FERMETURE DU FORUM, plus d'informations par ici

Partagez | .
 

 → Intrigue 7 : soirée de commémoration

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Invité
avatar

Invité

Message Sujet: Re: → Intrigue 7 : soirée de commémoration   Lun 26 Oct - 14:06

Ce soir-là, Phèdre avait comme un noeud dans la gorge. Et pas uniquement à cause du stress, non. Il avait fallut qu'elle tombe malade, se récoltant une angine carabinée. Elle avait l'impression d'avoir la tête comme un gros chat. C'est pourquoi elle s'était rendue à la soirée de commémoration à reculons (poil au f... non quand même). Dans un premier temps, elle avait enfilé un hoodie d'une couleur bleue éclatante, avant de se dire que cela aurait été franchement déplacé. Finalement, elle avait opté pour un gilet noir d'une grande sobriété, s'était enroulé dans une grosse écharpe bien chaude d'une couleur bleu nuit et avait mis - une fois n'est pas coutume - un jean noir très serré, dans lequel elle avait l'impression d'étouffer.

Se regardant dans le miroir de la salle de bain des préfets, elle n'était pas satisfaite de son image. Les traits tirés par un manque de sommeil, le teint un peu palot, il 'y avait que ses cheveux qui étaient miraculeusement biens. Elle les avait coupé un peu plus court que d'habitude, parce qu'elle en avait marre de s'arracher la moitié de la tignasse quand elle mettait son sac sur son épaule. Respirant un grand coup, elle se décida finalement à rejoindre la Grande Salle, blindée d'élèves. Elle prit grand soin à ne regarder personne, ne souhaitant pas entamer de conversation sur "han comment ça craint d'être obligé d'aller à cette soirée". La blonde avait juste rapidement croisé le regard de Lorelei, qui ne l'avait sans doute pas vu. Tant mieux, la dernière chose qu'elle souhaitait,c'était bien se crêper le chignon avec cette pimbêche ! Faisant sagement la queue comme tout le monde, elle finit par poser sa main sur le portoloin qui devait l'amener au Ministère de la Magie.

Une fois l'envie de vomir passée, elle se retrouva seule au milieu de toute la foule, et même si elle savait que les effectifs de sécurité avaient été renforcés, elle ne put s'empêcher de se mettre à paniquer. La dernière fois qu'elle s'était retrouvé dans une foule aussi dense, elle avait perdu la moitié de son sang. Alors bon, retenter l'expérience, merci mais non merci. Les mains dans les poches, son regard balayait la salle en quête d'une tête réconfortante. Elle vit Calixte au loin et décida de fuir dans la direction opposée. Au milieu de la foule, un homme d'une cinquantaine d'années dépassait tout le monde d'au moins une bonne tête. Il portait un costume noir de circonstances et une cravate avec un motif de petits canards, que Phèdre reconnaitrait entre mille. Elle s'empêcha de pousser un cri de joie, tandis qu'elle fendait la foule, bousculant tout le monde (mais en pensant à dire pardon) pour aller serrer son père dans ses bras. La présence de son paternel lui redonna une confiance et un sentiment de sécurité immédiat. Le père et la fille restèrent l'un contre l'autre pendant quelques minutes, heureux de se voir en bonne santé. Phèdre resta collée contre le torse de son père, les larmes aux yeux. Elle ne disait rien, n'avait rien besoin de dire en vérité. Continuant de scruter la foule tout en s'avançant, la Serdaigle croisa le regard de Dawn Blackwood. Se raidissant un instant, elle lui adressa néanmoins un petit sourire et un signe de la main. La belle brune allait surement l'ignorer royalement, mais bon, on ne pourra pas reprocher à Phèdre de pas avoir tenter un truc !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
LE GRAND MÉCHANT LOUP

LE GRAND MÉCHANT LOUP
+ SORCIER DEPUIS LE : 01/08/2015
+ PARCHEMINS : 113

Message Sujet: Re: → Intrigue 7 : soirée de commémoration   Lun 26 Oct - 17:50

Depuis sa plus tendre enfance, Zephir s'était habituée au fait qu'elle ne participerait jamais aux grands événements mondains du monde magique. Élément qui était loin de la décevoir, bien au contraire. Cependant, avec son entrée à Poudlard et sa nouvelle nature, la reléguant au rang d'abomination, la louve pouvait soudainement se permettre la folie de participer à ces bains de foule tant prisés. Toutefois, à l'occasion de cette triste occasion, et aux vues des circonstances, Zephir s'en serait bien passé. Que pouvait-il y avoir de pire que de participer à une soirée aussi funeste que celle-ci quand elle-même avait causé la mort d'une innocente ? Ce fut donc à reculons, sobrement vêtue que l'héritière pénétra la première, bien un quart d'heure avant ses camarades dans la grande salle. Tout avait été prévu pour l'accueillir. Faisant le voyage, suivie de très près par le professeur qui avait été désigné pour la superviser, Zephir atterrit au ministère avec un violent mal de crâne : effet secondaire de ce type de déplacement. Immédiatement, elle fut encadrée par trois aurors qui l'accompagnèrent sans un mot dans une pièce reculée des sous-sols du haut lieu magique. Croisant une flopée de regards méprisants ou bien curieux, elle eut un bref soupir résigné quand elle aperçu la fiole qui l'attendait dans les mains du chef de la police magique. « Mademoiselle Yaxley. » s'hasarda-t-il avant de lui tendre le récipient. Il ne s'épancha pas en longs discours expliquant le pourquoi d'une telle mesure, Zephir était parfaitement consciente du contenu de la fiole. Ayant déjà côtoyé ce vert tendre durant son mois d'hospitalisation à Sainte Mangouste, le ministère prenait ses précautions. Sous le double contrôle d'un auror et du chef de la police magique, elle ingurgita la potion sans plus de cérémonie avant de se voir assigner un chapon pour la soirée. « Mademoiselle Yaxley, je vous présente Tavelius Spare. Il s'assurera de votre sécurité ce soir. » « Et me gardera à l'oeil par la même occasion. » compléta Zephir, pas plus énervée que ça. Au château comme ici, tous semblaient vouloir contrôler le moindre de ses faits et gestes. Lasse de toute cette agitation, elle leva les yeux vers le colosse peu engageant et conclut. « Bien, s'il faut ruiner votre carrière en surveillant une étudiante mal lunée, allons-y. »

La salle se peupla progressivement sous le regard absent de la louve : la potion faisait effet. Si sa partie animale revenait par bref instants, avec cette mixture, le gouvernement s'était assuré de le faire taire complètement. Elle observa donc, prostrée dans un coin le balais des étudiants et adultes présents jusqu'à capter le regard de Calixte. Instantanément son cœur manqua un battement. La situation entre eux restait tout aussi complexe et indéfinissable, surtout depuis qu'elle se sentait si gênée en sa présence, cherchant à présent plus à l'éviter qu'à le croiser. Cependant, quand la silhouette si aisément identifiable du fils Beurk apparut, ce fut la haine qui prit place. Se raidissant, elle amorça un mouvement avant d'être stoppée net dans son élan à la vue d'une nouvelle silhouette qui, en toutes circonstances, lui glaçait le sang. Son père était présent. Ça faisait réellement une éternité qu'elle ne l'avait pas revu et comptait bien faire durer le plaisir. Prenant littéralement ses jambes à son cou, il lui fut très facile de se faufiler parmi la foule, semant quelque peu son garde du corps attitré avant de percuter de plein fouet quelqu'un. Reportant son attention devant elle, Zephir fut soulagée de découvrir Phèdre. Un bref soupir lui échappa avant qu'elle ne vienne se place à ses côtés, bien vite rejoint par Spare. « Je te présente ma baby-sitter pour la soirée. » lança-t-elle en le désignant, sur un ton qui se voulait amusé sans y arriver.

_________________

   Wolves and women are relational by nature, inquiring, possessed of great endurance and strength. They are deeply intuitive, intensely concerned with their young, their mate and their pack. Yet both have been hounded, harassed and falsely imputed to be devouring and devious, overly aggressive, of less value than those who are their detractors.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



+ SORCIER DEPUIS LE : 20/05/2015
+ PARCHEMINS : 267
+ LOCALISATION : dans la tour d'astronomie, l'infirmerie ( oui je suis partoutttttt)

Message Sujet: Re: → Intrigue 7 : soirée de commémoration   Lun 26 Oct - 21:14


Intrigue 7 soirée de commémoration
Ethan & tout le reste
Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie. C’est la vie qu’il y a eu dans les années. ▬ Abraham Lincoln - Paroles de Socrate

Cette soirée… Elle avait bien commencé, on avait décidé avec Cal d’y aller ensemble, rien qu’entre potes, sans fille avec nous. Ainsi, on pouvait faire les gars virils, qui n’avaient pas besoin d’une jolie fille à leur bras comme faire valoir. Non, nous étions allé entre mecs à cette soirée de commémoration. Puis cela était pour rendre hommage à ceux qui avaient laissé leur vie au marché nocturne. Donc on avait revêtu nos plus beaux costumes, pour ma part, j’avais choisi quelque chose d’assez simple, sans fioriture, c’était une chose que je n’avais jamais aimée. Mais malgré tout, je pouvais sentir que Cal était nerveux, et que depuis quelque temps, il me cachait certaines choses, il était même devenu plus distant même avec moi, ainsi qu’un peu plus sombre. Je connaissais une partie de sa vie en dehors des murs de notre école et je savais que cela n’était pas rose tous les jours, surtout après la mort de son frère. Mais je devais reconnaître qu’il avait depuis quelque temps de réaction exagéré. Alors je faisais comme d’habitude, je le laissais venir, je ne le forçais nullement à me parler de ce qui se passait dans sa vie, jugeant que cela renforcerait son mutisme.

