour trois pantins et une inscription rouge, là on paniquait à mort. Lumen pensait que c'était d'une certaine manière de leur faute. S'ils avaient réagi, peut-être que personne n'en serait arrivée là. Peut-être qu'il n'y aurait pas eu cet événement, cette émeute à venir et tout ce brouhaha. S'ils avaient fait quelque chose bien plus tôt, le coupable serait parti depuis longtemps. Et Lumen pariait que ce crime était le coupable de l'agression de Bluenn ou du moins un proche. Alors oui, elle les emmerdait ces professeurs qui n'assumaient rien. Elle se contenta de ne rien dire et de les regarder de ses prunelles méprisantes et froides. Elle repéra non loin d'elle Cassie qui manifestait un choc impressionnant. Et merde. Lumen n'était pas terrorisée par cette inscription. La mort, elle la connaissait déjà. Lumen ne tarda pas à la rejoindre tandis que les autres se réunissaient et accusaient de leur regard le pauvre Benedict.  « Cassie ? » Elle posa sa main sur son épaule pour la reconnecter à la réalité afin de l'éloigner de tout ce vacarme. Elle la gratifia d'un faible sourire et fit un mouvement de tête pour lui indiquer la sortie. Mais quelque chose vint une nouvelle fois ébranler ses décisions, ses objectifs et surtout ses convictions. Ne jamais se mêler des affaires des autres. Ne jamais faire preuve de témérité. Toujours rester en retrait... et bablabla.   Le pauvre Benedict fut bousculé, jeté comme on met une poubelle aux ordures. Le rejet, les accusations à peine dissimulées, Lumen avait connu ça tant d'années. « T’as rien de mieux à faire, O’Carley ?! » Et dire que ces paroles venaient d'un gryffondor, la maison du courage, de la loyauté. Putain, la devise du fondateur en prenait une. « Vesper ne t’a pas suffit ?! » Quel étrange raccourci. C'était tellement facile de lier magie noire et racisme. Comme si un gamin trop curieux, qui expérimentait quelques sortilèges de magie obscure était forcément un raciste, un mangemort en puissance mille. Il n'en fallut pas plus pour que Lumen vienne lui faire face et prenne la défense du serdaigle. « Dis donc, c'est pas l'intelligence qui t’étouffe à toi.  » Articula t-elle, en mettant tout son dédain dans sa voix. Elle n'était pas certaine à cent pour cent de ce qu'elle allait avancer, mais si ça pouvait servir à faire taire les mauvaises langues, elle tentait le coup. « Il était aux ateliers au moment de l'explosion. Comment aurait-il pu faire ça ? Je te le demande monsieur le génie. Et à l'avenir, s'il te prend l'envie d'apporter tes lumières, attends qu'on vienne te sonner les cloches, ça nous évitera une perte de temps considérable.  »  Elle accompagna à ses paroles un sourire empli de mépris et d'hypocrisie. Elle se demanda un instant si elle avait fait ça par solidarité, par amitié ou par affection pour son frère. Peut-être un mélange des trois. Elle pria aussi Merlin que quelqu'un vienne confirmer ses dires, un étudiant ou un professeur, qu'importe. Elle se tourna ensuite vers Benedict et lui adressa un regard compatissant. « Ca va ?  » Elle songea aux blessures morales que ça infligeait tout ça. Si son intervention avait peut-être servi à éloigner les suspicions de Ben, cela n'empêchait pas les autres n'entamaient des pronostics sur les personnes les plus à mêmes de faire ça. Si quelqu'un avant elle avait agi plutôt en la faveur du serdaigle, Lumen avait trouvé cela plutôt ridicule. Seul Amadeus paraissait assez malin pour quitter la pièce sans un regard en arrière. A croire qu'il était plus futé que la moitié des habitants de Poudlard.  « Comme je te l'ai dit tout à l'heure. Fais pas attention à eux. La plupart sont des cons. » Elle haussa les épaules, n'ayant aucun regret à exprimer le fond de sa pensée au milieu de toutes ces personnes. « C'est l'heure de se barrer. Qu'est-ce que tu en penses ?  »
        
© 2981 12289 0

_________________


Les fleurs du mal
Helen Keller ☽ The best and most beautiful things in the world cannot be seen or even touched. They must be felt with the heart.


