FERMETURE DU FORUM, plus d'informations par ici

Partagez
 

 Sujet commun - Bal d'anniversaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Seth Avery
Sujet commun - Bal d'anniversaire Neutre10


+ SORCIER DEPUIS LE : 23/01/2015
+ PARCHEMINS : 311
+ LOCALISATION : Poudlard

Sujet commun - Bal d'anniversaire Empty
Message Sujet: Sujet commun - Bal d'anniversaire   Sujet commun - Bal d'anniversaire Icon_minitimeJeu 26 Fév - 23:38


Bal d'anniversaire
Sujet commun



La Grande Salle avait été métamorphosée pour l’occasion. A la place des quatre tables réservées habituellement aux différentes Maisons, un grand espace avait été dégagé, poussant ces dernières sur les côtés où une abondance de victuailles et de boissons s’amoncelaient. Derrière elles se trouvaient quelques serveurs et serveuses, tous prêts à servir les invités qui arriveraient dans quelques minutes. Pardon ? De quelle fête parlait-on ? Quoi ? Par Merlin, vous n’avez as lu votre billet d’invitation… Alors ? Hé bien oui. Aujourd’hui Seth Avery arrivait sur sa 31ème année. Hors, lorsqu’un Avery mâle passait le cap de la trentaine, il était de coutume d’organiser un grand évènement afin que celui-ci, au détour d’une conversation ou d’un regard, choisisse une promise si ce n’était déjà fait. Bien entendu, cette tradition datait un peu et paraissait fort désuette. Mais comme tout bon sorcier attaché à sa culture familiale, Seth s’était entendu avec Dumbledore pour organiser cette petite fête ici, dans le château. Il n’avait pas été facile de le convaincre. Un anniversaire ? Et alors ? Qui pouvait se permettre de privatiser Poudlard pour un tel évènement, aussi important soit-il ? Et dans quel but ? Les arguments du professeur des sortilèges avaient été nombreux et variés pour le faire céder. Dans ce but, Seth avait grandement insisté sur la nécessité aux jeunes et aux plus vieux d’oublier le temps d’une soirée les récents problèmes qui jalonnaient le monde de la magie. Cette soirée permettrait également à la jeune génération de côtoyer certaines personnes qui pourraient s’avérer utiles dans leurs futures carrières.
Il faut dire que lorsque Seth organisait une soirée, rien n’était laissé au hasard. Ce soir, il y aurait tout le gratin et du beau monde : des politiques et officiels du Ministère bien sûr, des journalistes, deux ou trois créatures magiques telles que des Vélanes, mais aussi des sportifs comme la Capitaine de l’équipe de Quidditch des Harpies et ses deux poursuiveuses. Côté enseignant, il avait été normal qu’ils soient tous présents : après tout, on était à Poudlard. Non, le plus dur avait été de définir la liste des étudiants qui seraient invités. Seth en avait beaucoup à l’œil, aussi était-il normal qu’on y trouve une certaine Lorelei, Athéna, Lumen ou Dawn… ainsi que beaucoup d’autres.
Chacun pouvait venir accompagner d’un cavalier ou d’une cavalière à la seule condition de porter une tenue de soirée : costume pour les hommes et robes pour les dames étaient de rigueurs. Pas de vulgarités ici-bas. Dans la salle, tout avait été pensé pour rappeler aux convives la grandeur du monde sorcier : des tableaux affichés aux murs aux statues symbolisant la puissance magique. Dans le fond, plusieurs musiciens engagés pour l’occasion attendaient l’ouverture, impatient de commencer à jouer. Le buffet était dressé… Oui, tout était prêt.

Les Grandes Portes s’ouvrirent quelques secondes après, la salle désormais bercée par une douce musique de fond, laissant les premiers invités pénétrer dans les lieux. Seth quant à lui se trouvait à l’entrée, accompagné de quelques reporters et photographes de la gazette ainsi que certains de ses proches afin de les accueillir à l’aide de sourires parfaitement travaillés. Le Sorcier coula un regard en biais à sa nièce Aliénor, à qui il avait imposé d’être à ses côtés à l’ouverture. Sa demande avait été ferme et sans appel. Quoique la blonde en pense, elle était une Avery. Une sang-pure. Par Morgane il était temps qu’elle prenne la place qui était la sienne.

Il fallut une bonne demi-heure pour que tout le monde soit entré. Avec une parfaite synchronisation, des serveurs munis de plats argentés où reposaient des flûtes de champagnes s’approchèrent des convives pour leur en proposer. Oui, trinquer était aussi une tradition. Elèves comme Adultes. Dumbledore avait été un peu frileux à cette idée mais qu’importe. Officiellement, les élèves de moins de 17 ans devraient se contenter de cette unique coupe d’alcool pour ensuite se rabattre sur le jus de citrouille. Officiellement. Seth n’était pas dupe. Mais après tout, il fallait bien laisser aux jeunes une occasion de s’amuser un peu. Sourire charmeur aux lèvres, il attrapa à son tour un verre avant de se rendre à l’endroit où était normalement disposé la table des professeurs. Pour l’occasion, à cette place avait été montée une estrade où les musiciens officiaient. Désormais seul face à ses convives, il les regarda, très fier d’avoir le pouvoir d’amener en un lieu autant de personnes de valeurs. Cette soirée serait retranscrite dès demain dans divers journaux. Un bon coup de pub pour son image et son influence. Oh oui, il savourait l’instant. Il savourait le pouvoir. Attendant le moment opportun, il prit sa baguette et en usa pour la tapoter sur sa coupe et ainsi attirer l’attention de tout le monde. Une fois le silence obtenu, Seth prit la parole.

« Chers invités, je tenais à vous remercier d’être venu ce soir, partager avec moi ce jour si spécial dans les murs de notre bonne vieille école de Poudlard »

S’humidifiant les lèvres, il poursuivit :

« Pour ceux qui ne le savent pas, il faut savoir qu’il est de coutume dans ma famille d’organiser une réception spéciale lors des 31 ans de leurs membres si ceux-ci venaient encore à être… Dépourvus d’âme-sœur. Ceci bien sûr afin d’en trouver une au détour d’une danse qui saurait faire battre leurs cœurs à jamais »

Seth leva son verre.

« Je ne sais pas si ce soir je trouverais effectivement l’amour au cours d’une telle soirée... (*quelques rires retentirent dans la salle*) Et au final, ce n’est pas vraiment le but. Non. C’est une fête en notre honneur à nous tous, Sorciers et Sorcières de ce monde. En l’honneur de notre culture, de notre passé et de notre avenir. »

Le Sorcier se tourna vers le Directeur comme pour lui porter un toast.

« J’en profite pour remercier chaleureusement le professeur Dumbledore grâce à qui nous sommes tous ici ce soir, dans ce sanctuaire du savoir magique. Poudlard représente pour chacun d’entres nous la stabilité, la soif de connaissances et l’espoir que nous portons à la jeune génération. Puisse cette génération faire honneur aux Fondateurs et à tous ceux qui nous ont précédés ! » conclu-t-il en buvant une gorgée suivit par l’ensemble des invités. « Et maintenant musique ! » Déclara Seth en descendant de l’estrade pour se mêler à la foule.






HRP: Explications - Précisions:

Tout le monde est invité à participer. Adultes comme élèves que vous soyez de Poudlard ou non, vous avez reçu une invitation. C'est le moment idéal pour nouer de nouveaux liens, en consolider d'anciens ou tout simplement s'amuser un peu tous ensemble. Pas d'ordre de passages, chacun est libre de poster lorsqu'il le souhaite. Au fur et à mesure de l'avancée du RP, des interventions et de nouvelles situations se feront. Bonne soirée !






_________________

❝Où se situe la frontière entre le désir et l'amour?❞
II existe des moments passée avec certaines personnes qui vous laisse, le temps d'un instant, un goût d'éternité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous

Invité

Sujet commun - Bal d'anniversaire Empty
Message Sujet: Re: Sujet commun - Bal d'anniversaire   Sujet commun - Bal d'anniversaire Icon_minitimeVen 27 Fév - 12:10



Barry

Allez au bal........


Je n’arrivais pas à tenir en place. Pour une fois j’étais en avance et ma cavalière elle était ponctuelle. Je n’arrêtais pas de faire les cents pas dans la salle commune en attendant sa descente. J’avais peut-être l’air d’un idiot à tourner en rond comme ça mais c’était plus fort que moi. C’était une sorte de rendez-vous, mais entre ami bien sur. Je ne cessais de soupirer rien qu’à penser à cette idée. J’avais déjà eu des rendez-vous avec Lumen mais c’était toujours pour les devoirs ou quoi que se soit dans le même genre. Et là c’était du sérieux. Un bal. Qui aurait pu deviner que ce prof de Sortilège allait fêter son anniversaire comme ça. C’était du grand n’importe quoi, on n’avait jamais vu cela.

Enfin ce n’était pas le plus dur ça. Non le plus dur ça avait été d’être capable d’inviter Lumen. J’avais totalement flippé à ce moment là. Si on avait prit ma tension on aurait pu croire que j’allais faire un infarctus. Mais une fois que nous étions à deux, pour travailler sur un devoir à rendre. Enfin que Lumen m’aidait à faire un devoir qu’elle avait fini depuis longtemps. C’était là que j’avais demandé si elle souhaitait être ma cavalière pour le bal organisé par Seth Avery. Je l’avais vue réfléchir pendant un instant et elle finit par me dire oui. Intérieurement c’était la samba en moi mais extérieurement je lui fis juste un énorme sourire.

Et maintenant j’étais là à attendre encore et toujours. Ma guitare était non loin de moi. Je préférais l’avoir avec moi plutôt que de la laisser dans le dortoir où elle pouvait être cassée par des gens qui pouvaient la casser car ils rentreraient bourrés de la fête. D’ailleurs je n’avais pas pensée à ça mais Lumen va s’amuser à boire  et j’avais peur qu’elle ne boive de trop. Au pire je la raccompagnerai dans la salle commune et après je ne savais pas car le dortoir des filles m’était inaccessible. Mais je pouvais demander à Juju. Oui c’était une bonne idée ça. Des bruits de pas me sortirent de mes pensées, et je levais les yeux vers les escaliers. Elle était vraiment belle. Sa robe lui allait parfaitement je sentais mon cœur taper fort dans ma poitrine. Lorsqu’elle arriva près de moi je ne pu m’empêcher de lui faire un baisemain et de lui dire :

- Mademoiselle Astoria vous êtes resplendissante de beauté. Je vous attendez pour le bal. Si vous voulez bien me suivre.

J’avais tendu mon bras pour qu’elle le prenne afin que nous avancions en direction de la grande salle. Lumen à mon bras et ma guitare dans le dos, nous avançâmes tranquillement. Une fois sur place nous attendîmes devant les grandes portes pendant un moment. Comment c’était à l’intérieur ? Je n’allais pas tarder à le savoir, ainsi que tous mes camarades. Lorsque les portes s’ouvraient je voyais déjà tout le monde se précipitaient en direction de la salle. Moi je profitais de la vue c’était tout simplement merveilleusement beau. Rien qu’en entrant dans la salle j’entendais la musique nous envahir. Une douce mélodie d’atmosphère. J’allais parler à Lumen quand un serveur nous proposa une coupe de champagne. Même si je ne buvais pas comme un trou je savais apprécier une bonne coupe. J’en pris deux et en offrit une à ma cavalière.

- Et voilà Astoria. Une coupe de champagne. Et pas trop d’excès sur la boisson ce soir. Je n’ai pas envie de te ramasser complètement ivre. Et j’ai bien envie que tu sois en mesure de m’accorder une danse.

Je me mis à rire. Certes elle n’avait jamais été ivre en ma présence mais je voulais lui faire comprendre qu’il fallait bien qu’elle fasse quand même attention. Et j’avais envie de danser avec elle le plus longtemps possible. Je ne pensais pas avouer mes sentiments ici. A la St Valentin ça aurai été parfait, mais elle avait déjà un cavalier. Donc j’avais décidé d’aller passer ma soirée à jouer au Quidditch et de jouer de la guitare….. enfin composer un morceau pour elle. Nous parlâmes un peu de tout ce qui nous entourés pendant un long moment. Je regardais autour de moi. On était parmi les premiers. Non loin je remarquais trois femmes que j’avais vu déjà…… ce n’était pas possible……. Des Harpies……. Enfin l’équipe féminine que Lumen voulait à tout prix intégrer. Si je ne lui disais pas elle le verrait par elle-même. Mais je pris les devant et lui fit remarquer :

- Hé Astoria ce n’est pas des joueuses de l’équipe des Harpies là-bas ?

Allait-elle partir les voir probablement. Enfin ça dépendait de son humeur. Sauf que Seth commença un discours sur la raison de ce bal. J’écoutais bien que je trouvais l’idée un peu absurde. Il fallait vraiment qu’il fasse tout de manière pompeuse. Une fois qu’il eut fini son discours et qu’il bu une gorgée je me tournais vers ma cavalière et lui proposa de trinquer:

- A l’anniversaire de notre prof de Sort et à cette soirée qui sera riche d’amusement.

Je trinquais avec elle et bu une gorgée, avant d’ajouter :

- Alors tu vas aller voir les Harpies ?



Dernière édition par Barry G. Brown le Dim 1 Mar - 20:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

Sujet commun - Bal d'anniversaire Empty
Message Sujet: Re: Sujet commun - Bal d'anniversaire   Sujet commun - Bal d'anniversaire Icon_minitimeSam 28 Fév - 17:47

One Dreadful Ball
Delilah
feat.
Others


 

 



 

 


The swirl of life's got me covering my eyes
Still I wanted more
The fear of death's got me holding my breath
Still I wanted more  Δ Band of Skulls



L’annonce avait été faite quelques semaines auparavant, et elle fixait maintenant son invitation, un froncement de sourcil obscurcissant son visage. Il était bien clair qu’il était attendu des enseignants d’être là pour l’anniversaire du Professeur Avery, mais Delilah n’avait aucune envie d’y pointer le bout de son nez. C’était le genre de réunions qu’elle détestait plus que tout, celles où l’on se forçait à sourire et à échanger des plaisanteries. Ces bals étaient un nid de vipères, et elle ne le savait que trop bien. Son père, fier MacCarthy, lui avait bien expliqué comment fonctionnaient les familles de sang-pur, et par chance, il n’avait jamais imposé ça à sa famille. Après tout, il était considéré comme un traître à son sang, et si ce n’était pas le fait qu’il était le dernier pur de sa famille, il aurait été déshérité. Mais ses parents étaient morts, le laissant pour seul héritier, et à l’époque, la fureur de son oncle à l’idée de marier une Sang-De-Bourbe ne l’avait pas effrayé. Il avait donc épousé la mère de Delilah, et si pendant longtemps, les survivants de la famille MacCarthy ne lui avaient plus adressé la parole, maintenant ils étaient tous morts.