Mais soit, aujourd’hui, il n’était nullement question de la vie de mon ami, ou de ses sentiments, il était juste question de rendre hommage aux morts, voilà tout. Et c’était pour ça que nous nous rendions avec plusieurs élèves au ministère. Et tout se passait bien, nous étions arrivés par un portoloin dans une secousse, puis nous étions glissé dans la foule, je regardais rapidement et vis au loin Cassie. Mais Cal, lui balayait les lieux du regard, comme s’il cherchait quelque chose. C’est donc sur un air taquin que je lui disais simplement « Tu cherches une fille ? » Et ce, à quoi j’eus droit comme réponse une phrase me disant qu’il ne m’avait pas écouté une seconde. J’eus un petit sourire lui disant que ce n’était pas grave que j’avais dit des n’importe quoi, continuant à marcher alors que je le regardais pendant un instant du coin de l’œil, trouvant Calixte nerveux. Mais la surprise et fut quand soudainement, il me poussa d’un coup me disant un simple dégage. À ce moment, je l’avais regardé pendant une seconde surpris, pour le  regarder par la suite avec un regard froid, le visage devenant plus dure, et qui trahissait une certaine colère. Puis j’étais parti dans la direction opposer, mais je tombai nez à nez face à Amélia qui me demanda s’il y avait un problème. Et ce fut sans le vouloir que je lui répondis sur un ton sec « Je n’en sais rien ». Puis dans soupir et sur un ton d’excuse « Désolé, Amé. Viens bougeons…Enfin sauf si tu cherches quelqu’un, on peut le chercher ensemble. Pour ma part, j’ai cru voir Cassie quelque part-là.» Lui montrant du doigt le dernier endroit où il me semblait avoir vu mon amie. « Sauf si tu veux, restes ici. » J’avais toujours cette voix sèche, laissant entre voir mon mécontentement.




© Gasmask

_________________

Give me a Reason to love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
LA BLESSURE DE L'INSOMNIE

LA BLESSURE DE L'INSOMNIE
+ SORCIER DEPUIS LE : 24/01/2013
+ PARCHEMINS : 358
+ LOCALISATION : Principalement dans l'enceinte du château de Poudlard depuis septembre dernier

Message Sujet: Re: → Intrigue 7 : soirée de commémoration   Lun 26 Oct - 21:21


Soirée de CommémorationMinistère de la magie


Oh, this delusion in our heads Is gonna bring us to our knees.
En entamant joyeusement la conversation avec mon ami, je ne manque pas de le taquiner ce qui le fait rire doucement. Sa réponse ne se fait pas attendre longtemps et un sourire entendu s’affiche sur mon visage quand je lui tends une coupe qu’il attrape avant de trinquer avec moi. Sur le ton de la confidence je lui déballe rapidement ce que je pense de cette soirée « Tu ne trouves pas que c’est une belle blague cette histoire de commémoration ? » Je l’entends soupirer avant de répondre à ma question et mon sourire complice se transforme rapidement en un rire sincère. Rien que son intonation est drôle, alors d’imaginer Lucas en plante verte me fait presque recracher mon petit four. Je tousse légèrement avant de parvenir à reprendre mon souffle, celui-là ne m’a pas loupé, je l’ai carrément avalé de travers. Je l’entends vaguement me parler du buffet trop concentré sur ma propre survie, mais sa boutade est criante de vérité quand on sait la passion qui l’anime quand on parle de nourriture. J’aime passer le voir quand il travaille, c’est toujours intéressant et je m’amuse à essayer de le déconcentrer. Et puis, avoir l’honneur de gouter une de ses pâtisseries est toujours un plaisir. « Tu veux ma mort Lucas ! Il ne faut pas dire des choses pareilles quand quelqu’un mange, je vais avoir du mal à m’enlever cette image de la tête maintenant ! »  

Je prends une gorgée de ma boisson histoire de faire passer la bouchée meurtrière. Lucas en profite pour continuer la discussion. Je sais qu’il ne fait pas confiance aux politiciens, c’est un sujet que nous avons déjà abordé une nuit, mais sa dernière phrase reste en suspens, m’invitant à m’interroger. Je baisse un peu l’intensité de ma voix, je sens que ce qu’il va me dire ne « Dis-moi… » Je m’adosse au buffet attendant sa réponse et recommençant à scruter la salle de réception. « Peut-être que nous sommes des cobayes et que ce soir, si on nous attaque, le but du jeu pour le gouvernement sera d’assurer au mieux notre sécurité. Si ça marche, c’est qu’ils auront gagné, pour un temps seulement. Et sinon… cet attroupement met en danger des centaines de têtes importantes ainsi que l’école la plus prestigieuse du pays. » Je ne pourrais pas dire que je n’ai pas pensé la même chose que mon ami. Pour moi, cette soirée est une grossière erreur. Je comprends que le ministère cherche à chasser ce sentiment de peur et tente de montrer au monde qu’il est en sécurité, mais ce n’est pas parce que les mangemorts se sont rendus publics qu’ils ne sévissaient pas déjà avant. L’ordre du Phœnix n’a pas été créé pour tricoter.

Je regarde chaque personne qui se trouve près de moi, après tout n’importe qui ici pourrait faire partie de ce groupuscule de mage noir. Leur masque leur confère un bel avantage par rapport à nous, ils peuvent ainsi se déplacer dans le monde magique de manière totalement incognito. Si ça se trouve, le ministère en est rempli ce soir. Après la peur, j’imagine déjà le doute s’immiscer dans les esprits. Notre plus proche amis pourrait faire partie des mangemorts, comment s’en rendre compte ? « Je suis d’accord avec toi Luc’, j’ai l’impression de rejouer la nuit du marché nocturne… Tout ce monde au même endroit… C’est comme si le ministère défiait les mangemorts au lieu d’apaiser les esprits. » Mon regard se pose sur une jeune poufsouffle qui avait rejoint Cassie Standford pendant que je parlais à mon ami. Un peu plus loin, je repère Sienna et Dawn se frayer un chemin dans la foule, le marché n’a pas été de tout repos pour elles aussi… « Et tous mes élèves qui se trouvent encore impliqués, à croire qu’ils n’ont pas été assez choqués. » Je porte de nouveau la coupe à mes lèvres, un petit carré de peau se dévoile au niveau de mon poignet dans le mouvement. Je baisse rapidement la manche de ma main libre, je n’ai pas vraiment envie d’attirer l’attention sur mes tâches bleues encore bien présentes sur mon corps. Les derniers jours me reviennent en mémoire. « Je n’ai pas pu passer à la boutique depuis, j’ai été pas mal occupé. Heureusement que vous n’étiez pas là ce soir-là, c’était apocalyptique. D’ailleurs, le magasin n’a pas trop souffert ?  »








Pouet:
 

_________________
But now I realize, It was always you
Can't believe I could not see it all this time
Woke up sweating from a dream ❁ With a different kind of feeling ❁ All day long my heart was beating ❁ Searching for the meaning ❁ Hazel eyes ❁ Now I know why my heart wasn't satisfied ❁ It was always you


Supers Détectives : "W&S" :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité

Message Sujet: Re: → Intrigue 7 : soirée de commémoration   Mer 28 Oct - 22:37

C'était l'air blasé que j'étais présent à cette soirée, me disant que parfois l'effort devrait être plus récompensé qu'il ne pouvait l'être en ce moment. M'ennuyant ferme chez moi, ça n'empêchait pas de vouloir m'ennuyer ailleurs. Oh oui, je n'étais pas de la plus grande importance parce que bien simplement... j'étais moi, j'étais un sang-pur de bas étage, mais je n'allais pas me laisser faire ainsi. Il fallait simplement réfléchir un peu pour venir au point avec un plan. Et j'avais eu cette idée alors que je me disais que peut-être avec de la chance, je pourrais voir ma charmante fiancée pour la surveiller un peu plus que ce que je pouvais faire en ce moment. C'était tellement dommage que je n'ai toujours pas de chien de garde à Poudlard pour lui faire la morale à chaque instants, mais je savais que ça allait venir. Un jour ou l'autre... il suffisait de trouver le plus brillant des éléments parce que l'on ne pouvait pas faire confiance à tout le monde sur cette terre. Il fallait se garder une petite réserve. Légère.  