Dernière édition par Lumen Macmillan le Mar 13 Sep - 12:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité

Message Sujet: Re: Intrigue : L' Alliance sort de l'ombre   Mar 28 Juin - 3:05

 
what's puzzling you is the nature of my game
Je participais à l’atelier de soins lorsqu’un bruit sourd s’est fait entendre. J’ai vraiment été surprise, et je dois avouer que j’ai eu peur aussi. Ce n’est vraiment pas normal qu’il y ait autant de fracas dans l’école. Et puis, les cris qui ont suivi le vacarme n’étaient pas non plus très réconfortants… J’étais complètement figée. Je dirais bien que toute l’école semblait en grande panique. Les élèves sont sortis de la classe pour aller voir ce qui se passait. Cassie prit le temps de venir me voir, pour me dire de ne pas rester ici. Elle avait raison, je ne voulais pas rester seule. Donc, je l’ai suivie. J’étais terrifiée. Et si c’était une autre attaque de celui qui m’avait fait du mal au bal d’Halloween? Bien que j’aimerais qu’il soit arrêté, je n’avais pas plus envie de tomber face à lui une seconde fois. La foule m’a menée à la salle des trophées, où des tas de débris s’étalaient sur le sol. Je crois que mon sang s’est glacé dans mes veines quand j’ai aperçu ce qui se passait ici. Quatre pantins aux couleurs des maisons de Poudlard étaient pendus et des lettres de feu formaient la phrase « Mort aux sangs de bourbes et aux traitres à leur sang! » Ce fut plus fort que moi : j’avais les larmes aux yeux et ma main sur ma bouche. J’étais sous le choc. Les rumeurs étaient peut-être vraies! L’Alliance existait-elle réellement?

Il fallait que je retrouve quelqu’un de confiance. Je dévisageais les visages dans la foule à la recherche d’un ami qui acceptait toujours de me parler, malgré le gros mensonge que j’avais dit à propos de la nature de mon sang. J’entendis une voix nous ordonner de rejoindre nos salles communes, mais j’hésitais à l’écouter. Et si nous étions encore plus en danger si nous nous séparions? Les quatre maisons étaient représentées par les pantins, ce qui voulait dire qu’aucune d’entre elle n’était sauve. Plusieurs rumeurs circulaient déjà, mais j’avais appris à ne pas me fier à celles-ci. Je croisai enfin le regard d’Amadeus et je me dirigeai vers lui. Je savais que je pouvais lui faire confiance. C’est bien l’un des rares qui continue de me considérer comme une bonne amie et qui ne me rejette pas. En ce moment, j’avais vraiment besoin de ne pas me sentir seule. Je me rendis enfin à lui, mais je ne savais même pas quoi lui dire.« Amadeus! » L’heure était grave, mais je me sentais un tantinet soulagée de me trouver à ses côtés. « Tu n’as rien? » Il avait l’air correct, mais c’était un réflexe de lui demander. Les élèves commençaient à s’accuser entre eux, c’était une vision horrible.

roller coaster & gifs par sweetlittlehale (tumblr)
Revenir en haut Aller en bas
avatar



+ SORCIER DEPUIS LE : 05/10/2014
+ PARCHEMINS : 502

Message Sujet: Re: Intrigue : L' Alliance sort de l'ombre   Mar 28 Juin - 19:54


L' ALLIANCE SORT DE L'OMBREL'atelier commençait pourtant si bien lorsqu'un bruit terrible leur parvinrent aux oreilles. Ebony plongea son regard dans chaque paire d'yeux des participants de l'atelier. Benedict fut le premier à réagir. Le ton de sa voix secoua la pauvre infirmière qui se trouva cela presque inconvenant. La curiosité piquée, le serdaigle ne prit pas la peine d'écouter les conseils des deux encadrants et quitta la pièce. La porte à présent ouverte, on entendait de sa place des cris, des voix qui s'élevaient et parlaient avec animation. Elle n'en saisit à peine la moitié. Mais manifestement, ça parlait de nés moldus. Ezra suivit rapidement le même chemin que l'étudiant portant les couleurs bleu et bronze. Responsable de chacun des élèves durant le temps de l'atelier, il jugeait bon de le ramener ici. Mais Ebony doutait très sincèrement qu'il y arriverait.  Elle reste une ou deux secondes immobile, surprise par cette enfilade d’événements. Tout s’enchaînait à une vitesse folle. Commencer un atelier avec trois élèves... Était-il réellement sérieux ? « L'atelier est terminé. » Soupira t-elle avant de rejoindre le couloir également. Elle jeta un coup d’œil aux trois élèves, un regard qui leur conseillait de rester pour éviter de se confronter à d'affreuses surprises. Une foule d'élèves la mena dans les étages supérieurs et plus précisément dans la salle des trophées. Les collégiens murmuraient et leurs visages exprimaient pour la plupart un choc intense. Bony ne put qu'entrevoir le mouvement de baguette d'Eden et les mannequins qui tombèrent. Et l'instant d'après, ils disparurent. Elle ne sut jamais ce que ces pantins représentaient exactement. Elle ne fit que l'imaginer. Elle eut un début de réponse en lisant l'inscription en lettres rouges. Mort aux sangs de bourbes et aux traîtres à leur sang !  Un frisson parcourut alors le long de sa colonne vertébrale. Les lèvres tremblantes, elle se sentit très mal, une boule d'angoisse se forma dans son estomac. Elle ne craignait pas pour sa vie, ni pour celle des élèves, mais pour leur moral. Plus les mois s'écoulaient, plus les incertitudes s'intensifiaient. Elle eut une pensée pour les parents d'élèves qui paniqueraient sûrement en recevant des hiboux le lendemain. Et elle ne pourrait que leur donner raison...