C’était un avantage, par les temps qui couraient, de porter le nom d’une famille horriblement connue pour ses idées fixées sur la pureté du sang, en Irlande. Dieu merci, maintenant qu’il ne restait plus que Delilah et son père, les rumeurs sur leur traitrise et l’impureté du sang de Delilah s’étaient tues. Elle ne doutait pas qu’avec un peu de recherche, l’on pourrait facilement savoir que son sang n’était pas strictement pur, parce qu’issue d’une née-moldu, toujours en était-il qu’il était plus pur qu’un Sang-De-Bourbe, et que le nom prestigieux qu’elle portait faisait une excellente diversion. Elle savait que les ombres menaçantes avaient essayé de s’approcher de son père, et qu’il avait fui l’Ecosse pour retenir dans son Irlande natale, et elle en était ravie. Elle se doutait que les abrutis ne tueraient pas un sang-pur, parce qu’après tout ils n’étaient pas si nombreux que cela, mais ils pourraient lui faire du mal, et le professeur de potions ne voulait pas perdre le seul membre restant de sa famille. Le nom MacCarthy était trop dur à porter toute seule, et elle savait que si son père mourrait, ils viendraient à elle pour essayer de la persuader de les rejoindre. Et inutile de préciser que cette option n’était même pas envisagée dans un futur lointain.

Quoiqu’il en soit, elle était invitée, et elle savait parfaitement que ne pas se pointer aller créer des tensions entre elle et Avery. D’autant qu’en ce moment, elle n’était pas des plus agréable avec son collègue, à cause de la relation qu’il entretenait avec l’une des demoiselles de sa Maison. Alors, certes, elle faisait de son mieux pour rester polie, mais ça ne voulait pas non plus dire qu’elle devait être aimable. La seule perspective intéressante de cette soirée était que sa compagne serait forcée d’y aller aussi, et qu’elle avait terriblement envie de la voir en robe de soirée. Vu son style vestimentaire habituel, elle savait qu’elle allait être absolument superbe. De plus, il y aurait aussi le professeur Selwyn, probablement, et cela promettait une soirée amusante. Elle pouvait toujours ignorer Avery, et Lorelei. Elle espérait juste que les deux idiots feraient un effort pour ne pas se faire les yeux doux de toute la soirée. Parce qu’ils n’étaient pas aussi discrets qu’ils le pensaient. Delilah prit également en note qu’il ne fallait pas qu’elle soit trop proche de son amante, pour ne pas éveiller les soupçons. Les préjudices de cette société commençaient vaguement à l’énerver, que ce soit sur le sang ou l’orientation sexuelle. Une bande d’abrutis.

Il était déjà tard dans l’après-midi, et elle décida qu’il était temps de se préparer. Dieu merci, elle avait fini de corriger les parchemins, et n’avait plus à s’inquiéter à ce sujet ; elle pourrait boire pour oublier les gens qu’elle était forcée de côtoyer. Pour une fois, elle avait abandonné les appartements du professeur de métamorphose, se réfugiant dans les siens pour une bonne partie de la journée, à ruminer. Elle était d’une humeur fracassante, d’autant qu’elle n’avait absolument pas dormi la nuit précédente. Les nuits sans sommeil commençaient à marquer sa peau, remarqua-t-elle en s’observant dans un miroir, et elle agita sa baguette lascivement, plaçant un charme pour masquer les preuves de sa fatigue. Elle s’habilla ensuite, d’une robe de soirée achetée deux semaines auparavant. Elle assumait son rôle, quoi qu’il arrive, de fausse sang-pur. Et comme tout bon sang-pur, il fallait une toilette impeccable. Alors elle se vêtit d’une robe blanche, contrastant avec sa chevelure brune, et de ses plus beaux diamants. Une fois n’est pas coutume, incapable d’enlever ses bagues, elle les charma pour avoir l’air de bagues plus raffinées, sauf sa chevalière Serdaigle. La dernière touche fut un pendentif avec les armoiries familiales ; exposant à tous de quelle famille exactement elle venait. S’il y avait bien une chose que les sang-pur maîtrisaient à la perfection, c’était bien l’arrogance et l’orgueil de leur lignée. Soit.

Elle était prête, mais elle n’avait toujours pas envie d’y aller. Pourtant, cela faisant partie de ses obligations, elle se força à quitter ses appartements, sa baguette métamorphosée en un crayon, qu’elle glissa distraitement dans ses cheveux. L’avantage d’avoir une relation avec un maître de la métamorphose, c’était que l’on avait accès à une connaissance particulière. Bien sûr, l’on pouvait lui dire qu’il n’était pas nécessaire de prendre une baguette ; mais une sorcière ne se défaisait jamais de sa baguette, et puis elle n’avait absolument pas confiance. C’était notamment pour cela qu’elle avait de l’arsenic dans l’une de ses baguettes ; mieux valait être prudent. Une guerre se préparait, elle le savait, et elle préférait ne pas prendre de risques. Quoi qu’il en soit, ce n’était qu’une soirée, et bien qu’elle craigne que quelque chose se passe mal, il fallait quand même prétendre. Et elle était devenue relativement douée à ce jeu-là, bien que ses yeux la trahissent toujours. Pourtant, ses sourires étaient suffisamment crédibles. Alors, comme souvent, elle afficha un sourire distrait, peu assuré — un grand sourire n’était absolument pas crédible, après tout elle était dépressive — et entra le Grand Hall.

Elle devait bien l’avouer, ce qu’ils avaient fait avec la salle était magnifique. Les convives étaient déjà majoritairement arrivés, et Delilah observa avec délice que trois membres des Harpies étaient là. Il faudrait qu’elle aille discuter avec elles, à un moment ou un autre. Mais ce serait pour plus tard. Il lui fallait une coupe de champagne. Elle esquiva avec grâce chaque tentative de l’engager dans une conversation, et se dirigea vers le bar, attrapant le cristal avec délicatesse. Elle se tourna alors, et observa avec un sourire grandissant lorsque son amante fit son entrée dans la salle. Comme toujours, elle avait une posture parfaite, et sa tenue était tout simplement à couper le souffle. Delilah dû se forcer à arrêter de sourire, et attrapa une deuxième coupe, se dirigeant vers sa collègue avec un air rêveur. Elle se demandait ce qui se tenait sous cette robe, probablement de la dentelle, et se disait qu’elle aurait probablement droit de le voir, plus tard, et peut-être même toucher. Un sourire charmeur se forma à cette pensée et elle aborda enfin sa compagne, se forçant à ne pas toucher le professeur de métamorphoses. Après tout, personne ne pouvait être au courant, cela les mettrait dans le feu des projecteurs, et ce n’était pas une bonne idée.

« Professeur Von Staël, vous m’aviez caché que vous possédiez d’aussi belles robes. Vous êtes magnifique. Tenez. »


Elle lui tendit une coupe de champagne, lui offrant un petit sourire. Elle aurait voulu dire beaucoup plus, mais elle ne pouvait pas. Elle se contenta de sourire légèrement plus à sa compagne, levant faiblement son verre pour trinquer avec elle, et prendre une faible gorgée de champagne.
© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

Sujet commun - Bal d'anniversaire Empty
Message Sujet: Re: Sujet commun - Bal d'anniversaire   Sujet commun - Bal d'anniversaire Icon_minitimeDim 1 Mar - 1:05

Anniversary Ball
You're the light, you're the night, you're the color of my blood, you're the cure, you're the pain, you're the only thing I wanna touch... Never knew that it could mean so much, you're the feel, I don't care 'cause I've never been so high. Follow me to the dark, let me take you past our satellites, you can see the world you brought to life, so what are we waiting for ?

E
n retard. Zelena n’avait jamais été aussi en retard de toute sa vie. Et pourtant, même en sachant qu’il lui faudrait encore se préparer pour la soirée, elle n’en eut pas plus d’entrain pour autant. Elle détestait les mondanités et en avait eu assez durant sa jeune vie d’adulte, alors que sa mère la jetait dans ce genre de « cérémonies » comme on jette un bout de viande au milieu d’un enclos de fauves. Alors, en ce début de soirée, elle finissait à reculons de corriger sa dernière copie. Elle avait passé le plus clair de son temps penchée sur ses parchemins, laissant le son de sa plume grattant le papier emplir le silence presque pesant de ses quartiers. Delilah avait, plus tôt, quitté ses appartements pour vaquer, elle, à ses occupations. Zelena avait du mal à se l’avouer, mais une fois que la sorcière la laissait seule, elle trouvait son petit coin de vie bien vide, sans elle.

Finissant d’écrire une remarque hautement pertinente sur le parchemin qu’elle avait lu, relu et encore relu pour que le temps passe, elle reposa sa plume et se leva, s’étirant un instant, le corps engourdi à force de s’être « pliée » en deux. Elle jeta un bref coup d’œil à son pendule, constatant qu’elle avait finalement largement assez de temps pour se préparer, si elle y mettait un tant soit peu de bonne volonté. Seulement voilà, elle n’en avait aucune. Une chance qu’elle appréciait le professeur Avery, sans quoi elle se serait trouvé une excuse pour fuir tout ce brouhaha et cette foule de jeunes turbulents et bien souvent indisciplinés. Elle laissa ses émeraudes scanner sa pièce à vivre et constatait qu’il y régnait un petit « bordel » qui ne lui appartenait pas. Pas entièrement en tout cas. Il y avait ça et là les jouets de ses boules de poils et, éparpillés aux quatre coins de la pièce, divers objets n’appartenant à nulle autre personne que son amante, Delilah. On pourrait presque croire qu’elle vivait ici également, tant sa présence se devinait un peu partout. Son odeur, aussi, avait fini par être persistante et se mêler à celle de Zelena, donnant à ses appartements une fragrance tout à fait unique et entêtante.

Souriant à la pensée de son aimée, Zelena se glissa en silence dans sa chambre pour trouver une tenue adéquate et décente pour l’occasion. Elle prit le temps de prendre dans l’une de ses mains l’invitation qu’elle avait reçu il y avait de cela plusieurs semaines maintenant. Elle avait tenté, bien vainement, d’ignorer ce petit bout de papier, mais en tant que professeur, elle avait la responsabilité de veiller sur les élèves… Sur ses « poulains ». Elle eut alors une pensée pour certains et certaines d’entre eux et cela lui donna la motivation nécessaire à son labeur. Elle fit lentement tomber sa robe de chambre sur le sol, se retrouvant totalement nue devant son miroir de plein pied. Elle en profita pour se regarder, s’analyser, même, scrutant ça et là les marques que le temps pouvait avoir commencé à laisser. Soulagée de ne pas en voir plus que de raison, elle détourna son regard et s’avança vers sa large penderie pour dégoter une robe qui saurait la mettre en valeur sans pour autant la rendre vulgaire. C’était chose facile, à vrai dire, elle avait tant et tant de robes – elle ne portait que cela, après tout – qu’elle pouvait ouvrir une boutique. Et même si certaines étaient osées, aucune n’était vulgaire. Elle avait une sainte horreur de la vulgarité, se surprenant parfois à réprimander certaines de ses élèves qui laissaient paraître trop de leur corps encore trop jeunes et innocents. Glissant sur ses courbes ses sous-vêtements d’abord, Zelena souriait, repensant alors à ces quelques fois où plus qu’un professeur, elle avait presque été une mère pour certains enfants. Elle se comportait comme tel, il fallait le dire, avec certains jeunes en perdition, tentant de leur donner un semblant d’équilibre et une oreille adulte à qui se confier quand ils en ressentaient le besoin. Et si pour certains cela fonctionnait, il subsistait néanmoins quelques têtes brûlées avec qui cela prendrait encore un peu de temps.  

Soupirant et rejetant sa tête en arrière après avoir méticuleusement attaché ses bas à ses porte-jarretelles, Zelena retourna dans son autre pièce pour se servir un verre de Butterbeer pour se donner encore du courage pour qu’elle puisse se faire violence. Quelle idée de faire un bal d’anniversaire, ici, à Poudlard ? Certes, les traditions des familles ancestrales et surtout de sang-pur devaient persister, mais il y avait des limites à tout. Elle en avait déjà fait tellement, des 31ème anniversaires, avec tous les cousins lointains qu’elle avait côtoyés et tous les prétendants qu’elle avait dû « courtiser » lors de ces anniversaires, qu’elle avait assez de toutes ces mascarades, de toutes ces occasions où il fallait être hypocrite et sourire alors que l’on attendait qu’une chose : que cela prenne fin. Quoiqu’ici, elle n’aurait pas besoin d’être hypocrite, elle appréciait ses collègues et plus encore ses élèves.

Et, en parlant de collègues, Zelena ne cachait pas qu’elle espérait croiser son amante, lors de cette soirée, et qu’elle l’aide à supporter le « carnage ». Buvant d’une traite le verre qu’elle s’était servi et retournant dans sa chambre, elle choisit une robe noire, simple et sobre pour se hâter et retrouver Delilah. Elle avait trouvé en cette sorcière le dernier coup de fouet, le dernier – et le seul véritable à vrai dire – prétexte pour se pavaner à ce bal. Oh. Et il y aurait de l’alcool, aussi, ce qui en soi n’était pas à négliger. Un sourire taquin vissé aux lèvres, elle se recoiffa sommairement, laissant ses cheveux en longues cascades sur ses épaules et se maquilla légèrement. Glissant sa baguette le long de sa cuisse dans l’un de ses bas, elle se parfuma et se regarda une dernière fois, avant de quitter ses appartements. Si plus tôt elle trainait pour éviter d’y aller, la perspective de jouer la discrétion avec son amante, en public, lui donnait presque des ailes.

Ses talons claquaient dans les escaliers, et, la posture assurément droite et presque hautaine, l’Hongroise entra dans la grande salle comme si les lieux lui appartenaient, comme si elle était la souveraine des dalles qu’elle foulait de son pied divin. La tête haute, elle s’arrêta un instant, regardant les lieux d’un œil admiratif. On oubliait presque que c’était dans cette salle que chaque jour, tous prenaient leurs repas. Dardant ses émeraudes sur l’assemblée, elle constata que la plupart des gens étaient déjà présents et que le bal en lui-même avait déjà commencé. Elle avait sûrement raté le discours de Seth, mais c’était secondaire. Elle lui ferait parvenir ses vœux quand elle le croiserait, mais elle n’était pas exclusivement venue pour ça, non, loin de là. Elle chercha dans la foule une silhouette qui lui était familière pour avoir laissé courir ses mains sur ses courbes depuis des années déjà et finit par la trouver. Delilah s’approchait déjà d’elle et Zelena ne put être que ravie. Elle se para de son plus beau sourire – quoique le plus professionnel possible également – et pencha sa tête sur le côté quand celle-ci s’adressa à elle et lui tendait un coupe de champagne. Cette femme ne la connaissait décidément que trop bien…

« Mademoiselle MacCarthy. Je vous retourne le compliment… » - Elle se retenait de faire vagabonder ses iris sur Delilah pour ne pas paraître trop familière avec elle. – « C’est, je pense, qu’il est rare de nous croiser en de pareilles occasions. C’est bien dommage, d’ailleurs. »

Elle prit la coupe entre ses doigts et remercia sa vis-à-vis d’un hochement de tête, dissimulant son sourire derrière le cristal de son verre alors qu’elle s’apprêtait à goûter son contenu. La fixant de son regard acéré, elle tenta d’entrer dans sa tête, d’outrepasser les barrières dressées de son mental pour lui glisser quelques mots qu’elle ne pouvait décemment pas dire de vive-voix.