C'était justement alors que je me disais ça que j'aperçu enfin mon élève. Que je suivis son regard et le vit regarder ma fiancée. Grondant intérieurement, je serrais légèrement les poings avant de prendre la décision d'aller vers lui. Il ne voulait pas commencer nos leçons hein? Il ne me donnait pas de nouvelles? Il allait voir c'était quoi l'apprentissage qu'il devait avoir. . Me glissant vers lui avec l'agilité d'un chat parce que oui, il est permit de rêver, je le fixai d'un air poli, mais également froid. Attendant qu'il se passe quelque chose. Il se passe quelque chose en effet, mais pas ce que j'attendais. Soupirant, l'air totalement blasé, je pinçai les lèvres un bref instant avant de prendre en chasse Calixte. Et de le rattraper. Parce que nous, nous n'allions pas nous en arrêter là. « Mon cher Calixte, allons, nous devions discuter justement tous les deux.» Ne pas faire de vagues, mais laisser l'avertissement clair dans les yeux et dans les paroles malgré tout. Tu n'en as pas fini avec moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
LE PETIT CHAPERON ROUGE

LE PETIT CHAPERON ROUGE
+ SORCIER DEPUIS LE : 06/10/2014
+ PARCHEMINS : 303
+ LOCALISATION : Poudlard will always be my home

Message Sujet: Re: → Intrigue 7 : soirée de commémoration   Mer 28 Oct - 23:23



     

      Soirée de commémoration
       INTRIGUE 7


P
lus les minutes filaient et plus le malaise s'ancrait en Cassie. Autour d'elle, les sorciers évoluaient dans la salle avec aisance et les familles se retrouvaient avec joie. Seule près du buffet, la Gryffondor se sentait terriblement seule. Ses deux frères et sa sœur lui manquaient plus que jamais et leur absence creusait un vide de plus en plus profond en elle. Face à ses camarades qui rejoignaient leurs parents le temps d'une soirée, sa situation familiale lui paru si déprimante -et c'était le cas- qu'elle commençait à se dire qu'elle n'aurait pas dû venir à cette soirée. Heureusement, une silhouette avança à ses côtés, l'empêchant de se morfondre davantage. « Devine qui a fais connaissance avec le sol du ministère ? » Cassie n'eut pas besoin de se retourner pour reconnaitre la voix de sa camarade Poufsouffle, Seila Grey. De toute façon, il n'y avait qu'elle pour tomber du portoloin lors de son arrivée. « C'est pas vrai ? » Lança la Gryffondor avec un léger rire. Sa question était purement rhétorique, la jaune était connue dans tout le château pour sa maladresse et, au final, ça ne l'étonnait pas vraiment. « Oh Seila, il n'y a bien que toi pour faire ça ! Heureusement que le photographe n'était pas là sinon tu aurais pu te retrouver à la une de la Gazette ! » Un sourire complice étira les lèvres de la rouge, maintenant qu'elle n'était plus seule face à la foule, elle commençait à se détendre. La Poufsouffle et elle partageaient les mêmes origines moldues mais, elle ignorait si elle aussi était consciente de ce qu'il se tramait dans la société sorcière. Elle se tourna de nouveau vers la jaune et noir pour lui demander son avis sur cette petite soirée. « Cassie ! » La voix de Lumen lui était parvenue, mais il fallut quelques instants avant qu’elle n’entre dans son champ de vision. La Gryffondor afficha un air de surprise en avisant la Poufsouffle à ses côtés, Cassie ne s’en formalisa pas, elle n’était pas vraiment connue pour sa sociabilité. « Oh Seila ! Excuse-moi de ce dérangement, mais j'aurais besoin de discuter avec Cassie. Ça ne te dérange pas que je te l'emprunte ? » Aussitôt, la rouge posa sa main sur le bras de Cassie pour l’entraîner plus loin. Avant qu’elle n’ait pu faire la moindre objection, le verre d’eau qu’elle s’était servie disparu, remplacé par du jus de citrouille. Un léger rire s’échappa des lèvres de la jeune femme. Lumen pouvait être assez autoritaire quand elle le voulait, mais Cassie ne s’en vexait jamais, elle savait que son attitude était dictée par la bienveillance et qu’il suffirait qu’elle montre son désaccord pour que son amie l’écoute. Mais elle n’en fit rien, depuis le soir de l’attaque, elles n’avaient pas pu se parler réellement et il était sûrement grand temps d’y remédier.

« Alors dis-moi comment tu vas ? Ethan m'a dit que l'infirmière t'avait remis sur pied. Mais psychologiquement, tu te remets ? Ah et tiens regarde mon bras a cicatrisé ! Il est comme neuf... » Cassie sentis à la fois ses joues rougir et un sentiment de soulagement l’envahir lorsque Lumen mentionna son bras. Si elle avait été blessée, ça avait été de sa faute, et même si cela n’avait pas été intentionnel, elle ne pouvait s’empêcher de se sentir coupable. Si Lumen n’avait plus jamais pu jouer au Quidditch par sa faute, elle ne se le serait jamais pardonné. « L’infirmière a fait du bon boulot, je vais bien. La soirée ne m’a pas laissé des souvenirs très agréables, c’est sûr, mais ça va. Et je suis tellement contente de voir que ton bras va mieux ! Je m'en voulais tellement. » Un petit sourire soulagé flotta sur ses lèvres. Lumen ne lui avait jamais reproché ce qu'il s'était passé, mais elle n'en avait pas besoin pour s'en vouloir. « Tu saurais m'expliquer comment Dillawn fait pour marcher sur ses échasses ? Fais-moi penser à lui demander ce soir en rentrant dans notre salle commune. » Cassie suivit le regard de son amie jusqu'à apercevoir une chevelure rousse bien connue des Gryffondors. Dillawn. Elle eut un petit rire. « Tiens, vous n'êtes plus fâchées ? » Lança-t-elle avec un sourire complice, tout en prenant une gorgée de jus de citrouille. « Elle m'a raconté que tu avais essayé de lui arracher la tête parce qu'elle a fait croire à une troisième année que tu étais folle d'elle. Peut-être que si elle avait eu des chaussures comme ça, tu aurais réussi à l'attraper. On peut aller la voir si tu veux tenter. » Son sourire s'étira, elle avait le sentiment que la gêne qu'elle ressentait envers Lumen depuis le marché nocturne s'estompait finalement. Et ça lui faisait du bien. Si elle ne trouvait toujours pas que cette soirée de commémoration était une bonne chose au moins elle savait qu'elle pouvait la passer en bonne compagnie.
WILDBIRD
 

_________________
"Only the caged birg sings"
Regrets collect like old friends, here to relive your darkest moments I can see no way, I can see no way and all of the ghouls come out to play. And every demon wants his pound of flesh, but I like to keep some things to myself, I like to keep my issues drawn. It's always darkest before the dawn.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
LE CLAIR OBSCUR

LE CLAIR OBSCUR
+ SORCIER DEPUIS LE : 08/04/2013
+ PARCHEMINS : 824
+ LOCALISATION : Dans l'enceinte de Poudlard, peut-être dans un coin solitaire à boire pour oublier, ou avec ses amis pour faire bonne figure !

Message Sujet: Re: → Intrigue 7 : soirée de commémoration   Jeu 29 Oct - 21:25


Soirée de commémoration
Calixte Webster feat le monde :oups: .

 





Mon ton avait été des plus acerbe et agressif, une belle claque violente que mon meilleur ami venait de se prendre en pleine face sans n’avoir rien demandé, sans raison valable pour lui et surtout qui apparaissait comme une nouveauté entre nous. Notre amitié avait toujours été forte et sans encombre, mais je suis sûr qu’il commence à se poser des questions à mon sujet, il me connaît suffisamment bien depuis toutes ces années pour sentir que petit à petit je m’éloigne de notre amitié. Son regard qu’il vient de me lancer en réponse m’étreint encore le cœur tandis que je fends la foule dans la direction opposée d’où il s’en ait allé. La froideur qui a supplanté la surprise dans ses yeux, le masque dur qui est apparu sur son visage, cette facette de sa personnalité ne m’avait jamais été dédié mais après le dédain et la manière dont je l’ai complètement rejeté, je ne pouvais pas franchement attendre de lui qu’il parte tout souriant, comprenant la situation délicate dans laquelle je me trouve. Malgré que cela me touche au plus profond de moi, il faut pourtant que j’arrive à recaler ce nouveau désastre dans un coin pour la soirée, car le pire reste surement à venir.