Une pression sur sa main la réintégra à la réalité. Elle releva la tête pour porter sur lui son entière attention. Elle ne réagit pas plus, le trouble n'étant pas encore dissipé. Elle se retrouva ensuite face à Eden, l'un de ses collègues. Les paroles d'Ezra résonnaient dans la pièce avec une certaine autorité qu'elle ne lui connaissait pas. A vrai dire, elle n'assistait pas aux cours des enseignants et était étrangère à ce genre de choses chez eux. Raccompagner les élèves de poufsouffle... de poufsouffle ? Elle ignorait totalement où elle était précisément, ni comment on y accédait. Elle était bien plus apte à accompagner les serdaigle jusque dans leur tour, mais Ebony n'y accorda pas davantage d'importance. Les poufsouffles étaient, pour la plupart, les plus aimables et les plus fiables de Poudlard. Elle pouvait leur faire confiance sans trop de soucis. Elle chercha donc après des cravates jaunes et noir lorsque le directeur de serpentard intervint et demanda s'il y avait un témoin. Elle n'y croyait pas vraiment. Elle aurait aimé lui dire que oui. Mais quel élève aurait laissé faire ça sans rien dire, sans se faire connaître ? De plus, elle ne pensait pas que c'était vraiment le moment de demander un témoin de cet acte. Elle ouvrit la bouche, mais quelque chose s'enclencha. Des paroles claquèrent dans l'air. Des élèves s'en prirent à Benedict. Et Ebony sut de suite qu'il s'agissait d'une terrible injustice.  Elle approcha du centre de l'attention et s'imposa entre deux élèves perturbateurs qui se battaient et tenaient un discours du genre "ce sont les serpentards" et l'autre "non, c'est lui". Une telle immaturité lui troua le cul. « N'écoutez vous donc pas ce qu'on vous dit ? » Demanda t-elle une main posée sur chaque épaule comme pour essayer de les retenir. Mais elle ne faisait pas vraiment le poids. « Que chaque maison se rassemble ! Nous vous ramenons dans votre salle commune. Et plus vite que ça.  » Elle se voulait forte et implacable. Mais si l'un de ses collègues ne venait pas rapidement l'aider, ça allait être la merde. Les deux garçons se séparèrent et Ebony se tourna vers Eden, Ezra et Seth. « Il me semble évident que la première chose à faire, c'est de les faire sortir d'ici et de fermer les portes avec des sortilèges. Nous trouverons un témoin, s'il y en a, plus tard.  » Dit-elle d'une voix neutre, bien qu'on voyait clairement dans ses grands yeux bruns une profonde désolation. Décidément, rien ne tournait rond en ce moment à Poudlard. Et elle espérait que ça ne durerait pas. L'espoir fait vivre comme on dit. Et après un sourire de convenance, elle trouva plusieurs poufsouffles qu'elle fit sortir dans leur couloir. Elle leur demanda de rester en rang et d'empêcher leurs camarades d'entrer dans la salle de trophée. Puis, elle revint à l'intérieur pour retrouver les derniers qui manquaient à l'appel.

