FERMETURE DU FORUM, plus d'informations par ici

Partagez
 

 Néron » I'll tell you all how the story ends : Where the good guys die and the bad guys win

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Anonymous

Invité

Néron » I'll tell you all how the story ends : Where the good guys die and the bad guys win Empty
Message Sujet: Néron » I'll tell you all how the story ends : Where the good guys die and the bad guys win   Néron » I'll tell you all how the story ends : Where the good guys die and the bad guys win Icon_minitimeSam 4 Oct - 23:04


They're creepy and they're kooky, mysterious and spooky

       
       

CHAPITRE I: La famille LESTRANGE.


Un petit peu d'histoire.

Lestrange, marque déposée depuis le 15ème siècle et certifiée de sang-pur!

Le premier Lestrange répertorié n'est autre que le fameux Apollin Lestrange. Sorcier Français du quinzième siècle, il est le premier membre connu de la famille. Si dans sa vie il ne fit à priori rien de bien extraordinaire, c'est tout de même à partir de lui que l'arbre généalogique des Lestrange s'est construit, faute de documents plus anciens répertoriant les membres antérieurs à Apollin. L'on sait assez peu de choses de lui, si ce n'est qu'il donnera cinq héritiers à la famille. L'un deux, Charles Lestrange émigrera en Angleterre et donnera naissance à une nouvelle branche : La banche Britannique qui est aujourd'hui la plus vivante. Actuellement, trois branches sont encore florisantes au royaume uni. Celle de Reginald, celle de Rutherford et enfin celle de Broderick. Trois frères se détestant et n'entretenant plus que de rares rapports hypocrites, tournant bien souvent au conflit lors des repas de Noël. Néron est le seul héritier mâle, sur les trois branches. Ainsi, on peut dire sans trop s'avancer qu'il est le dernier représentant de la famille en Grande Bretagne. Du moins, pour le moment... Les Lestrange Britanniques ont encore quelques lointains cousins Français. Néanmoins, bien qu'ils partagent le même noms avec leurs cousins d'outre manche, ils n'ont plus grand chose en commun. Le plus connu des Lestrange reste Radolphus Lestrange, Ministre de la Magie de 1835 à 1841.

Habituellement plutôt grands, les Lestrange sont connus pour avoir une peau très pâle, abordant un teint que l'on pourrait même qualifier de maladif chez certains. Leurs cheveux sont bruns, et leurs yeux varient du brun au bleu. Soulignons tout de même que Néron, bien qu'il soit purement Britanique, ressemblerait d'avantage à un Lestrange Français qu'à un Lestrange Anglais. Les traits plus fins et moins anguleux, ainsi que son apparente faible constitution n'ont rien à voir avec le reste de la branche Britannique. D'ordinaire ceux-ci abordent un visage plus dur, mais aussi une carrure plus importante sans pour autant être imposante. Toujours est-il que d'après les rares tableaux d'époque conservés chez l'une de ses lointaines tantes Française, l'on sait désormais que Néron ressemble de manière troublante à un certain Gustave Lestrange, un membre de la famille ayant vécu au cours du dix neuvième siècle.

Il est intéressant de noter que la famille Lestrange figure sur le registre des vingt huit sacrés. Personne n'ose remettre la pureté de leur sang en question et ils sont sans doute l'une des familles les plus anciennes, riches et influentes du royaume-uni. Ils sont aussi malheureusement réputés pour leurs mariages inter familiaux, bien souvent entre cousins, il est de notoriété publique que la famille Lestrange est l'une des plus fortement atteintes par la consanguinité. Ces mariages sont d'ailleurs la source du caractère bien souvent sanguin des Lestrange. Violents, avides de revanche, voir carrément fous dirons certains. Néron en est l'exemple parfait. Si en apparence il ne fait pas bien peur, méfiez vous de l'eau qui dort. Bien qu'il ait l'air plutôt faiblard, s'il se met en colère plus rien ne l'arrête pas même la douleur. Connu de tout le château pour les bagarres aux quelles il est régulièrement mêlé, la plus impressionnante à son palmarès restera sans doute la fois ou trois garçons de septième année ont du le tirer en arrière pour éviter qu'il ne tue son rival déjà inconscient sur le sol.