°« Je suis nue sous ma robe… Je pensais que cela pouvait rendre la soirée plus… Intéressante. »°

Détachant ses lèvres de sa coupe et laissant l’alcool caresser sa gorge, Zelena lui lança un sourire charmeur, puis, faisant mine de rien, elle s’éloigna légèrement d’elle pour se diriger vers le buffet. De là, elle verrait mieux la salle et les gens qui s’y mouvaient. C’était aussi – et surtout – pour jouer avec les nerfs de Delilah, alors que déjà, d’une démarche féline et ses hanches dansant avec nonchalance, elle atteignait le bout du buffet et se retournait vers son amante, pour lui lancer un regard carnassier.
 
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

Sujet commun - Bal d'anniversaire Empty
Message Sujet: Re: Sujet commun - Bal d'anniversaire   Sujet commun - Bal d'anniversaire Icon_minitimeLun 2 Mar - 14:20


Teruki

Un bal?



Je m’étirai dans ma salle de bain avant de commencer à tailler légèrement ma barbe et ma moustache. Je repensai à ce que je savais sur ce Seth Avery. Un ancien auror qui était devenue professeur. Par ailleurs il sortait avec une élève, une Serdaigle. Je ne comprenais pas cela. De plus cela était de mauvais augures pour lui. Je l’avais mis en garde lors d’une confrontation autour d’un bourbon, car à ce moment précis je n’étais sur de rien mais maintenant je savais qu’il avait cette relation avec son élève favorite. Sauf que je n’avais aucunes preuves contre eux, et cela Seth devait le savoir très bien. Nous étions deux ennemies qui jouons une partie d’échec. Aux yeux de tous, nous étions des collègues qui s’apprécions plutôt bien, sauf qu’en vérité nous voulions à tout prix faire tomber l’autre. J’en avais trop dit sur le sort que je cherchais et maintenant il avait un léger point de pression sur moi. D’ailleurs il m’avait mis en garde car ceux qui cherchaient à lui nuire s’en mordaient les doigts.

Une fois que j’eu fini de préparer ma barbe, je décidais d’enfiler mon costume. C’était assez sobre. Je n’aimais vraiment pas ce genre d’évènement. Les projecteurs n’étaient pas ma tasse de thé. L’ombre m’allait bien mieux. Une fois apprêté je regardais mes kodachis. Allais-je les prendre ? Je ne sortais jamais sans, mais si on me voyait avec allais-je avoir des soucis ? D’ailleurs pour les cacher cela risquait d’être fortement difficile. A moins que je n’utilisais le sort Reducto pour diminuer leur taille. Comme ça je n’aurai qu’à leur faire reprendre leur taille lorsque j’en aurai envie. Cela était une bonne idée. Je lançais donc mon sort sur mes armes et leur fit prendre la taille de stylo. J’ouvris ma veste et les inséra dans une poche interne facile d’accès. Je mis ma baguette dans la poche interne opposé à celle de mes armes et me regardant dans le miroir décida d’y aller.

J’étais arrivé à l’heure et avançait tranquillement vers la Grande Salle. Même si Seth était un être que je méprisais, surtout sur le fait qu’il sortait avec une élève je devais bien reconnaître qu’il savait recevoir. Tout était magnifique. Il y avait des têtes que je n’avais jamais vues et d’autre comme Lumen, Alisson ainsi que Fox que je connaissais. Mais trêves de bavardage. J’étais arrivé juste à temps pour écouter son discours. Lorsqu’il parla parce qu’il n’avait pas encore trouvé l’âme sœur, je ne pu m’empêcher d’hausser un sourcil. Ah oui sa relation avec Lorelei était discrète, donc c’était comme s’il n’avait aucune femme. Donc cela voulait dire qu’elle pouvait être jalouse de la moindre femme qui se rapproche de Seth. C’était intéressant cela. Une fois qu’il eût finit son discours je me dirigeais vers lui, avec ma coupe à la main et arborant un énorme sourire lui annonça :

- Un joyeux anniversaire Seth. Je trouve que tu t’en es sorti comme un chef pour la réception. A ta santé collègue.

Je soulevais mon verre et bu une gorgée de champagne. Puis je le laissais s’occuper de ses autres convives et m’installa contre un mur en regardant tout le monde danser et surveillant les alentours. Le mur me permettait de ne pas être surpris par derrière mais m’offrait pas d’échappatoire de derrière si cela tournait mal. Alors je restais sur mes gardes et surveillais tout ce beau monde en souriant. On était à une fête, il fallait bien ne pas faire la tête et montrer que l’on profitait, non ?


Revenir en haut Aller en bas
Lumen Macmillan
CŒUR DE LIONNE

CŒUR DE LIONNE
+ SORCIER DEPUIS LE : 23/08/2012
+ PARCHEMINS : 5770

Sujet commun - Bal d'anniversaire Empty
Message Sujet: Re: Sujet commun - Bal d'anniversaire   Sujet commun - Bal d'anniversaire Icon_minitimeLun 2 Mar - 19:42

ainsi se mouvent les gens tels des pantins désarticulés
Assise sur son lit, Lumen tournait et retournait le carton d'invitation pour l'anniversaire de son professeur de sortilèges. Elle jugeait fortement qu'il s'agissait d'une drôle d'idée. Elle ne comprenait pas cette manie qu'avaient les gens de fêter quelque chose d'aussi idiot en grande pompe. Elle n'y serait probablement pas allée si Barry ne lui avait pas proposé de l'y accompagner. Elle se voyait mal y mettre les pieds toute seule. Pour elle, ça n'avait pas grand-intérêt d'aller quelque part seul, surtout à une de ces fêtes mondaines dans le même gout de ce qu'elle avait connu durant son enfance. Elle assista donc à un spectacle bien triste. Les filles de son dortoir remuaient dans tous les sens pour s'attacher les cheveux, mettre des bagues ou d'autres choses dans ce genre-là. Pour sa part, elle n'était pas en retard, loin de là d'ailleurs. Elle arrivait toujours précisément à l'heure. Quand elle put récupérer la salle de bain pour elle seule, elle changea assez rapidement, enfilant sa robe qui malheureusement ne cachait pas sa cicatrice au niveau du coude. Cette petite chose, vestige de son passé, elle la portait fièrement, même si ça représentait la souffrance. Elle l'observa dans le miroir avec attention, durant deux ou trois minutes peut être. De toute façon, personne ne la verrait et y ferait attention, n'est-ce pas ? Elle passa ensuite une main dans ses cheveux. Voilà, tout était bon, elle pouvait y aller. Elle se précipita alors vers ses chaussures à talons, trouvant le sol de pierre particulièrement froid. Enfin prête, elle se dirigea lentement mais surement vers l'escalier qui la mènerait vers la salle commune, où Barry ne l'attendait peut être pas. A tous les coups, il était en retard. Toujours et encore en retard, comme aux cours. Rares étaient les fois où il se montrait ponctuel. A croire qu'il était réellement tête en l'air. L'étonnement se lut dans ses traits quand la tête de Barry apparut au pied de l'escalier. Elle était tellement surprise qu'elle ne réalisa même pas qu'il lui fit un énième baisemain (ce qu'elle n'aimait pas soit dit en passant). Elle se contenta d'un froncement de sourcil quand il prit la parole. Puis dans un sourire malicieux, elle répondit du tac au tac : « Tu es pas mal non plus. » Elle marqua une pause, montrant la pointe d'hésitation qui la saisissait. Elle n'était pas en retard, ça c'était évident, comme de l'eau de roche.« Qu'est-ce qui t'es arrivé ? T'es jamais en avance d'habitude.  »  Elle était assez sceptique en vérité. Mais il pouvait avoir une bonne explication après tout. Savait-on jamais.

Tandis qu'ils avançaient, Lumen se prit un coup de guitare. Elle leva les yeux au ciel et soupira. C'était un cas celui-là, vraiment. A croire qu'il ne pouvait pas s'en passer. Est-ce qu'elle avait toujours son balai toujours avec elle ? Bien sûr que non, alors pourquoi l'emmenait-il même à une fête de ce genre ? « T'es pas croyable quand même !  » S'exclama t-elle en secouant la tête. Son rire éclata dans sa gorge tandis que Barry s'interrogeait sans aucun doute sur le pouvoir du comment. « Ta guitare, franchement, tu peux pas la laisser cinq minutes.  » Elle fit une légère grimace avant de reprendre sur un ton amusé : « Je vais finir par croire que tu apprécies plus un objet que moi.  » Ne réalisant pas que ça pouvait être pris sérieusement, elle haussa les épaules. Elle ne reprit pourtant pas tout de suite, préférant se concentrer sur la pièce qu'ils approchaient. Son regard fixa quelques personnes qui y allaient. Elle sentit le regard insistant de son ami. Elle reporta donc son attention sur lui, prenant un ton un peu exaspéré : « C'est hyper vexant, tu ne t'en rends même pas compte ! » Si on suivait son raisonnement, Barry devrait avoir honte. L'intérieur était pas mal, ça ressemblait vaguement à ce qu'elle avait vu durant son enfance. Mais elle reconnaissait que des gros efforts avaient été fournis. Une coupe de champagne ? Hum, ce n'était pas de refus. Elle regarda le verre et son contenu avec une certaine satisfaction. Si elle avait dû venir toute seule, il ne faisait aucun doute qu'elle aurait passé tout son temps au banquet. « Faut pas trop rêver Gaby.   » Lui répondit-elle dans un vague sourire. Il ne la ramasserait jamais ivre. Il ne la connaissait pas. Elle buvait peut être de trop parfois, mais elle savait toujours revenir dans son lit sans se prendre un mur en pleine tronche et tomber raide. « T'as aucune chance. Avec ma résistance à l'alcool, je peux t'assurer que tu n'auras jamais besoin de me ramasser.  » Elle avala une gorgée de sa boisson. Elle en avait un peu marre qu'il s'occupe de ses affaires. Il fallait que ça cesse. Mais comment lui expliquer plus clairement que la dernière fois ? « Puis, si ça peut te rassurer, c'est mon rôle de ramasser les autres et de les raccompagner à leur dortoir.  » Ah ça des amis bourrés, elle en avait. Elle se demandait parfois pourquoi ils se permettaient de boire autant alors qu'ils n'avaient probablement pas le même foie qu'elle. « Donc tu tomberas raide bien avant moi, tu peux me faire confiance.  »

Elle repéra bien vite trois joueuses de l'équipe des harpies. Quelle drôle de coïncidence quand même. Elle fut interrompue dans ses pensées quand Barry reprit la parole. Elle fronça les sourcils. Que racontait-il au juste ? Elle supposa qu'il demandait ce qu'elle regardait avec tant d'attention. « Ce sont des poursuiveuses et leur capitaine.  » Dit-elle distraitement. Seulement elle n'ajouta pas de précisions car le professeur de sortilèges leur rappela pourquoi ils étaient tous là. Son anniversaire. Elle laissa échapper un vague soupir sarcastique. Une âme sœur ? C'était ironique venant de la bouche d'un sang pur. La plupart des sang purs se mariaient  par arrangement et non par amour. Quand il eut fini, elle secoua légèrement la tête. C'était désespérant. Mais ce genre de discours l'amusait quand même un peu. A ta santé aurait été quand même plus simple. Mais soit. « Disons ça alors !   » Et elle accepta simplement de trinquer et avec le sourire en plus. C'est alors qu'il lui posa une question qui l'amusa réellement ! Ne connaissait-il vraiment pas la réponse ou était-il un peu neuneu ? « Oui, je ne peux pas laisser la chance me filer sous le nez, mais pas maintenant. Plus tard. Les pauvres, elles vont être occupées avec les fans ce soir. Faut les laisser respirer.  »

_________________


Les fleurs du mal
Helen Keller ☽ The best and most beautiful things in the world cannot be seen or even touched. They must be felt with the heart.


Dernière édition par Lumen Macmillan le Mar 3 Mar - 8:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorelei E. Wilbert
LA PRINCESSE ADOPTÉE

LA PRINCESSE ADOPTÉE
+ SORCIER DEPUIS LE : 23/09/2014
+ PARCHEMINS : 5009
+ LOCALISATION : au pays de la débauche /pan/ non celui des livres, de la magie

Sujet commun - Bal d'anniversaire Empty
Message Sujet: Re: Sujet commun - Bal d'anniversaire   Sujet commun - Bal d'anniversaire Icon_minitimeMar 3 Mar - 0:30



bal d'anniversaire




TOUTE MON AGONIE S’ESTOMPE LORSQUE TU ME PRENDS DANS TES BRAS,


Seth avait trente et un an. Et pour l'occasion avait pris la Grande Salle de Poudlard pour célébrer son anniversaire. Il n'y avait que Seth Avery pour faire ça. Avec l'accord du directeur en personne en plus. Il fallait le faire ce qu'il n'avait pas gêné pour le faire. Le connaissant, il avait dû prévoir gros. Ça ne me surprendrais pas qu'il est loué un orchestre avec un grand buffet pour son anniversaire. Ou plutôt son bal d'anniversaire. Mon regard se porta sur l'invitation que j'avais reçue. Car c'était un bal qu'il avait organisé. Qu'il m'avait donné en main propre après qu'on est fini, une nouvelle fois dans son lit.  Il m'avait dit que c'était une tradition dans sa famille que tout descendant Avery qui une fois la trentaine passée et qui n'avait pas passé la bague au doigt à une femme, d'organiser un évènement. Un bal généralement pour permettre à l'héritier de peut-être trouver chaussures à son pied. Une tradition que j'avais gardée pour moi et que je voulais surtout ne pas mettre dans la tête de mes parents. Car les connaissant, ils seraient bien capables de m'organiser une soirée du même type pour me bouger les fesses. Par contre, le fait que Seth Avery avait pris possession de la Grande Salle pour son bal était arrivé aux oreilles de mes parents. Et ils avaient jugé bon de m'envoyer une massive m'informant ou plutôt m'ordonnant de m'y rendre et me disant qu'ils viendraient pour l'occasion. Ce que je leur ai bien sûr affirmé que je m'y rendais plutôt deux fois qu'une. Le seul souci que j'avais eu était comment j'allais m'habiller. Vu ce qu'il avait écrit sur le carton d'invitation, c'était robe de soirée exigée pour les femmes. Robe que j'avais plutôt en masse vu le nombre de soirées mondaines que j'avais du m'y rendre surtout à contrecœur. Me levant de mon lit où j'étais assise, je me dirigeai vers mon armoire que j'ouvris d'un coup sec. Pas mal de vêtements si on pouvait dire beaucoup étaient rangés dans mon armoire. J'avais jeté un sortilège sur celle-ci pour augmenter la profondeur ce m'avait perdit de mettre d'avantages d'affaires. J’adorais la magie et les sortilèges.