Une main se pose sur mon bras et m’entraine avec force dans un coin. Instinctivement et en réaction, sur le qui-vive depuis le départ, j’attrape cette main pour la décrocher de moi avant même de poser le moindre regard sur la personne dont elle est la continuité. Sentant la poigne certaine, mais inévitablement féminine, je relève aussitôt la tête car je sais que ça ne peut être ni mon père, ni Damian Beurk… Le regard de Dillawn me jette un regard scrutateur dès que je plonge dedans. Ses yeux perçant ne laissent place à aucun doute, je vais me faire allumer. « Cal’, qu’est-ce qu’il se passe ? » Mutique, je reste complètement bloqué, il faut que je trouve une solution pour me débarrasser d’elle. « Il y a un problème avec Ethan ou… ? » J’ai juste le sentiment d’attiré tous les sang-mêlé de la soirée, j’aimerais pouvoir sortir de cette soirée sans froisser tous mes amis un à un ou signer leur arrêt de mort. « Tu n’as pas l’air bien. » ça alors qu’est-ce qui peut bien lui faire penser ça… Et c’est là que j’aperçois pour la seconde fois en moins de cinq minutes Damian Beurk le petit prétentieux sans envergure. En moins de temps qu’il ne faut pour le dire j’analyse et envisage vite une solution, regardant partout autour de moi. Et comme pour Ethan, ce n’est pas forcément la plus délicate qui me vient à l’esprit. « Excusez-moi monsieur, vous êtes auror je crois ? Mon amie aurait des questions à vous poser. » Et sans même lui accorder une parole, je la pousse littéralement vers cet inconnu qui se trouvait par chance juste à côté de nous, avant de continuer ma fuite. J’espère maintenant que Damian pensera juste que je me trouvais à côté d’un couple et non que Dillawn me connaisse réellement.

C’est sans grande surprise que sa voix retentit malheureusement à mes oreilles trop rapidement, je savais depuis le début que je ne pourrais pas éternellement l’éviter, Poudlard n’est plus là pour me servir d’excuse : « Mon cher Calixte, allons, nous devions discuter justement tous les deux. » Je me retourne pour me camper bien droit face à lui, il n’est pas question qu’il se croit en supériorité avec moi sous prétexte que mes parents l’ont désigné comme mentor. Toute son attitude me renvoi tout ce que j’exècre en lui et en mes parents. Sa certitude d’être à sa place dans ce monde et de pouvoir m’inculquer ses valeurs me révulsent. Mais ce soir, je ne suis plus le petit garçon qu’il connaissait, et c’est à taille égale que je peux me battre, fini la suprématie physique, je n’ai rien à lui envier. J’arbore mon attitude la plus désinvolte et hautaine possible pour le monde autour, mais c’est en persiflant que je lui lance ma première phrase : « Damian Beurk le détestable. Je te mentirais si j’éprouvais du plaisir à te voir, mais après tout tu n’as pas du comprendre le message quand tes billets restaient sans réponse, alors autant que je sois honnête. » Les yeux ancrés dans les siens pour bien faire passer le message, je contrôle toutes mes émotions. Il ne m’effraie plus, le toutou de mon frère n’aura pas de poids sur moi, il faut qu’il le comprenne. Alors je continue sur ma lancée avec tout le mépris dont je suis capable.  « Sinon ça va la vie ? Pas trop dur d’être un chien errant ? Ou alors tu as trouvé une nouvelle baby-sitter ? Ah non pardon, c’est vrai que tu es sensé être la mienne, un peu dégradant... » L’attaque est lancée, pas un mot plus haut que l’autre, personne pour remarquer que nous réglons nos comptes, toujours faire bonne figure, mais c’est avec une belle condescendance que je continue. « On est sensé faire comment ? Je dois t’appeler maitre tout de suite ? » Je te pourrirais jusqu’à la moelle. C’est dit.



@destiny.




Pouet:
 

_________________


I'm half a heart without you

Being here without you It's like I'm waking up to Only half a blue sky I'm half the man, at best I miss everything we do I'm half a heart without you© signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
LE MAITRE DU JEU

LE MAITRE DU JEU
+ SORCIER DEPUIS LE : 13/11/2009
+ PARCHEMINS : 1569

Message Sujet: Re: → Intrigue 7 : soirée de commémoration   Mar 3 Nov - 22:05


   
 
     
Soirée de commémoration

   

Alors que les discutions allaient bon train dans la grande salle du ministère, les lumières diminuèrent légèrement, signe que tous les sorciers devaient prêter attention à ce qu’il se déroulait. Le silence se fit et chacun pu observer Garrett Anderson, ministre de la magie s’avancer sur l’estrade et lever les mains, réclamant le calme le plus complet. Il contempla la foule un instant et adressa un léger signe de tête aux sorciers présents.

« Sorcières, sorciers
Votre présence en ce jour signifie beaucoup. Nous avons beaucoup perdu lors de la terrible nuit du 1er avril. Un voile menaçant est tombé sur notre société, assombrissant notre monde. Mais nous ne nous laisserons pas abattre. Nous ne céderons pas à la panique, c’est tout ce que ces mages veulent et nous ne leur ferons pas ce plaisir. Dans leur lâcheté, ils visent les plus faibles, ils visent les sorciers aux origines différentes. Les nés-moldus semblent être leurs premières cibles, ils sont leurs premières victimes. Ils veulent créer un fossé entre nous mais nous ne devons pas les laisser faire. Nous devons soutenir nos citoyens aux origines moldues. Amis nés-moldus, n'agissez pas seuls, nous pourrons vous mettre en sécurité, à l'abri de ces sorciers. Pour vous protéger, nous prendrons des mesures drastiques s’il le faut !
Je vous demande de placer votre confiance en nous, en nos Aurors et notre brigade magique. Tous sont prêts à protéger notre société au péril de leur vie, ils sont entraînés et ils vous sont dévoués. Nous vous prions de bien vous souvenir que les sombres évènements qui se sont déroulés à Pré-au-Lard ne doivent pas être pris à la légère, mais ils ne doivent pas non plus abreuver votre soif de vengeance. Rejoindre ce groupe de sorcier armé dont les rumeurs font état n’est pas la solution, ce groupe, indépendant de votre ministère, n’est pas fiable. Il ne mènera qu’à alimenter une haine qui n’a pas lieu d’être. Nous savons que votre deuil est douloureux et lourd à porter, mais nous vous prions d’être prudents et de laisser nos professionnels faire. Votre confiance a toujours été envers le ministère, nous ne vous décevrons pas !
Je vous invite maintenant à vous joindre à moi pour honorer la mémoire des sorciers tombés par une minute de silence. »

 



→ Le discours du Ministre de la magie est suivi d'une minute de silence.
→ Scrupuleusement respectée, cette minute est aussi l'occasion de laisser les paroles du ministre s'inscrire dans les esprits. Pas sûr qu'il soit au goût de tout le monde.
→ De manière détournée, celui-ci vient de condamner l'Ordre du Phénix -qui n'est toujours qu'une rumeur- et mettre à part les sorciers d'origines moldues.
→ Dans la foule certains sorciers n'y voient que du feu tandis que d'autres restent perplexes et espèrent avoir mal interprété ses paroles.

→ Vous pouvez dès maintenant réagir à ce discours et reprendre le cours de la soirée.

  → Merci de privilégier les rps courts et dynamiques, 600 mots maximum.
  → Il n'y a pas d'ordre prédéfini, vous pouvez poster comme bon vous semble.
  → Si vous avez des questions vous pouvez les poser dans ce topic.

   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daily-prophet.forumactif.org
avatar
LA PRINCESSE DES GLACES

LA PRINCESSE DES GLACES
+ SORCIER DEPUIS LE : 18/08/2012
+ PARCHEMINS : 6731
+ LOCALISATION : Poudlard, la tanière des verts ou le terrain de quidditch

Message Sujet: Re: → Intrigue 7 : soirée de commémoration   Jeu 5 Nov - 23:58

Soirée de commémoration

INTRIGUE 7

Elle ne se rendit compte que sa main avait attrapé celle de Sienna qu'une fois que le Ministre de la magie scella son discours et annonça le début de la minute de silence. Elle observa leurs doigts enserrés sans dire un mot, ce geste était devenu rapidement naturel entre elles, mais ce n'était pas pour autant qu'il avait perdu sa force. Dans la salle, les murmures se tarirent pour laisser place aux instants de commémoration. Le silence était si profond dans cette salle pourtant remplie de sorcier qu'il semblait vibrer à ses oreilles, lui laissant une désagréable impression de vertige. La Serpentarde n'avait pas vraiment apprécié le discours de leur ministre, ses paroles avaient été étrange et sa manie de répéter le mot "né-moldu" lui laissait une impression désagréable. Son regard ambré croisa celui de Sienna l'espace d'une seconde et un simple signe de tête lui permit de lui assurer qu'elle allait bien. Elles n'avaient plus besoin de mots depuis longtemps et l'héritière Black devait savoir ce qu'il se tramait dans l'esprit de la verte. Dawn voulait juste que toute cette mascarade se termine au plus vite. Que le monde sorcier cesse de se torturer pour pouvoir agir. Alors que la minute de silence prenait fin et que les murmures envahissaient de nouveau l'espace, elle aperçut plusieurs de ses camarades de Poudlard. « Je reviens. » Souffla-t-elle à Sienna avec une pression de la main.