Si autrefois la tradition voulait que les enfants -et plus particulièrement les garçons- héritent d'un prénom en R, cette pratique semble peu à peu disparaître.

La famille directe.

Papa, Maman et puis les autres


Oswald Lestrange : Il est le grand-père de la nouvelle génération de Lestrange. Il aura lors d'un premier mariage deux garçons : Reginald et Rutherford. Veuf l'année de ses 45 ans, il se remariera à sa cousine Hayleigh Lestrange alors âgée d'une trentaine d'années à qui il donnera un fils : Broderick. Agacé de voir ses trois fils se battre sans cesse alors qu'il était sur son lit de mort, il déclarera sur son testament que le premier d'entre eux à avoir une héritier mâle hériterait de la fortune.
Reginald Lestrange : Le premier fils Lestrange. Élève à Serpentard lors de sa scolarité, il ressortira en ayant eu des résultats plutôt moyens et se mariera à Penny Grant, une sorcière américaine de sang-pur. Malheureusement stérile, il n'aura pas d'enfants.
Rutherford Lestrange : Second fils Lestrange, il effectuera tout comme son aîné ses études à Serpentard où il brillera un peu plus que son frère Reginald. Il épousera lui aussi une jeune femme de sang pur, avec qui il aura deux filles.
Broderick Lestrange : Dernier des trois frères Lestrange, il sera qualifié de bâtard par ses frères tout au long de son enfance et de son adolescence. Troisième enfant qui n'était pas prévu au programme, il viendra chambouler l'équilibre fragile de cette famille recomposée à sa naissance. Haï par ses frères aînés dès sa venue au monde, il développera une niaque peu commune. Envoyé lui aussi à Serpentard, il effectuera une scolarité brillante et obtiendra un poste au sein du magenmagot à sa sortie de Poudlard. Se permettant de faire la fine bouche une fois en âge de se marier, il repoussera toutes les candidates présentées par ses parents, choisissant finalement d'épouser l'une de ses cousines. A travers ce mariage, il espérait bien redorer le nom des Lestrange. Prêt à tout pour conserver son sang-pur et même plus encore : prêt à tout pour engendrer une descendance possédant uniquement le patrimoine génétique des Lestrange. Il est sans nul doute le plus ambitieux et le plus chanceux des trois frères, si bien qu'il sera le premier et le seul à avoir un fils avec sa compagne.

Ondine Lestrange : Grand mère maternelle des enfants Lestrange et d'origine Française. Elle épousera un cousin Anglais éloigné, et gardera le nom Lestrange tout au long de sa vie. Encore en vie aujourd'hui elle est une grand-mère très attentionnée aimant énormément ses deux petits enfants, Eileen et Néron.
Remington Lestrange : Grand père maternel d'Eileen & Néron, Remington est aujourd'hui un vieil homme sénile.
Rohesia Lestrange : Généralement lorsqu'une jeune femme se marie, celle-ci change de nom pour prendre celui de son époux. Ce n'est pas le cas de Rohesia qui tout comme sa mère avant elle épousera un cousin. Elle n'a jamais eu de grandes ambitions pour sa vie future, bien qu'elle ait été répartie à Serpentard lors de sa scolarité. A la sortie de ses études, elle épousera Broderick. Épouse docile et résignée cette jeune femme frêle donnera naissance à un premier enfant un an après son union avec son époux. Malheureusement, ce fut une fille. Il fallu attendre de nombreuses années, et après plusieurs fausses couches étant survenues parfois à un stade avancé de la grossesse, un fils naîtra enfin, garantissant à cette branche de la famille la prospérité financière. Femme au foyer modèle et toujours très élégante, elle aimera ses deux enfants de manière inconditionnelle sans distinction de sexe contrairement à son époux qui pour sa part, ignorera bien longtemps a fille.