Le fait étant était que plus je regardais mes robes, plus je ne trouvais pas mon bonheur. Ma tenue devait être parfaite encore plus quand c'était pour le bal d'anniversaire de Seth. Mon regard se posa un instant sur une robe couleur chaire. Non ce n'était pas assez mondain pour ce genre d'évènement. Non. Je mis aussi aux oubliettes une robe violette courte et une noire que j'avais souvent mise pour des soirées. Non et non. Agacer, je tournais mes vêtements. Je n'avais rien à me mettre de correct et je n'allais pas m'y rendre habillé en scroutt à pétard ou en uniforme scolaire. Et mes parents qui m'avaient promis de m'envoyer une tenue. Tenue que plus les heures passèrent plus je ne verrais jamais la texture et la couleur. Résultat j'angoissais encore plus. Je devais trouver une tenue de secours si mon hibou n'arriva pas à temps. Ma main se posa sur une robe pour vite la remplacer par une autre. Au bout de quinze minutes, je n'avais toujours rien trouvé. Je perdais peu à peu espoir. Un ululement m'arriva aux oreilles. Enfin il était là. Un sourire naquit sur mon visage quand je vis mon hibou déposer un paquet. Mon sauveur. Le remerciant d'une caresse et de miam hibou, j'ouvris mon paquet. Mes yeux s'extasièrent devant la beauté de ma robe. Une robe bustier blanche aux quelques bordures grises. Un clin d'œil à l'une des couleurs de la maison de Seth. Vu la longueur, c'était une longue robe. Elle était parfaite. Elégante et parfaite.

Les heures s'approchèrent encore plus. Une fois la douche finie, j'enfilai ma robe de soirée. J'eue la surprise de découvrir qu'elle soit fendue sur le devant. Un côté qui mélangeait le sexy et la classe. Ce que j'avais demandé parfaitement à ma mère. Je retournais dans ma chambre pour enfiler les chaussures à hauts talons qu'elle m'avait envoyés avec ma robe. Des chaussures qu'on aurait dit qu'elles étaient faites en cristal vu la beauté des traits travaillés de la chaussure. Les cheveux enroulé dans une serviette en satin, je leur jetais un sort dessus pour qu'ils sèchent rapidement. Ultime dilemme : les laisser détachés ou les attacher en tresse ou en queue de cheval. Qu'est-ce que préféra Seth ? La réflexion me décida de les laisser détacher et de les onduler grâce à un autre sort. Manquait plus que le maquillage et j'étais enfin prête pour aller au bal. Vu le temps que je m'étais pour me préparer certains étaient partis devant pour être les premiers à entrer dans la Grande Salle. C'était idiot comme si Seth allait faire un discours directement. Prenant une nouvelle fois ma baguette, je refaisais ma frange. Tout devait être parfait pour cette occasion. Le temps n'avait pas découragé l'une de mes collègues qui m'attendait et qui commençait doucement à montrer les signes d'impatience. « Lorelei bouge toi, on va être en retard. » Je ne m'étais pas trompée. Elle devait être surement impatiente de voir son cavalier ce qui n'était pas mon cas. J'avais prévu d'y aller seule à ce bal. Je n'avais pas besoin d'un cavalier surtout si je voulais passer inaperçu auprès de mon professeur de sortilèges. Je savais que si je me ramenais dans son bal en compagnie de Lorenzo il n'allait pas vraiment aimer même s'il le cacherait étant en public. Autant ne pas jouer avec le feu. Pour cette fois. Un sourire s'installa sur mes lèvres tandis que je réfléchissais comment j'allais me maquiller. Jouer sur la simplicité ou l'originalité ? Telle était la question. Mais avant tout, je devais lui répondre. « Sache que je ne suis jamais en retard c'est eux qui sont en avances. » Paroles princières. Paroles de sang pur. Lui faisant un clin d'œil j'attrapais ma baguette pour finir ma préparation.

Une vingtaine de minutes plus tard, je descendis les dernières marches qui me menaient à la Grande Salle. La tête levée, je pu constater que les portes étaient déjà grandes ouvertes et qu'il y avait pas mal de monde. Au loin, je pouvais entendre la voix de Seth faire son discours sous les regards de ses convives. A en juger par ses mots j'avais dû louper une bonne partie de ses paroles. Personne ne fit gaffe au fait que je franchissais les portes de la Grande Salle pour y entrer. Ils étaient tous occupés à rire suite à la remarque de Seth si oui ou non il trouverait son âme sœur au cours de ce bal. C'était une tradition de sa famille qu'il ne pouvait pas échapper. Des applaudissements suivirent en même temps qu'ils levèrent tous leurs verres. Je ne voyais que lui qui descendait de l'estrade. Au moins une chose était sûre : Seth Avery savait recevoir. La Grande Salle était sublime. Méconnaissable. Adieu les quatre bancs des maisons de Poudlard ainsi que celle du corps professoral. A la place, des musiciens avaient été engagés pour l'occasion et rassemblé sur l'estrade là où il y avait la table des professeurs. Les quatre bancs avaient été poussés sur le côté pour gagner de l'espace. La salle était décorée avec goût et avec classe. On voyait bien que c'était un sang pur qui donnait la fête vue les têtes qu'ils avaient invités. Et comment c'était organisé. D'ici et là, une ribambelle d'hommes et des femmes en tenues de serveurs proposaient des boissons en passant vers les invités. A en juger par la coupe et la couleur de la boisson que portèrent certains convives à leurs lèvres, c'était du champagne. Convives qui pour la majorité étaient des adultes et venait de l'extérieur de Poudlard. La Grande Salle était métamorphosé en soirée mondaine dont j'avais l'habitude de m'y rendre souvent à contrecœur avec mes parents. La dernière soirée mondaine en date que j'étais allé pour faire plaisir à mes parents, j'avais fini par draguer un auror en service à cause d'avoir trop ingurgité d'alcool. Pur. Auror qui se foutait de ma tronche chaque fois que je le croisais au ministère quand je devais accompagner mon père pour son travail. Au moins, je ne risquerais pas de le croiser ici à Poudlard. Enfin avec ma chance à tous les coups, Seth avait invité sa brigade ainsi que tous les aurors du département.

La soirée n'allait pas être du tout repos. Nulle doute que j'eue autant raison en voyant au loin ma directrice de maison qui parlait avec mon professeur de métamorphose. Ou plutôt devrais-je dire son amant. Directrice de maison qui me gratifia d'un regard noir quand ses yeux rencontrèrent les miens. Face à son regard noir, je lui répondis d'un sourire entendu. Le fait étant que je faisais chanter ma professeur de potion depuis qu'elle m'avait fait une scène quand elle avait découvert ma véritable relation avec le maître de cérémonie. Son collègue. Seule chose que n'avais pas prévue ma directrice était que j'avais connaissance de sa relation avec la professeur Von Staël. Relation autre que professionnelle et amicale cela va sans dire. J'avais fini par la faire chanter. C'était une question de survie, la seule solution que j'avais trouvé pour ne pas qu'elle balancer ma relation avec Seth à Dumbledore. Chantage qui n'avait pas plus au professeur MacCarthy surtout qu'on devait le garder secret. Elle me le faisait savoir chaque jour quand je la croisais. Encore plus quand la professeur de métamorphose ou celui de sortilèges étaient dans les parages. Mon regard se posa ensuite quelques secondes sur l'expéditeur de l'invitation. Seth qui fêtait son anniversaire. Trente et un an. Il était sublime dans son costume. On aurait dit qu'un créateur l'avait fait spécialement pour lui. Que le costume a été créé quand Seth Avery avait pointé le bout de son nez. Que pour lui. J'aurais aimé m'avancer vers lui pour lui souhaiter comme il se doit son anniversaire. Mais je ne pouvais pas. Je garderais ça quand on sera seul dans ses appartements. Je devais jouer son élève sang pur et non son amante. Il ne fallait pas que je fasse de gaffe ce soir. Sans compter que mes parents n'allaient pas tarder à venir. Et aussi parce qu'il avait invité des journalistes. Ils étaient pires que des vautours. Ils attendaient qu'une occasion, une information croustillante pour la révéler au grand jour. Et quoi de mieux qu'un enseignant de Poudlard qui avait une relation avec une de ses élèves ?  Et c'était hors de question que je leur donne cette occasion. Il n'y avait pas qu'eux que je devais faire gaffe. Il y avait les autres enseignants dans cette forêt dont l'un en particulier qui avait de sacré doutes au sujet de notre relation. A regret, mon regard dévia sur un homme qui s'était collé au mur. Teruki Tsuki, le professeur des soins aux créatures magiques. Je le connaissais peu vu que je n'avais pas pris son option. Je ne voyais aucun intérêt à connaître les créatures magiques et c'était sans grande surprise que j'avais pris la divination comme première option. Choix que je regrettais un peu mais qui était toujours mieux que son cours. Enfin, si on pouvait appeler ça un cours. Passons. Seth m'avait parlé de lui et de son message comme quoi il savait pour nous. Il m'avait dit qu'il s'en occupait, que je n'avais rien à craindre mais je me méfiais quand même. Je restais sur mes gardes car s'il était venu c'était avant tout pour avoir des preuves. Preuves que je ne lui donnerais pas.

Et pour cela, il ne fallait pas que j'abuse des breuvages qu'on appelait alcool. C'était alcoolisé que je n'étais plus maître de mon corps. Autant jouer la sécurité. Un serveur avec son plateau passa près de toi. Un sourire charmeur aux lèvres, j'attrapais une des coupes de champagne. Je jouais la sécurité oui mais pas au moins d'être totalement sobre. Ce n'était pas une coupe de champagne qui allait me rendre saoule. Le remerciant, je continuai à marcher tout regardant les convives. Il avait invité du beau monde. Des aurors, des journalistes, des joueuses de quidditch et toutes autres personnes influentes dans le monde sorcier. Il avait sorti le grand jeu. Du made in Avery tout crachée. Je portais ma coupe à mes lèvres tandis que je continuais mon observation. Des élèves patrouillaient ici et là, soit seuls ou accompagnés. Je reconnus sans mal Lumen Macmillan accompagné d'un garçon que je ne connaissais que de vue. Un taré qui se promenait toujours avec sa guitare moldu comme si on allait le lui caser. Elle aurait pu trouver mieux comme cavalier. Je ne trouvais pas le gryffondor que cherchait ce qui ne me surprit pas dans un sens. Seth n'avait pas dû inviter Lorenzo Varetti surtout après qu'il m'est vu avec lui dans un ridicule et étroit placard à balai. Non. Le rouge et or ne devait pas être invité ou si c'était le contraire il n'était pas arrivé ou se faisait tout petit. Très discret. Dans mon observation, je reconnus d'autres élèves dont certains j'adressais un simple signe de tête comme bonjour. Comme d'autre je leur jetais un regard noir. C'est dans ma contemplation que mon regard s'arrêta sur un élève qui était de dos à l'estrade. Un élève un peu plus grand que moi mais que je reconnue directement. Néron Lestrange. Mon neveu. Et qui d'après ce que j'ai pu voir était aux mains d'une femme qui ne voulait plus le lâcher. Il avait dû se montrer aimable et usait de tout son self contrôle pour ne pas la tuer. Vu la manière dont il bougeait, si la femme ne lui lâchait pas la grappe, il allait jouer la manière force en sortant sa baguette magique. Ce qui dans ce genre de soirée était très mal vu surtout quand vous venez d'une famille respectée comme celle de Néron. Et personne ne voyait son appel à l'aide. Certains trop plongés dans leurs occupations et d'autres qui en riaient. Et plus loin les journalistes qui regardaient le spectacle discrètement et qui n'attendait qu'une chose, que Néron perde contrôle. Je devais faire quelque chose. Je lui devais bien cela après tout, c'était à ça que servait les cousins. A s'entraider.

Parcourant les quelques mètres qui me séparaient de lui et en prenant au passage une autre coupe de champagne vu qu'il y en avait pas, j'arrivais vers mon cousin. D'un geste maîtrisé, je passais mon bras autour de son buste. Un signe protecteur, d'intimité, de couple. Il m'identifia tout de suite quand je pris la parole coupant le discours de l'intruse qui lui faisait face. « Enfin je t'ai trouvé, je te cherchais partout. » D'un signe qui serait passé comme amoureux,  encore plus quand il m'entoura de ses bras, si la personne ne connaissait pas ma relation avec l'héritier Lestrange. Ce qui était le cas de la femme qui l'accompagnait et qui s'était tu à l'instant où j'avais posé mon bras autour de Néron. Elle devait être dans une autre école ou être déjà dans le monde du travail à en juger par ses vêtements. Ça ne serait pas étonnant que ce soit une journaliste en couverture ou une simple femme qui cherchait un époux fortuné. Mais désoler pour toi ma jolie, tu t'es trompé d'héritier. Jouant le jeu à fond de la petite amie amoureuse et jalouse, je posais un baiser sur sa joue. Je gardais tout mon self contrôle pour ne pas exploser de rire qui ruinerait ma mise en scène. Merci les parents de m'avoir parfaitement éduqué. Je lui passais sa coupe de champagne en prenant bien soin à rester coller contre lui et à faire comme si je n'avais pas remarquer la femme. Femme qui je devinais se décomposais à chaque geste et à chaque mot que je prononçais à Néron. «  J'espère que tu ne m'as pas évité pour aller filtrer avec une traitée, chéri. » Un rire sortit de ma bouche après ses propos. Du genre "tu ne feras jamais ça car entre nous c'est du pur sérieux et blabla". On joue le rôle de la petite amie sangsue et accro à fond ou pas du tout. Ma bouche avala une autre gorgée de ce divin champagne tandis que mes yeux se posèrent enfin sur la femme qui draguait ouvertement mon cousin. Les yeux écarquillés, un sourire poli s'installa sur mes lèvres. Si on pouvait donner l'ordre de Merlin pour le meilleur jeu d'acteur que je faisais, je l'aurais eu. «  Oh bonjour. Vous êtes ? » Même ma voix qui avait un ton poli et curieux allait de pair. Je jouais merveilleusement bien la comédie. Et bien sûr, je me fichais de qui elle était. Tant qu'elle parte loin de Néron ça m'allait. Chose qu'elle dû comprendre quand je posais ma tête sur l'épaule de Néron. « Personne. Je … excusez-moi. » Et aussi vite qu'un vif d'or, elle disparu de notre champ de vision. Aux quelques minutes que je l'avais regardé, ça ne me surprendrais pas qu'elle soit une ancienne poufsouffle. Peut-être une sang mêlée même. C'est que ça se repairait vite ses bêtes là.  Jugeant que la femme était loin et nous verrait plus, je me décalais de Néron pour me mettre face à lui. Un sourire moqueur s'était installé sur mes lèvres quand la dragueuse de service avait pris ses jambes à son cou. Un simple sourire qui laissait entendre "tu m'en dois bien une". Sous-entendu qui n'en fut plus un quand je repris la conversation. « Tu peux me dire merci de t'être venu au secours de ton derrière. » C'était mon rôle d'ainé et de marraine de venir à sa rescousse. Même si avouons-le il n'avait rarement besoin d'aide et c'était généralement lui qui venait à mon aide quand il m'entraînait dans ses missions suicides. « Au professeur Avery qui nous offre la parfaite occasion de nous amuser et de boire. » Je levais ma coupe déjà entamé pour venir la trinquer à celle que j'avais apportée à Néron. Mon sourire disparu aussi vite quand je reportais ma coupe à ma bouche. C'était avec plaisir que je sentis le champagne couler au fond de mon œsophage. Première verre. Et la soirée ne faisait que commencer.