        
© 2981 12289 0

_________________


La valse à mille temps
A. A. Milne ☽ If you live to be a hundred, I want to live to be a hundred minus one day so I never have to live without you..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



+ SORCIER DEPUIS LE : 02/01/2016
+ PARCHEMINS : 1057
+ LOCALISATION : Serdaigle, 7ème année, Poudlard

Message Sujet: Re: Intrigue : L' Alliance sort de l'ombre   Mer 29 Juin - 1:21

Ce n’était pas le fruit de mon imagination. Macmillan l’avait remarqué elle aussi. Mes lèvres s’étirèrent en un semblant de sourire comme pour lui signifier que je n’en prenais pas ombrage. C’était faux, naturellement. Mais je ne voulais pas elle le croit. “Cassie ? Elle était avec moi dans l’atelier de soin et protection magique.”  D’ailleurs, en parlant de Cassie, je l’aperçu derrière Bluenn qui rejoignais le préfet des Gryffondor.

Au contact de la main de Scodelario sur mon épaule, je me raidit. Je fus d’abord surpris par cette proximité nouvelle et inattendue, puis une boule se forma dans ma gorge. Je m’abstins de le regarder afin de ne pas laisser mon trouble s’exprimer, mais quelque part, il était réconfortant de voir qu’il y avait des gens qui ne me jugeaient pas.  Du moins j’osais espérer que ce n’était pas pour cette raison qu’il voulait que je reste auprès de lui.

L’arrivée des professeurs ne sembla pas apaiser les esprits échaudés puisque c’est ce moment précis que choisi un crétin de rouge et or pour me rentrer dedans. Verbalement d’abord. Et voilà que ça recommençait. “Non je n’ai rien de mieux à faire et on dirait que toi non plus visiblement !”  répondis-je aussitôt. Je prenais encore relativement sur moi quand il me bouscula. “Retire-ça !” dis-je d’une voix blanche. Mon sang ne fit qu’un tour et s’il n’y avait eu le professeur Scodelario à mes côtés j’aurais certainement aggravé mon cas en lui infligeant un maléfice pour lui faire passer l’envie de me toucher et de la ramener à ce crétin !

A ma grande surprise, Macmillan s’interposa pour prendre ma défense. Si je n’avais pas été aussi déconcerté et aussi affecté, j’aurais sans doute trouvé la situation très risible car la Gryffondor avait du mordant et la voir remettre ce crétin à sa place avait quelque chose de grisant.

Je restai coi mais je lui étais reconnaissant, même si je ne lui avouerais sans doute jamais. J’étais bien trop fier pour ça. Mais je lui revaudrais ça. “Ouais…”  répondis-je à la jeune fille qui me demandait si ça allait.

“T’es dans quel camp Macmillan ? Tu sais comme nous tous ce qu’il a fait à Vesper ! Qui nous dit que c’est pas lui qui est derrière tout ça !”

Ne pas répondre.... Ne pas répondre… Benedict, ferme-la ! me répétai-je à moi-même. Mais rien à faire, je ne pouvais pas. Je n’avais rien à me reprocher et je ne supportais pas l’injustice. “Personne justement ! T’es sourd ou quoi ? Ou t’es tellement stupide* que t’es pas foutu de raisonner deux secondes.  T’as entendu ce que le professeur Scodelario a dit  ?”  dis-je sur un ton hautain. Un peu de lèche involontaire au passage, ce n’était même pas conscient. Le rouge me lança un regard méprisant. Je levais les yeux sur Windsor, sollicitant son appui. Il était préfet après tout !

Ce fut l’infirmière qui s’interposa entre les deux élèves et moi-même pour les tenir à distance tandis que le professeur de vol m’incitait à m’éloigner en direction de mon dortoir en exerçant une pression sur mon épaule.

* au sens littéraire du terme qui sera sans doute mal interprété par l'élève
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
LE CLAIR OBSCUR

LE CLAIR OBSCUR
+ SORCIER DEPUIS LE : 08/04/2013
+ PARCHEMINS : 824
+ LOCALISATION : Dans l'enceinte de Poudlard, peut-être dans un coin solitaire à boire pour oublier, ou avec ses amis pour faire bonne figure !

Message Sujet: Re: Intrigue : L' Alliance sort de l'ombre   Mer 29 Juin - 1:48


Atelier : Duels.
[9 Mai 81] Intrigue : L'alliance sort de l'ombre.