Avant de s'être plus laissé le temps de réfléchir, Dawn prit une grande inspiration et se dirigea vers Zephir et Phèdre. Elle avait brièvement répondu au signe que cette dernière lui avait adressé quelques minutes plus tôt, mais n'avait pas réussi à se résoudre à aller la voir. Les choses étaient terriblement étranges entre elles depuis le soir de l'attaque et il était grand temps d'apaiser la situation. Arrivant près des deux sorcières, elle adressa un signe poli à l'homme qui semblait être le père de la Serdaigle -sa grande taille ne pouvait pas tromper- et toisa un instant le sorcier à l'air taciturne qui se tenait à quelques pas de Zephir, comme s'il était son garde du corps. Mais bien sûr, ce n'était pas le cas. Comme tout le monde, Dawn avait entendu parler du scandale qui avait éclaboussé la verte et surtout de la révélation de sa malédiction lupine. Elle comprit alors que si cet homme était là ce n'était pas pour protéger Zephir des autres, mais plutôt pour protéger les autres d'elle. Dawn leva brièvement les yeux au plafond, cette précaution était inutile et ridicule, comme si la jeune Yaxley était un danger ambulant. La prochaine pleine lune n'était même pas si proche que ça. « Salut Zeph. Sympa la nounou. » Lança-t-elle en adressant un sourire à ses camarades. Elle lança un regard plein de mépris au membre du ministère qui faisait particulièrement tache, planté là à quelques mètres d'un groupe de jeunes sorcières. « Oh par Merlin, relaxez-vous. Vous auriez bien besoin d'un verre. » Elle faillit lui dire que Zephir n'allait mordre personne ce soir, mais elle se retint de justesse, elle ne voulait pas insulter son amie avec ses paroles impulsives et arrogantes. À la place, elle fourra son verre à moitié vide dans la main du sorcier sans la moindre délicatesse, comme pour illustrer ses dires et jeta un coup d’œil à sa camarade de maison. « J'te pique Phèdre, j'en ai pour une minute. Promis, je te la rends en un seul morceau. » Elle adressa un petit sourire à Zephir et posa brièvement la main sur le bras de Phèdre pour l'inviter à la suivre un peu plus loin, là où elles seraient plus tranquilles. Avant de se tourner vers sa camarade, elle attrapa un nouveau verre sur le buffet le plus proche. Elle eut un petit rire en voyant l'air que Phèdre arborait. « Me regarde pas comme ça Miss préfète, je vais pas te manger. » Elle se voulait détendu, mais pourtant, elle n'en menait pas large non plus. Dawn n'avait jamais apprécié la Serdaigle et elle le lui avait toujours bien fait comprendre. Mais le soir de l'attaque, elle avait oublié toute l'animosité que la bleue lui inspirait. Phèdre l'avait aidé, et quand elle avait voulu lui rendre la pareille, elle avait échoué. Alors qu'elle tombait entre les griffes d'un mangemort elle avait pu observer sa camarade s'effondrer au sol, une tâche écarlate imprégnant lentement ses vêtements. Dawn n'avait rien pu faire pour l'aider, et elle ne se le pardonnait pas. Rongée par un sentiment de culpabilité, elle n'avait pas osé aller voir la bleue et argent depuis son retour à Poudlard et celle-ci semblait aussi faire de son mieux pour l'éviter. Elle reporta un regard plus doux sur sa camarade. « Je voulais juste voir comment tu allais depuis... » Elle n'osa pas terminer sa phrase, chaque mention de cette soirée ravivait de terribles souvenirs et la présence de Phèdre devant elle ne faisait qu'empirer sa culpabilité. Mais elle s'empêcha de fuir, elle savait qu'il était temps qu'elle affronte ses démons.


(c) sweet.lips


_________________
We don't fight fair

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité

Message Sujet: Re: → Intrigue 7 : soirée de commémoration   Ven 6 Nov - 10:39


Je me souviens encore de ce moment. De l’attaque. De ce qu’il s’est passé, en tout cas de ce que j’ai vu. Assommé la moitié du temps je dois une fière chandelle à mes camarades ce jour-là. Je n’ai même pas encore eu l’occasion de les remercier, peut-être que cette soirée de commémoration pourrait m’aider dans cette optique. Cela fait un moment que mon bras n’a plus besoin d’aide pour être immobile, pourtant une douleur persiste. Je ne sais pas trop si elle est réelle ou si elle reste psychologique, avec le choc sur la tête, avec tout ce qu’il s’est passé. Tous les efforts engendrés lors de l’attaque pour se défendre. Je baisse la tête en pensant à tout ça, en revoyant tous ces sorts jetés à droite et à gauche. Et les gens. A terre. Ne sachant pas se défendre. Tous ces innocents que les mangemorts ont assassinés de sang-froid. Je ne pensais pas être atteint par une simple attaque, comptant sur mon courage pour pallier à une quelconque faiblesse. Mais je me suis trompé et ce qu’il s’est passé m’a atteint encore davantage que ce que je l’aurais cru. Je compte aujourd’hui sur cette fameuse soirée pour passer à autre chose et arrêtais de penser à tout ça.

En pleine foule, j’essaye d’éviter au maximum les élèves de Poudlard. Les entendre parler et faire leurs commérages, trop peu pour moi. Ma venue a pour objectif la commémoration. Avoir une pensée pour ceux qui ont laissés leur vie dans l’attaque. Ceux qui se sont battus pour que des gamins comme moi restent vivants. Et pour ça, le respect d’une minute de silence me parait la moindre des choses. Je n’ai pas le moral. Entre l’attaque, cette soirée et le comportement de Lorelei, j’ai juste envie de m’isoler et de penser à autre chose. De me bourrer la gueule pourquoi pas. Je ne touche pas aux boissons offertes ni même à la nourriture, je ne suis pas venu pour ça, même s’il faut bien l’avouer, ça donne envie quand même. Le ministre prend enfin la parole et le calme s’installe. Je m’arrête entre des individus que je ne connais absolument pas et écoute ce fameux discours, sentant une boule au creux de mon estomac, loin d’être rassuré par les mots qui sont dictés. Surtout quand il aborde le sujet des nés-moldus. J’avale difficilement ma salive et tente de faire bonne figure. Je suis dans la merde de draduck semble-t-il. J’inspire un bon coup, tourne la tête, personne de Poudlard ne semble avoir remarqué ma présence encore pour le moment. Alors je ferme les yeux et profite de la minute de silence pour penser à tous ces êtres disparus et tenter de comprendre les moindres mots de ce discours. Et pour dire vrai. J’ai rien pigé ! Alors je laisse tomber. Ouvre de nouveau les yeux. Le brouhaha reprend de plus belle. Les discussions reprennent et je décide de craquer pour quelques denrées disposées sur un buffet non loin de là. Finalement. Autant en profiter.



Vêtu de noir pour la soirée:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
LA PRINCESSE ADOPTÉE

LA PRINCESSE ADOPTÉE
+ SORCIER DEPUIS LE : 23/09/2014
+ PARCHEMINS : 5009
+ LOCALISATION : au pays de la débauche /pan/ non celui des livres, de la magie

Message Sujet: Re: → Intrigue 7 : soirée de commémoration   Ven 6 Nov - 17:40



Blessure au cœur




WELCOME TO THE MINISTRY.


« Je suis surpris de te voir ici Wilbert. » Pas besoin de tourner la tête pour savoir le propriétaire de cette parole. Du moins, pour moi. Il n'y avait aucun doute que c'était lui qui m'avaient parlé. Et vu le lieu et l'objectif de la soirée à savoir rendre hommages aux disparus et blessés de l'attenta à Pré-au-Lard, avait adopté un ton neutre malgré la retenu de sa voix qui laissait douté que nous deux on était loin d'être les meilleurs amis du monde. C'était tout le contraire et ton que j'adoptai aussi sans le regarder un instant. « Pas autant que moi Ollivander. » sifflais-je à son encontre. S'il y avait bien une de ses personnes que je me serais passé de croiser c'était bien lui. Enfin. Mon regard braqua quelques secondes sur Bellamy Carrow avant de le poser sur l'estrade où le ministère de la magie allait prendre place. S'il y avait à choisir entre un ex prétendu fiancer ennemi et un ex petit ami briseur de cœur, je préférais autant me farcir la première personne. Au moins, je n'avais aucun risque de me faire remémorer des souvenirs avec Mickey. Du moins, pas des souvenirs qui me donnerait envie de le prendre dans mes bras. Avec lui, c'était plus lui enserrer des mes mains son délicat cou pour l'étouffer que faire une embrassade. « Le ministère invite vraiment n'importe qui. » Reprenais-je en avalant quelques gorgées de mon verre en adressant un coup d'œil à Mickey. Nul doute que j'aurais adressé le même regard si j'avais eu la chevelure blonde de Phèdre Montgmory dans mon champ de vision. Non. A la place, mon regard tomba sur Sienna Black un instant auquel je lui adressai un geste de la tête et un sourire en signe de bienvenu puis de tomber une autre chevelure que je connaissais plutôt bien. Mon cœur rata un battement à la vision d'un Lorenzo Varetti habillé de noir qui se fraya un chemin dans la foule. Vision qui s'arrêta un instant quand une voix annonçant que le ministère de la magie allait prendre parler se fit attendre dans la salle. A l'annonce du discours, plus aucun bruit ne se faisait attendre entre les murs du ministère me permettant ainsi de suivre son discours en ignorant royalement Mickey Ollivander qui se trouvait à mes côtés.