© Pando

_________________
Only you can set my heart on fire.
Tu es la seule chose que je veuille toucher, j'ignorais que cela pouvait signifier autant. Tu es le danger, je m'en moque car je n'ai jamais été aussi bien. ✻ “ Suis-moi dans le noir, laisse-moi t'emmener au-delà des satellites. Tu pourras voir le monde que tu as ramené à la vie. Alors, aime-moi comme tu sais le faire touche-moi comme tu sais le faire, qu'attends-tu ? ”


Dernière édition par Lorelei E. Wilbert le Jeu 9 Avr - 0:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous

Invité

Sujet commun - Bal d'anniversaire Empty
Message Sujet: Re: Sujet commun - Bal d'anniversaire   Sujet commun - Bal d'anniversaire Icon_minitimeMar 3 Mar - 0:35



Barry

Allez au bal........



Mes joues rougissaient légèrement en entendant son compliment. Je me mis à rire à sa question sur le fait que j’étais en avance. Certes cela ne m’arrivait quasiment jamais alors une petite explication devait bien être donné. Par contre je n’en avais absolument pas. Lui dire que j’étais à l’heure rien que pour elle risquait d’être assez embêtant. Alors j’allais jouer la carte de la blague. Elle passera bien qu’elle n’aura pas sa réponse :

- Moi ? Mais tu sais que je suis toujours à l’heure. On m’appelle monsieur ponctuel. Tu ne le savais pas Astoria ?

Je lui gratifiais d’un grand sourire. Puis nous nous mirent en route. Durant le trajet j’entendis Lumen râler d’un coup sans comprendre l’origine. Je cherchais si j’avais fait quelque chose de mal ou non, mais elle se mit à rire et par ailleurs je ne comprenais vraiment pas le pourquoi du comment. J’haussais un sourcil et elle enchaina avec une grimace :

- Ta guitare, franchement, tu peux pas la laisser cinq minutes. Je vais finir par croire que tu apprécies plus un objet que moi, finit-elle en haussant les épaules.
- Quoi ? Moi préférer un instrument à toi ? Mais faudrait être fou ma parole. Ce n’est pas parce que je la prends maintenant que je m’y intéresse plus qu’à toi. Loin de là. Elle a juste une valeur sentimentale à mes yeux et j’avais envie de la prendre pour un petit truc. Mais tu le sauras que bien plus tard Astoria.

Nous étions sur le point d’arriver quand je l’entendis me dire comme quoi c’était assez vexant ce que j’avais fait. Je ne trouvais pas, bien qu’avec du recul je pouvais comprendre son point de vue. Une fois dans la salle je regardais aux alentours et trouvais que c’était magnifique. Lorsque je parlais du fait qu’il fallait que je la ramasse pour le dortoir elle répondit en souriant comme quoi je pouvais rêver. Il n’y avait aucune chance que je la ramasse ivre morte, je me mis à sourire à sa réplique et lui répondit :

- Dans ce cas je te crois. Pas d’Astoria ivre.

Elle avala une légère gorgée de sa boisson et enchaîna :

- Puis, si ça peut te rassurer, c'est mon rôle de ramasser les autres et de les raccompagner à leur dortoir. Donc tu tomberas raide bien avant moi, tu peux me faire confiance.
- Je n’en doute pas, riais-je. Moi et l’alcool on n’est pas bon copain. D’ailleurs pas plus de trois coupes de champagne pour moi. Sinon je ne réponds plus de rien.

Certes je n’avais pas une bonne résistance à l’alcool. Et pour dire avec ce que j’avais vu de mon père j’avais un peu peur de cette boisson plutôt dangereuse. Puis je remarquais les joueuses des Harpies. Je fis la remarque à Lumen mais elle semblait être ailleurs. Elle me répondit comme quoi c’était les poursuiveuses et leur capitaine. Elle n’avait strictement pas écouté ce que j’avais dit. Seth fit son petit discours et je ne pu m’empêcher de trouver cela un peu stupide. Une fois fini je proposais à Lumen de trinquer mais elle rigola légèrement à la manière dont j’avais prononcé les paroles. Certes ce n’était pas dans la coutume mais avec ce que je réservais, je comptais bien profiter de la soirée. Elle trinqua avec moi en souriant. C’était déjà une bonne chose. Lorsque je lui demandais pour les Harpies elle me répondit :

- Oui, je ne peux pas laisser la chance me filer sous le nez, mais pas maintenant. Plus tard. Les pauvres, elles vont être occupées avec les fans ce soir. Faut les laisser respirer.
- T’as bien raison. La chance sourie aux audacieux. Audacieuse dans ton cas. Par contre je peux te parier que plein de filles de Quidditch ou non voudrons faire la même chose que toi. Il faudra les impressionner. Quoi que même sans faire des merveilles tu es impressionnante. Enfin dans le bon sens du terme Astoria.

Je n’étais vraiment pas doué avec elle. Je la complimentais ou me foirais totalement et me rendais ridicule. C’était la première fois que j’étais à un bal. Oui j’avais jamais assisté à un bal, enfin du côté danseur surtout. Musicien une fois ou deux mais c’était plus un concert qu’autre chose. Je commençais à regarder un peu partout. Puis je regardais Lumen et lui disait avec un air de défi :

- Bon tu veux qu’on aille chercher un truc à manger ou on va s’amuser un peu ? Car je n'ai jamais eu l'occasion d'aller dans ce genre de soirée. Tu pourrais m'expliquer un peu comment sa se passe non? Au fait c'était quand la dernière fois que tu es allée à une soirée comme celle-ci? Et avec qui?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

Sujet commun - Bal d'anniversaire Empty
Message Sujet: Re: Sujet commun - Bal d'anniversaire   Sujet commun - Bal d'anniversaire Icon_minitimeMar 3 Mar - 11:20

One Dreadful Ball
Delilah
feat.
Others


 

 



 

 


The swirl of life's got me covering my eyes
Still I wanted more
The fear of death's got me holding my breath
Still I wanted more  Δ Band of Skulls



C’était absolument affreux, pensa-t-elle, de devoir assister à une telle réunion sans pouvoir officiellement être au bras de celle qui partageait sa vie ; et d’autant plus que Delilah savait pertinemment que c’était lors de ces occasions que des gens de la prestance de l’Hongroise se faisaient courtiser. Ce qui l’embêtait surtout avec cela, c’était qu’elle ne pouvait repousser les malheureux bachelors, puisqu’officiellement, Zelena ne lui appartenait pas. Ca la tuait, de ne pouvoir exposer au monde que l’héritière hongroise n’était nullement libre. Pourtant, elle était terrifiée des conséquences, si leur relation venait à se savoir. Ils recevraient les fureurs des parents, pour sûr, et peut-être même qu’elles se verraient virées de Poudlard. Pour quelqu’un qui y avait passé sa vie, ce serait un coup dur. Mais Delilah pensait, se persuadait, que si elle avait Zelena avec elle, elle pourrait y survivre. Elle retournerait en Irlande, loin des troubles. Cependant, elle ne savait que trop bien que sa compagne, membre de l’Ordre, ne s’arrêterait pas. Et ce qu’elle craignait plus que tout, c’était la perdre.

Cependant, elle devait se contenir, puisque ce n’était absolument pas le bon moment pour se faire « outer ». Lorelei était rentrée il y a peu, elle l’avait vue du coin de l’œil, et elle la surveillerait, tout d’abord à cause de Seth (et elle priait pour qu’ils ne paraissent pas trop proches non plus), et ensuite à cause de leur ‘accord’ si l’on pouvait appeler cela comme ça. Elle jeta un regard noir bien prononcé à celle qu'elle appelait maintenant, la sale gosse, regard auquel elle répondit par un sourire qui ne fit qu'énerver un peu plus le professeur. Mais non, ce n'était pas le moment de perdre son calme. Cette soirée s’annonçait définitivement être extrêmement désagréable, d’une parce qu’elle ne voulait pas être là, et de deux, parce qu’elle ne voulait pas la passer à surveiller son élève — ses élèves, en fait — pour éviter qu’ils ne bourdent. Certes, la plupart étaient majeurs et elle ne pouvait donc plus faire grand chose ; mais pour les autres, elle les avait à l’œil. Il fallait également faire attention, malheureusement, à ce que le tout ne dérape pas. Si les abrutis voulaient faire une déclaration, cette soirée était absolument parfaite pour cela. Alors oui, elle gardait un œil ouvert pour tout geste suspect. Ce serait bête qu’un anniversaire se transforme en bain de sang, même si elle n’appréciait pas Seth plus que cela. Il restait tout de même que chaque anniversaire était une célébration, si désagréable soit elle.

Perdue dans ses pensées, le professeur de potions avait raté le sourire camouflé de sa compagne, et le regard appuyé qu’elle lui lançait. Une soudaine pression contre sa conscience la propulsa hors de ses réflexions, et elle se redressa lentement, regardant discrètement autour d’elle, cherchant des yeux qui pouvait chercher à briser ses barrières érigées. Il fallait être un véritable idiot, pour essayer de vaincre son Occlumencie, et surtout pour ne pas abandonner après quelques secondes, particulièrement dans une soirée pareille. Delilah pouvait tenir des heures, à résister, et pouvait tenir un long moment si soumise au sortilège Doloris. Après tout, elle avait été formée depuis son plus jeune âge à résister les pressions sur son esprit. Ce qu’il s’y trouvait était particulièrement dangereux. Elle capta enfin le regard de Zelena, et leva intérieurement les yeux au ciel. Le temps de son indécision ne dura que l’espace d’une seconde, et elle baissa ses barrières mentales, laissant l’hongroise pénétrer une partie de son esprit. Ce que faisait d’elle une si bonne Occlumens, c’était sa faculté à pouvoir compartimenter son esprit, ne laissant accès aux gens qu’à ce qu’elle souhaitait. La phrase prononcée dans son esprit lui coupa le souffle, et elle s’étouffa dans son verre, toussant ensuite discrètement pour ne pas trop se faire remarquer. Cette allumeuse ! Le temps que le professeur se remette de son choc, sa comparse s’était déjà écartée de plusieurs pas, vers le buffet, remuant ses hanches comme la tentatrice qu’elle était. Difficilement, Delilah se força à ne pas regarder sa croupe, fixant ses yeux sur les omoplates de l’Adjointe, avant de la suivre, l’air de rien.

° « Détestable, Zelena. C’était bas, même pour toi. Tu viens de rendre cette soirée encore plus insupportable qu’elle ne l’était déjà, maintenant je ne vais penser qu’à te défaire de cette robe pour voir si tu as menti. » °


C’était une technique de communication qu’elles avaient adoptée depuis quelques mois déjà. Il fallut une longue période de persuasion pour arriver à ce que Delilah accepte de laisser accès à une partie de son esprit, sachant qu’une fois dedans, il était plus simple de briser ses autres barrières. Cependant, elle devait bien avouer que c’était un moyen très efficace de communiquer. Zelena pouvait projeter sa voix dans son esprit, et en retour, Delilah se forçait à penser tellement fort que même en cherchant à ne pas écouter, Zelena serait quand même au courant de ses pensées. Et en vengeance, Delilah imagina très clairement presser son amante contre son bureau, à peine sorties de la soirée, et remonter ses mains contre ses cuisses pour venir caresser le porte-jarretelles qu’elle savait que son amante portait. Satisfaite de sa visualisation — qui ne la laissait pas de marbre non plus — elle prit une gorgée innocente de champagne et offrit un faible sourire à son ‘amie’.

« Bien dommage, en effet. » Elle prit une nouvelle gorgée de son breuvage, se détournant de sa compagne pour fixer la salle également, pressant un bras contre sa poitrine, croisant à demi les bras. « J’ai lu votre dernier article, dans Transfiguration Today, sur les caractéristiques que les animagi partagent en forme humaine avec leur animagus. Très intéressant, je dois l’avouer. Je ne savais pas que vous aviez des connaissances Animagi. Quand aviez-vous fait votre étude sur le sujet ? »


Voilà, c’était une façon parfaite de lancer un sujet innocent, tout à fait crédible entre deux professeurs, tout en camouflant la discussion mentale à laquelle les deux s’adonnaient au même instant. Delilah croisa le regard d’un de ses collègues et leva légèrement sa coupe pour lui signifier qu’elle l’avait bien remarqué, et laissa un léger sourire éclairer son visage. Distraitement, elle caressait le cristal de sa coupe, glissant ses yeux sur Seth et se disant qu’il faudrait qu’elle aille, dans peu de temps, saluer son collègue et lui souhaiter bon anniversaire. Elle avait beau ne pas énormément l’apprécier — surtout à cause de sa relation interdite avec l’une de ses élèves — il restait un professeur de Poudlard, et initialement, elle n’avait rien contre lui. Il fallait qu’elle se renseigne également sur ses positions, concernant le conflit à venir, afin de savoir si elle avait d’autres raisons de lui être antipathique. Peut-être demanderait-elle à Zelena, d’ailleurs.

° « Zee, tu penses que les abrutis risquent de pointer le bout de leur nez, ce soir ? » °


Elle se retourna alors vers sa voisine, souriant, prétendant attendre la réponse à ses interrogations sur la métamorphose avec intérêt. Il leur avait fallu beaucoup d’entraînement pour réussir à mener les deux conversations de front, sans que rien n’y paraisse, et cette soirée continuerait ainsi. Après tout, elles étaient toutes deux très talentueuses dans l’art de l’apparence.  
© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

Sujet commun - Bal d'anniversaire Empty
Message Sujet: Re: Sujet commun - Bal d'anniversaire   Sujet commun - Bal d'anniversaire Icon_minitimeMar 3 Mar - 21:16

Anniversary Ball
You're the light, you're the night, you're the color of my blood, you're the cure, you're the pain, you're the only thing I wanna touch... Never knew that it could mean so much, you're the feel, I don't care 'cause I've never been so high. Follow me to the dark, let me take you past our satellites, you can see the world you brought to life, so what are we waiting for ?

P
ostée près du buffet, Zelena laissait son regard caresser l’assemblée, un léger sourire au coin des lèvres. Elle savait que les quelques mots qu’elle avait glissés dans l’esprit de son amante avaient fait mouche et déjà, celle-ci la rejoignait près de son « poste de surveillance ». Elle se félicitait intérieurement d’avoir réussi à convaincre Delilah de lui laisser ouvertes les portes d’une partie de son esprit et s’amusait follement à s’y glisser pour lui dire telle ou telle chose sous couvert de la discrétion. Il fallait bien dire que leur relation devait rester secrète, malgré le fait que cela faisait presque trois ans qu’elle perdurait. Elles seraient sûrement mal vues par leur entourage et surtout par les parents de certains élèves. Alors, ce moyen de communication était une bénédiction, quand il s’agissait de se dire des mots doux. Mais si Zelena pouvait bien se passer d’une vie à Poudlard et retourner à une autre vie, elle se doutait que pour Delilah, c’était tout autre chose. Elle avait passé sa vie entière entre ces pierres et avait passé une bonne partie de son temps à essayer de mettre fin à ses jours, alors, l’hongroise savait que l’autre professeur ne s’était jamais projetée assez loin, pour entrevoir un avenir ailleurs qu’ici. Et, Zelena serait bien lésée d’être expulsée d’un endroit où il était à la fois facile et nécessaire d’être, en qualité de membre de l’Ordre. C’était ici, après tout, que résidait une partie des membres de leur coalition et qu’il était facile de « tomber » sur des informations de source plutôt fiable. Il n’était pas inconnu au directeur qu’ici aussi trainaient des mangemorts et des élèves susceptibles de le devenir. Il fallait donc être à la source du « pouvoir » pour se faire le plus d’alliés et tuer dans l’œuf des mages noirs en devenir.