Eileen Lestrange : Fille aînée du couple Lestrange, elle est une déception. Jeune femme très élégante ayant tout comme ses parents étudié à Serpentard elle ne tardera pas à comprendre que son joli minois est un atout considérable. N'hésitant pas à jouer de ses charmes pour parvenir à ses fins elle obtiendra un travail au ministère en tant que langue de plomb. Fiancée à un sorcier Italien de sang-pur, Fabio Vincetelli, elle tombera enceinte de lui hors mariage. Perdant l'enfant lors d'une fausse couche elle tuera ensuite son fiancé de sang froid après qu'il ait une fois de trop levé la main sur elle. Si les relations entre le frère et la sœur Lestrange ont toujours été quelques peu conflictuelles, il semblerait que depuis que le cadet ait aidé son ainée à faire disparaître le corps, tous les deux se soient légèrement rapprochés.
Néron Lestrange : Fils tant attendu par ses parents, il assurera grâce à sa naissance la prospérité financière à son père. Unique héritier de la lignée Britannique, l'adolescent sait qu'il est destiné à faire de grandes choses et à briller en société. Très proche de sa mère qui a fait de lui un enfant trop gâté, il passe également beaucoup de temps aux côtés de sa grand mère maternelle qui a pris soin de le gâter tout autant. Enfant roi à qui l'on a tout céder au moindre caprice, Néron est tout de même d'un tempérament colérique. Pouvant passer de la joie à la colère en un instant si quelque chose le contrarie, ces changements d'humeur si soudains ont tendance à lui pourrir l'existence. Le jeune Lestrange semble ressentir les émotions de manière exacerbée que celles-ci soient négatives ou positives. Excessif, pour le meilleur... Et surtout pour le pire.


La famille indirecte.

L'oncle du frère de la tante de la cousine de ma grand-mère paternelle

Lorelei Wilbert : Mrs Lestrange et Mrs Wilbert (née Rosier) étaient très amies lors de leurs études à Poudlard. Si bien qu'elle se considéraient comme des sœurs. A la naissance de Néron, Lorelei étant âgée de quelques années de plus il fut décidé qu'elle serait la marraine de l'enfant. En réalité, les deux jeunes gens ont une relation plus proche de celle qu'auraient deux cousins qu'une marraine et son neveu.
Fabio Vincentelli : Beau frère, ou plutôt ex beau frère. Même si personne n'est réellement au courant du décès de Fabio, après maintenant presque une année tout le monde s'est rendu à l'évidence : il ne reviendra plus. Néron n'a pas beaucoup connu l'ex fiancé de sa sœur, ne l'ayant rencontré qu'en de rares occasions.
Agrippine MacNair: Néron aurait préféré que ce soit une mauvaise blague... Mais le voilà bel et bien fiancé à la petite sœur de son amant.


Pourris jusqu'à la moelle.

Il est fortement déconseillé d'engrosser sa sœur maniacodépressive si l'on est schizophrène.


Léonie Lestrange 1779 – 1841 & Athelstan Lestrange 1769 – 1841 ;  Si la médecine psychiatrique avait été aussi poussée à l’époque, Mrs Lestrange aurait été diagnostiquée Maniacodépressive & Mr Lestrange aurait été diagnostiqué Schizophrène. Mariée à son frère aîné Athelstan, elle lui donnera cinq enfants. Un premier fils sera mort-né. Le second mourra très jeune. Il subsistera de cette union deux filles ainsi qu’un fils. Après quarante ans de mariage, Mrs Lestrange assassinera son mari avant de s’ôter elle-même la vie. Elle écrira sur sa lettre d’adieu qu’elle n’aurait pas supporté de laisser son époux derrière elle. Suite à la mort des deux époux et au scandale inondant les journaux, Radolphus Lestrange alors Ministre de la Magie quittera son poste après 6 ans.