Un discours qui n'avait qu'un seul but, montrer que le gouvernement magique tenait toujours les rennes malgré les récemment attaques des mangemorts. Un sourire se dessina brièvement sur mes lèvres quand j'entendis Garrett Anderson mettre plus au moins de côté les nés-moldus montrant ainsi leurs différences. Aucun doute que mes parents seraient les premiers d'accord face aux paroles du ministre. Les nés-moldus étaient différents de nous les sorciers aux sangs purs mais de la à les exterminer de la civilisation comme était l'objectif des mangemorts. C'était une question qui n'avait pour le moment aucune réponse et ce n'était ni le lieu ni le moment pour que j'y réponde et ça même les Wilberts étaient connus pour proclamer la fierté du sang pur. Autant être discret. Perdu dans mes pensées, je ne fis pas gaffe que le discours était terminé et que la minute de silence s'écoulait. Par contre, j'entendis clairement le brouhaha qui ranimait la salle. Soupirant, j'avalais la fin de mon verre quand mon regard tomba sur des visages bien connus. Et qui parlaient à des visages que je connaissais plutôt bien et qu'il n'avait aucun doute sur leur sujet de conversation. Le regard qu'ils nous jetaient en notre direction confirma mes soupçons. Parmi toute la foule, mes parents étaient tombés sur ceux de Mickey. Et comme Mickey et moi était côte à côte nos parents pensaient sans doute qu'on avait enterré la hache de guerre. Bordel. « On est maudit Ollivander. » Soupirais-je difficilement. « Regarde par là-bas qui sont en train de se faire des idées. » Même si je détestais cet homme il y avait bien une chose que je détestais encore plus, que nos parents daigne remettre sur le planché un projet qu'on avait détruit il y a longtemps. Le souvenir de fiançailles me retourna l'estomac. J'ai besoin d'un autre verre. Chose dite chose faite. Une coupe de champagne arriva vite dans l'une de mes mains. Et que je commençai doucement à boire. Il ne manquait plus qu'il tombe sur Lorenzo et le questionne à leur sauce sur ses intentions envers moi suite à notre embrassade à l'anniversaire de Seth. Seth que je n'avais toujours pas croisé d'ailleurs. A cette pensée, mon cœur se serra. Non. Le seul employé du ministère de la magie que je connaissais étais Bellamy que j'évitais magnifiquement bien pour le moment. Sans doute parce que soit celui-ci ne m'avait pas mis la main dessus ou me laisser discuter tranquillement avec Mickey. Finalement, à y réfléchir autant rester avec un ennemi dans les pattes un bon moment plutôt que de tomber sur des personnes qui chamboulent mon cœur. Et ça même si je le détestais et que ce n'était qu'une question de minutes que nos parents ne nous tombent dessus. Et le plus tard serait le mieux.


© Pando


_________________
Only you can set my heart on fire.
Tu es la seule chose que je veuille toucher, j'ignorais que cela pouvait signifier autant. Tu es le danger, je m'en moque car je n'ai jamais été aussi bien. ✻ “ Suis-moi dans le noir, laisse-moi t'emmener au-delà des satellites. Tu pourras voir le monde que tu as ramené à la vie. Alors, aime-moi comme tu sais le faire touche-moi comme tu sais le faire, qu'attends-tu ? ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité

Message Sujet: Re: → Intrigue 7 : soirée de commémoration   Ven 6 Nov - 18:34

intrigue 7


SOIRÉE  DE COMMÉMORATION



La soirée battait son plein du moins autant que pouvait être une soirée de commémoration. Vu les sorciers et les sorcières qui arrivaient de tous les côtés, le ministère de la magie avait invité tout le monde magique. A quoi faire une crise à un claustrophobe et à être perdu. Ce qui n'était pas mon cas, pour une fois et que j'avais eu la chance de tomber sur Cassie, une gryffondor que j'affectionnais. Un sourire se dessina sur mes lèvres quand j'entendis sa réponse. « C'est pas vrai ? » S'il y avait bien une personne pour connaitre ma maladresse légendaire c'était elle. Enfin tout Poudlard le savait mais Cassie était une habituée à m'emmener à l'infirmerie quand je tombais. Chose que j'avais fais en venant au gouvernement magique d'ailleurs. « Oh Seila, il n'y a bien que toi pour faire ça ! Heureusement que le photographe n'était pas là sinon tu aurais pu te retrouver à la une de la Gazette ! » Un sourire se dessina sur mes lèvres face à ses propos. Il ne manquerait plus que ça. Faire la une de la Gazette du sorcier très peu pour moi. M'apprêtant à lui répondre, je n'eu malheureusement pas la tête qu'une élève nous fonça dessus. Enfin, fonça plutôt sur Cassie vu que Lumen ne semblait pas m'avoir vu. Du moins ce fut le cas quelques secondes avant que la nouvelle gryffondor ne remarque ma présence. « Oh Seila ! Excuse-moi de ce dérangement, mais j'aurais besoin de discuter avec Cassie. Ça ne te dérange pas que je te l'emprunte ? » Et qu'elle posa une main sur l'avant-bras de Cassie. Avant même que je n'ai pu lui répondre que oui elle pouvait, la silhouette des deux gryffondors disparue de mon champ de vision. Pour être rapide c'était du rapide. Secouant ma tête faisant ainsi secouer mes cheveux, mes yeux se posèrent un instant sur un homme qui monopolisa l'attention de la salle. Ce n'est que quelques secondes plus tard que je compris que c'était le ministère de la magie qui était sur l'estrade quand celui-ci commençais son discours. Un silence de mort raya dans la salle et je ne pu empêcher les frissons de descendre le long de mon épiderme à l'attente des mots nés-moldus. Ce que j'étais. Comme l'étais aussi Cassie et Mona. C'est aux mots du ministre que je compris que l'attaque qui avait lieu à Pré-au-Lard n'étais ni la première ni la dernière attaque de ses sorciers masqués. Et que vu mon sang j'étais la première visé. Du moins, ce que j'avais l'habitude depuis que j'avais mis les pieds à Poudlard et que ma haine à l'encontre d'Aleksey Dolohov naisse. D'ailleurs, en parlant de lui, j'avais eu la chance de ne pas le croiser. Chance qui j'espère restera encore longtemps surtout après ce qu'il m'avait révéler à la soirée d'anniversaire du professeur Avery. Déglutissant à cette pensée, je me concentrai sur le discours qui se suivit d'une minute de silence. Silence qui me fit poser mille et une questions dont la principale devais-je aller voir le ministère pour leur demander de veiller à la sécurité de ma famille. Question qui ne trouva pas de réponse. Il fallait que je trouve Eden, mon grand frère parmi cette foule de sorciers et de sorcières pour lui en parler. Lui serais mieux m'aider.

C'est décidé à retrouver mon frère que je partis du buffet pour m'aventurer dans la masse de personnes. Dont certaines personnes qui protestèrent quand je leur marchais sur leurs pieds. Ce n'était pas aujourd'hui que ma maladresse disparaitra. Dommage qu'il n'existait pas de sortilège ou de remède miracle pour me l'enlever sinon je serais la plus heureuse des femmes. Et qui j'en ferais des heureux. M'excusant une nouvelle fois à une femme qui devait avoir l'âge de ma mère, je cherchais du regard Eden. Totalement à fond dans ma recherche, je ne fis pas une nouvelle gaffe à la personne qui se trouvait à ma gauche et que je bousculai lui faisant échappé un petit four qu'il devait plutôt finir dans sa bouche plutôt que sur le sol du ministère de la magie. Mes mots sortirent instinctivement. « Je suis désolé, je .. » Mes prunelles rencontrèrent deux autres que je connaissais pour être sortit avec leur propriétaire. Lorenzo. J'avais percuté Lorenzo et vu son regard il ne s'était pas du tout attendu à être sortit de ses pensées par cette façon. « Oh Lorenzo. Désolé encore, je ne faisais pas gaffe où je mettais les pieds je cherchais mon … le professeur Grey-Wilson. Dis, tu ne l'aurais pas vu par hasard ?  » Autant mettre toutes mes chances à mes côtés car c'était mission impossible de le retrouver parmi tous ses gens. Soupirant au passage, je posais mon regard sur Lorenzo. D'après ce que j'avais entendu, il avait été blessé pendant l'attaque. Malgré notre histoire, on était resté en bon terme. Et c'est ce qui me fit lui demander « J'ai su que tu avais été blessé au marché nocturne, est-ce que tu vas mieux ?  » mettant ainsi de côté ma quête de chercher Eden. J'avais le temps de le trouver et si ce n'était pas ici je le verrais à Poudlard.