Mais ce soir, il fallait mettre tout cela de côté et « savourer » cette soirée qui leur était offerte. Nul doute que peu d’esprits étaient habités par ces sombres pensées et Zelena voulait croire que pour une fois, la menace ne viendrait pas ternir sa soirée. Et d’ailleurs, une fois bien placée dans la salle, Zelena pu apercevoir Lumen, trainant derrière elle son éternel acolyte. Le professeur de métamorphose voyait cette « alliance » d’un mauvais œil alors que pour elle, Lumen méritait bien mieux – tellement mieux – qu’un jeune homme rêveur et bien trop au ras des pâquerettes. D’ailleurs celui-ci portait sa guitare. Zelena avait envie de la lui greffer sur la figure, tellement cet instrument semblait être le prolongement du jeune homme. Exaspéré par une telle bêtise, elle se retint de soupirer. Elle se promit qu’un jour, elle transformerait l’élève en son instrument. Sans cordes. Ainsi, il ne ferait pas un bruit et se contenterait de prendre la poussière, le temps de sa punition, dans un coin sombre et glauque du château. Mais, si ce genre de punition se faisait sûrement à Durmstrang, à Poudlard, les punitions étaient bien plus légères, clémentes que dans l’ancienne école de l’hongroise. Elle trouverait bien un prétexte, même si cela ne pouvait durer qu’une poignée de minutes.

Sortie de ses réflexions par une voix en écho qui lui parvenait alors qu’elle était toujours en connexion avec l’esprit de sa comparse, Zelena reporta son regard sur son amante qui souriait à son tour. Leur moyen de communication permettait effectivement que – et ceux même si Delilah n’était pas Legilimens – son interlocutrice puisse lui répondre de telle façon qu’en pensant dans la zone de son esprit qui était ouvert à l’Hongroise, celle-ci était capable de l’entendre. Et, de voir ce qui lui était donné de voir… Et à cet instant, si Delilah avait eu l’audace de juger les paroles de son amante bien osées, ce qu’elle lui montra ne plaidait pas en sa faveur non plus. Et, tel « l’arroseur arrosé », Zelena se retrouvait prise au piège à son propre jeu et envieuse de quitter cette salle dans la précipitation. Et, si elle avait pu le faire, elle l’aurait fait, de toute évidence. Mal à l’aise, Zelena se racla la gorge et passa l’une de ses dextres le long de son cou, le bout de ses ongles marquant sa peau opaline de légères zébrures rosées.

° « Bas ? Et toi alors, à quel niveau penses-tu être en me narguant ainsi, Love ? » °

Elle para son visage d’un sourire qui se voulait joueur, sans trop l’être pour autant. Pourtant, en son fort intérieur, son sang bouillait dans ses veines. Et, comme pour renvoyer la balle à son « adversaire », elle visualisa elle aussi très clairement toutes les fantaisies qu’elle comptait bien lui faire, plus tard. Elle prolongea la vision de Delilah, y apportant sa touche personnelle, moins de vêtements, plus de chaleur et de gémissements. Elle les voyait clairement lutter pour la domination, se battant pour être celle qui mènerait la danse. Zelena ne tarissait pas sur les détails, ses mains qui couraient sur les courbes nues de Delilah, qui caressaient les diverses cicatrices qu’elle avait et qui, finalement, la jetaient à son tour sur son bureau, avide de la rendre folle, comme à chaque fois qu’elles s’adonnaient aux plaisirs charnels…
Voulant aller un peu plus loin encore, elle fut néanmoins coupée par la voix de l’autre professeur. Cette fois-ci, elle ne s’éleva pas dans sa tête mais bien face à elle. L’irlandaise entendait bien préserver les apparences et aborda un sujet qui – Zelena le savait bien – ne l’importait pas vraiment, ou peu.

« Je ne vous savais pas intéressée par la chose Miss MacCarthy. » - Elle souriait encore, un sourcil arqué et ses doigts jouant avec le pied de son verre en cristal. – « Mais effectivement, j’ai appris beaucoup de choses au sujet des Animagi, ayant moi-même voulu en être un, durant ma jeunesse. Mais, je n’en ai jamais eu le temps, et ma mère aurait farouchement été contre, je le crains. » - Elle prit une nouvelle gorgé de son champagne avant de poursuivre. – « Ces choses me fascinent et qui sait, peut-être le deviendrai-je un, plus tard. Cela pourrait s’avérer très utile, dans de nombreuses situations… Et j’ai pu en apprendre beaucoup sur eux, en ayant moi-même fréquenté et questionné quelques uns. Mon frère jumeau, d’ailleurs, avait cette acuité. Il se transformait souvent quand… Parfois, j’avais besoin d’un « pet », quand mes humeurs l’exigeaient… »

Souriant de plus belle. Zelena adorait la façon qu’elles avaient à pouvoir gérer ainsi plusieurs conversations alors qu’autour d’elles, personne ne se doutait de rien. Elles étaient devenues maîtresses en la matière, en quelques mois seulement.

° « Mais Del’, je ne demande que ça, que tu viennes vérifier la véracité de mes mots… Le doute planera tant que tu n’auras pas constaté par toi-même que je suis bien nue, n’est-ce-pas ? Combien de temps tiendras-tu, avant de m’attirer vers d’autres lieux pour me déshabiller ? » °

Si avant elle souriait, maintenant elle riait doucement, ses lèvres de nouveau vaguement dissimulées derrière sa coupe de champagne.

« Permettez, Delilah, que j’aille voir une élève ? Vous pouvez me suivre, d’ailleurs, il me semble que vous la connaissez bien, vous l’aidez également pour ses cours de Potions, je crois. »

Se disant, elle posa sa main au bas du dos de Delilah pour que celle-ci l’accompagne et qu’elles aillent aux devant de Lumen, une Gryffondor qu’elle affectionnait particulièrement. Zelena comptait lui toucher deux mots, peut-être sur ses fréquentations, mais aussi et surtout parce que dans l’assemblée que composaient tous les invités de cette soirée, il y en avait quelques unes que Lumen devrait aller voir. Certaines Harpies, équipe de Quidditch, étaient là, elles aussi – même si Zelena ne savait pas trop pourquoi ni comment – et la Gryffondor, prodige du balais pouvait faire avancer quelques pions pour remplir son carnet de contacts intéressants. Plus en tout cas qu’un musicien moyen à l’ambition douteuse. S’approchant de Lumen, Zelena posa une main délicate et maternelle sur l’épaule de la jeune fille.

« Lumen, bonsoir. » - Elle lui offrit un sourire presque attendri, et, se tournant alors vers l’autre Gryffondor elle força un sourire vide de toute affinité. – « Barry… » - Elle le salua vaguement par un hochement de tête et n’en dit pas plus, son regard glissant avec insistance sur le manche de sa guitare qu’elle abhorrait presque. – « Je vous emprunte mon élève un instant. »

N’attendant de sa part aucune réponse, elle attira Lumen par le bras avant de glisser le sien autour des épaules de la jeune fille. Elle aurait bien voulu lui dire ce qu’elle pensait du jeune homme mais s’en gardait bien. Il y avait plus important à faire et l’occasion serait bien mal choisie. Elle ne voulait pas froisser Lumen, ni d’ailleurs outrepasser – pour l’heure- son simple statut de Professeur. Elle avait juste hâte de la présenter la « promesse » qu’était Lumen aux joueuses des Harpies. En effet, la jeune fille avait un potentiel énorme qu’elle trouvait gâcher, au sein de l’équipe des Gryffondor et connaissant la passion de celle-ci pour le Quidditch, elle se faisait une joie de l’introduire dans le petit cercle des intimes des Harpies. Et, pour l’avoir vue jouer des dizaines de fois, Zelena savait qu’elle aurait tout à fait sa place, plus tard, dans une équipe de cette envergure. Il ne fallait juste pas que la jeune fille s’éparpille et qu’elle soit déviée d’un chemin qui la mènerait très clairement vers une gloire certaine.

« Lumy’, je pense qu’il serait judicieux que tu ailles te présenter à ces joueuses, non ? » - Elle lui adressa un sourire bienveillant avant de se poster devant les joueuses en question. Elle reporta ensuite son regard sur l’autre professeur, le sourire toujours vissé à ses lippes carmines. – « Mesdemoiselles, bonsoir. Je suis ravie de vous compter parmi nous et serai enchantée, de vous présenter Lumen. C’est à mon sens, une étoile montante du Quidditch, n’est-ce pas, Professeur MacCarthy ? » - N’étant elle-même pas capable de monter sur un balais, elle comptait secrètement sur l’appui de son amante qui elle, était un véritable génie, quand il s’agissait de voler sur un balais. C’était une façon pour Zelena de lui faire payer un peu les images qu’elle lui avait précédemment envoyées, ainsi que pour ne pas qu’elle reste plantée là, comme un piquet. – « Elle n’a peut-être pas l’âge d’être dans une équipe telle que la vôtre, néanmoins, à votre place, je garderai un œil sur elle. Qui sait, peut-être que plus tard, elle sera l’un des piliers de votre équipe. »

Amicale, elle se prit à rire doucement, pressant un peu plus sa main qu'elle avait faite glisser contre le dos de la jeune femme pour lui signifier qu’elle devait entrer en jeu. Se vendre, c’était une des clés du showbiz.

° « Ma chère Del’, quand nous en aurons fini avec cette soirée, j’ai quelque chose pour toi… Je prépare ce sort depuis des semaines, il serait peut-être temps de voir s’il fonctionne… Et quand à ces abrutis, comme tu les nommes si bien, j’ose espérer qu’ils ne tenteront rien, ce soir. Je ne voudrai pas qu’ils gâchent notre petite expérimentation. » °

Se disant, elle sourit à Delilah, un peu plus… Salacement, cette fois-ci, alors que Lumen avait porté toute son attention sur les joueuses de Quidditch. Jetant un coup d’œil à Barry, un peu plus loin, elle se félicitait et se disait qu’elle avait – au moins pour un petit moment – pu les séparer. Et elle veillerait bien à ce que ce jeune homme ne torpille pas les chances de sa petite protégée envers les Harpies.

Finissant d’une traite sa coupe de champagne, elle s’écarta légèrement, laissant les pros du balai converser librement, alors qu’elle n’y comprenait presque rien, entre les termes techniques et les sensations qu’elles éprouvaient, d’être sur leur manche.

° « Azt szeretnénk, hogy szerelmes beléd, itt és most, és mindenki láthatja és hallhatja sikítani szívesen... » °

Elle avait bien conscience que pour le coup, Delilah ne comprendrait pas un piètre mot à ce qu’elle venait de susurrer dans sa langue maternelle. Mais peu lui importait, elle en venait de nouveau à des images de leurs corps lascivement collés l’un à l’autre dans la moiteur de leur désir. Elle avait hâte de voir comment Delilah pourrait gérer sa réaction en devant rester de marbre devant ses interlocutrices… Pour rendre les choses un peu plus difficiles, Zelena s’était mise à jouer avec le pendentif des armoiries de sa famille, qui ornait son décolleté légèrement plongeant et venait flirter entre ses seins.

Spoiler:
 


crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Lumen Macmillan
CŒUR DE LIONNE

CŒUR DE LIONNE
+ SORCIER DEPUIS LE : 23/08/2012
+ PARCHEMINS : 5770

Sujet commun - Bal d'anniversaire Empty
Message Sujet: Re: Sujet commun - Bal d'anniversaire   Sujet commun - Bal d'anniversaire Icon_minitimeMer 4 Mar - 17:42

ainsi se mouvent les gens tels des pantins désarticulés
Lumen songeait sérieusement que Barry devait apprendre à se détacher de sa guitare. Elle ne comprenait toujours pas pourquoi il trainait toujours cet instrument. Mai elle acceptait bien malgré elle sa présence. Et il ne fut pas étonnant qu'elle montre tout de même son désaccord. Elle ne désespérait pas totalement de lui faire entendre raison. Elle n'avait aucun problème avec sa passion pour la musique. Au contraire, elle appréciait ce côté de sa personnalité. Certains Macmillan s'étaient même illustré dans ce domaine. Alors pourquoi pas ? Mais franchement, il donnait la sensation d'être greffé à sa guitare. La réponse qu'il lui donna ne la satisfaisa pas. On aurait dit qu'il essayait simplement de se rattraper. Elle soupira.  assez exaspérée qu'il trouve toujours réponse à tout. Elle reprit la parole résignée :   « Très bien.   » Mais elle ne s'arrêterait probablement pas là. Elle n'était pas du genre à lâcher prise comme ça. Elle montrait plus de détermination que vingt serpentards réunis. Elle savait toujours où elle allait. « Au moins, je saurai avec quoi t'assommer ce soir si tu venais à faire une bêtise.   » Elle porta son regard sur l'instrument pour le diriger sur sa voix. Elle n'aurait aucun problème à le faire. Avoir des scrupules ne faisait pas partie de ses attributions. Il n'eut pas le temps de répondre quoique ce soit, puisqu'ils entraient dans la grande salle et qu'un serveur se dirigea sur eux pour leur tendre des coupes de champagne. Un peu d'alcool dans ce genre de soirée était inévitable. Impossible de faire une fête mondaine sans cette boisson qui donnait un peu de chic à une pièce déjà élégamment décorée et un orchestre surement trié sur le volet. Il ne faisait aucun doute à ce sujet. Le professeur de sortilèges savait recevoir. Elle arqua un sourcil quand il précisa le taux d'alcoolémie qu'il était capable d'ingurgiter. « Seulement trois coupes ? Il faut que je refasse ton éducation Gaby.  » Elle marqua une pause. Pauvre gars n'empêche, comment pouvait-on ne pas supporter davantage. C'était tout de même d'avoir un foie aussi faible à 18 ans. Parfois, elle le trouvait un peu coincé. « Il n'y a qu'avec l'entrainement que tu parviendras à boire davantage. Tu peux me croire.  » Elle lui fit un clin d'oeil. Elle avait parfaitement conscience qu'il buvait avec modération, mais à ses yeux, il ne fallait pas non plus exagérer les choses. Et parfois, elle avait vraiment l'impression de passer pour une alcoolique quand il parlait d'elle. Ce qu'elle n'appréciait pas beaucoup. Heureusement, cette fois, elle s'était contenté de répondre avec humour. Un peu de réfléxion avant d'agir ne faisait de mal à personne.