Demelza Lestrange 1807 – 1831 ; Fille ainée de Léonie et Athelstan elle sera tout comme sa mère atteinte d’un état dépressif grave. Elle mettra elle aussi fin à ses jours en se pendant au lustre du salon alors qu’elle n’était âgée que de 24 ans.

Meadow Lestrange 1813 – 1892 ; Seconde fille du couple et sœur jumelle de Raleigh Lestrange, l’on disait de cette jeune femme qu’elle était simple d’esprit. Autrement dit, un terme politiquement correct pour dire attardée mentale.

Raleigh Lestrange 1813 – 1870 ; Si Raleigh n'avait aucun retard mental, il était emprunt à des hallucinations dues à une insomnie clinique. Le manque de sommeil le conduira à se défenestrer après avoir passer plusieurs jours sans fermer l’œil. Sa femme rapportera qu'il était persuadé d'être poursuivi par des inferi.

Payton Lestrange 1833 –1934 ; Fils unique Raleigh Lestrange, il finira ses jours à Azkaban pour avoir incendié un orphelinat moldu. 30 enfants parieront dans l’incendie. Payton était vraisemblablement atteint de Pyromanie.

Oswald Lestrange 1890 – 1960  ; Fils unique de Payton, celui-ci restera profondément traumatisé par l'arrestation de son père lorsuq'il n'avait que six ans. Atteint de troubles psychotiques liés au traumatisme, il souffrira tout comme son grand-père Raleigh d'hallucinations. La fièvre finira par l'emporter à l'âge de 70 ans.

Hayleigh Lestrange 1905 – 1954 ; Seconde femme d'Oswald, Hayleigh était sa cousine. Atteinte d'hystérie elle finira elle aussi ses jours à Azkaban pour avoir assassiner sa sœur.  

Remington Lestrange 1902 – ... : Grand-père paternel de Néron et cousin d'Oswald, Remington est atteint de la maladie d'Alzheimer.  

Reginald Lestrange 1910 – … ;  1er fils d'Oswald, Reginals souffre de trouble du déficit de l'attention & s'est révélé être stérile.

Broderick Lestrange 1935 – … ; Broderick est atteint de Mégalomanie. Rejeté par ses deux aînés, ignoré par son père et abandonné par sa mère enfermée à Azkaban l'année de ses douze ans, Broderick souffrira d'un manque affectif certain. Depuis l'Homme ressent le besoin d'être l'objet d'un amour exclusif, et se pense capable de décrocher la lune.

Rohesia Lestrange 1938 – …  ; Si l'on décrit volontiers Rohesia comme étant une jeune femme douce et aimante, on dit également d'elle qu'elle est effacée. Depuis l'adolescence, cette frêle jeune femme fait face à des troubles du comportement alimentaire. Anorexique depuis de nombreuses années, elle peinera à tomber enceinte et à donner naissance mais parviendra tout de même à avoir deux enfants qu'elle aimera d'un amour inconditionnel. Si elle est une mère exemplaire elle semble néanmoins avoir marqué ses deux enfants qui s'efforcent de rester minces à tout prix. Néron étant très proche de sa mère semble être le plus enclin des deux enfants à éventuellement développer un tel comportement.

Eileen Lestrange 1956 – … ; La vengeance, c’est le crédo d’Eileen. Un pas de travers, et elle ne manquera pas de vous le faire payer coute que coute. Le meilleur exemple de ce tempérament revanchard est sans doute le meurtre de son ancien fiancé, Fabio. Ayant perdu son enfant à naître sous les coups de cet homme violent, la jeune femme à décider qu’une vie pour une autre serait le prix à payer. Tout comme sa grand-mère paternelle et son frère, elle est encline à de violentes crises de rage face à l'injustice.