(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
avatar
CŒUR DE LIONNE

CŒUR DE LIONNE
+ SORCIER DEPUIS LE : 23/08/2012
+ PARCHEMINS : 5770

Message Sujet: Re: → Intrigue 7 : soirée de commémoration   Sam 7 Nov - 1:20

Intrigue 7 : soirée de commémoration
 
Si Lumen avait enlevé Cassie aussi rapidement à Seila, ce n'était pas un hasard. Elle désirait sincèrement discuter avec elle en privé. Elle se sentait vaguement coupable de ne pas se tenir au courant de l'état de santé de son amie. Malgré leur appartenance à la même maison, aucune des deux n'avait eu le temps ou l'envie de demander des nouvelles de l'autre. La cinquième année prit son courage à deux mains à l'occasion de cette soirée de commémoration - qu'elle jugeait inutile tout de même - et partit en directement de son aînée. Son indifférence totale vis à vis de la poufsouffle n'était que le fruit d'un objectif qu'elle devait atteindre à tout prix. Elle appréciait grandement Seila... vraiment, c'était une bonne amie. Elle remplaça alors le verre d'eau de son amie par un jus de citrouille, s'offrit un petit verre d'alcool et décida d'aller droit au bout. « L’infirmière a fait du bon boulot, je vais bien. La soirée ne m’a pas laissé des souvenirs très agréables, c’est sûr, mais ça va. Et je suis tellement contente de voir que ton bras va mieux ! Je m'en voulais tellement. » Lumen laissa échapper un rire attendri. De toutes les personnes qu'elle connaissait, Cassie était probablement la plus intègre et le plus gentille. On ne pouvait pas détester ce genre de personne ou il fallait vraiment être sans aucun cœur. Les gens attentionnés attisaient toujours la bienveillance des autres, même celle des personnes les plus détestables du monde. Enfin, Lumy voyait les choses comme ça. Que voulez-vous répondre de méchant à ça sérieusement ? «  Oh ne t'inquiète pas, mes bras ont connu bien pires, je peux te l'assurer.    » Elle marqua une pause avant de se rapprocher d'elle comme si elle allait lui révéler un terrible secret. «  Les cognards, Cassie, les cognards. Ce sont les pires ennemis d'une poursuiveuse avec les chutes de balai. » Elle fit un long hochement de tête, tout en faisant la grimace. Elle se voulait convaincante, tout étant drôle. Il lui arrivait bien souvent de faire le clown... surtout avec ce genre d'ambiance de mort. Elle ne supportait déjà pas cette cérémonie.

A quelques mètres d'elle, Dillawn, perchée sur des talons vertigineux, avançait vers un petit solitaire que Lumen connaissait bien. Mais elle ne chercha pas tellement le pourquoi du comment. Toute son attention fut attirée par les chaussures de la préfète... Comment pouvait-elle marcher avec ça sérieusement ? Lumy n'y parvenait déjà pas avec des trucs de cinq centimètres, alors quinze ? Ça lui paraissait entièrement ahurissant. Elle partagea sa question à son amie sur le ton de la rigolade. Mais la réponse qui vint la surprit au plus haut point. « Tiens, vous n'êtes plus fâchées ? » Elle haussa les sourcils... De quoi parlait-elle exactement ? Elle avait tellement eu envie de lui arracher la tête qu'elle en oubliait quelques fois les raisons et les épisodes. Elle avait l'impression de détester Dillawn au moins 6 jours/7. Elle garda donc le silence, attendant la suite. Cassie lui apporterait peut-être des précisions par elle-même. C'était carrément évident. « Elle m'a raconté que tu avais essayé de lui arracher la tête parce qu'elle a fait croire à une troisième année que tu étais folle d'elle. Peut-être que si elle avait eu des chaussures comme ça, tu aurais réussi à l'attraper. On peut aller la voir si tu veux tenter. » Elle roula des yeux faussement blasée avant de regarder le fond de son verre.  «  Oh ça...   » Murmura t-elle en avalant une gorgée de son hydromel. Elle s'apprêtait à rire de la situation. Elle n'allait pas s'énerver, pas devant Cassie. C'était ridicule. Ce n'était pas de sa faute si leur préfète était dépourvue d'intelligence et de remords, n'est-ce pas ? «  J'ai voulu la tuer un nombre incalculable de fois. Et encore, cette fois-ci, elle a été gentille. Le pire c'est quand elle fouine dans tes affaires et qu'elle te pose des questions dans l'espoir d'obtenir des réponses. Elle se conduit comme un chien. Quand elle a un os, elle le ronge  jusqu'à avoir ce qu'elle veut. C'est immature, inconvenant et agaçant. Ne me dis pas que t'a jamais essayé de la faire taire. Je n'y croirais pas.   » Une nouvelle fois, elle éclata de rire. Elle préférait en rire qu'en pleurer. Elle passa une main dans ses cheveux. «  On ira la voir après le discours du ministre, regarde il arrive.    » 

Le ministre entama un discours bien appuyé, dirigé en un but à peine dissimulé. Lumen n'était ni vraiment rassurée ni vraiment agacée. Elle ne savait encore quoi penser de tout ceci, de cette mascarade. Elle choisit d'y penser la tête froide plus tard quand elle serait seule ! A chaud, une seule question la taraudait... de quelles mesures drastiques parlait-il ? Jusqu'à quel point irait-il pour soit disant protéger son peuple ? Elle ne voyait pas tellement trente six solutions. L'assemblée observa une minute de silence en hommage aux victimes de l'attaque... que dis un attentat ! Ces personnes n'étaient pas forcément des exemples à suivre. Certaines s'étaient battues bien sûr, mais est-ce que les mangemorts s'en étaient pris seulement aux sorciers qui s'opposaient à eux ? Elle n'y croyait guère ! Après ce calme, Lumen tourna automatiquement la tête vers Cassie, un petit sourire collé au visage. Elle lui offrit une petite grimace, sachant que ce discours n'avait rien d'apaisant pour elle. Elle se doutait bien que son amie était dans le flou artistique. «  Je crois que j'ai besoin d'un grand bol d'air, de sortir d'ici, pas toi ?   » En fait, elle pensait davantage à un petit remontant. La situation lui donnait très clairement envie de boire un verre de whisky et d'attraper une cigarette. Retourner à Poudlard et retrouver le calme de son dortoir ne suffirait pas le moins du monde à la tranquilliser. Elle inspira profondément et secoua la tête de gauche à droite comme pour se donner un peu de consistance. «  Tu sais pour les mesures drastiques... Dumbledore ne laissera jamais faire ça, j'en suis certaine. Je pense qu'il s'agit de l'homme de la situation. Il est le seul qui peut réellement s'opposer à ce ministre et ses idées affreuses. C'est un grand sorcier, après tout, il a vaincu Gellert Grinderwald.   » Elle la gratifia d'un sourire tout en se mordillant la langue. Elle se voulait rassurante. Elle-même croyait en ses propos. Elle voyait peut-être le directeur de Poudlard comme l'homme providentiel, mais elle n'avait pas tord. C'était la personne la plus apte à se battre contre cette montée en puissance du purisme, autant politiquement que magiquement. Il était inutile de faire une biographie du sorcier. Tout le monde connaissait déjà l'essentiel.       
ACIDBRAIN

_________________


Les fleurs du mal
Helen Keller ☽ The best and most beautiful things in the world cannot be seen or even touched. They must be felt with the heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité

Message Sujet: Re: → Intrigue 7 : soirée de commémoration   Sam 7 Nov - 10:45

Phèdre se sentait bien mieux à présent. De ses yeux bleus, elle balayait la salle, croisant parfois le regard de ses camarades, ou bien de sorciers qui détournaient vite le regard. Dans son champ de vision apparut soudain un visage familier, celui de Zephir. La Serdaigle sentit un sourire illuminer son visage, tandis que la Serpentard s’approchait. Phèdre mettait un point d’honneur à soutenir et protéger la jeune fille du mieux qu’elle le pouvait, surtout quand tout le monde lui tournait le dos. Tandis que son amie s’approchait, Phèdre remarqua qu’un homme la suivait de très près. La blonde prit une mine inquiète, mais essaya de rien montrer. Zephir lui présenta l’homme comme sa baby-sitter, sur un ton un peu trop crispé pour que ce soit de l’humour.

- Ah euh…. Bonsoir, dit-elle à l’homme qui l’ignora royalement. Phèdre s’ne moquait pas mal. Elle lança un grand sourire à Zephir, avant de s’approcher d’elle et de prendre ses mains dans les siennes. Bon, comment ça va toi ? Tu te laves bien les dents tous les soirs ? Tu manges cinq fruits et légumes par jour hein ?

Alors que Phèdre abreuvait de paroles la pauvre Zephir (qui devait en avoir marre de se faire materner de la sorte), le silence le plus complet se fit dans la salle. Le  Ministre de la Magie allait prononcer son discours, qui se voulait apaisant. La jeune Serdaigle prêta attention. Elle ne comprenait pas tout, mais elle fronçait le sourcil de temps à autre, se rendant bien compte que les paroles du Ministre étaient bien plus complexes qu’elles n’y paraissaient, comme si elles avaient un sens caché.

Durant la minute de silence qui suivit, Phèdre se sentit de nouveau mal à l’aise. Elle pensait à tous ses camarades qui avaient été plus ou moins gravement blessés et un nœud se forma dans son estomac. Une fois que la soirée reprit son cours normal, elle ouvrit de nouveau la bouche pour parler, mais la jeune Dawn Blackwood fit soudain son apparition. La Serpentard échangea quelques mots avec sa camarade de maison, avant d’embarquer Phèdre, qui était trop choquée et stressée pour réagir.