Après le discours bien ficelé d'Avery, Lumen reporta son attention sur les harpies. Devait-elle attendre pour leur parler ou foncer tête baissée ? En temps normal, elle allait droit devant. Elle n'hésitait pas. Mais les fans devaient se compter sur une centaine de mains. Et les embêtter ne lui plaisait pas des masses. Peut être avaient-elle d'autres choses à faire que d'écouter les histoires parfois farfelues de certains. Elle retourna la tête presque violemment quand son ami reprit la parole. Il avait une drôle de manière de la décrire et surtout de faire des compliments. Mais elle n'en rougissait. Concernant le quidditch, elle avait cette facheuse habitude à penser qu'elle s'en sortait bien. Elle rit face à l'hésitation de Barry. Il ne lui laissa pas vraiment le temps d'en placer une qu'il reprenait déjà la parole, lui posant une floppée d'nterrogations. Quatre au total. Elle ne se souvenait pas en avoir entendu autant dans sa bouche en si peu de temps. Il commençait vraiment à parler comme une fille. C'était effarant, et d'un autre côté flippant. Elle n'avait pas très envie de répondre aux deux dernières. Quand et avec qui ? C'était de l'ordre du privé. Et Lumen détestait quand il essayait de s'imiscer dans sa vie de cette façon. Ils n'étaient, aux dernières nouvelles et elle serait surement la première à le savoir, pas ensemble. Et Merlin merci. Elle avait bien trop peur de ce qu'une relation amoureuse et sérieuse pouvait donner avec lui. Car de toute façon, elle niait ses sentiments tout en bloc et se fermait totalement à cette idée. Elle réfléchit donc à la façon de comment lui répondre quand une main se posa sur son épaule. Elle ferma les yeux rassurée. Sauver par le gong. Et pourtant, elle n'avait rien demandé. Comme quoi. Elle lança alors un regard vers la voix si familière de sa professeure de métamorphose. Cette enseignante faisait partie des professeurs qu'elle appréciait le plus. Et sans conteste, elle était avec le professeur Selwyn celle qu'elle préférait. Même si elle montrait énormément de respect pour tous ses professeurs, il fallait reconnaitre qu'elle avait ses références. Et parfois, elle se surprenait à penser que Zelena agissait à son égard comme une mère l'aurait fait. C'est pourquoi elle était contente de la voir et qu'elle répondit simplement tout à fait ravie de la voir par un : « Professeure !  » afin de la saluer. Elle remarqua bien que Barry n'était pas spécialement dans les bonnes graces de l'enseignante de métamorphose. Mais elle n'eut pas son mot à dire, surtout quand elle la tira vers... justement les joueuses de quidditch. Elle fit toutefois un mouvement de la main à Barry comment pour lui dire au revoir tout lui promettant par ce geste de venir le voir plus tard.

Elle écouta alors avec attention Zelena lui expliquer la raison de sa venue. Elle ne se doutait pas un seul instant qu'il s'agissait aussi d'une tactique de l'éloigner de Barry. « Je comptais le faire oui. » Plus tard, mais soit, maintenant qu'on la menait sur leur chemin, elle n'allait pas reculer. Ce serait particulièrement ridicule et idiot. Elle lui avait fait part de son projet de jouer au quidditch en professionnel. Elle fut touchée de la manière dont Zelena la présenta. Etoile montante du quidditch. C'était un bien joli compliment, au même titre qu'impressionnante. Mais venant d'un professeur, ça n'avait pas le même effet. Les joueuses de quidditch captèrent alors toute son attention, effaçant pendant un temps Barry de son esprit. Il fallait reconnaitre que cette diversion fonctionnait parfaitement. Elle afficha un grand sourire tandis que le regard des trois joueuses allait de Zelena à Lumen, puis aussi sur Delilah. Un pilier de leur équipe dans l'avenir ? Oh ça elle aimerait bien. C'était pile l'aspiration professionnelle qui l'habitait. Mais ce serait tout de même mal venu de leur parler son projet de les rejoindre plus tard. Il fallait vanter ses qualités sans pour autant paraitre pour une personne arrogante. Elle gratifia Zelena d'un sourire reconnaissant avant de prendre la parole immédiatement. Il ne fallait pas rester muette dans ce genre d'occasion. Elle l'avait très vite compris. « Oh je n'irais pas jusque là, n'exagérons rien.   » Avoua t-elle dans un grand sourire. Toutefois elle poursuivit : « Mais disons que j'ai quelques dispositions pour le vol et que j'ai su en faire quelque chose. Je me qualifierai plutôt comme une amatrice éclairée.   » Elle ajouta à cela un hochement de tête convaincu. C'était complètement ça oui. Elle n'aurait pas la prétention de se comparer à ces joueuses, mais elle avait conscience d'être un bon élément dans l'équipe de sa maison. « Cela fera deux ans à la fin de l'année que je suis poursuiveuse dans l'équipe de Gryffondor. Le quidditch est ma grande passion depuis... pouf, depuis toujours.  » Elle était presque née sur un balai, certains le pensaient. Mais elle ne s'arrêta pas là. Elle comptait bien les complimenter elles-aussi. « J'ai d'ailleurs eu la chance d'assister à plusieurs de vos matchs, ceux de cet été notamment. Je suis toujours impressionnée de la cohésion de votre équipe. On voit vraiment que vous êtes des professionnelles. Puis, votre passe arrière, bien que difficile à reproduire, est juste remarquable, comme la feinte de Porskoff que vous maitrisez à la perfection. » Elle était persuadée que son avis était purement objectif, toutefois, elle espérait que le professeur de potions viendrait l'appuyer à ce sujet. Elle se disait dans le fond que si Zelena avait fait appel à elle, c'est qu'elle avait un don pour ce sport internationnal. « Et je suis persuadée que ma professeure de potion ici présente est tout à fait d'accord avec moi.  »

_________________


Les fleurs du mal
Helen Keller ☽ The best and most beautiful things in the world cannot be seen or even touched. They must be felt with the heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous

Invité

Sujet commun - Bal d'anniversaire Empty
Message Sujet: Re: Sujet commun - Bal d'anniversaire   Sujet commun - Bal d'anniversaire Icon_minitimeVen 6 Mar - 16:30



Barry

Allez au bal........




Je savais qu’elle était sérieuse mais honnêtement cela me faisait un peu peur. Cette guitare était tout ce qui restait de ma mère et je le chérissais le plus possible. Rien ne pouvait me faire changer d’avis sur ça. Alors qu’elle me disait qu’elle allait m’assommer avec me fit l’effet d’une douche froide. J’allais rétorquer lorsque nous entrâmes dans la grande salle. Nous parlâmes ensuite sur ma capacité d’ingurgitation de boisson alcoolisé. Lumen était vraiment stupéfaite, cela s’entendait à sa voix. Faisant un léger sourire je lui répondis :

- Et oui je n’ai pas une très bonne résistance à l’alcool.
- Il n'y a qu'avec l'entrainement que tu parviendras à boire davantage. Tu peux me croire, finit-elle avec un clin d’œil.
- Je te crois Astoria. Faudra que tu m’entraines, souriais-je.

Elle tenait bien à l’alcool ça c’était sur. Mais elle n’était pas alcoolique. Moi j’étais plus dans le côté vieux jeu si je pouvais dire. Enfin ce n’était pas bien grave, au moins je savais m’amuser aussi. Après le discours de Seth, je me mis à la complimenter, sauf que je galérais bien entendu. Je n’étais pas doué et pour couronner le tout elle se mit à rire. C’était dans ce genre de situation que je savais qu’elle ne le prenait pas mal. Alors avant qu’elle ne me réponde, je me mis à comment dire……. la harceler de questions. Oui c’était le mot pour décrire la situation. Je me demandais bien ce qu’elle allait me répondre quand je vis une grande ombre derrière Lumen. Je levais la tête et je sentis une sueur froide couler tout au long de mon dos. C’était la prof de métamorphose, bien entendu il fallait qu’elle vienne voir Lumen. D’ailleurs cette dernière fut toute contente d’entendre la voix de cette prof. Par ailleurs lorsqu’elle prononça mon nom dans un hochement de tête son sourire était très faux. Je ne le remarquais qu’assez bien. D’ailleurs avec un sourire tout aussi faux je lui répondis :

- M’dame.

Je ne faisais pas le lèche botte mais je ne montrais pas mon agacement à Lumen pour cette prof qui me faisait assez flipper que son regard se pose sur ma guitare. Je n’osais pas imaginer ce qu’elle pouvait faire à mon instrument de musique. Par contre je ne m’attendais pas à ce que la prof envoie Lumen en direction des joueuses des Harpies. Ma cavalière eût juste le temps de me faire un signe de la main pour me dire à tout à l’heure. Je lui rendis son signe et m’installa près du buffet tout en ayant une bonne vue sur comment se passer son entretien. Je n’entendais pas les paroles mais me doutais que la prof ne tarissait pas d’éloge sur Lumen. Honnêtement il y avait de quoi faire vu comment elle était douée. Je vis d’ailleurs la prof tourner légèrement la tête vers ma direction et revenir rapidement sur les joueuses. Je devais me faire des illusions mais j’avais vraiment cru qu’elle m’avait regardé. Enfin ce n’était pas grave. Je continuais de manger et de savourer tranquillement le buffet en gardant un œil sur la prof et Lumen ainsi qu’en regardant comment les autres gens de la salle s’amusaient.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

Sujet commun - Bal d'anniversaire Empty
Message Sujet: Re: Sujet commun - Bal d'anniversaire   Sujet commun - Bal d'anniversaire Icon_minitimeVen 6 Mar - 20:32

Mona leva sa baguette et murmura : Multicorfors. Mais, à son grand désarroi, rien ne se passa. Elle enfouit sa tête dans ses bras, de découragement. Vraiment, elle ne pouvait pas y aller comme ça! Bon, peut-être fallait-il qu'elle tapote l'objet du délit avec sa baguette? Très bien. Encore un essai. Et si ça ne marchait pas, elle essaierai de prononcer l'incantation autrement. Cette affreuse robe noire lui venait de ses parents, amenée par le hibou qu'elle leur avait envoyé. Elle avait mis une jolie lettre avec des nouvelles de ses cours, en omettant tous les détails magiques. Rien que du contenu normal et totalement moldu, dans cette lettre. Jusqu'au stylo moldu qu'elle avait utilisé pour l'écrire. C'était un peu sa manière de les amadouer, ses parents. Dans cette lettre, elle leur expliquait qu'un bal était organisé à l'école, et qu'il lui faudrait donc une robe de bal pour s'y rendre. Ce qu'elle n'avait pas. En premier lieu, elle s'était attendue à voir revenir le hibou avec un non catégorie. Heureusement, ce n'étaient ses parents qui allaient lui envoyer des beuglantes! Alors quelle ne fut pas sa surprise quand elle vit l'oiseau arriver avec un paquet!! Oh, elle en aurait presque sauté de joie! Elle l'arracha des pattes de l'oiseau et couru jusqu'au dortoir poufsouffle pour ouvrir sa précieuse. Elle l'imaginait déjà : noire, un drapé jusqu'au sol, des paillettes partout, de fins gants noirs assortis... Peut-être aussi ferait-elle un chignon! Elle était sûre que ses parents avaient mis le paquet pour son premier bal! Garanti!

Arrivée au dortoir, elle ouvrit le paquet bien emballé. Elle fit attention, car elle ne voulait pas l'abîmer, cette jolie robe. Déjà, un morceau de tissus noir s'échappait du colis. La jubilation de Mona montait, elle se retenait de ne pas arracher purement et simplement le tout. Mais elle défit patiemment son colis pour découvrir... Une totale déconvenue... Oh, pour être noire, elle était noire, cette robe! D'un joli coton noir, même. Un tissus ample fait pour cacher les formes. Une corde noire pour marquer la taille. De longues manches amples. Et même le scapulaire assorti, pour finaliser le déguisement de nonne. Mona resta un instant atterrée par sa découverte. Non, ils n'avaient pas osé, quand même! He bien si. Ils voulaient probablement lui rappeler qu'elle devait se conduire en bonne chrétienne. Pas un instant, elle n'imagina qu'ils puissent lui avoir envoyé ce présent comme une vengeance pour sa décision de partir à Poudlard. de dépit, Mona fit valser le colis contre le mur et s'effondra sur son lit, les larmes aux yeux. Enfin, elle finit par retrouver du courage. Elle n'allait pas se laisser faire ainsi, tout de même! Mona fonça donc à la bibliothèque, et redescendit quelques minutes plus tard avec trois livres sous les bras. Trouver le sort pour changer sa robe fut facile. Mais l'appliquer... Voilà bien une autre paire de manche!

Multicoooorfors

Aïe, la robe devint rose fluo... Zut... Mona recommença. La robe retrouva sa couleur initiale. Ouf! N'empêche qu'au bout de deux heures, elle avait enfin fini par réussir à prononcer cette fichue formule! La jeune élève expira. Inspira. Expira. Concentration. Elle visualisa la robe de ses rêves. La noire à paillettes, ajustée près du corps, et les gants qui vont avec.
Multicoorfors
Le tissus changea subtilement. Il n'était pas pailleté, mais.. légèrement plus soyeux, plus fin. A mi-chemin entre la toile de coton et la fine robe scintillante de ses rêves. Elle n'était pas cintrée, mais plus aussi ample qu'avant. Le décolleté n'était qu'un petit V, les manches arrivaient jusqu'au coude. La corde était devenue une mince cordelette. Mona considéra un instant le morceau de chiffon. Elle décida qu'elle pouvait toujours l'essayer, pour voir ce que ça donnait. Elle n'eut aucun mal à l'enfiler, mais le tissus grattait un peu, et la robe était trop grande, et encore un peu trop ample. Hum... cette fois-ci, Mona eut une solution simple :
Reducto
Et voilà! Bon, ça n'était toujours pas une super robe de soirée, elle était bien loin de ce qu'elle avait imaginé, mais... Bon, ça irait. La robe noire coulait jusqu'au sol, dans ce tissus étrange, un espèce de coton léger avec un semblant de paillettes. Elle suivait plus ou moins les contours de son corps jusqu'aux épaules, où les manches s'évasaient légèrement. La cordelette à sa taille marquait ses hanches. Bref, c'était à peu près correct. Elle décida de se faire un chignon, histoire d'avoir au moins quelque chose d'un peu classe dans sa tenue. Un peu de maquillage, du mascara, un rouge à lèvre clair. Ça y est, elle était prête! Elle rejoignit sa sœur, pile à temps pour le début du bal, où elles allèrent ensemble.

Il y avait beaucoup de monde devant les portes. Comme souvent, elle se sentit petite, insignifiante... Elle avança timidement dans la salle à l'ouverture de ses dernières. Sa main droite en contact discret avec celle de sa sœur, elle ne regardait absolument pas où elle allait. D'où ce contact qui guidait la jeune Grey, dont les yeux papillonnaient, se promenaient partout dans la salle. Elle eut peur un instant de s'être trompée d'endroit. Ils avaient bien rendez-vous dans la salle commune, là où on mangeait d'habitude, n'est-ce pas? Etait-ce bien cette salle? Elle ne la reconnaissait pas du tout. Comme toujours, elle continuait à être impressionnée par la magie, ce qu'on pouvait faire avec elle. Il y avait aussi plein de sorciers adultes, qui ne venaient pas de l'école. Mona frissonna en entendant parler de "Harpies". Elle pensa tout d'abord aux créatures mordues, les femme-oiseaux et ce frisson la glaça. Puis elle se souvint ensuite que c'était le nom d'une équipe de quidditch et se trouva bête... Elle reconnu des professeurs, elle reconnu des élèves, en cours avec elle, et d'autres qui étaient dans des classes supérieures. Certains avaient l'air aussi mal à l'aise qu'elle. D'autres méfiants. Et d'autres, tout à fait dans leur milieu naturel.