Néron Lestrange 1965 – … ; S'il y a bien un Lestrange chez qui toute la pourriture est ressortie, c'est bel et bien chez le seul héritier mâle de la lignée. A l'instar de sa mère, le fils aborde un corps à la limite de la maigreur. En période de stress intense, rongé par la peur de l'échec, il n'hésitera pas à sauter des repas et à se dépenser de manière excessive pour évacuer ce même stress. Également enclin à de violentes crises de colères, il semblerait que tout comme sa sœur, l'hystérie de leur grand-mère paternelle se retrouve dans ses gênes. Avec cette tendance à l'autodestruction et ces changements d'humeur soudains, certains psychomages semblent voir là les prémices d'une personnalité borderline.


       

       



Dernière édition par Néron Lestrange le Mer 22 Juil - 1:14, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

Néron » I'll tell you all how the story ends : Where the good guys die and the bad guys win Empty
Message Sujet: Re: Néron » I'll tell you all how the story ends : Where the good guys die and the bad guys win   Néron » I'll tell you all how the story ends : Where the good guys die and the bad guys win Icon_minitimeLun 20 Juil - 22:39


Verlaine & Rimbaud

       
       

CHAPITRE II: Veux tu que je t'embrasse en crevant ?


Can you feel my heart ?

I gotta bring you to my hell

Un verre. Puis deux. Puis trois. Puis sans aucun doute beaucoup trop d'alcool d'un coup. T'as finit par perdre le compte à force. Pourtant, cet enfoiré t’as insulté. Tu te souviens de son sourire narquois quand il t’a regardé serrer les dents pendant que le tatoueur faisait son boulot. « Alors gamin, on veut jouer aux grands ? » Mais t’as pu te résoudre à te lever pour lui casser la gueule. Tu t’es contenté de lui sourire, en lui disant que si t’étais là à te faire encrer la peau t’étais plus un enfant. Ça a eu l'air de l'amuser. Vous êtes parti discuter dans un pub crasseux de l’allée des embrumes, le genre d’endroit où ils ne font pas attention à l’âge de client pour lui servir une pinte de bière tant que les gallions sont dans la bourse. Vous avez tous les deux trop bu, indéniablement. Hannibal et Néron. Vous avez bien rigolé en découvrant vos prénoms respectifs. Et encore plus en entendant vos noms de famille. MacNair et Lestrange.

Et voilà que t’es en train de chialer et de serrer les draps dans tes mains. A la douleur se mêle le plaisir, des gémissements rauques s’échappent de ta gorge sans que tu saches pourquoi. A l’âge où tes camarades de classe commencent généralement à flirter avec des filles, toi tu te retrouves dans le lit d’un type un peu louche que t’as rencontré il y a tout juste quelques heures.  Sans que tu saches trop comment t’as accepté d’aller chez lui. Vous avez commencé à vous embrasser dans le canapé, puis les vêtements ont rejoint le sol. Tu sens sa poigne se saisir fermement de ta chevelure d’ébène. Tu sens ses ongles meurtrir ta peau. Tu sens ses dents marquer ta gorge. Pourtant, tu ne t’en plains pas. T’as beau verser quelques larmes de souffrance sous ses coups de reins, tu ne peux pas empêcher ton corps de trembler. De plaisir ? De douleur ? De honte ? Sans doute un peu de tout ça à la fois.

Il est encore temps de partir, Néron. Tu pourrais éviter tout un tas d'emmerdes. Et pourtant, tu vas décider de le revoir. A cet instant, tu n'es pas vraiment conscient que tu réalises la pire connerie de ta vie. Que d'ici à peine quelques jours, tu vas tomber éperdument amoureux de cette ordure. Que pour continuer à le fréquenter tu vas devoir inventer tout un tas de mensonges, devoir te vieillir de quelques années. Oh oui, tu vas l'aimer, l'aimer à en crever même. Tous les deux, vous allez vous disputer et en venir aux mains plus d'une fois, vous allez vous bagarrer parce que vous êtes ivres. Vous allez vous chamailler pour un rien. Puis une fois la gueule en sang vous irez vous réconcilier comme il se doit. Dans un lit. A même le sol. Contre un mur. N'importe où à vrai dire. Tu vas en souffrir. Plus encore que quand ton père t'as fait subir l'endoloris en apprenant ta répartition à Serdaigle. T'auras envie de crever, de disparaître, quand il voudra que tu dégages de sa vie et de son champ de vision. Et pourtant, même si vous allez vous détruire l’un et l’autre à l’image de deux amants maudits tout droit sortis d’une tragédie grecque, tu te rendra bien vite compte que maintenant tu ne peux plus vivre sans lui.