 




C'est partie ! « Blackwood avec Webster. » Quand la sentence claque dans l’air un sourire ironique et remplis de condescendance s’affiche sur mes lèvres. Je m’étais d’abord diriger vers mon meilleur ami afin de constituer les binômes attendus, mais le professeur de sortilège ne doit pas avoir un grain de jugeote pour constituer deux groupes pareils. Quoi que je peux au moins lui accorder le mérite de ne pas m’avoir affilié à l’autre Keynes. Mais son petit air supérieur n’augure rien de bon et je reste persuadé, dans un coin de ma tête, qu’il n’a pas mis un gryffondor avec un serpentard par hasard. La suite des événements promet vraiment d’être sympa. Et l’explication de son objectif d’atelier laisse quelque peu à penser qu’il nous laisse quartier libre pour nous déchirer gentiment. Je lance un regard entendu à Ethan et après un sourire de connivence, je me tourne vers mon binôme d’infortune. Dawn a sa tête des mauvais jours et le regard concentré de la personne qui ne risque pas de faire de cadeau. « Bah alors, tu ronchonnes ? Tu n’as pas trop apprécié la remarque d’Avery ? » Ma remarque est plus pour la forme. Après tout, j’ai un certain statut à entretenir : celui de mauvais garçon qui prend un malin plaisir à rabaisser tout le monde, le parfait petit sang pur hautain. Dans le fond, Blackwood ne m’a jamais vraiment ennuyé, à vrai dire que je suis même plutôt intriguée par sa personne. J’ai le sentiment que comme moi, elle joue sur plusieurs tableaux à la fois, changeant de personnalité au gré de ses besoins. Ce n’est pas très clair encore mais peut-être que je vais réussir à découvrir quelque chose pendant le duel, après tout, il me suffira peut-être juste de l’asticoter suffisamment ?

Un énorme bruit, contrastant avec le silence pesant qui venait de s’installer dans la pièce, fait rage dans le château et vient contre carrer mes plans d’action. Ma tête tourne d’instinct en directement de la porte. Aux aguets, j’attends… Des bruits viennent alors pourfendre l’instant de quiétude qui a fait suite aux détonations. Je détourne le regard et plonge un instant dans celui de mon feu binôme de duel avant de regarder nos professeurs. Je lance ensuite un œil du côté d'Ethan, je suis persuadé que la perplexité de son regard fait écho à l’inquiétude que je sens poindre en moi. Il se passe un truc, pourtant personne ne réagit. D’un mouvement rapide, je regarde de nouveau la porte, puis échange encore un regard avec Dawn. En une fraction de seconde, tout s’emballe, Dawn se lance dans le couloir et je la suis sans hésiter. Un brouhaha assourdissant se fait de plus en plus dense et la foule également. Le vent de panique fait rage autour de moi et je perds vite la trace de la serpentarde. La panique est générale et tout le monde se dirige d’un seul homme vers le troisième étage m'empêchant de descendre les étages à l'allure que je souhaiterais. Une fois arrivé aux abords de la salle des trophées, la présence compacte d’élèves et l’arrivée progressive d’autres étudiants et de professeurs me laissent perplexe. J’entends un murmure se propager parmi la foule et tout ceci m’invite à penser fortement que le bruit venait de l’intérieur de la salle et qu’un drame se passe manifestement de l’autre côté de la porte. Je pousse un peu les autres de droite et de gauche. Ma carrure impose un peu le respect et je crois que mon visage et mon nom également, j’arrive tant bien que mal aux abords du point d’impact et aperçois très vaguement des silhouettes pendues au plafond s'envoler. Je ne sais pas bien ce que cela signifiait, je n’ai pas eu le temps de bien voir. Aussi rapidement que le sort du professeur de botanique a fait disparaître les preuves, Mr Scodelario prend les choses en main et propose qu’un professeur nous raccompagne dans nos salles communes. La portée du message véhiculé devait être assez lourde pour que l’autorité éducative se mette en branle de la sorte. Je ne comprends pas bien, mais aux vues des mines horrifiées alentour, je ne peux qu’imaginer le pire. Quelqu’un se recule sur moi et je reconnais aussitôt Cassie Standford, complètement déboussolée, me lancer un vague pardon sans vraiment me voir, tout en cherchant surement un point d’accroche dans cette marée humaine. Notre dernière conversation a été plus que houleuse, mais également pleines de découvertes. Cassie n’est en rien proche de l’étiquette que je lui avais collée au visage. Pris d’une impulsion protectrice, je lève la tête par-dessus celle de mes camarades et parcours la salle à la recherche de nos amis. Repérant ma cible, je lui murmure à l'oreille : « J’ai l’impression que Lumen te cherche là-bas. » Elle a l’air tellement sonné que je ne suis pas sûr qu’elle m’ait entendu, mais en m’éclipsant pour ne pas lui créer plus de tourment, je vois notre amie commune l’a repérer et s’élancer dans sa direction.