Dawn l’entraina vers le buffet, et Phèdre était bien trop crispée pour amorcer le moindre geste. Elle sourit timidement à la brune qui promit de ne pas la manger et se détendit légèrement. Dawn paraissait quant à elle, bien moins détendu qu’elle ne voulait le faire croire. Phèdre décida de ne pas lui faire remarquer, au risque de se prendre une réflexion acerbe à la figure. Elle faillit ouvrir grand la bouche, lorsque la verte et argent lui demanda si elle allait bien depuis l’attaque. Elle n’avait pas achevé sa phrase, mais la Serdaigle avait compris. C’était bien la première fois qu’elles se parlaient depuis les évènements. Phèdre pensait que Dawn lui en voulait, parce qu’elle n’avait pas été capable de l’aider jusqu’au bout, pas capable d’aider d’autres camarades et que c’était de sa faute si elle en avait pris plein la tronche.

- Euh, je… C-ca va bien, merci. C’était pas trop grave de toute façon. Et toi… Je veux dire, tu a l’air de t’en être bien remise. Enfin, je veux dire... Phèdre était à présent rouge comme une tomate. Elle ne voulait dire aucune parole qui aurait pu froisser Dawn. La blonde sentait bien le léger malaise qui planait au-dessus d’elles. Ecoute je… je sais qu’on est pas les meilleures amies du monde et que… enfin, je suis contente que tu ailles bien.

La Serdaigle adressa un sourire à Dawn, un vrai sourire sincère qui, elle l’espérait, rassurerait la Serpentard.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité

Message Sujet: Re: → Intrigue 7 : soirée de commémoration   Sam 7 Nov - 12:28

Tous les employés du Ministère étaient censés être là, ou presque. Les Langues-de-Plomb n’étaient que rarement concernés par quoi que ce soit, après tout, et cela ne posait de problèmes à personne. Ils faisaient de terribles ajouts à la conversation, de toute façon, puisqu’ils ne pouvaient parler ni de ce qu’ils faisaient, ni de ce qui se passait au Département des Mystères. Pour les autres employés du Ministère, ils étaient un peu comme le groupe de savants fous, qui refusaient, bornés, de communiquer. En conséquence, Siobhán n’était absolument pas surprise de ne voir aucun de ses collègues, hormis le directeur du Département, à la petite sauterie gouvernementale, et si elle l’avouait silencieusement mais volontiers, elle devait bien dire qu’elle ne voulait pas non plus être là. Elle avait retardé le moment où elle devrait quitter son bureau le plus possible, laissant traîner sa paperasse, mais malheureusement son patron était venu la chercher pour qu’ils assistent au discours du Ministre. Elle pouvait déjà le réciter dans sa tête, le discours. ‘Protéger les mudbloods’, qu’il dirait. ‘Nous ne nous laisserons pas faire’. Elle en souriait à l’avance. Le Ministère était aveugle, et elle était bien placée pour le savoir. Comment d’habitude, ils placeraient la faute sur d’autres, les mauvais, et ils se rendraient compte — trop tard — de ce qui était entrain de se passer. C’était presque fatiguant, d’avoir faire à une telle tripotée d’idiots. Quoi qu’il en soit, elle avait métamorphosé ses robes en quelque chose de sobre et de noir, d’élégant surtout, et s’était mêlée à la foule discrètement juste avant le début du discours.

Comme prévu, il était fade, risible, et cela avait pris chaque fragment de son self-control pour ne pas sourire, ou pire, éclater de rire. Elle en profita pour observer les visages de ceux à côté elle, et constata non sans amusement que Poudlard était là aussi. Les alentours grouillaient d’Aurors, nota-t-elle avec attention, et elle en conclut que l’éternel Directeur avait négocié la présence de ses élèves. Tout le monde semblait tendu, sur ses gardes, avec un masque de tristesse et de deuil facilement identifiable. Elle se força à avoir l’air triste, si ce n’était que pour une minute, lorsqu’il se tut enfin et que le silence retentit dans la salle. Elle baissa simplement la tête, son visage à moitié caché par ses mèches blondes, et inspira longuement. Plus que quelques secondes et elle serait libre de partir, de laisser cette célébration funeste ridicule et d’aller continuer à comploter. Ou, remarquez, avec autant d’aurors au Ministère, aller semer le chaos ailleurs. C’était une bonne idée ça, tiens. Aussi soudainement que le silence était arrivé, les conversations reprirent. Et élégamment, l’Australienne recommença à fendre la foule, commençant à fuir vers le hall pour retrouver les ascenseurs. Une voix l’arrêta, une voix qu’elle ne connaissait que trop bien, pour l’avoir presque étudiée dans son obsession. A quelques mètres d’elle se trouvait l’héritière Blackwood, et Siobhán ne pouvait s’empêcher de pivoter pour chercher sa proie des yeux, et bien vite, elle la trouva. Elle la fixa de son regard brûlant, perçant presque de trous l’arrière de son crâne, attendant bien sagement qu’elle se retourne comme on le faisait souvent lorsque l’on se sentait observé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



+ SORCIER DEPUIS LE : 20/05/2015
+ PARCHEMINS : 267
+ LOCALISATION : dans la tour d'astronomie, l'infirmerie ( oui je suis partoutttttt)

Message Sujet: Re: → Intrigue 7 : soirée de commémoration   Sam 7 Nov - 12:49


Intrigue 7 soirée de commémoration
Ethan & tout le reste
Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie. C’est la vie qu’il y a eu dans les années. ▬ Abraham Lincoln -

On ne pouvait pas dire que j’étais calmé, l’attitude de mon ami, mon meilleur ami, m’avait passablement énervé. Il se montrait de plus en plus distant avec moi, devenait de plus en plus froid et irritable ce qui ne lui ressemblait pas du moins avec moi. Il était surement temps que j’aie une conversation avec lui et pas rien que pour son attitude envers moi. Mais pas ce soir, quand je serais plus calme. Je n’avais même pas attendu Amélia, ni même pris la peine de regard si elle me suivait. Je cherchais du regard Cassie, que j’avais vu un peu plus tôt près du buffet. Et en même temps, j’essayais de me calmer, de retrouver mon attitude habituelle. Je passais entre le chaque sorcier, d’un pas pressant, voulant m’éloigner de Calixte et me changer les idées au plus vite. C’était pour cela que je voulais retrouver mon amie, malheureusement, elle n’était plus au buffet quand j’arrivais. Elle avait sans nul doute bougé, pendant que je m’avançais, je me grattais légèrement la tête. La chercha à nouveau du regard après avoir pris un verre sur la table.

Mais voilà que le discours du ministère commençait, alors forcement, j’arrêtais de chercher Cassie, écoutant attentivement ce qui se disait. Par la même occasion, je regardais autour de moi, pour voir la réaction des gens, certains qui murmuraient à l’oreille de leur voisin, d’autre fronçaient les sourcils ou encore acquiesçait à quelques moments clés du discours. Mais là, je tournais la tête ou je prêtais le plus attention à ce que ce ministre nous racontait, ce fut quand il parla de mesure drastique ainsi que de ce groupe qui s’était formé à part du ministère. Je me demandais comment tout cela allait tourner, quelle mesure allait être prise et ce qui allait devenir à ce fameux. Je regardais à nouveau la salle pour regarder l’assembler qui se trouvais dans ces lieux voyants et les discussions au creux de l’oreille allaient de bon train. Puis viens, cette minute de silence, ou on ne pouvait plus entendre un seul bruit, on pouvait juste entendre les mouches volées comme le disaient les mordus. Certain avait baissé la tête, fermant les yeux, d’autres, comme moi, gardait les yeux ouverts, comme si quelques chose allait arriver, comme s’attendais à un événement non prévu. À dire vrai, à la place de ceux qui ont attaqué au village, j’en aurais profité, qu' autant de sorciers se soient rassembler pour rendre hommage, autant de né moldu, à l’heure place, j’aurai lancé de nouvelle hostilité pour montrer que notre monde n’aurait aucun répit tant que leur tache ne serait pas finie.

Et la minute de silence se finissait, alors j pouvais repartir à la recherche de Cassie, et essayer de passer quand même une bonne soirée. Alors je tendais le coup pour la voir et soudain, je la vis, un peu plus loin en compagnie de Lumen. Je m’approchais d’elles, et quand j’étais prés d’elle, je les saluai « Salut. » Essayant de laisser ma mauvaise humeur de côté, ce que n’était pas vraiment un grand succès. Mon salut avait été un peu sec et quand je demandais comment elles allaient cela n’était nullement mieux, même si je leur souriais « Vous allez bien ? » Je buvais à mon verre, attendant leur réponse.




© Gasmask

_________________

Give me a Reason to love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Message Sujet: Re: → Intrigue 7 : soirée de commémoration   

Revenir en haut Aller en bas
 

→ Intrigue 7 : soirée de commémoration

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Commémoration du 8 mai (2015)
» → Intrigue 7 : soirée de commémoration
» Commémoration du 8 mai (2016)
» Commémoration du 16 août 2016
» Commémoration de l'assasinat de l'Empereur Jacques 1er, fondateur d'Ayiti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daily Prophet :: Paroles des Moldus :: Pensine :: Pensine des rps-