So I'll get fucked up until I cry.

No matter what we're feeling, it never feels enough

T’as passé trois jour à pleurer. T’es rentré au manoir chez tes parents, ne supportant plus le petit air hautain et satisfait sur le visage de ta garce de sœur. Elle est bien trop contente que tu te sois fait larguer par ton mec. Peut-être qu’avec un peu de chance ça fera de toi un bon petit hétéro comme il faut. Elle pense que c’est juste une phase. Elle a peut-être raison. Ou pas, d’ailleurs, t’es incapable de le savoir. Pour l’instant, tu passes tes journées enfermé dans ta chambre à écouter Joy Division et à déprimer. Ta mère est venue ouvrir les volets, et aérer. Elle t’as forcé à l’accompagner faire du shopping pour tenter de te remonter le moral. Tu as acheté ton nouvel uniforme chez Gaichiffon en prévision de la rentrée. T’as pris dix centimètres cet été, et ta mère commence à se demander si tu vas arrêter de grandir un jour ou l’autre. On a toujours su que tu serais plus grand que la moyenne. Mais à presque seize ans, tu mesures quasiment un mètre quatre-vingt-dix. Il serait temps de songer à arrêter de pousser. Comme à chaque fois ta mère a esquissé un sourire ému et attendri en te voyant dans ton uniforme. A ses yeux, tu seras toujours son petit garçon, celui qu’elle et ton père ont tant désiré. Pourtant tu fais tout pour avoir l’air plus vieux. Tu devrais sans doute pas d’ailleurs, ça t’aurais évité toutes ces emmerdes avec Hannibal. Si tu avais eu l’air d’avoir quinze ans, il ne t’aurait jamais abordé. T’aurais pas autant souffert. Il n’aurait pas non plus essayé de te tuer à mains nues. D’ailleurs, un énorme bleu est encore présent sur ta mâchoire. Tes parents n’ont pas trop posé de questions, bien trop habitués à ce que leur fils adoré soit mêlé à toutes sortes de bagarres.

En prévision de ton anniversaire qui arrive la semaine prochaine la veille de la rentrée le premier Septembre, vous êtes allés choisir ton gâteau chez le pâtissier le plus réputé du Londres sorcier. Il va falloir envoyer les invitations par hibou, alors ta mère et toi avez choisi d’élégantes cartes. T’as insisté pour qu’elles soient noires. Non seulement parce que c’est ta couleur favorite, mais aussi parce que ça reflète bien ton humeur du moment. De toute manière, tu ne comptes pas convier grand monde à part bien entendu Lorolei et ses parents, ainsi que ton meilleur ami à qui tu dois parler coute que coute de ton aventure avec Hannibal. Par pure ironie t’hésite à en envoyer une à ton ancien amant Comme pour lui signaler que maintenant, aux yeux de la loi t’es majeur sexuellement. Et que dans un an tout pile, tu seras majeur tout court dans le monde sorcier. Juste pour lui faire comprendre que vos onze ans d’écart ne sont pas si dramatiques. Le lendemain de ton anniversaire, il sera déjà temps de retourner à l’école. Et pour la première fois tu n’en a pas envie. Parce que tu sais que tu vas devoir le recroiser.  Au minimum, une heure et demie par semaine tu te retrouveras enfermé dans la même salle de classe que lui, à devoir l’écouter parler d’arithmancie et à l’appeler Professeur ou bien Mr MacNair.