On lui proposa une coupe de champagne, qu'elle accepta sans y faire attention. Elle la porta machinalement à ses lèvres, tout en observant tout ce qu'elle pouvait dans la salle, et failli s'étrangler, recracher. Elle s'attendait à boire un soda, un verre d'eau, un jus de fruit... Mais tout, sauf de l'alcool! Sa première rencontre avec de l'alcool lui laissa un goût acide le long de son œsophage. Elle failli reposer la coup, puis se ravisa. Elle avait beau réprouver l'alcool et ses effets, ce n'était pas tous les jours qu'on buvait du champagne! Enfin, pas dans son monde...
Un homme fit le silence dans la salle, en tapant sa baguette contre un verre. Il fit un discours expliquant la raison de ce bal. Mona fit un sourire. C'était une raison comme une autre! D'un regard, elle remercia Seila de l'avoir soutenu dans sa découverte de cette grande et impressionnante salle. C'est bête, mais elle se sentait toujours assurée quand sa grande sœur était dans les parages. Sur ce, elle partit seule à l'aventure dans cette grande salle, laissant Seila respirer un peu. Mona ne voulait pas être la petite sœur collante dont elle voudrait se débarrasser. Alors oui, elle venait chercher des conseils, des explications, des histoires. Elle venait assouvir sa curiosité, elle cherchait la sécurité. Mais autant que possible, elle essayait aussi de ne pas abuser de ce rôle, de découvrir le monde par elle-même.

C'est ainsi qu'elle se retrouva à errer dans la salle, observant, écoutant, découvrant, s'extasiant, telle la jeune seconde année qu'elle était. Elle s'approcha des Harpies prises d’assaut par leurs fans. Elle n'était pas fan, elle. Simplement curieuse. Elle hésita à leur demander comment elles faisaient pour tenir sur un balai. Quelle était l'astuce? Puis elle renonça. Quelle idée stupide, de toute façon. Jamais elle n'oserait leur adresser la parole! Alors elle recula et se dirigea vers les tables. A force de tourner dans la salle, sa tête s'était mise dans la danse. Ou alors peut-être était-ce l'alcool? Pourtant, elle n'en avait bu qu'une gorgée... Elle s'assit à une table sans regarder qui y était déjà installé, et posa sa tête dans ses mains. Oh mon Seigneur Dieu Tout Puissant (non, ne pas jurer, non, c'est péché)... Elle se sentait mal, comme si elle allait vomir.... ou tomber dans les pommes. Au choix. On peut vomir, en tombant dans les pommes?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

Sujet commun - Bal d'anniversaire Empty
Message Sujet: Re: Sujet commun - Bal d'anniversaire   Sujet commun - Bal d'anniversaire Icon_minitimeVen 6 Mar - 23:59

Le plafond pouvait nous emmener dans des réflexions profondes. J'aimais bien le plafond de ma chambre. Couchée sur mon lit, je me plongeais dans diverses réflexions sur la vie, sur le monde en général, sur l'univers, ou sur moi. Mais ce soir c'est impossible. La musique de la Grande Salle à quelques étages en-dessous se faisait entendre jusqu'ici et il était impossible de dormir et de plonger dans une quelconque réflexion.
J'avais reçu un carton d'invitation à l'anniversaire de Seth Avery. J'avais trouvé ça débile : un adulte déjà qui fête son anniversaire, et en plus, qui réserve une salle entière DANS Poudlard pour lui... Quand j'avais parlé de ça avec le barman des Trois Balais, il m'avait demandé de répéter le nom du gars et m'avait précisé que Avery était un nom de famille de sang pur. Et alors ? Evidemment que je connaissais ce nom et qu'il appartenait à ses vieilles familles de sang-pur. Mais je ne comprenais pas pourquoi, parce qu'ils étaient de sang pur, ils pouvaient faire ce qu'ils voulaient ! Ca n'avait évidemment aucun rapport mais je m'étais soulée un peu toute la soirée en l'attente de cette fête et j'étais plus qu'énervée à présent. J'aurais du me fermer à clé. Mais finalement, je me levais de mon lit, enfilai une robe de soirée bleu nuit, me maquillais et me coiffais de façon à être présentable et sortis de mes appartements.
Même si on ne savait pas où se passer la fête, il suffisait simplement de suivre le son de la musique. Lorsque j'entrais dans la Grande Salle, je crus ne pas la reconnaître. Je restais ébahie devant tant de changements et c'était plutôt bien réussi. Il y avait du monde mais peu de monde me remarqua. Evidemment j'étais en retard mais je m'en moquais. Déterminée à aller voir Seth pour qu'il baisse le son de sa musique, je le cherchais du regard. Je le vis au fond en train de se faire souhaiter bon anniversaire par ses invités. Il était bien habillé, souriant, et très attirant. Il avait soigné son apparence et semblait heureux de cette fête. Qu'Est-ce que je venais faire ici ? Gâcher son anniversaire ? J'étais vraiment stupide ! Je devais arrêter le Whisky Pur Feu. Je pris tout de même une coupe d'un curieux liquide et vis alors Teruki contre un mur. C'était un de mes collègues avec qui je m'entendais le mieux sans doute. J'arrivais vers lui, un peu titubante et riant en le voyant faire :
- Tu te caches ? dis-je en gloussant un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

Sujet commun - Bal d'anniversaire Empty
Message Sujet: Re: Sujet commun - Bal d'anniversaire   Sujet commun - Bal d'anniversaire Icon_minitimeDim 8 Mar - 17:33


Pourquoi vais-je à ce bal ? Seul en plus de cela ? Je n’en sais rien. Le pire dans tout ça, c’est que j’ai refusé toutes les invitations à défaut de ne pas avoir eu celle que je désirai. Lorelei. Je ne sais pour quelle raison, elle a esquivé le sujet avec une facilité déconcertante. Oh, bien entendu ! De nombreuses filles sont venues me demander de m’y rendre avec l’une d’elle et vous savez quoi ? J’ai tout refusé ! Jusqu’à ce que finalement, je me mette à accepter l’invitation d’une belle blonde que je ne connaissais absolument pas. Pourquoi ce changement d’avis ? Et bien, je ne sais pas. Probablement dans le but de rendre jalouse Lorelei. Ou de tenter en tout cas. Une sorte de petite vengeance pour m’avoir évité ces derniers jours pour, je pourrai le jurer, ne pas aller au bal avec moi. Elle peut bien me prétexter tout ce qu’elle veut avec son cousin de malheur ou je ne sais qui d’autre, je suis déçu de sa décision.  Mais soit ! Nous allons à ce bal chacun de son côté pour les années de Monsieur Avery. Ce mec ne manque pas d’air. Faire un bal pour son anniversaire, comme s’il était le directeur de Poudlard. Non, mais je vous jure ! Vous savez quoi ? Ben je ne l’aime pas, c’est décidé ! A cause de son bal. A cause de Lorelei qui m’évite. A cause de la fille à mon bras que je n’apprécie pas vu que je ne la connais même pas. A cause de cette journée qui s’annonce aussi merdique qu’un cracmol en train de faire des sorts de bienveillance … Du grand n’importe quoi !

J’entre dans cette grande salle où du monde est déjà fort présent. Je laisse la belle blonde s’en aller vers un groupe de filles pour discuter pendant que je lui propose de la rejoindre plus tard en allant nous  chercher de quoi boire. Mon regard chercha pourtant tout autre chose. Quelqu’un plus précisément et je n’eu aucun mal pour la trouver. La belle Serdaigle. Sans réfléchir un instant de plus je resserre ma veste de smoking plus près de mon corps et me dirige droit vers elle. Sans me poser plus de questions que ça. Mais à un mètre d’elle. Je la vis bras dessus et bras dessous avec Néron, le mec qui ne peut pas me voir en peinture. Je soupire avant de me retirer de justesse et d’éviter la déclaration de guerre. Je me dirige vers le buffet, dos à Lorelei, déçu de ne pas avoir pût ne serait-ce que lui parler. Je prends deux coupes de champagne. Me retourne. Et la voie. Face à moi à quelques mètres de là. Je lui fais comprendre d’un regard que je la voie et que je compte bien la garder à l’œil ce soir. Mais je m’en vais et ne lui adresse aucuns mots. Retournant auprès de la blonde qui m’accompagne pour lui servir sa coupe de champagne et passer une main possessive sur ses hanches.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

Sujet commun - Bal d'anniversaire Empty
Message Sujet: Re: Sujet commun - Bal d'anniversaire   Sujet commun - Bal d'anniversaire Icon_minitimeLun 9 Mar - 22:00


Bal d'anniversaire
Sujet commun



Alek se regardait dans le couloir, droit et fier comme à son habitude. Le reflet que lui renvoyait son miroir dévoilait un jeune homme au regard décidé, portant un smoking fait sur mesure par l’une des plus grandes et prestigieuses boutiques de Grande-Bretagne. Comme à chaque fois, rien n’était laissé au hasard par l’héritier Dolohov. Cette soirée, aussi étonnante soit-elle, était une occasion de plus pour montrer une nouvelle fois que sa famille faisait parti des grands de ce monde. En y repensant, il trouvait incroyable qu’un riche playboy, aussi influent que l’était Seth Avery, puisse en quelque sorte privatiser la Grande Salle de Poudlard. Comment diable avait-il fait plier ce vieux fou de Dumbledore ? A cette question, il se promit d’envoyer sa jumelle se quérir de la réponse au principal intéressé. Tania avait toujours été très proche de son parrain Seth. Qui sait ? L’information pourrait lui être un jour utile ? Dans le doute. Sifflotant, il ajusta un peu mieux sa cravate pour la rendre impeccable avant de se déclarer fin prêt. Ne décrochant même pas un regard à son colocataire, il descendit les escaliers de son dortoir d’une marche rapide pour y rejoindre sa jumelle qui l’attendait. Si beaucoup avait tenté leur chance en proposant à l’un et à l’autre de venir à ce bal, les deux avaient catégoriquement refusé ; Préférant y aller ensemble comme toujours. Alek se faisait un devoir de veiller sur sa jumelle et de la préserver de cette bande de vautours qui tournaient autour d’elle à chaque réception mondaine. Oh bien sûr elle restait capable de se défendre toute seule, après tout c’était une Dolohov, mais sait-on jamais.  Galant, il la complimenta sur sa toilette avant de tendre son bras pour qu’elle s’y accroche et qu’ils puissent tout deux rejoindre le lieu de la réception. Statut oblige, les deux héritiers Dolohov furent dans les premiers à arriver devant les portes closes de la Grande Salle. Hors de question d’arriver en retard. Alek trouvait cela insultant envers le maître de cérémonie. Un regard en biais à Tania, il lui tapota la main, lui glissant une petite blague au creux de l’oreille pour tenter de la détendre un peu. La brune avait toujours stressé dans ce genre de soirée, aussi il se faisait un devoir de la mettre plus à son aise.
L’attente fût de courte durée avant qu’ils puissent, avec tous les autres invités arrivés, à pénétrer dans la Grande Salle, intégralement décorée pour l’occasion. Alek y reconnut la trace indéniable d’un sang-pur. Oui, Seth Avery faisait honneur à sa lignée et aux gens de son monde. Bien que légèrement impressionné, il laissa aux inférieurs le soin de s’extasier publiquement face à tant de beauté. Très vite, des serveurs leurs apportèrent une coupe de champagne chacun, avant que le professeur des sortilèges ne remercient ses invités et explique la raison de tout ceci. A l’entente de ses paroles, il devina rapidement sur quoi avait dût insister le parrain de Tania : changer les idées au petit peuple. Leur faire croire que tout allait bien le temps d’une soirée. Si une telle pensée le fit intérieurement ricaner, il porta avec joie un toast pour saluer l’homme qui fêtait son anniversaire. Sitôt fait, la foule de mélangea et plusieurs discussions se mêlèrent les unes aux autres. Le Serpentard dévisageait les autres invités, reconnaissant ici et là certaines têtes connues : des élèves aux professeurs en passant par quelques célébrités comme les joueuses des Hapies. Tiens là-bas la Serdaigle qui se prenait pour une princesse et qui sortait sans le vouloir avec cet impur de Lorenzo... Rien qu'à cette idée il eut envie de se moquer un peu d'elle... Bien que jamais il ne lui dirait clairement la raison de son comportement. Il tourna un peu la tête. Pas de Seila en vue. Ou pouvait être cette Pouffy? Peut-être que Seth ne l'avait pas invité elle et son sang douteux...

« Tu as vu qui est avec MacMillan ? »

Buvant une nouvelle rasade d’alcool, son jumeau braqua ses yeux sur sa nouvelle fiancée, Lumen, accompagnée par cet espèce de taré qui se promenait tout le temps avec sa guitare.

« Peut-être est-il temps de le mettre en garde… Qu’on ne touche pas aux affaires des Dolohov », minauda Tania en le gratifiant d’un sourire provocateur.

Vipère dans l’âme, Alek hocha la tête aux dires de sa jumelle avant de l’enjoindre à l’attendre ici et de profiter du spectacle. Sourire aux lèvres, il fit mine de se diriger vers le buffet… Et percuta de l’épaule le pauvre Barry. Le Dolohov toisa le rouge et or de son regard le plus méprisant possible avant de lui balancer d’un ton cinglant :

« Tu ne peux pas faire attention Brown ? »

Se rapprochant un peu plus de lui, il plongea son regard dans le sien pour tenter de le déstabiliser.

« Un conseil le Gryffondor… Si tu ne veux pas te retrouver avec ta guitare sur la tête… Lâche Macmillan »

Alek ricana avant de préciser :

« Tu comprends… Je déteste l’idée qu’une fille de sa classe traine avec un mec comme toi. Surtout depuis que elle et moi… Sommes fiancés »


Fier de lui, le vert et argent croisa les bras, attendant sa réaction.






Dernière édition par Aleksey K. Dolohov le Dim 15 Mar - 16:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Sujet commun - Bal d'anniversaire Empty
Message Sujet: Re: Sujet commun - Bal d'anniversaire   Sujet commun - Bal d'anniversaire Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Sujet commun - Bal d'anniversaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

 Sujets similaires

-
» Sujet commun ☞ Un bal masqué pour l'anniversaire de Privelina.
» SUJET COMMUN N°3 - ALL BEGINS WITH A SPARK
» SUJET COMMUN — C'est carnaval !
» SUJET COMMUN ⊱ Holi Color
» (SUJET COMMUN) Fête des Delta Upsilon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daily Prophet :: Paroles des Moldus :: Pensine :: Pensine des rps-