Certains élèves commencent à se regrouper par maison pour suivre les directives des quelques professeurs présents. Je me dirige doucement vers le centre de la salle des trophées pour recueillir plus d’informations, cherchant des yeux à savoir si mon meilleur ami a suivi le mouvement, quand une joute verbale éclate. Benedict devient cible et victime de ses propres erreurs. Voilà ce que le monde et la bêtise humaine savent faire de mieux, un malheureux détour sur un chemin de traverse non conventionnel, et vous voilà fichez pour toute une vie. Difficile de se défaire d’une image qui vous colle aussi bien qu’une seconde peau, Benedict devrait aller en parler avec Keynes, il est passé maître dans l'art ce crétin, pourtant il s'accroche toujours. Un nouveau commentaire fuse, puis un autre, et chacun y va de sa petite spéculation quant à l’auteur des faits. Des petits groupes se forment autour des assaillants du serdaigle. Lumen, qui se trouvait non loin de lui, prend littéralement sa défense et verbalise ce que bien d’autres personnes doivent penser, moi le premier. La stupidité est un trait de caractère bien trop répandu à mon goût. La jeune infirmière de Poudlard s’interpose ensuite, afin de réguler le conflit. Puis intime à tout le monde se regrouper pour procéder à l’évacuation de tous vers nos maisons respectives. Complètement borné et voulant assouvir ma soif de curiosité, je continu à remonter la foule à contre-courant. Arrivé au plus près, je remarque enfin les inscriptions gravées au sol en lettres flamboyantes. L’invective envers les nez-moldus et les traîtres à leur sang ne laisse place à aucun doute quant à la nature de l’objectif du jour : semer le trouble au sein du château. Le message est clair et ça ne fait que commencer. Poudlard va devoir mener sa propre guerre.

Je me fais de nouveau bousculer et en croisant le regard d’un poufsouffle, je perçois toute la haine qui le compose. Un mouvement de foule commence à avoir lieu, les murmures se font de plus en plus puissants, les tensions s’accumulent, je n’augure rien de bien brillant. Si les professeurs ne font rien rapidement, ce n'est pas que notre atelier avorté qui va se transformer en duel. Le poufsouffle de tout à l’heure m’attrape par le col de ma chemise et me tire vers lui. « Lâches-moi ! » Ma voix se faire sentencieuse et n’admettant aucune autre réponse. Pourtant le poufsouffle ne l’entend pas de cette oreille. « Tu viens contempler ton œuvre ? » De quoi il parle celui-là ? Je tente de me dégager de sa poigne, mais il sert fort l’animal. Je remarque qu'un petit groupe commence à se former autour de nous, et je vois bien que je suis loin de faire l'unanimité. « C’est quoi la prochaine étape ? Vous allez torturer des premières années ? » Mais c’est quoi ce délire ? Il se passe quoi ici ? « C’est quoi ton problème à toi surtout ? » Ma voix claque dans l’air, je ne supporte pas du tout d’être malmené de la sorte, alors que comme tout le monde je viens d’arriver et que je ne sais même pas réellement ce qu’il s’est passé. Je lui plaque ma baguette, que je tenais bien en main depuis ma fuite de l’atelier, sur la carotide. « Je ne répéterais pas, lâches-moi. » Un rire mauvais s’échappe de sa gorge. La haine peut vraiment défigurer un homme. J'en connais un rayon, j'ai appris à grandir avec elle. « Et bah vas-y commences tout de suite ! Ça doit bien te faire rire toute cette mise en scène ! Toi t’es forcément dans le coup vu la pureté de ton sang ! T’as rien trouvé de mieux pour devenir l’héritier de ton père ? » Et sans réfléchir, ne pouvant me résoudre à l’écouter m’affilier et à ce projet infâme et à mon paternel, mon poing part droit dans la mâchoire de ce type dont je ne connais même pas le nom.


@destiny.

Pouet:
 

_________________


I'm half a heart without you

Being here without you It's like I'm waking up to Only half a blue sky I'm half the man, at best I miss everything we do I'm half a heart without you© signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Message Sujet: Re: Intrigue : L' Alliance sort de l'ombre   

Revenir en haut Aller en bas
 

Intrigue : L' Alliance sort de l'ombre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Le Sénéchal Noir sort de l'ombre...
» 1.25 sorties le 23/09 modification et sort revus definitif
» Résumé de l'intrigue
» L'ombre furtive est là, mais vous ne la voyez pas...[En attente d'autres validations]
» Magie orc-question sur un sort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daily Prophet :: Paroles des Moldus :: Pensine :: Pensine des rps-