Tu sais par avance que tu vas mal le supporter. Que tu risques de chialer encore une fois, d’aller t’enfermer dans les toilettes de mimi geignarde pour être peinard. Tu sais que tu vas avoir cette irrépréhensible envie de vomir qui te prend aux tripes quand quelque chose te déplait fortement. Après tout, ce n’est pas comme si tu n’avais pas le moindre sentiment pour lui. T’as beau avoir fait le plein de bouquins chez Fleury&Bott avant de partir, tu sais déjà qu’ils ne vont pas tenir bien longtemps. Que d’ici un mois grand maximum tu devras repasser commande pour en avoir de nouveaux. Désormais, ils vont être ta seule compagnie. T’as envie de voir personne, alors comme à chaque fois que ça va mal c’est dans les pages jaunies de ces ouvrages que tu vas aller te réfugier. Tout simplement pour oublier, pour t’échapper l’espace d’un instant de cette réalité qui te fait profondément chier.


Just stay with me now.

I wish I never missed you, and told you that I loved you everytime I fucked you

Enculé de merde. Sale fils de putain. T'as pas résisté bien longtemps quand ses yeux se sont posés sur ton visage émacié et fatigué. Et lui non plus n'a pas su te dire non quand t'as commencer à t'approcher. Un baiser brutal, sa main qui se serre sur ta gorge pour te plaquer contre le premier meuble venu. Vous êtes un beau duo d'ordures. Incapables de vous supporter, incapables de vous séparer. Tu l'aime encore. Et t'as pris le risque de le lui dire, quitte à te faire casser la gueule. De toute manière, c'est encore meilleur quand vous avez tous les deux la gueule en sang et la rage l'un en vers l'autre. T’arrive pas à te contrôler avec lui. Hannibal, c'est le seul Connard capable de te faire ressentir tout ça. Le seul pour qui t'es prêt à te mettre à genoux pour supplier, et certainement pas pour prier. Les autres ? Ils peuvent bien aller crever, tant qu'il est encore dans ton lit.

Tu retrouves tout ton panache à ses côtés. T'as envie de croire que quand t'es avec lui t'es capable de tout, du meilleur comme du pire et c'est ça qui est plaisant. Vous vous crachez votre venin à la gueule, t'as déjà pleurer à cause de ses mots cruels. Mais après ça, tu peux pas t'empêcher de venir contre lui. C'est animal, c'est brutal, c'est primaire, c'est sale, malsain et bien dégueulasse. Les gens diraient surement que tu dois avoir un grain pour continuer d'aimer un type pareil. Mais c'est justement ça que t'aime chez lui. Tu t'emmerderais bien vite avec quelqu'un de trop gentil. Avec MacNair, tu peux te disputer. Avec Hannibal, tu peux en venir aux mains. Et après, bien gentiment t'enlèvera tes vêtements.

Finalement, c'est pas plus mal qu'on t'ai collé sa petite sœur dans les pattes. Vous aurez une raison de plus de vous détester tous les deux. Il t’insultera surement de pauvre bâtard quand il apprendra que ça y est, t'as souillé sa petite Aggripine chérie toi aussi. Et comme d'habitude, tu sortira ton sourire le plus provocant pour l'inviter à te rejoindre entre les draps. Elle ? Elle ne dira certainement jamais rien, ne voulant pas rendre son grand frère malheureux. Elle peut bien se taper toutes les filles qu'elle veut, ça t'es égale. Du moment qu'elle ne te rapporte pas un bâtard issu d'un inceste... Deux familles bien pourries, deux pédés au milieu de tout ça et vous obtenez le trio gagnant.

       

       

Revenir en haut Aller en bas
 

Néron » I'll tell you all how the story ends : Where the good guys die and the bad guys win

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ahem.. Please to meet you ?.
» Maple story
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» Maple Story ^^
» Dion Phaneuf

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daily Prophet :: Paroles des Moldus :: Pensine-